Everly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Everly
Everly
L'ancienne poste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes de la Bassée - Montois
Maire
Mandat
Laurence Guerinot
2020-2026
Code postal 77157
Code commune 77174
Démographie
Gentilé Everlytois
Population
municipale
586 hab. (2018 en diminution de 3,14 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 01″ nord, 3° 14′ 59″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 81 m
Superficie 8,76 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Provins
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Everly
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Everly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Everly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Everly

Everly est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 14 km au sud de Provins et à 26 km au nord-est de Montereau-Fault-Yonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la plaine alluviale boisée et marécageuse de la Bassée. L'altitude varie de 54 mètres à 81 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 66 mètres d'altitude (mairie)[1].

Elle est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier d'Everly.
Lavoir sur le ru des Méances.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de sept cours d'eau référencés :

  • le ruisseau des Méances, long de 27,14 km[3], affluent de la Seine en rive droite, ainsi que :
    • un bras de 1,34 km[4] ;
    • le fossé 01 des Chaintres, canal de 3,04 km[5], conflue avec le ruisseau des Méances ;
    • la Grande Noue d'Hermé, longue de 21,61 km[6], affluent du ruisseau des Méances ;
      • le fossé 01 de la Pièce au Prêtre, canal de 2,17 km[7], et ;
      • le fossé 01 de la Verpillotte, canal de 2,14 km[8], qui confluent avec la Grande Noue d'Hermé ;
        • le fossé 01 de la Pâture du Mée, canal de 1,02 km[9], qui conflue avec le fossé 01 de la Verpillotte.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 13,60 km[10].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[11].

La commune fait partie du SAGE « Bassée Voulzie », en cours d'élaboration en décembre 2020. Le territoire de ce SAGE concerne 144 communes dont 73 en Seine-et-Marne, 50 dans l'Aube, 15 dans la Marne et 6 dans l'Yonne, pour une superficie de 1 710 km2[12],. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par Syndicat Mixte Ouvert de l’eau potable, de l’assainissement collectif, de l’assainissement non collectif, des milieux aquatiques et de la démoustication (SDDEA), qualifié de « structure porteuse »[13].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,7 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,9 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 729 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 0,2 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 0,2 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[15]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[14]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[16]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 45 km à vol d'oiseau[17], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[18] à 11,6 °C pour 1991-2020[19].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[20],[21].

Un espace protégé est présent sur la commune : la réserve naturelle nationale de « La Bassée », d'une superficie de 867 ha, la plus grande d’Île de France. Elle englobe une mosaïque de milieux, étroitement liés à la dynamique de la Seine et des noues, qui abrite un patrimoine naturel d'exception[22],[23].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[24].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[25],[Carte 1] :

  • la « Bassée », d'une superficie de 1 403 ha, une vaste plaine alluviale de la Seine. Elle abrite la plus grande et l’une des dernières forêts alluviales du Bassin parisien ainsi qu’un ensemble relictuel de prairies humides[26],[27] ;

et un au titre de la « directive Oiseaux »[25] :

  • la « Bassée et plaines adjacentes », d'une superficie de 27 643 ha, une vaste plaine alluviale de la Seine bordée par un coteau marqué au nord et par un plateau agricole au sud. Elle abrite une importante diversité de milieux qui conditionnent la présence d’une avifaune très riche[28],[29].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal d'Everly comprend trois ZNIEFF de type 1[Note 2],[30],[Carte 2] :

  • la « La Pature du Mée » (70,02 ha), couvrant 2 communes du département[31] ;
  • les « plans d'eau des Chaintres à Everly » (152,61 ha)[32] ;
  • la « Reserve de la Bassée et Abords » (1 062,13 ha), couvrant 8 communes du département[33] ;

et un ZNIEFF de type 2[Note 3],[30], la « vallée de la Seine entre Montereau et Melz-sur-Seine (Bassee) » (14 216,75 ha), couvrant 26 communes du département[34].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Everly est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 4],[35],[36].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[37],[38].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 87 lieux-dits administratifs[Note 6] répertoriés[39] dont le Domaine de la Haye (ferme).

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (47,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (46,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47,5% ), terres arables (38,3% ), eaux continentales[Note 7] (8,7% ), zones urbanisées (5,5 %)[40].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[41],[42],[Carte 3]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 4].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Grand Provinois, dont le projet a été arrêté le , porté par le Syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) du Grand Provinois, qui regroupe les Communautés de Communes du Provinois et de Bassée-Montois, soit 82 communes[43].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[44]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 5].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 285 dont 99,3 % de maisons et 0,7 % d'appartements[Note 8].

Parmi ces logements, 81,8 % étaient des résidences principales, 15,4 % des résidences secondaires et 2,8 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 89,6 % contre 9,1 % de locataires et 1,3 % logés gratuitement [45].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Averleium en 1177[48] ; Avelliacum en 1196[49] ; Avelli vers 1201[50] ; Avilli vers 1222 (Livre des vassaux)[51] ; Averli en 1271[52] ; Villa de Avelly au XIVe siècle ; Averly en 1460[53] ; Evarly en la paroisse de Charlemaison en 1483[54] ; Averly en la parroisse de Chalemaison en 1507[55] ; Everly en Brie en 1741[56].

L'origine de ce nom est indo-européenne; l'étymologie de ce toponyme provient de l'agglutination du nom de personne gallo-romain Averlius et du suffixe acum qui signifie : la « terre d'Averlius (né en avril) » .

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terrain actuel d'Everly était un lieu déjà utilisé durant l'Antiquité car se trouvait la fameuse route de l'étain qui était importante pour le commerce à l'époque. On sait toutes ces informations grâce aux vestiges de villae gallo-romaines retrouvés autour du terrain de la commune actuelle, par des fragments de silex, par des restes de sculptures et également par d'anciennes cartes. Le nom d'Everly est mentionné pour la première fois au XIIe siècle sous la forme latinisée Averleium (probablement d'origine gauloise) avec un certain Girard d'Averly (dont on connait peu de traces de son existence ). Girard d'Averly possédait une grande seigneurie s'étendant de Provins à Bray-sur-Seine avec une grande forteresse médiévale qu'il fit bâtir en 1154. Girard d'Averly eut des descendants, notamment Girard II d'Averly qui hérita du château de son père. Au début du XIVe siècle, le domaine et le fief de la cour d'Averly appartient à la famille de Chailly. Au XVe siècle, la veuve de Philippe de Chailly lègue la forteresse à sa cousine, Jeanne de Hémery. La fille de cette dernière épouse Jean Roux, propriétaire et seigneur du château de Sigy. Après les guerres de religion, un certain Gabriel de La Vallée acquiert le domaine et le fait agrandir, modifier, fait construire des écuries encore visibles aujourd'hui, ainsi que de somptueux jardins avec des allées, des parcs, des canaux, des terrasses et des bosquets, ce qui donna naissance à un deuxième château dont la cour s'étendait sur 150 hectares. Plus tard, il y mourut centenaire en 1610. Son petit-neveu Gabriel de La Vallée-Fossez hérita du domaine et il érigea la terre du marquisat et la localité en paroisse en 1626 et agrandit la chapelle sainte Catherine (construite au XIIe siècle) d'Everly en église pendant l'année 1643. En 1655, Antoinette-Louise de Mesme épouse Louis-Victor Rochechouart duc de Vivonne-Mortemart, le frère de la marquise de Montespan qui était la favorite du roi Louis XIV. Quatre générations de Rochechouart vont se succéder jusqu'à la Révolution où le deuxième château fut anéanti. Vers 1850, le comte de Luçay érigea un troisième château mais qui fut victime d'un incendie à la fin du XIXe siècle. Après ce drame, ce dernier fut détruit sous l'ordre du préfet de la Seine en 1896. Le reste du domaine a été abandonné et pratiquement oublié au cours du XXe siècle. C'est seulement à la fin de celui-ci que la commune d'Everly entreprend la restauration des derniers vestiges du domaine des ducs de Mortemart, c'est-à-dire : les bosquets, les douves, les terrasses et le canal de l'ancien château. Cet ensemble constitue le "Miroir". Au cours de l'année 2015, 2016 et 2017, des travaux de restauration de cet espace ont été entrepris avec de nouvelles allées, une aire de jeux, des endroits engazonnés ainsi que de nouveaux arbres plantés pour valoriser le patrimoine de la commune.

Sources :

- Détection loisirs 77, Everly

- Archives communales

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 1983 Jean Mirabal    
mars 1983 mars 2014 Jean-Pierre Petit    
mars 2014 En cours Laurence Guérinot[57]   Agricultrice

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[58]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[59].

En 2018, la commune comptait 586 habitants[Note 9], en diminution de 3,14 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
538593518504537538514509512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506503513466470440422423401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344339305300349363370349339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
344305287342583569610591604
2018 - - - - - - - -
586--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[60] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football, Championnat de CDM, Everly FC 1 et 2.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 245, représentant 645 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 21 530 euros[62].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 40, occupant 272 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 65,9 % contre un taux de chômage de 9,1 %.

Les 24,9 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,1 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 7,4 % de retraités ou préretraités et 7,4 % pour les autres inactifs[63].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 26 dont, 1 dans l’industrie, 4 dans la construction, 17 dans le commerce-transports-services divers et 4 étaient relatifs au secteur administratif[64].

Ces établissements ont pourvu 29 postes salariés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Saut-de-loup, parc de l'ancien château.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le vocable de sainte Catherine, XIIe siècle et XVIe siècle.
  • Ferme de la Haye, ancienne dépendance de l'ancien château des ducs de Mortemart, aujourd'hui domaine privé.
  • Parc des ducs de Mortemart et jardins dit du Miroir, ancienne dépendance du château aujourd'hui disparu, ouvert au public.
  • Bâtiment de la Poste, ancienne école des filles, (1876).
  • Lavoir (1860).
  • Le sentier de grande randonnée GR 11F traverse la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 d'Everly » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..
  2. « Zones ZNIEFF d'Everly » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..
  3. « Everly - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  4. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  5. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Everly » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Plan séisme consulté le 31 mai 2020 »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Ruisseau des Meances (F2220600) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras des Méances (F2224001) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Chaintres (F2226002) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Grande Noue d'Hermé (F2228000) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Pièce au Prêtre (F2228202) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Verpillotte (F2228302) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Pâture du Mée (F2228352) »
  10. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 27 septembre 2019
  11. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021)
  12. « SAGE Bassée Voulzie - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  13. « Ile SDDEA et sa régie », sur www.sddea.fr, (consulté le 17 janvier 2021)
  14. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021)
  15. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  17. « Orthodromie entre Everly et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  18. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  19. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  20. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le 14 janvier 2021)
  21. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  22. « la Bassée », sur www.reserves-naturelles.org (consulté le 9 janvier 2021)
  23. « la réserve naturelle nationale de « La Bassée » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  24. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 14 janvier 2021)
  25. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Everly », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  26. « La Bassée - ZSC - FR1100798 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 9 janvier 2021)
  27. « site Natura 2000 FR1100798 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  28. « Bassée et plaines adjacentes - ZPS - FR1112002 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, 2 septembre 2019, modifié (consulté le 9 janvier 2021)
  29. « site Natura 2000 FR1112002 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  30. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Everly », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  31. « ZNIEFF la « La Pature du Mée » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  32. « ZNIEFF les « plans d'eau des Chaintres à Everly » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  33. « ZNIEFF la « Reserve de la Bassée et Abords » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  34. « ZNIEFF la « vallée de la Seine entre Montereau et Melz-sur-Seine (Bassee) » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021)
  35. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  36. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  37. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  38. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  39. Site territoires-fr.fr consulté le 27 septembre 2019 sous le code commune 77174.
  40. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  41. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  42. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  43. « Le SCOT Grand Provinois », sur www.cc-du-provinois.fr (consulté le 23 janvier 2021)
  44. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021)
  45. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 31 mai 2020
  46. Cars Moreau, ligne 1
  47. Cars Moreau, ligne 10
  48. Cartulaire Paraclet, p. 37.
  49. Archives hosp. Provins, H.-D. 4.
  50. Longnon, I, p. 100.
  51. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 195.
  52. Cartulaire Renier Accorre, fol. 29 v°.
  53. Archives nationales, P 1773, n° 661.
  54. Archives hosp. Provins, B 37.
  55. Archives de la Seine-et-Marne, E 1902.
  56. Archives hosp. Provins, B 639.
  57. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  58. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  59. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  60. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  62. Statistiques officielles de l‘INSEE, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 24 novembre 2020
  63. Statistiques officielles de l‘INSEE, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 25 novembre 2020
  64. Statistiques officielles de l‘INSEE, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 25 novembre 2020