Sannois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sannois
Sannois
L'hôtel de ville.
Blason de Sannois
Blason
Sannois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Argenteuil
Intercommunalité CA Val Parisis
Maire
Mandat
Bernard Jamet
2020-2026
Code postal 95110
Code commune 95582
Démographie
Gentilé Sannoisiens, Sannoisiennes
Population
municipale
26 484 hab. (2018 en diminution de 0,27 % par rapport à 2013)
Densité 5 541 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 00″ nord, 2° 15′ 00″ est
Altitude 56 m
Min. 42 m
Max. 169 m
Superficie 4,78 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Argenteuil-1
Législatives 6e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Sannois
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Sannois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sannois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sannois
Liens
Site web https://www.ville-sannois.fr/

Sannois est une commune française du département du Val-d'Oise et de la région Île-de-France.

Ses habitants se nomment les Sannoisien(nes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Ambiance de la commune : l'avenue Damiette.

Sannois est située sur le flanc est des buttes-témoins de Cormeilles et d'Orgemont, à quinze kilomètres au nord-ouest de Paris.

La ville est traversée par l'autoroute A15 ainsi que l'A115.

Sannois est desservie par une gare du Transilien Paris Saint-Lazare Ligne J du Transilien depuis le . Précédemment, elle était située sur la ligne C du RER.

La ville est également desservie par la ligne 261 de la RATP ainsi que par la ligne 95-19 du réseau Busval d'Oise.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe d'Argenteuil, Cormeilles-en-Parisis, Franconville, Ermont et Saint-Gratien.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sannois est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Centinodium au XIIe siècle[7], Centum Nuces en 1205[8], Cennoiz en 1208, Cent noys[9], Cent-Noix en 1304, Sanois en 1403, Sampnoix en 1564, Sanoy en 1711[10].

Plusieurs hypothèses fantaisistes ont été proposées : Sannois serait issu du latin centum nuces, « cent noix » ou plutôt « cent noyers »[11], la ville comptant alors beaucoup de vergers, et donc d'arbres fruitiers. Elle pourrait aussi avoir des origines celtes et provenir des mots san « herbe à fourrage » et noue « terre grasse »[12]. Une origine latine serait aussi possible avec le nom centinodium qui signifie « cent mesures de bois de chauffage »[réf. nécessaire].

Ces explications impliquent le rejet arbitraire de la forme la plus anciennement attestée Centinodium, sauf la dernière qui lui donne une signification erronée. De toute évidence, la forme tardive et isolée Cent-Noix est une fantaisie de scribe et ne correspond pas aux formes anciennes régulièrement mentionnées et à la forme actuelle Sannois. Quant au terme de noyer en français, il est issu du latin populaire *nucarius « noyer »[13]. Le terme « celte » qualifie anciennement aussi une langue celtique qui, en Gaule hors Bretagne, ne peut être que du gaulois et il n'existe aucun terme gaulois san signifiant « herbe à fourrage », ni aucun terme gaulois noue signifiant « terre grasse ». Quand bien même san existerait, il est incompatible avec les formes les plus anciennement attestées en Cen-. Quant à noue, il s'agit d'une confusion, il existe effectivement un terme noue « terre grasse et humide servant de pâturage » en ancien français[14] (autrement noë cf. nom de famille Delanoë), attesté en latin médiéval sous la forme nauda et issu vraisemblablement du gaulois *nauda. Cependant, il ne convient pas phonétiquement, car -nauda> -noda n'est pas -nodium et n'a pas pu aboutir à -noiz, -nois. En revanche, -nodium a régulièrement donné -noi.

Selon les toponymistes, il s'agit peut-être d'une forme masculine du latin centinodia « renouée des jardins » qui aurait donné Santenoge (Haute-Marne, Centenoiges 1218)[15]. L'herba centinodia (centĭnōdĭus, a, um, mot-à-mot centum « cent » + nodus « nœud », c'est-à-dire « qui a cent nœuds ») ou centinode, est une espère de renouée, dont le nom savant est polygonum.

Le nom de « Sannoisien » a été donné à un sous-étage de l'Oligocène (ère tertiaire / Cénozoïque), situé entre -37 et -30 millions d'années. Les principaux faciès sont des marnes à cyrènes (bivalves), des argiles vertes, et le calcaire de Sannois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers indices d'occupation humaine autour du territoire actuel de Sannois datent du Paléolithique moyen (nombreux outils en pierre taillée) ; ils sont découverts au lieu-dit le Puits-Gohier, à l'emplacement de l'échangeur actuel de l'A15 lors de fouilles ouvertes dans les anciennes carrières Poliet-et-Chausson[16]. Ces vestiges, les plus anciens découverts en vallée de Montmorency, sont constitués de plusieurs milliers de pièces en silex ou en grès, racloirs, bifaces, pointes, lames, etc.

Du mobilier néolithique a été signalé au lieudit Le Pré-Brochet[16], et des vestiges gallo-romains auraient été observés rue Damiette. En 1914, lors du creusement d'une tranchée militaire « aux environs de Sannois », une sépulture a été découverte, dont la datation serait antique ou mérovingienne[16].

Les origines du château du May ou du Mail, qui se dressait sur la butte de Sannois, sont débattues. L'abbé Lebeuf le datait de l'époque mérovingienne, mais André Vaquier estimait qu'il aurait été construit vers 880 pour défendre l'abbaye de Saint-Denis contre les incursions des Vikings[16]

La paroisse aurait été instituée au haut Moyen Âge[16].

Aux XIe – XIIe siècles, il est fait pour la première fois mention de Sannois (à l'époque Centinodium) dans un registre ecclésiastique. Le village s'installe alors autour de son église et de son château au pied du mont Trouillet.

La léproserie Saint-Ladre est attestée en 1291, au nord de l'ancien Grand chemin de Paris à Pontoise, au-delà du chemin d'Ermont (actuelle rue du Lieutenant-Keiser)[16].

Le château de Mail est ruiné au début du XIIe siècle lors d'une expédition armée conduite pour régler un conflit entre l'abbaye de Saint-Denis et Bouchard IV de Montmorency. Relevée entre temps, le régent Charles de France en ordonne la destruction en 1359 pour éviter qu'il ne soit investi par les Anglais liors de la Guerre de Cent Ans[16]. Il devient ensuite un domaine des Hospitaliers dont il ne reste au XVe siècle qu'une grange dénommée la grange auxeroise qui renfermait les récoltes de la commanderie de Mail du grand prieuré de France[17]. Pour remettre les terres en culture, Bertrand de Cluys, prieur de France, cède en viager, à Josse Delaporte, frère de l'Ordre, qui a lui même, en 1478, fait un bail à un sieur Mercier. Le fermage était de cent sols parisis et l'obligation de faire bâtir une maison avec grange, écurie, étables et défricher soixante arpents de terre par année[18],[17] . La seigneurie est alors partagée entre le prieuré d'Argenteuil, dépendant de l'abbaye de Saint-Denis, la maison de Montmorency et les Hospitaliers, ainsi que divers petits fiefs[16]. Entre 1575 et 1582, Regnault Penelle (mort en 1618), maître couvreur et bourgeois de Paris, reconstitue les deux fiefs de Hugot et du Grand-Hôtel. Il est autorisé par Henri III à creuser des fossés autour du château et y ajouter un pont-levis[16].

À la Révolution française, il ne reste de ce domaine que la chapelle et 150 arpents de terre[19].

Aux XVIe et XVIIe siècles, la ville connaît un véritable essor du fait de sa situation géographique entre Pontoise et Paris et à l'établissement d'un relais de poste. L'église date du XVIIe siècle et il y avait plusieurs châteaux; celui de Cernay, de Crinon, et de l'Ermitage.

Ce village fut le premier qui, en 1626, admit l'établissement des sœurs de la Charité[pas clair].

Carte d'état-major de Sannois, vers 1870.

L'activité de la ville est alors essentiellement agricole, et surtout viticole, en particulier à partir du XVIIIe siècle.

Au XVIIIe siècle, Sannois compte trois moulins à vent bâtis sur le Mont Trouillet[16].

En 1870, la ville comptait 223 hectares de vigne qui occupait près de la moitié de la population.

Au XIXe siècle, l'agriculture disparaît peu à peu au profit de l'industrie. Il ne subsistent en 1900 que 45 hectares de vignes. Les carrières de plâtre, qui connaissent une grande expansion avec l'arrivée du chemin de fer en 1863, ont toutes fermées à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Récemment, la mairie de Sannois a replanté un petit vignoble et créé un poste de vigneron municipal. Les premières vendanges ont eu lieu à l'automne 2006.

L'archiviste-paléographe André Vaquier signale dans ses ouvrages que Sannois frappa quelque temps ses propres jetons pour pallier la pénurie de monnaie qui suivit immédiatement la guerre[Laquelle ?].

La ville possédait quelque temps un gâteau qui lui était propre, aux noix et à la pâte d'amandes, qui se nommait « le pavé de Sannois ».

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [20], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et son arrondissement d'Argenteuil après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Val-d'Oise.

Elle faisait partie de 1793 à 1964 du canton d'Argenteuil, année où elle intègre le canton de Cormeilles-en-Parisis du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, elle devient en 1967 le chef-lieu du canton de Sannois[21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton d'Argenteuil-1.

La commune est le siège du tribunal d'instance de Sannois. Elle relève du ressort du tribunal judiciaire ainsi que de celui du tribunal de commerce de Pontoise[22],[23].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté d'agglomération du Parisis depuis 2013.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (loi MAPAM) du , qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la Communauté d'agglomération Val Parisis dont est désormais membre la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 2014 dans le Val-d'Oise, la liste DVD menée par Bernard Jamet a remporté la majorité des suffrages exprimés, avec 4 478 voix (48,19 %, 26 conseillers municipaux élus dont 7 communautaires), devançant largement celle UMP-UDI menée par le maire sortant Yanick Paternotte, qui a obtenu 3 061 voix (32,94 %, 6 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
La troisième liste (PS-PCF-EELV) menée par Christophe Dulouard a obtenu 1 752 voix (18,85 %, 3 conseillers municipaux élus, dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 44,26 % des électeurs se sont abstenus[24],[25].

Au second tour des élections municipales de 2020 dans le Val-d'Oise[26], la liste DVD menée par le maire sortant Bernard Jamet obtient la majorité des suffrages exprimés avec 2 628 voix (47,8 %, 26 conseillers municipaux élus dont 7 communautaire), devançant significativement les listes menées respectivement par[27],[28] :
- Nicolas Ponchel (DVD — qui bénéficiait de la fusion de la liste du 1er tour DVC menée par Dominique Gaubert  — avec 2 206 voix (40,13 %, 7 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires) ;
- Gilles Heurfin (DVG, 663 voix, 12,06 %, 2 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 65,28 % des électeurs se sont abstenus.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1792 Pierre Gillet    
1792 1793 M. Mauchain    
1793 1798 M. Roussel    
1799 1810 Paul Duhomme    
180 1813 Claude Dumont    
1813 1815 Jean-Pierre Coquet    
1815 1825 Jean Ledannois    
1825 1840 Louis Montalant    
1840 1846 M. Marie Aumont    
1846 1859 Charlemagne Duhomme    
1859 1861 Alexis Challot    
1861 1879 Paul Retali    
1879 1881 Pierre Guerin    
Les données manquantes sont à compléter.
1908 1912 Pierre Lesacq    
1913 1926 Louis Moreaux    
1926 1929 François Prat    
1929 1932 Antonin Perrette    
1932 1944 Félicien Paulmier    
1944 1945 Jean Labeur[29] SFIO Ingénieur
1945 1947 Gaston Groulard PCF  
1948 1950 Louis Desmons    
1950 1953 Louis Moreaux    
1953 1954 Henri Desdions    
1954 1955 René Prat    
1955 1959 Jean Lespes PCF  
1959 1992 André Cancelier[Note 3],[30],[31] UDF-PSD Médecin
Chevalier de la Légion d'honneur
Conseiller régional d’Île-de-France (1977 → ? ))
Croix de guerre 39-45
Démissionnaire
février 1992 avril 2014 Yanick Paternotte UDF puis DL
puis UMP
Docteur en pharmacie
Député du Val-d'Oise (9e circ.) (2007 → 2012)
Conseiller général de Sannois (1985 → 2007)
Vice-président du conseil général du Val-d'Oise (1988 → 2007)
avril 2014[25],[32] En cours
(au 8 avril 2021)
Bernard Jamet DVD puis LR[33] puis DVD Ancien directeur d'école
Vice-président de la CA Val Parisis (2015 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[34],[35],[36]

Distinctions et la labels[modifier | modifier le code]

La commune participe au Concours des villes et villages fleuris et possède en 2020 trois fleurs au classement[37].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école Jules-Ferry.

Les établissemnets d'enseignement situés sur la commune sont les suivants[Quand ?] :

  • Écoles primaires
    • Groupe scolaire Pasteur
    • École Belle-Etoile
    • École Jules-Ferry
    • École Henri-Dunant
    • École Gambetta
    • École Emile-Roux
    • École Gaston-Ramon
    • Institution Notre-Dame (école primaire privée)
  • Collèges
    • Collège Jean-Moulin
    • Collège Voltaire
    • Institution Notre-Dame (collège privé)
  • Lycée professionnel adapté : L.E.A. La Tour-du-Mail
  • Enseignement privé :
    • Institution Notre-Dame, de la maternelle à la terminale, dont le bâtiment lycée a été reconstruit en 2013.
    • Fondation d'Auteuil - lycée professionnel et lycée professionnel agricole.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le centre culturel Cyrano de Bergerac.
  • L'espace Michel Berger (EMB), salle de spectacle vouée aux musiques actuelles. Cette salle se situe 2 rue du Président Georges Pompidou,95110 Sannois.[1]
  • Le centre Cyrano-de-Bergerac. Le centre se situe : Hôtel de ville, Place du Général Leclerc, Rez-de-jardin, 95110 Sannois.[2]
  • La Maison des loisirs et des arts. Elle se situe 24, rue Victor Basch, 95110 Sannois.[38]
  • L'école de Musique. Elle se situe 121, boulevard Charles-de-Gaulle, 95110 Sannois.[39]
  • La Médiathèque intercommunale André Cancelier. Elle se situe Square Jules Ferry, 95110 Sannois.[40]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Le stade Auguste-Delaune
  • Le stade des Orphelins d'Auteuil (G.A.F.E.P.)
  • La piscine Pierre-Williot, qui dispose d'un bassin de 25 x 10 mètres.
  • Le palais des sports Jean-Claude-Bouttier

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[41],[Note 4]

En 2018, la commune comptait 26 484 habitants[Note 5], en diminution de 0,27 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6241 5931 7341 4951 6221 6111 6031 6321 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5762 0412 2202 4892 7273 1753 5723 8574 401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 9055 3246 2497 5069 09211 75711 43312 36813 644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
16 49019 06018 57821 66525 22925 34925 93926 70726 537
2018 - - - - - - - -
26 484--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Sannois possède 2 clubs de football, l'Entente Sannois Saint-Gratien évoluant en National 2 , ainsi que la G.A.F.E.P.

La ville dispose de l'un des trois clubs de football américain du département, les Gaulois, qui sont actuellement en 2e Division.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 33 850 €, ce qui plaçait Sannois au 8 004e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[43].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 2016, pour la commune s'élève à 13,3 %, un chiffre nettement supérieur à la moyenne nationale (9,7 %)[44].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moulin de Sannois.

Sannois compte un monument historique sur son territoire :

  • Moulin de Sannois sur le mont Trouillet (inscrit monument historique en 1975[45]) :
    Ce moulin à vent est édifié en 1759 par François Roger, un vigneron de Franconville. Appartenant au type des moulins Chandelier, entièrement pivotable, il remplace un premier moulin de 1625 et est désaffecté dès 1866.
    Deux autres moulins sont mentionnés sur le sommet du mont Trouillet, butte-témoin de 162 m d'altitude offrant un large panorama au visiteurs. La maison du meunier existe toujours non loin du moulin.
    Le site est classé en 1934, et le moulin achté par la ville quatre ans plus tard.
    Après une première restauration à la fin des années 1930, l'influence des intempéries rend nécessaire une deuxième restauration, entamée en octobre 1976. La ville achète également la maison du meunier en 1978[46].
    Les visites ont été suspendues en 2007 afin de permettre son démontage et sa restauration complète et fonctionnelle en atelier en Belgique. Remis en place entre et , il est ouvert aux visites le premier dimanche de chaque mois, en après-midi (sauf en janvier, août et septembre)[47].

On peut également signaler :

Musée Utrillo-Valadon.
  • Musée Utrillo-Valadon, place du Général-Leclerc : situé dans la villa Rozée (ancienne mairie), il expose des œuvres de Maurice Utrillo, de sa mère Suzanne Valadon et du peintre André Utter dans une salle du rez-de-jardin. Les autres salles présentent les dons des artistes contemporains ayant exposé au musée.
Depuis , le maire et la municipalité de Sannois ont souhaité ouvrir le musée aux œuvres d'artistes contemporains.
Le musée est ouvert à la visite du mercredi au dimanche, matin et après-midi, moyennant un droit d'entrée modique[48].
Le musée est actuellement fermé (au 10 aout 2018), car le bâtiment menace de s'effondrer.
  • Musée de la Boxe, 88 rue du Poirier-Baron, au Palais des Sports Jean-Claude-Bouttier : inauguré le , il rassemblait, dans trois salles, plus de 8 000 objets consacrés à l'histoire de la boxe depuis l'antiquité, patiemment accumulés par un passionné qui avait proposé sa collection à la municipalité afin de la présenter au public.
Le musée était ouvert à la visite tous les jours (sauf le dimanche après-midi), moyennant un droit d'entrée modique[49].
Le musée a définitivement fermé le et les collections ont été dispersées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Achille Archambault (1792-1858), l'aîné des frères Archambault, tous deux compagnons de captivité de Napoléon 1er, a résidé à Sannois et y est mort.
Plaque commémorative de la mort de Savinien Cyrano de Bergerac.
  • Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655), écrivain français, est mort à Sannois. Le principal centre culturel de la ville porte son nom.
  • Madame d'Houdetot (1730-1813), sœur de Madame d'Épinay, salonnière française, qui inspira une grande passion à Jean-Jacques Rousseau, résida à Sannois.
  • César-François Cassini (1714-1784]), cartographe. Pour réaliser la triangulation de la France, il prend le moulin de Sannois comme base de départ de sa carte de France[16]
  • Joseph Duruey, (1741-1794), seigneur de Sannois, administrateur du trésor du roi Louis XVI, guillotiné le .
  • François Magendie (1783-1855), physiologiste et médecin, est mort à Sannois.
  • Charles Augustin Sainte-Beuve (1804-1869), écrivain, a séjourné à Sannois.
  • François-Adrien Boïeldieu (1775-1834), compositeur de musique, a séjourné à Sannois.
  • Maurice Utrillo (1883-1955), peintre de l'École de Paris, a peint environ 150 toiles à Sannois entre 1912 et 1914 ; la plupart appartient à sa plus grande période artistique, la « période blanche ». Célèbre essentiellement pour ses vues de Montmartre et de la banlieue parisienne, son style est à la fois naïf et raffiné, teinté d'une certaine mélancolie. Très tôt victime de l'alcoolisme, c’est à l’occasion d’un de ses séjours de « repos » à la clinique du docteur Revertégat en 1912, 1913 et 1914 que le peintre découvrit Sannois.
  • Louis de Robert (1871-1937), écrivain mort et enterré à Sannois.
  • Jacques Berlioz (1889-1969), acteur né à Sannois.
  • Paul Signac (1836-1935), peintre paysagiste français qui donna naissance au pointillisme, a travaillé à Sannois.
  • Albert Marquet (1875-1947), peintre et dessinateur français, a travaillé à Sannois.
  • Marcel Barbu (1907-1984), candidat à la présidentielle de 1965, a vécu à Sannois où il est enterré, y a créé dans les années 1950 une association de défense des mal-logés.
  • Jean-Marie Ledannois (1940-2014), artiste peintre abstrait né à Sannois[50]. Régis Debray lui a consacré une monographie[51].
  • Catherine Leroy (1944-2006), photographe de guerre, est née à Sannois.
  • Serge de Beketch (1946-2007), journaliste, animateur de radio, écrivain et militant d'extrême droite français, est conseiller municipal de Sannois en 1995.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sannois Blason
De gueules au chevron d'or, au chef cousu d'azur, le chevron sommé d'un moulin à vent d'argent, ouvert et ajouré de sable, brochant sur le chef et accosté de deux quintefeuilles aussi d'or, accompagné en pointe d'un noyer terrassé aussi d'argent
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jean Lebeuf, Histoire de la ville et du diocèse de Paris, Paris, Prault Père, 1755.
  • André Vaquier, Du nom de Sannois, .
  • Brigitte Bedos, La châtellenie de Montmorency des origines à 1328, aspects féodaux, sociaux et économiques, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise et du Vexin, 1980, 405 pages.
  • Jacques Delaplace, Sannois sous la Révolution, Éditions du Valhermeil, Paris, 1989 (ISBN 2-905684-19-4).
  • Ouvrage collectif, Un village nommé Sannois, Saint-Ouen-l'Aumône, Éditions du Valhermeil, 1992, 181 pages illustrées.
  • André Cancelier, Denise Paulard, Sannois hier et aujourd’hui, Éditions du Valhermeil, 1993 (ISBN 2-905684-47-X).
  • Ouvrage collectif, Le patrimoine des communes du Val d'Oise, collection Le Patrimoine des communes de France, Flohic Éditions, 1999.
  • Denise Paulard, Au nom de la rue ou une monographie consacrée à l’onomastique des rues sannoisiennes en l’an 2001, Éditions du Valhermeil, 2001 (ISBN 2-913328-24-5).
  • Ouvrage collectif sous la direction de Noël Coye, Sur les chemins de la préhistoire : l'abbé Breuil, du Périgord à l'Afrique du Sud, Paris, Somogy Éditions d'art, 2006, 223 pages illustrées.
  • Ouvrage collectif dirigé par Monique Wabont, Franck Abert et Didier Vermeersch, Carte archéologique de la Gaule : le Val-d‘Oise, 95, Paris, Maison des sciences de l'homme, 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Sannois », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Une médiathèque communautaire de la ville porte le nom de ce maire.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Sannois » sur Géoportail..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 642b.
  8. Le premier pouillé du diocèse de Paris, doyenné de Gonesse, datant de 1205 cite : ecclesia de Centum Nucibus, De Donatione episcopi.
  9. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  10. André Vaquier Du nom de Sannois, Société historique et archéologique de l'arrondissement de Pontoise et du Vexin, 1965
  11. Adrien de Valois, Notitia Galliarum..., page 143.
  12. Georges Poisson, Évocation du grand Paris. La banlieue nord-ouest, Éditions de minuit, 1960
  13. Site du CNRTL : étymologie de "noyer" (lire en ligne)
  14. [Site du CNRTL : étymologie de "noue" http://www.cnrtl.fr/etymologie/noue]
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  16. a b c d e f g h i j et k Archéologie & histoire de Sannois, page citée en Liens externes.
  17. a et b Mannier (1872) p. 21
  18. Archives nationales S 5558, Portefeuilles
  19. Mannier (1872) p. 22
  20. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  23. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  24. Résultats officiels pour la commune Sannois
  25. a et b « A Sannois, Bernard Jamet (DVD) fait tomber Paternotte », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne) « Le dissident de l'équipe majoritaire, qui a démissionné l'été dernier, a finalement fait tomber Yanick Paternotte (UMP) en place depuis vingt-deux ans ».
  26. « Municipales à Sannois : la droite va refaire le match : Parmi les cinq listes candidates, trois sont portées par des adjoints de l’ancien maire Yanick Paternotte, dont celle du maire sortant Bernard Jamet », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (Alexandre Boucher, consulté le ).
  27. « Val-d'Oise (95) - Sannois », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur.
  28. Alexandre Boucher, « Municipales à Sannois : Bernard Jamet résiste à ses opposants : Vivement contesté par ses anciens alliés qui s’étaient ligués contre lui pour ce second tour, le maire sortant (DVD) a conservé son poste au terme d’une triangulaire », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Réélu avec 47,8 % des voix, Bernard Jamet a maintenu une avance confortable sur son ancien colistier Nicolas Ponchel (DVD), qui a pourtant doublé ses voix (il est passé de 1 100 à 2 206 soit 40,13 % des suffrages) grâce à son alliance avec Dominique Gaubert et Marie-Evelyne-Christin entre-deux tours. Le communiste Gilles Heurfin complète la triangulaire avec 12,06 % des voix ».
  29. Gilles Morin, Nadia Ténine-Michel, « LABEUR Jean : Né le 30 décembre 1898 à Montgaillard (Ariège) ; mécanicien, chef d’atelier en 1945, ingénieur chef de service en 1959 ; militant socialiste de Sannois (Seine-et-Oise devenue Val d’Oise) ; maire de Sannois », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  30. « L'ancien maire est décédé », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Entré au conseil municipal de Sannois en 1953, sept ans après son installation dans la ville en tant que médecin, il avait été élu en 1959 à sa tête. A l'époque, il décrivait Sannois comme « une petite ville à l'agonie, sans égout, sans eau dans les immeubles, avec quatre ou cinq rues goudronnées et un centre-ville en perdition qui se dépeuplait ». Il avait cédé son fauteuil cinq mandats et demi plus tard, le 1er février 1992, au maire actuel Yanick Paternotte, dont il était resté le premier adjoint jusqu'en 1995 ».
  31. « André Cancelier », sur https://www.whoswho.fr (consulté le ).
  32. « Bernard Jamet confronté aux emprunts toxiques à Sannois : Un peu plus de cent jours après le second tour des municipales, nous vous proposons de dresser le bilan des premiers pas des nouveaux maires. Aujourd'hui, l'élu (DVD) de Sannois », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  33. « Bernard Jamet a pris sa carte aux Républicains : Le maire de Sannois, non encarté durant la campagne des municipales, avait quitté l'UMP lors de la bataille Copé-Fillon. », L'Écho-Le Régional,‎ (lire en ligne).
  34. Alexandre Boucher, « Municipales : le maire sortant garde le cap à Sannois : Après un premier mandat houleux marqué par la démission de nombreux adjoints et conseillers, Bernard Jamet (DVD), candidat à sa succession, n’a rien perdu de son assurance », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Daniel Chollet, « Municipales 2020 : Bernard Jamet en piste à Sannois : Le maire (Dvd) sortant, âgé de 63 ans, à la tête de la mairie depuis 2014, est candidat à un deuxième mandat », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Conseil municipal du 3 juillet 2020 - Compte-rendu » [PDF], Archives des comptes rendus municipaux depuis 2019, sur https://www.ville-sannois.fr/ (consulté le ).
  37. « SANNOIS », sur www.villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  38. « Maison des loisirs et des arts », sur Sannois (consulté le ).
  39. « École de musique », sur Sannois (consulté le ).
  40. « Médiathèque intercommunale André Cancelier », sur Sannois (consulté le ).
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  43. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  44. « Comparateur de territoires−Commune de Sannois (95582) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  45. Notice no PA00080205, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. a b c et d Jacques Delaplace et Claude Adam, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Sannois », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 805-815 (ISBN 2-84234-056-6).
  47. « Le moulin et la vigne », sur Sannois (site officiel) (consulté le ).
  48. « Musée Utrillo-Valadon », sur Sannois (site officiel) (consulté le ).
  49. « Musée de la Boxe », sur Sannois (site officiel) (consulté le ).
  50. Emmanuel Bénézit: Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs. Gründ, 1999. Voir tome 8 page 411.
  51. Régis Debray: Ledannois, le territoire de l'œil. Editions Pierre Horay, Paris, 1977.