Hondevilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hondevilliers
Hondevilliers
Église Saint-Loup-et-Saint-Gilles et mairie.
Blason de Hondevilliers
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Coulommiers
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie des Morin
Maire
Mandat
Gilles Martial
2014-2020
Code postal 77510
Code commune 77228
Démographie
Population
municipale
256 hab. (2016 en augmentation de 6,67 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 58″ nord, 3° 18′ 33″ est
Altitude Min. 108 m
Max. 211 m
Superficie 5,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hondevilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hondevilliers

Hondevilliers est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Hondevillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hondevilliers est un petit village rural situé aux confins nord-est de la Seine-et-Marne. À 10 km au sud, se trouve le chef-lieu de canton : Rebais. Coulommiers, en Seine-et-Marne est à une vingtaine de kilomètres. Château-Thierry dans l’Aisne se situe à une vingtaine de kilomètres et Montmirail dans la Marne est également à la même distance.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nogent-l'Artaud (Aisne) Rose des vents
Bassevelle N Verdelot
O    Hondevilliers    E
S
Sablonnières Villeneuve-sur-Bellot

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

  • le ru d'Avaleau, 4,8 km[1], affluent du Petit Morin, et des deux affluents ;
    • le ru de la Fontaine aux Dames, 1,8 km[2] ;
    • le ru des Étangs , 3,1 km[3].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 4,66 km[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 37 lieux-dits administratifs répertoriés[5] dont le plus important est Flagny.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 63,9 % de terres arables, 19,4 % de forêts, 10,7 % de prairies et 6 % de zones urbanisées[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Hondevilers et Hondivilers en 1249[6] ; Hondeivillers en 1265[7] ; Hondeviller en 1325[8] ; Parrochia de Hondevillaribus en 1513[9] ; Ondevilliers en 1720 (Saugrain) et en 1731[10].

Hundo : qui a rapport au chien, en allemand : Hund[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Hondevilliers doit son nom « Onde » au nombre important de sources : la Fontaine Saint Loup, la Fontaine Saint Potentien, et la Goulotte qui ont été beaucoup courtisées pendant le manque d’électricité et le manque d’eau à la fin décembre 1999. Sur ce point élevé : 204 m, se trouve un château d’eau qui alimente en eau potable plus de 20 communes. La station de pompage est en bas de cette butte, au hameau de Flagny. L’eau est pompée à la source de la Fontaine aux Dames. Cette source alimente également le ru de la Fontaine aux Dames qui devient le ru d’Avalleau avant de se jeter dans le Petit Morin à Sablonnières près du Pont Bleu. Autrefois, sur le ru de la Fontaine aux Dames, il y avait trois moulins : le moulin d’en Haut, le moulin du Milieu, en bas de la rue du Montcel, le moulin d’en Bas ou de Courte Soupe. La rue de Montcel qui rejoint la Noue le Prêtre de Verdelot et les Fans de Villeneuve sur Bellot était autrefois le « terroir » du Montcel et faisait partie de Bussières : sur le registre des paroissiaux. Le Terroir du Montcel a été rattaché au village en 1798.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  Jean Autéreau    
André Fauvet    
en cours Gilles Martial    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2016, la commune comptait 256 habitants[Note 2], en augmentation de 6,67 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
207237237244289270300319342
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
292286278287278279284278272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
272271246207220201172183168
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
165142120176185215243240256
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Porte d'une ancienne tuilerie.

La commune avait une importante activité de tuilerie au XIXe siècle : malgré sa petite taille, en 1843, on en dénombrait ainsi trois[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Club de tennis de table qui évolue en division régionale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru d'Avaleau (F6252000) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Fontaine aux Dames (F6252400) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Étangs (F6252600) »
  4. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 26 octobre 2018
  5. Site territoires-fr.fr consulté le 28 octobre 2018 sous le code commune 77228
  6. Rôles des fiefs, 200 et 473.
  7. Longnon, I, 233.
  8. Longnon, II, 336.
  9. Longnon, Pouillés, p. 485.
  10. Du Plessis, I, p. 205.
  11. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, page 9, (ISBN 2402033592).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Louis Michelin, Tableau scénographique, faisant suite aux essais historiques sur le département de Seine-et-Marne, etc., A.C. Michelin, (lire en ligne), p. 21