Saint-Pierre-lès-Nemours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Pierre-lès-Nemours
Saint-Pierre-lès-Nemours
La mairie et son parc.
Blason de Saint-Pierre-lès-Nemours
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nemours
Maire
Mandat
Bruno Landais
2020-2026
Code postal 77140
Code commune 77431
Démographie
Gentilé Saint-Pierrois
Population
municipale
5 483 hab. (2017 en diminution de 1,38 % par rapport à 2012)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 48″ nord, 2° 40′ 53″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 115 m
Superficie 21,62 km2
Élections
Départementales Canton de Nemours
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Nemours
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Nemours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Nemours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-lès-Nemours
Liens
Site web saintpierrelesnemours.fr

Saint-Pierre-lès-Nemours est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Pierrois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Nemours. Les villes de Saint-Pierre-lès-Nemours et de Nemours sont contiguës.

À vol d'oiseau, Saint-Pierre-lès-Nemours est à 70 km au sud de Paris, 70 km au nord-est d'Orléans, 103 km à l'ouest de Troyes, 16 km au sud de Fontainebleau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

L'altitude varie de 60 mètres à 115 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 83 mètres d'altitude (mairie)[2]. Le Loing marque la fin de la plaine située à environ 100 mètres d'altitude qui englobe notamment le Gâtinais et la Beauce.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans la vallée du Loing, le système hydrographique de la commune se compose de sept cours d'eau référencés :

  • le Loing, rivière longue de 142,73 km[3], affluent en rive gauche de la Seine, ainsi que :
    • un bras de 0,24 km[4] ;
    • le cours d'eau 01 du Bois de l'Abreuvoir, 1,81 km[5], affluent du Loing ;
  • le canal du Loing, long de 45,90 km[6], construit au XVIIIe siècle, assurait à l'origine avec le canal d'Orléans, la jonction entre le bassin fluvial de la Loire et celui de la Seine ;
    • le canal 01 de Chaintreauville, 2,38 km[7], et ;
    • le canal 01 des Fontaines, 0,64 km[8], qui confluent avec le canal du Loing ;
  • le ru de Foljuif, 1,82 km[9], qui confluent avec l'aqueduc du Loing.

Par ailleurs, son territoire est également traversé par l'aqueduc du Loing[10].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 12,67 km[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 153 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[13] dont Chaintréauville, Puiselet, Montaviot, Foljuif.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[14], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 41,6 % de forêts, 31,5 % de terres arables, 11,3 % de zones urbanisées, 5,5 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 4,6 % de prairies, 2,3 % de zones agricoles hétérogènes[Note 3], 1,4 % de mines, décharges et chantiers, 1,2 % d’espaces verts artificialisés non agricoles et 0,6 % d’eaux continentales[Note 4],[11],[15].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 2 518 dont 85,8 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 13,8 % d'appartements[Note 5].

Parmi ces logements, 91,7 % étaient des résidences principales, 2,6 % des résidences secondaires et 5,7 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 79 % contre 19,9 % de locataires[16] dont, 7 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 6] et, 1,1 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Saint Pere de Nemox en 1384[17] ; Saint Pierre de Nemours en 1489[18].

Du saint éponyme.

En français, la préposition lès signifie « près de » (Nemours). La commune fut formée en 1789 par démembrement de celle de Nemours dont elle était, antérieurement, un faubourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis la nuit des temps (paléolithique supérieur, entre 30 000 et 10 000 av. J.-C.), le site de l’actuel Saint-Pierre-lès-Nemours a été habité. Il fut très tôt un lieu privilégié, en bordure de forêt (l’ancienne forêt de Bierre – aujourd’hui dite de Fontainebleau) et de rivière, le Loing, véritable voie de communication entre les vallées de la Seine et de la Loire. Le lieu, à l’abri des crues et à proximité d’un gué, permettait la chasse et la pêche ainsi que la cueillette[19]. Plus tard, ses prairies favorisèrent l’élevage, ses coteaux ensoleillés la culture de la vigne et les plateaux environnants, en bordure de la Beauce, le développement de l’agriculture. Un ensemble de facteurs propices à une implantation humaine et à son épanouissement, auquel s’ajoutait la présence de sources importantes (à Chaintréauville)[19].

Le développement se fit ensuite des deux côtés de la rivière, sa partie la plus importante restant celle des pentes de la rive gauche. Des sarcophages datant probablement de l’époque mérovingienne, mis au jour en 1895 et en 1956, montrent que le site de Saint-Pierre fut à l’origine de l’agglomération nemourienne. Il porta d’ailleurs, au cours des âges, diverses appellations, qui rappellent l’étymologie du nom : Nemausus, Nemus, Nemoracum. Puis, au commencement du XIIe siècle, il fut érigé en paroisse et une église y fut édifiée, Saint-Père de Nemox, consacrée plus tard officiellement à Saint-Pierre par le pape Alexandre III, et qui fut dite alors : Ecclesiam de Nemosio, ce qui la désignait comme l’église de la communauté tout entière[19]. Un établissement monastique, l’abbaye de la Joie-lès-Nemours, y avait été fondé, tandis que la cité prenait de l’importance et qu’un château y était érigé par les seigneurs locaux, en bordure de la rivière, près du gué[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1972 1992 Maurice Ruet RPR Conseiller général de Nemours (1979 → 1985)
1992 2001 Michel Verhaeghe    
2001 2020 Bernard Rodier [20] DVD-UMP Directeur technique
2020 En cours
(au 3 juillet 2020)
Bruno Landais DVD Fonctionnaire territorial

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Saint-Pierre-lès-Nemours.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Saint-Pierre-lès-Nemours.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Wappen bad hoenningen.pngBad Hönningen[21]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2017, la commune comptait 5 483 habitants[Note 7], en diminution de 1,38 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
473522513502668739701765728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
704712816800813832891890897
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9059331 0281 1611 2961 4671 6191 8992 110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 1243 2983 7134 7775 3745 8155 7535 5755 466
2017 - - - - - - - -
5 483--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone industrielle du Port, zone artisanale du Clos-Saint-Jean, environ 70 artisans et commerçants.
  • L'économie de la commune se base principalement sur les carrières, sablières, céréales et la coopérative agricole.
  • L'Écotron d'Île-de-France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-Saint-Paul.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Pierre-lès-Nemours.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D'or à trois trangles ondées d'azur accompagnées de trois quintefeuilles de gueules ; au chef d'azur chargé de deux clés en sautoir celle en bandes d'or, celle en barre d'argent, accostées de deux fleurs de lis d'or. L'écu timbré de la couronne murale à trois tours crénelées d'or, ouverte et maçonnée de sable est soutenu par deux branches de chêne de sinople englantées et liées d'or, croisées en pointe en sautoir.

  • Le champ de l'écu concrétise les carrières de sable fin blanc utilisé pour la verrerie et la fonderie ;
  • Les ondes symbolisent, à la fois, le canal du Loing et les importantes sources d'eau potable qui alimentent la commune, Nemours et Paris ;
  • Les deux clés en sautoir symbolisent le saint-patron de la commune (la clé d'or est celle du pouvoir spirituel, celle d'argent du pouvoir temporel de la papauté) ;
  • Les deux fleurs de lis sont empruntées aux armes de la province d'Île-de-France ;
  • Les branches de chêne rappellent également la forêt, mais plus particulièrement l'essence d'arbre la plus fréquente dans cette forêt ;
  • La couronne murale crénelée est le symbole que portaient les déesses grecques tutélaires des cités et qui est devenue le symbole traditionnel des villes (sans pour autant qu'elles aient été fortifiées).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  6. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 4 septembre 2020 »
  2. « Saint-Pierre-lès-Nemours » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Loing (F4--0200) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loinf (F4377501) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cours d'eau 01 du Bois de l'Abreuvoir (F4376000) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le canal du Loing (F4--3692) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de Chaintreauville (F4377202) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 des Fontaines (F6414600) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Foljuif (F4375000) »
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - aqueduc du Loing (F---2402) »
  11. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 19 septembre 2019
  12. Transdev, ligne 13C
  13. Site territoires-fr.fr consulté le 20 septembre 2019 sous le code commune 77431.
  14. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  15. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  16. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 23 août 2020
  17. Archives nationales, P 131, fol. 113 v°.
  18. Archives nationales, S 15671.
  19. a b c et d « HISTOIRE de Saint-Pierre-lès-Nemours », sur Site officiel (consulté le 24 mai 2012)
  20. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en mars 2014).
  21. « Jumelage » (consulté le 17 juillet 2020)
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  26. Notice no PA00087275, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Notice no PM77002241, base Palissy, ministère français de la Culture