Isles-les-Meldeuses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isles.
Isles-les-Meldeuses
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Meaux
Canton Lizy-sur-Ourcq
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ourcq
Maire
Mandat
Jean-Michel Vavasseur-Desperriers
2014-2020
Code postal 77440
Code commune 77231
Démographie
Gentilé Iléos-Meldois
Population
municipale
781 hab. (2012)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 57″ N 3° 00′ 25″ E / 48.9992, 3.006948° 59′ 57″ Nord 3° 00′ 25″ Est / 48.9992, 3.0069  
Altitude Min. 42 m – Max. 119 m
Superficie 6,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Isles-les-Meldeuses

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Isles-les-Meldeuses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Isles-les-Meldeuses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Isles-les-Meldeuses

Isles-les-Meldeuses est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Iléos-Meldois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est à 12 km à l'est de Meaux.

Communes limitrophes d’Isles-les-Meldeuses
Congis-sur-Thérouanne Mary-sur-Marne
Isles-les-Meldeuses Tancrou
Germigny-l'Évêque Armentières-en-Brie

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans une boucle de la Marne en rive gauche avec la commune voisine d'Armentières-en-Brie.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une gare (Isles - Armentières - Congis) de la ligne Paris - la Ferté Millon (TransilienLigne P du Transilien).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existait à Isles, avant 1789, une seigneurie qui dépendait de l'abbaye de Jouarre. Son domaine, vendu le 2 novembre 1792 à un négociant de Lizy, moyennant 64 800 livres, consistait en une ferme et 186 arpents de terre. L'abbaye de Jouarre possédait en outre 15 hectares de terre en deux pièces vendues, le 22 août 1830, à Pierre Bayard, propriétaire du domaine des Bruyères, plus un bois dit de la Motte-l'Abbesse, qui est resté uni à la forêt de Montceaux.

Un autre fief de la paroisse, Asnières, appartenait au prieuré Saint-Pierre Saint-Paul de Reuil, près de La Ferté-sous-Jouarre. Son domaine consistait en une ferme et 358 arpents de terre, pré et bois qui furent vendus le 18 brumaire an V à un négociant de Mary-sur-Marne, moyennant 13 008 livres.

La paroisse d'Isles-lès-Meldeuses fut réunie à celle d'Armentières-en-Brie en 1790 pour constituer qu'une seule commune. Elle en sera détachée en 1906.

En 1770, la population y était de 98 feux soit 450 à 500 habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours Jean-Michel Vavasseur-Desperriers [2]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 781 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
250 248 527 308 302 248 278 324 363
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 -
432 337 407 498 602 722 739 781 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Isles-les-Meldeuses reçoit les ateliers de country et de zumba dans sa salle des fêtes. Ce village a aussi un terrain de tennis de basket et de football où il organise un stage annuel pour les jeunes du village.

Les moins sportifs et les enfants peuvent découvrir, sur un site de 5 hectares, la ferme pédagogique animalière Edentara. Ouvert une fois par mois aux visiteurs (de mars à novembre), ce parc héberge de nombreux animaux à plumes, à poils ou à écailles (vivarium). Pour les tarifs et dates voir le site de l'association Edentara[5].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Caprais.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le vocable de Saint Caprais, édifice roman à une seule nef.
C'est une ancienne chapelle qui fut agrandie par la suite.
Son clocher date du XIIIe siècle.

Personnalités de la commune[modifier | modifier le code]

Olivier Marteaux fut le premier maire d'Isles-les-Meldeuses en 1907.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Benoist, L., notice historique et statistique sur Armentières et Isle-lès-Meldeuses, impr. de Destouches, 1888.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]