Le Plessis-Placy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Plessis.
Le Plessis-Placy
L'église paroissiale du Plessis-Placy.
L'église paroissiale du Plessis-Placy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton La Ferté-sous-Jouarre
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ourcq
Maire
Mandat
Catherine Garnier
2014-2020
Code postal 77440
Code commune 77367
Démographie
Population
municipale
276 hab. (2014)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 28″ nord, 2° 59′ 20″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 149 m
Superficie 8,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Plessis-Placy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Plessis-Placy

Le Plessis-Placy est une commune française, située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Plessis-Placy est composée du bourg et de deux hameaux :

  • Beauvoir dit Beauval,
  • Saint Faron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vincy-Manœuvre Rosoy-en-Multien (Oise) May-en-Multien Rose des vents
Trocy-en-Multien N
O    Le Plessis-Placy    E
S
Congis-sur-Thérouanne Lizy-sur-Ourcq

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1738, il existe un moulin à vent sur la commune. Il est localisé géométriquement sur une carte manuscrite de Maraldi-Cassini III[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Catherine Garnier   sans profession

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 276 habitants, en augmentation de 4,15 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
329 316 379 357 328 337 307 306 315
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
302 312 298 313 332 352 288 324 314
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
303 290 255 231 333 323 277 307 294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
244 198 204 199 224 262 264 272 276
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Victor des XIIIe et XVIe siècles est située à l'extérieur du village par suite d'une épidémie. il ne reste que quelques éléments de la tour du clocher et du mur nord du XIIe siècle. Cette église aurait été selon la légende le lieu d'un événement peu banal : Bernier, laboureur et la veuve Clairin ayant chacun 12 enfants les auraient unis les uns aux autres et convolèrent également le même jour. Le vitrail qui relatait cet événement a été détruit par un ouragan en 1770[6]. Le pignon de l'édifice s'étant affaissé en 1984, une campagne de restauration est alors lancée pour l'ensemble du bâtiment. L'église abrite du mobilier classé monument historique :
    • le retable Le martyre de saint Victor offert en 1707 par le curé du village Jean-Baptiste Guyard
    • la dalle funéraire de l'abbé Vincent curé de la paroisse à l'intérieur de l'église : l'effigie du défunt y est gravée mais l'épitaphe est partiellement illisible (4e quart du XVIe siècle début XVIIe) Classée en 1977 aux Monuments Historiques
    • le vitrail de sainte Barbe, verre transparent de forme ronde et d'un diamètre de 35 environ sainte Barbe y est représentée avec sa tour classé aux Monuments Historiques en 1908

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • le curé Vincent. fin du XVIe début du XVIe siècle
  • Jean-Baptiste Théodon sculpteur du retable :L e martyre de saint- ictor en 1707.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Pignard-Péguet, Histoire illustrée de Seine-et-Marne, Auguste Gout, Orléans, 1911. Lire en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Accès en ligne à la carte.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Maurice Pignard-Péguet, voir Bibliographie, p. 566