Montmachoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montmachoux
Montmachoux
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Montereau
Maire
Mandat
Patrick Jacques
2020-2026
Code postal 77940
Code commune 77313
Démographie
Gentilé Michaomontois
Population
municipale
257 hab. (2019 en augmentation de 10,3 % par rapport à 2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 10″ nord, 2° 59′ 38″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 155 m
Superficie 4,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nemours
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmachoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmachoux
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Montmachoux
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montmachoux
Liens
Site web montmachoux.fr

Montmachoux est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ambiance de la commune. Au fond, l'église.

Montmachoux se situe au sud-est de la Seine-et-Marne, à la limite des régions Île-de-France, Bourgogne (département de l'Yonne) et Centre-Val de Loire (département du Loiret) et à 8,5 km au sud de Montereau-Fault-Yonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montmachoux
Esmans La Brosse-Montceaux
Montmachoux
Thoury-Férottes Voulx Diant

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude varie de 96 mètres à 155 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 130 mètres d'altitude (mairie)[1]. La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,8 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,2 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 733 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -1,4 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -2,3 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[4]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[6]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 39 km à vol d'oiseau[7], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[8] à 11,6 °C pour 1991-2020[9].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[10],[11].

Un espace protégé est présent sur la commune : la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (46 056 ha pour la zone centrale). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[12],[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montmachoux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[17],[18].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte 43 lieux-dits administratifs[Note 4] répertoriés consultables ici[19] (source : le fichier Fantoir).

L’habitat est regroupé en un bourg au bâti de qualité, au milieu d’un territoire agricole de 440 hectares.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (82,5% ), forêts (9,1% ), zones agricoles hétérogènes (8,3 %)[20].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[21],[22],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Seine et Loing, dont le projet a été arrêté le , porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) Seine et Loing rassemblant à la fois 44 communes et trois communautés de communes[23].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[24]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 117 dont 99,1 % de maisons et 0,9 % d'appartements[Note 5].

Parmi ces logements, 81,2 % étaient des résidences principales, 11,1 % des résidences secondaires et 7,7 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 90,5 % contre 7,4 % de locataires et 2,1 % logés gratuitement[25].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

En transports en commun, le village est accessible par les cars SIYONNE depuis la gare de Montereau :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes de Monte Michao au IXe siècle[28],[29] ; Monte Macho vers 1136[30] ; Montmachioth et Mons Mascoth vers 1150[31] ; Ad Montem Machoi en 1172[32] ; Montmacho en 1173[33] ; Mons Machon en 1174[34] ; Monmachet vers 1222 (Livre des vassaux)[35] ; Monmacho au XIIIe siècle[36] ; Montmachou en 1281[37] ; Montmacho en 1356[38].

La commune doit son nom à son origine latine : « Monte Michao » (Mont Saint Michel ou Mont Michel)[39].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle, Montmachoux est une dépendance de la seigneurie d'Esmans.

La chapelle est desservie par le curé d'Esmans jusqu'en 1662, date à laquelle les habitants de Montmachoux obtiennent qu'un curé demeure en permanence au village, même s'ils continuent de solliciter l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, dont dépend la seigneurie d'Esmans, pour supporter les dépenses de réparation de l'église.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En , lors de la bataille de France le 8e régiment de tirailleurs sénégalais se dispose en réserve à Montmachoux. Un premier poste garde l'entrée sur la route d'Esmans et un second se trouve au chemin des vignes. Les Allemands attaquent au canon le et s'emparent du village. On dénombre au moins 6 morts parmi les tirailleurs ; 3 d'entre eux seront inhumés dans le cimetière de la commune[40].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans le département de Seine-et-Marne.

Lors de sa création par la Révolution française, elle était rattachée à l'arrondissement de Fontainebleau, puis en 1926 à celui de Melun, et à nouveau, en 1988, à celui de Fontainebleau[41]. Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Provins[42].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Lorrez-le-Bocage-Préaux[41]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nemours.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré en 2012 à la petite communauté de communes du Bocage Gâtinais.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), cette intercommunalité éclate, et certaines de ses communes, dont Biennes, sont rattachées le à la communauté de communes des Deux Fleuves (CC2F)[43], qui prend, lors de cette extension, la dénomination de communauté de communes du Pays de Montereau, dont est membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[44]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1904 Gustave Charrier   Rentier
1904 1908 François Arthur Maitrat   Propriétaire
1908 1912 Gaston Jules Bordier   Cultivateur
1912 1919 Albert Pierre   Cultivateur
1919 après 1937 Gustave Bordier   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1977 Marius Bordier    
mars 1977 mars 2001[45] Bernard Piesse DVD Agriculteur
mars 2001 mars 2008 André Tate   Commerçant
mars 2008 mars 2014[46] Jacques Rousseau   Ancien cadre dirigeant d'une PME
mars 2014[47] ,[48] En cours
(au 18 juin 2018)
Patrick Jacques    

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a installé tardivement son réseau assainissement collectif en 1999, tout en remettant en état le réseau d'eau potable. Le remboursement des emprunts amène à un coût de l'eau potable parmi les plus élevés de France en 2014[45]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [49],[50].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Montmachoux ne dispose pas d'assainissement collectif[51],[52].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[53]. La communauté de communes Pays de Montereau (CCPM) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à la SAUR, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2026[51],[54].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté de communes Pays de Montereau (CCPM) qui en a délégué la gestion à l'entreprise Veolia, dont le contrat expire le [51],[55],[56].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Bocage[57].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Michaomontois[58].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[59]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[60].

En 2019, la commune comptait 257 habitants[Note 6], en augmentation de 10,3 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238267253298298325307314342
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
317315312277278258269268278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280264228179193179177185171
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
179164147158167220230231235
2017 2019 - - - - - - -
246257-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d’école primaire publique (maternelle ou élémentaire)[62].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 93, représentant 233 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 23 710 euros[63].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 18, occupant 87 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 60,1 % contre un taux de chômage de 7 %.

Les 32,9 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,1 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 15,4 % de retraités ou préretraités et 8,4 % pour les autres inactifs[64].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 19 dont 6 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans la construction, 9 dans le commerce-transports-services divers et 2 étaient relatifs au secteur administratif[65].

Ces établissements ont pourvu 7 postes salariés.

  • Parmi les exploitations agricoles, il faut compter un élevage d'autruches créé en 1987[66].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Montmachoux est dans la petite région agricole dénommée la « Bocage gâtinais », à l'extrême sud du département[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 7] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[67].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[68]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 7 en 1988 à 6 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 83 ha en 1988 à 96 ha en 2010[67]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Montmachoux, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Montmachoux entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[67],[Note 8]
Nombre d’exploitations (u) 7 4 6
Travail (UTA) 9 8 7
Surface agricole utilisée (ha) 582 424 575
Cultures[69]
Terres labourables (ha) 577 406 556
Céréales (ha) 406 228 354
dont blé tendre (ha) 279 209 268
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 90 s 19
Tournesol (ha) 76 58 68
Colza et navette (ha) 46 54 77
Élevage[67]
Cheptel (UGBTA[Note 9]) 165 100 2

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin du XIe siècle, inscrite au titre des monuments historiques en 1926[70],[71].
  • Dans le cimetière, jouxtant l'église, et devant le monument aux morts se trouve un carré militaire de trois tombes de tirailleurs sénégalais tombés au début de la Seconde Guerre mondiale en défendant la commune.
  • Également dans le cimetière, trois croix en ferronnerie du XIXe siècle, sur les tombes de Jérôme Venet, Placide Nonat et Emmerencienne Cousin, classées monuments historiques[72].
  • Croix de chemin, au carrefour des Noues[73].
  • Croix de Saint-Constant[74].
  • Le « sentier des croix », boucle pédestre de 7 km inaugurée en 2013, dont l'origine se trouve au parvis de l'église[75].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  5. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  8. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  9. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Montmachoux - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Montmachoux » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Plan séisme consulté le 15 mars 2020 ».
  3. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 15 mars 2020
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Montmachoux et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  10. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  11. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  13. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb (consulté en ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  21. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  22. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  23. « Le SCOT Seine et Loing », sur www.scot-seine-loing.fr (consulté le ).
  24. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  25. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 29 juillet 2020
  26. Transdev, ligne Ea
  27. Transdev, ligne Eb
  28. Polyptyque d'Irminon
  29. Toponymie générale de la France. Étymologie de 35.000 noms de lieux, Ernest Nègre, 1991.
  30. Chartes Preuilly, p. 12.
  31. Chartes Preuilly, p. 28 et 29.
  32. Dom Marrier, p. 305.
  33. Dom Marrier, p. 307.
  34. Dom Bouillart, n° LXII.
  35. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 384.
  36. Longnon, I, 220.
  37. Boutaric, Parlement, I, 369.
  38. Archives nationales, S 2965, no 2.
  39. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  40. 39-45 en Seine-et-Marne : des lieux, des hommes.., Département de Seine-et-Marne, direction des Archives départementales, 71 p., pdf, « Les combats de Montmachoux et de Château-Landon », p. 10.
  41. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  43. « La CC2F s’agrandit : La communauté de communes du Bocage Gâtinais est vouée à disparaître. Sur les 8 communes qui la composent, 6 vont rejoindre la CC2F au prochain », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. « Montmachoux », Société d’Histoire, d’Archéologie, de Généalogie et d’Echange - SHAGE 77 (consulté le ).
  45. a et b « Seine-et-Marne : ici coule l'eau la plus chère de France : A Montmachoux, l'eau potable coûte 9,86 € le m3. Surendettée, la mairie dit ne rien pouvoir faire de plus pour réduire ce tarif astronomique », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Jacques Rousseau : « Notre mal-être est une réalité » : Maire de Montmachoux », Le Parisien, édition de Seine-et-Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal du 28 mars 2014 » [PDF], http://www.montmachoux.fr/library/Conseil-2014-03-28, sur http://www.montmachoux.fr/ (consulté le ).
  48. Marie Drucker, « Élections municipales : un maire qui ne se représente pas », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  50. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  51. a b et c « Commune de Montmachoux - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  52. « Fonctionnement des services d'assainissement collectif de Seine-et-Marne - carte arrêtée en février 2020 », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  53. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  54. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  55. « CC Pays de Montereau (CCPM) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  56. « CC Pays de Montereau (CCPM) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  57. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  58. www.habitants.fr
  59. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  60. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  62. Écoles Primaires, portail indépendant sur l'école primaire, consulté le 8 octobre 2020
  63. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 9 octobre 2020
  64. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 9 octobre 2020
  65. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 9 octobre 2020
  66. Sylvain Deleuze, « Montmachoux : déjà 30 ans que Sylvette et son mari élèvent des autruches : Ce couple de pionniers s’est lancé dans cette aventure en avril 1987. Passionnée par ce drôle d’oiseau, Sylvette propose des visites guidées de sa ferme le week-end », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Montmachoux », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  68. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  69. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Montmachoux », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  70. « L'église Saint-Martin », notice no PA00087135, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. « Objets mobiliers classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.
  72. « Trois croix en ferronnerie », notice no PA00087134, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. « Croix », notice no PA00087132, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. « Croix dite de Saint-Constant », notice no PA00087133, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. C. R., « Le sentier des croix », Le Petit journal de Montmachoux, no 23,‎ .
  76. Socialistes à Paris 1905-2005