Everly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Everly (homonymie).

Everly
Everly
L'ancienne poste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes de la Bassée - Montois
Maire
Mandat
Laurence Guérinot
2014-2020
Code postal 77157
Code commune 77174
Démographie
Gentilé Everlytois
Population
municipale
597 hab. (2016 en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 01″ nord, 3° 14′ 59″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 81 m
Superficie 8,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Everly

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Everly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Everly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Everly

Everly est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Everlytois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 14 km au sud de Provins et à 26 km au nord-est de Montereau-Fault-Yonne.

Communes limitrophes d’Everly
Chalmaison Gouaix
Les Ormes-sur-Voulzie Everly
Mouy-sur-Seine Jaulnes

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Domaine de la Haye (ferme).

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la plaine alluviale boisée et marécageuse de la Bassée.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Lavoir sur le ru des Méances.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Toponyme issu sans doute de l'anthroponyme noble Averly.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le terrain actuel d'Everly était un lieu déjà utilisé durant l'Antiquité car se trouvait la fameuse route de l'étain qui était importante pour le commerce à l'époque. On sait toutes ces informations grâce aux vestiges de villae gallo-romaines retrouvés autour du terrain de la commune actuelle, par des fragments de silex, par des restes de sculptures et également par d'anciennes cartes. Le nom d'Everly est mentionné pour la première fois au XIIe siècle sous la forme latinisée Averleium (probablement d'origine gauloise) avec un certain Girard d'Averly (dont on connait peu de traces de son existence ). Girard d'Averly possédait une grande seigneurie s'étendant de Provins à Bray-sur-Seine avec une grande forteresse médiévale qu'il fit bâtir en 1154. Girard d'Averly eut des descendants, notamment Girard II d'Averly qui hérita du château de son père. Au début du XIVe siècle, le domaine et le fief de la cour d'Averly appartient à la famille de Chailly. Au XVe siècle, la veuve de Philippe de Chailly lègue la forteresse à sa cousine, Jeanne de Hémery. La fille de cette dernière épouse Jean Roux, propriétaire et seigneur du château de Sigy. Après les guerres de religion, un certain Gabriel de La Vallée acquiert le domaine et le fait agrandir, modifier, fait construire des écuries encore visibles aujourd'hui, ainsi que de somptueux jardins avec des allées, des parcs, des canaux, des terrasses et des bosquets, ce qui donna naissance à un deuxième château dont la cour s'étendait sur 150 hectares. Plus tard, il y mourut centenaire en 1610. Son petit-neveu Gabriel de La Vallée-Fossez hérita du domaine et il érigea la terre du marquisat et la localité en paroisse en 1626 et agrandit la chapelle sainte Catherine (construite au XIIe siècle) d'Everly en église pendant l'année 1643. En 1655, Antoinette-Louise de Mesme épouse Louis-Victor Rochechouart duc de Vivonne-Mortemart, le frère de la marquise de Montespan qui était la favorite du roi Louis XIV . Quatre générations de Rochechouart vont se succéder jusqu'à la Révolution où le deuxième château fut anéanti. Vers 1850, le comte de Luçay érigea un troisième château mais qui fut victime d'un incendie à la fin du XIXe siècle. Après ce drame, ce dernier fut détruit sous l'ordre du préfet de la Seine en 1896. Le reste du domaine a été abandonné et pratiquement oublié au cours du XXe siècle. C'est seulement à la fin de celui-ci que la commune d'Everly entreprend la restauration des derniers vestiges du domaine des ducs de Mortemart, c'est-à-dire : les bosquets, les douves, les terrasses et le canal de l'ancien château. Cet ensemble constitue le "Miroir". Au cours de l'année 2015, 2016 et 2017, des travaux de restauration de cet espace ont été entrepris avec de nouvelles allées, une aire de jeux, des endroits engazonnés ainsi que de nouveaux arbres plantés pour valoriser le patrimoine de la commune.

Sources :

- Détection loisirs 77, Everly

- Archives communales

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Jean-Pierre Petit    
mars 2014 En cours Laurence Guérinot[4]   Agricultrice

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 597 habitants[Note 1], en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
538593518504537538514509512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506503513466470440422423401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344339305300349363370349339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
344305287342583569610591604
2016 - - - - - - - -
597--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football, Championnat de CDM, Everly FC 1 et 2.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Saut-de-loup, parc de l'ancien château.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le vocable de sainte Catherine, XIIe siècle et XVIe siècle.
  • Ferme de la Haye, ancienne dépendance de l'ancien château des ducs de Mortemart, aujourd'hui domaine privé.
  • Parc des ducs de Mortemart et jardins dit du Miroir, ancienne dépendance du château aujourd'hui disparu, ouvert au public.
  • Bâtiment de la Poste, ancienne école des filles, (1876).
  • Lavoir (1860).
  • Le sentier de grande randonnée GR 11F traverse la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]