Souppes-sur-Loing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Souppes-sur-Loing
Souppes-sur-Loing
La mairie.
Blason de Souppes-sur-Loing
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté de communes Gâtinais-Val de Loing
Maire
Mandat
Pierre Babut
2020-2026
Code postal 77460
Code commune 77458
Démographie
Gentilé Sulpiciens
Population
municipale
5 387 hab. (2018 en diminution de 1,95 % par rapport à 2013)
Densité 195 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 02″ nord, 2° 44′ 10″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 130 m
Superficie 27,63 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Souppes-sur-Loing
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nemours
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Souppes-sur-Loing
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Souppes-sur-Loing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souppes-sur-Loing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souppes-sur-Loing
Liens
Site web souppes.fr

Souppes-sur-Loing est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

En 2018, elle compte 5 387 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Souppes-sur-Loing dans le département de Seine-et-Marne.

La commune de Souppes-sur-Loing se trouve au sud-est du département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[1], entre Nemours, au nord, et Montargis au sud, à la limite du département du Loiret (région Centre-Val de Loire).

Elle se situe à 48,48 km par la route[Note 1] de Melun[2], préfecture du département, à 31,97 km de Fontainebleau[3], sous-préfecture, et à 10,81 km de Nemours[4], bureau centralisateur du canton de Nemours dont dépend la commune depuis 2015. La commune est par ailleurs ville-centre du bassin de vie de Souppes-sur-Loing[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte des communes limitrophes de Souppes-sur-Loing.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : La Madeleine-sur-Loing (3,2 km), Château-Landon (4,6 km), Poligny (4,7 km), Dordives (5,0 km), Bagneaux-sur-Loing (5,8 km), Bougligny (5,9 km), Chenou (6,0 km), Chaintreaux (6,5 km).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte montrant en couleurs le zonage géologique simplifié d'une commune
Carte géologique vectorisée et harmonisée de Souppes-sur-Loing.

Le territoire de la commune se situe dans le sud du Bassin parisien, plus précisément au nord-est de la région naturelle du Gâtinais.

L'altitude varie de 62 mètres à 130 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 71 mètres d'altitude (mairie)[6].

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire) et du Crétacé supérieur[7],[8].

Géologie de la commune de Souppes-sur-Loing selon l'échelle des temps géologiques[7],[8].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
LP : Limon des plateaux de composition argilo-marneuse.
Fz : Alluvions récentes : limons, argiles, sables, tourbes localement.
Fx : Alluvions anciennes (moyenne terrasse de 10-20 m) : sables et graviers .
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent
Miocène non présent.
Paléogène Oligocène
g1CE : Calcaire d'Étampes, meulières, marnes, calcaires du Gâtinais.
g1GF : Grès de Fontainebleau en place ou remaniés (grésification quaternaire de sables Stampiens dunaires).
g1SF : Sables de Fontainebleau, accessoirement grès en place ou peu remanié (versant).
Éocène
e7C : Calcaire de Champigny, Calcaire de Château-Landon, marnes de Nemours.
e4AP : Argile plastique sables et grès.
e4PP : Poudingue à chailles conglomérat à silex, formation de Pers-en-Gâtinais (Loiret).
Paléocène non présent.
Mésozoïque Crétacé Supérieur
C5Cr-BE : Craie blanche à silex à Belemnitida.
inférieur non présent.

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[9].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Souppes-sur-Loing.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de quatorze cours d'eau référencés :

  • la rivière le Loing, longue de 142,7 km[10], affluent en rive gauche de la Seine, ainsi que :
    • un bras de 0,02 km[11] ;
    • un bras de 0,07 km[12] ;
    • un bras de 0,09 km[13] ;
    • un bras de 0,11 km[14] ;
    • un bras de 0,15 km[15] ;
    • un bras de 0,21 km[16] ;
    • un bras de 0,46 km[17] ;
      • le ru de Morion, 1,34 km[18], qui conflue avec un bras du Loing ;
    • un bras de 0,50 km[19] ;
    • le canal 01 de Cercanceaux, de 2,55 km[20], et ;
    • le canal 01 de la Ferme de Lestumière, de 1,00 km[21], et ;
    • le canal 01 du Manoir de Beau Moulin, 1,40 km[22], qui confluent avec le Loing ;
  • le canal du Loing, long de 47,8 km[23].

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 13,79 km[24].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[25].

La commune fait partie du SAGE « Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés », approuvé le . Le territoire de ce SAGE couvre deux régions, six départements et compte 681 communes, pour une superficie de 9 722 km2[26]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte du pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, qualifié de « structure porteuse »[27].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 2,9 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,8 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 699 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 2,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -3,9 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[28].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[29]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[28]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[30]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 46 km à vol d'oiseau[31], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[32] à 11,6 °C pour 1991-2020[33].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[34],[35].

Un espaces protégés sont présent sur la commune :

  • la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (46 056 ha pour la zone centrale). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[36],[37].
  • la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (95 595 ha pour la zone de transition). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[36],[38].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[39].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[40],[Carte 1] :

  • les « Rivières du Loing et du Lunain », d'une superficie de 400 ha, deux vallées de qualité remarquable pour la région Île-de-France accueillant des populations piscicoles diversifiées dont le Chabot, la Lamproie de Planer, la Loche de Rivière et la Bouvière[41],[42].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Souppes-sur-Loing comprend cinq ZNIEFF de type 1[Note 4],[43],[Carte 2] :

  • le « Coteau de Bellevue » (0,75 ha)[44] ;
  • l'« Ile de Pont de Souppes et berges du Loing » (28,56 ha)[45] ;
  • les « Marais de Cercanceaux et plan d'eau de Varennes » (100,02 ha)[46] ;
  • le « Marais de la Madeleine » (22,49 ha), couvrant 2 communes du département[47] ;
  • les « Marais de Souppes-sur-Loing » (8,87 ha)[48] ;

et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[43], la « vallée du Loing entre Nemours et Dordives » (1 059,63 ha), couvrant 7 communes dont 1 dans le Loiret et 6 en Seine-et-Marne[49].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Souppes-sur-Loing est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[50],[51],[52]. Elle appartient à l'unité urbaine de Souppes-sur-Loing, une agglomération inter-régionale regroupant 2 communes[53] et 8 703 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[54],[55].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[56],[57].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,64% % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,27 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,94 %), forêts (17,84 %), zones agricoles hétérogènes (9,69 %), zones urbanisées (8,93 %), mines, décharges et chantiers (6,63 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,61 %), eaux continentales[Note 8] (1,92 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,44 %)[58].

Occupation des sols en 1990 et 2018[58].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
357,32 ha 12,97 % 567,85 ha 20,60 % 210,54 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
1 798,82 ha 65,27 % 1 643,58 ha 59,64 % −155,24 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
547,21 ha 19,85 % 491,65 ha 17,84 % −55,55 ha en diminution
Surfaces en eau
(eaux continentales, eaux maritimes)
52,67 ha 1,91 % 52,93 ha 1,92 % 0,26 ha en augmentation

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[59],[60],[Carte 3]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 4].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Nemours Gâtinais, approuvé le et porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) Nemours-Gâtinais[61].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[62]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 5].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Souppes-sur-Loing.

La commune compte 223 lieux-dits administratifs[Note 9] répertoriés[63] dont Le Coudray, le Boulay, Fonteneilles, Grand Ceriseaux, Petit Ceriseaux, les Grés de Saint-Martin, Cercanceaux, les Varennes, Bésigny.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 2 572 dont 67,9 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 31,6 % d'appartements[Note 10].

Parmi ces logements, 84,7 % étaient des résidences principales, 2,3 % des résidences secondaires et 12,9 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 59,2 % contre 39 % de locataires[64] dont, 19,3 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 11] et, 1,8 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache traverse du nord-ouest au sud-est le territoire de la commune.

L'autoroute A77 traverse, du nord au sud, la partie est du territoire de la commune. L'échangeur no 17, situé au sud-est de la commune, est accessible par les routes départementales D 30 et D 377.

Plusieurs routes départementales relient Souppes-sur-Loing aux communes voisines :

  • la D 30, à Chaintreaux, à l'est ;
  • la D 40, à la Madeleine-sur-Loing, au nord-ouest ; à Château-Landon, au sud-ouest ;
  • la D 52E, à Bouligny, à l'ouest ;
  • la D 120, à Chaintreaux, à l'est ;
  • la D 136, à Chaintreaux, au nord-est ;
  • la D 207A, à Bageaux-sur-Loing au nord ; à Château-Landon, au sud-ouest ;
  • la D 377, à Dordives, au sud ;
  • la D 607 (ancienne route nationale 7), à Bagneaux-sur-Loing, au nord ; à Dordives, au sud-est.

La rivière le Loing et le canal du Loing traversent la commune du sud au nord.

Transports[modifier | modifier le code]

Le bâtiment voyageurs de la gare de Souppes - Château-Landon.

La gare de Souppes - Château-Landon, située sur le territoire la commune de Souppes-sur-Loing, est desservie par les trains de la ligne R du réseau Transilien qui effectuent les liaisons Paris - Montargis.

Souppes-sur-Loing est desservie par plusieurs lignes du réseau d'autocars Transdev Nemours[65],[66],[67] :

  • la ligne 11A, qui relie Souppes-sur-Loing à Nemours ;
  • la ligne 11B, qui relie Château-Landon à Nemours ;
  • la ligne 11C, qui relie Souppes-sur-Loing à Nemours ;
  • la ligne 11D, qui relie Bransles à Souppes-sur-Loing ;
  • la ligne 12A, qui relie Château-Landon à Nemours ;
  • la ligne 12B, qui relie Mondreville à Saint-Pierre-lès-Nemours ;
  • la ligne 14A, qui relie Château-Landon à Souppes-sur-Loing ;
  • la ligne 14B, qui relie la gare de Souppes-sur-Loing au Coudray ;
  • la ligne 17B, qui relie Souppes-sur-Loing à Héricy ;
  • la ligne 18B, qui relie Château-Landon à Montereau-Fault-Yonne ;
  • la ligne 34, qui relie Château-Landon à Melun.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Supae vers 1090[68] ; Villa mea Supis en 1199[69] ; Soupas en 1242[70] ; Parochia de Sopis en 1259[70] ; Sopas en 1313[71] ; Soppes en 1458[70] ; Souppes en 1793[72] ; Soupes en 1801[72].

Le nom de Souppes-sur-Loing a été substitué à celui de Souppes par décret du .

Toponyme issu du mot pluriel du bas latin, d'origine germanique suppae qui signifie « sol détrempé »[73], soupe au sens de « marécage »[74]. « Le Loing y entretient de nombreux marécages de la consistance d'une soupe »[75]. En effet, le Loing divaguait fréquemment hors de son lit, formant des marécages que les moines de l'abbaye de Cercanceaux se sont employés à assainir.

Histoire[modifier | modifier le code]

De la préhistoire à l'an mil[modifier | modifier le code]

La vallée du Loing fut l'un des aboutissements de la civilisation danubienne au Néolithique. Plus de trente polissoirs sur les communes de Nemours, Poligny, La Madeleine-sur-Loing, Château-Landon et Souppes sont présents aujourd'hui, témoins de cette première vie sédentaire. Huit de ces polissoirs sont classés Monuments Historiques sur les villes de Souppes et Bagneaux-sur-Loing. Tous les silex taillés trouvés sur les plateaux alentour montrent que le peuplement est encore plus ancien. La présence d'un site d'époque gauloise et de plusieurs sites de villas gallo-romaines connus sur le territoire de la commune montrent la continuité de l’occupation.

De l'an 1000 à la Révolution[modifier | modifier le code]

La tour achetée en 1312 par le chapitre de la Sainte-Chapelle du Palais Royal de Paris transformée en maison d’habitation à la veille de la Révolution, est au centre de la ville. Les écrits qui la mentionnent[Lesquels ?], comme l’examen de sa construction, la datent de l’époque gallo-romaine.

Le récit de Tournai, doit être lu entre légende et histoire. L’écrit au XIIe siècle par Hériman, abbé de Saint-Martin de Tournai appartient bien à l’histoire. Au IXe siècle, un chevalier de Souppes serait allé combattre les Normands sur l'Escaut, mais aujourd'hui les faits sont considérés comme des légendes[76].

Les vestiges architecturaux anciens sont rares dans la ville mais d'autant plus précieux. Les petits chapiteaux et leurs tailloirs qui se trouvent au pied du pignon ouest de l'église sont datés du XIe siècle. Ornés de sculptures archaïques, ce sont ceux du portail de la primitive église Sainte-Marie-de-Souppes qui date de 1090. En 1130, Henri, archevêque de Sens, confirme à l'Abbé Ernaud, abbé de l'abbaye Saint-Florentin de Bonneval près de Chartres, la possession de l'église de Souppes. Un prieuré bénédictin est fondé par Bonneval et est établi autour de Sainte-Marie-de-Souppes. Plus tardivement et jusqu’à la Révolution, il prendra le nom de prieuré Saint-Clair et Saint-Léger. Le portail de Sainte-Marie-de-Souppes devient l'entrée du prieuré. C'est en prolongation de celui-ci que l'église actuelle, beau gothique naissant, classée Monument historique, est construite à la fin du XIIe siècle.

En septembre 1250, Gilon, archevêque de Sens, considérant que l'église de Souppes était trop vaste, ordonne d'en démolir une partie du côté du prieuré. C'est ce qui explique la reconstruction et le style pur XIIIe siècle du pignon ouest avec ses deux fenêtres divisées par un meneau formant deux lancettes surmontées d'une rose à quatre redents, à profils simplement chanfreinés. À l'intérieur de cette église classée des XIIe et XIIIe siècles, un très beau retable en bois du XVIe siècle lui aussi classé et en provenance vraisemblable de l'ancienne abbaye cistercienne Sainte-Marie de Cercanceaux. En effet, à la fin du XIIe siècle, quelques moines cisterciens venant de la Cour Dieu en forêt d'Orléans vont venir fonder dans la vallée l'abbaye Sainte-Marie de Cercanceaux qui s'éteindra à la Révolution. C'est aujourd'hui une propriété privée.

En ce même XIIe siècle, aux autres extrémités de la commune actuelle s'établissent la Seigneurie du Boulay et la Seigneurie de Beaumoulin. Une autre église est construite au Boulay au XIIIe siècle donnant naissance à un second prieuré. Cette église en ruines était dédiée à Notre-Dame du Boulay, puis à Saint Fiacre, patron des jardiniers. La Seigneurie du Boulay sera élevée au rang de Marquisat au XVIIIe siècle, en relèveront Souppes, Poligny, Obsonville et autres lieux.

La période du Moyen Âge est jalonnée au hasard des textes par les noms de ceux qui sont liés au domaine : Thibaud de Souppes, Aubry de Souppes, Jean de Souppes, Galeran de Souppes. Le pont et plusieurs moulins sont régulièrement cités dans les textes[Lesquels ?].

Avec l'achèvement en 1642 du canal de Briare qui arrive à Montargis, la deuxième moitié du XVIIIe siècle a été la grande époque de la navigation sur la rivière. En effet, jusqu'au début du XVIIIe siècle, c'est sur la rivière de Loing, elle-même, que s'effectue l'importante navigation qui, remontant de la Loire par les canaux de Briare et d'Orléans, conduit le ravitaillement à Paris. Mais cette navigation était si dangereuse qu'elle était un art. En 1666, durant la traversée de la Prairie de Souppes, les îles tremblaient sous les pas des chevaux montants tellement le passage est bourbeux et difficile comme le disent les textes. Il faudra en venir à la construction du canal du Loing. Il sera terminé sous le règne de Louis XV en 1724 achevant la grande œuvre de la jonction Loire-Seine commencée en 1604 par Henri IV. Pour sa traversée dans Souppes, c'est le « Régiment Royale Marine » qui travaille au percement du canal. Les militaires campent à Souppes avec leurs familles comme le montrent les actes d'état civil de la paroisse[réf. souhaitée]. Sur le port de Souppes vont être taillées puis expédiées les tonnes de pierre nécessaires au développement de Paris, entre autres par Haussmann au XIXe siècle.

De la Révolution au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Aux États généraux de mai 1789, c'est le curé de Souppes, Anne Alexandre Marie Thibault qui est élu par le bailliage de Nemours pour représenter le clergé. Actif partisan et acteur de la réunion des trois ordres, il est occupé au contrôle des pouvoirs. Quoi qu'il n'ait pas participé au Serment lui-même, David le représente sur son tableau du Serment du jeu de paume à titre symbolique. Le , il est le premier maire élu de Souppes. Le premier maire figure donc sur ce tableau.

La Révolution se passe sans trop de heurts pour les vies humaines grâce au second maire élu, Thomas Chantrier, et aux élus qui l’entourent. Malgré tout, l'église de Souppes est occupée comme grenier à foin de 1793 à 1795. Celle du Boulay qui avait été reconstruite au XVIIIe est désaffectée et dépouillée. Celle de Sainte-Marie de Cercanceaux sera démolie après 1791, date où elle est vendue comme bien national. La paroisse du Boulay est rattachée à Souppes en 1794[72].

La culture du chanvre était importante à Souppes. Le , par crainte d'une épidémie de choléra, on interdit à 60 à 80 habitants de Souppes de faire rouir le chanvre dans la rivière et pourtant « c'était à l'écoulement sans cesse renouvelé de l'eau que les chanvres de Souppes devaient leur supériorité sur tous les autres et que vouloir les forcer à rouir dans les endroits moins exposés au cours rapide de l'eau, c'était porter atteinte à la qualité des chanvres. »

Souppes va s'ouvrir à l'ère industrielle dès 1773 avec l'établissement d'une manufacture d'acier : atelier de forgeage qui utilise la force motrice de la rivière. Tous les ateliers ont disparu, seul se voit encore le bief qui, partant de la rivière, conduit aux vannes qui réglaient la chute d’eau activant les deux martinets.

À l’abbaye, c’est une papeterie qui va utiliser les bâtiments annexes et la grange aux dîmes qui va se développer dès 1791. Une sucrerie va être construite en 1873, entreprise toujours existante.

Carrière de la Grosse Roche.
Point de vue aménagé à la carrière du Boulay.

L'exploitation de la pierre qui existe depuis des siècles va trouver son apogée au XIXe siècle. Les deux flancs de la vallée sont exploités. La première carrière, précise située dans la région, est celle de l'Endurcy : elle est exploitée pour la construction du canal et on la trouve sur les cartes de lattré de 1750. Le banc de pierre formé au Ludien, il y a quelque 35 millions d'années, traverse la vallée d'est en ouest et toutes les communes de cette partie du Gâtinais l'ont pour sous-sol. Plusieurs des grandes œuvres de pierre de Paris viennent de celui-ci : l'Arc de Triomphe vient d'une carrière de Château-Landon, la statue de sainte Geneviève et le pont de la Tournelle de Souppes, mais la grande œuvre commune est la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre : Joseph Combe, maître carrier de Souppes reçoit la commande de l’extraction et de l’acheminement de la pierre, il fera travailler tous les carriers de la région dès la fin du XIXe siècle. On travaillera à cette œuvre jusqu’au milieu du XXe siècle. Le photographe Louis-Émile Durandelle qui va assurer le reportage photographique de la construction du Sacré-cœur mandaté par les hommes du Vœu National viendra à Souppes pour y photographier les carrières. C'est ainsi que dans la collection de la Bibliothèque Historique de la ville de Paris et dans la collection privée de la famille Combe figurent les carrières de Souppes et l'épure qui était sur le bord du canal. La mission photographique de Durandelle à Souppes s'est faite en 1885.

Ces carriers et ces tailleurs de pierre ont développé toute une vie sociale. Dès 1865 est fondée à Souppes, « la Société de Secours Mutuels de l'Ascension ». L'Ascension était et est encore aujourd'hui la fête des tailleurs de pierre. Deux sites d’exploitation sont toujours en activité sur le territoire de la commune.

L'ancien cimetière est déplacé en 1843. Il rassemble les fondateurs de la ville : les Frot, les Morisseau, les Roux conduits par les Thibault, les Chantrier, les Chaussy, les Ouvré ou les Combe.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'école et la fontaine, place de l'église.
  • La place de Souppes est composée d'une fontaine et d'une école inaugurée en 1906. Le , le syndicat des ouvriers du bâtiment de Souppes, de Château-Landon et de la région du Gâtinais est créé sur la place. Dans l'école le jour de l’Ascension, un défilé et l'inauguration de la Bourse du Travail eut lieu.
  •  : comme dans beaucoup de communes de la région, des inondations sans précédent se sont abattues, répandant partout l'angoisse, l'épouvante, la ruine et aussi la mort.
  • En 1942, le réseau de Résistance de Souppes va entrer en contact avec celui qui existe déjà à Montargis. Cette liaison faite, Souppes va coordonner tout le Sud Seine-et-Marne. En 1944, le Pont de Souppes, au long passé stratégique, défendu par la Résistance, ne sera ni miné, ni détruit. Il permettra le passage de la 3e armée américaine qui fonçait sur Sens.
  •  : une mini-tornade dévaste le parc animalier.
  •  : une mini-tornade dévaste une partie de la commune dont le parc animalier, plusieurs routes ont été coupées pendant 2 à 3 heures.
  •  : une crue majeure du Loing et de ses affluents, inonde une grande partie de la ville, battant ainsi le record de la crue de 1910.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1937 1940 Claude-Félix Garrain
1940 1943 Gaston Frot
1943 1947 Louis Lecoq
1947 1959 Lucien Ray-Cala
mars 1959 juin 1995 Victor Prudhomme SFIO puis
PS puis DVG
Vétérinaire
Conseiller général de Château-Landon (1964 → 1982)
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Thébault PS Professeur de collège
mars 2008 En cours
(au 27 mai 2020)
Pierre Babut[77] PS puis LREM Professeur de collège, ancien 1er adjoint
Vice-président de la CC Gâtinais-Val de Loing (2015 → 2020)
Réélu en 2014 et 2020

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [78],[79].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Souppes-sur-Loing gère le service d’assainissement collectif (collecte, transport et dépollution) en régie directe, c’est-à-dire avec ses propres personnels[80].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[81]. La commune assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[80],[82].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la commune qui en a délégué la gestion à la SAUR, dont le contrat expire le [80],[83].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Bocage[84].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Sulpiciens[85].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[86]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[87].

En 2018, la commune comptait 5 387 habitants[Note 12], en diminution de 1,95 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0301 0521 0031 0891 3641 4531 5231 6921 714
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8021 8492 1252 2212 4832 8923 0993 4233 351
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3623 3643 3022 8792 9102 9542 9693 0393 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 6124 4374 3514 3264 8515 3485 5315 4945 397
2018 - - - - - - - -
5 387--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[72] puis Insee à partir de 2006[88].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Écoles maternelles le Boulay, Carnot.
  • Écoles élémentaires le Boulay, le Centre.
  • Collège Émile-Chevallier (de la 6e à la 3e).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La bourse aux jouets, la brocante, le marché des collectionneurs.
  • La fête foraine, le week-end de la Pentecôte.
  • Le duathlon de Souppes, le 1er novembre (environ 23 km de vélo et 8 km de course à pied).
  • Le marché de Noël, chaque année sur la place de l'Église.
  • Championnat départemental de tir aux armes anciennes samedi .

Sports[modifier | modifier le code]

  • Vélo Club Sulpicien, tennis de table, club de karaté, basket, pétanque, tennis, badminton.
  • Base de loisirs avec une plage de sable.
  • Le Loing est très facile et très agréable à descendre en canoë ou kayak.
  • Terrain de football, gymnase, bowling.
  • Stand de tir longue distance (Association des Carabiniers de Souppes-sur-Loing, Route du Coudray).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone industrielle « Val du Loing », 178 commerçants et artisans.
  • Carrières de granulats et de pierres.
  • Sucrerie-distillerie (depuis 1873).

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 2 135 (dont 46 % imposés), représentant 5 343 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 19 140 euros[89].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 1 200, occupant 1 938 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 57,7 % contre un taux de chômage de 14,9 %.

Les 27,4 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,9 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 6,9 % de retraités ou préretraités et 10,7 % pour les autres inactifs[90].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre d'établissements actifs était de 120 dont 4 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 12 dans l’industrie, 10 dans la construction, 77 dans le commerce-transports-services divers et 17 étaient relatifs au secteur administratif[91].

Ces établissements ont pourvu 1 013 postes salariés.

En 2019, 53 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 41 individuelles.

Au 1er janvier 2020, la commune ne possédait aucun hôtel mais un terrain de camping disposant de 49 emplacements[92].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Souppes-sur-Loing est dans la petite région agricole dénommée la « Bocage gâtinais », à l'extrême sud du département[Carte 6]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 13] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[93].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[94]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 15 en 1988 à 12 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 91 ha en 1988 à 122 ha en 2010[93]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Souppes-sur-Loing, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Souppes-sur-Loing entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[93],[Note 14]
Nombre d’exploitations (u) 15 16 12
Travail (UTA) 26 23 14
Surface agricole utilisée (ha) 1 362 1 489 1 466
Cultures[95]
Terres labourables (ha) 1 354 1 465 1 464
Céréales (ha) 1 005 1 003 1 014
dont blé tendre (ha) 581 645 570
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 130 s 42
Tournesol (ha) 111 43 50
Colza et navette (ha) 36 90 127
Élevage[93]
Cheptel (UGBTA[Note 15]) 33 29 15

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Clair-Saint-Léger.
Le canal du Loing et la sucrerie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Mythes, légendes et anecdotes[modifier | modifier le code]

Le village de Souppes a été choisi par l'écrivain Michel Houellebecq comme décor de certaines scènes de son roman La Carte et le Territoire (2010). C'est en effet à Souppes (que Houellebecq situe maladroitement dans le Loiret), que l'auteur met en scène son propre assassinat[100].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1507 p. (ISBN 2-84234-100-7), « Souppes-sur-Loing », p. 222–225
  • Bulletins d'histoire locale de Souppes-sur Loing numéros 1 à 11 (1986 -1996)
  • Bulletins d'Art et d'Histoire de la vallée du Loing numéros 1 à 15 (1998-2012)
  • Souppes-sur-Loing, principal centre de la Résistance dans le Sud Seine et Marnais

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations, un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois,...
  10. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  11. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  13. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  15. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 de Souppes-sur-Loing » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Zones ZNIEFF de Souppes-sur-Loing » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  3. « Souppes-sur-Loing - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  5. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne. », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Souppes-sur-Loing », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Souppes-sur-Loing et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Souppes-sur-Loing et Fontainebleau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Souppes-sur-Loing et Nemours », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Souppes-sur-Loing », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. « Souppes-sur-Loing » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  7. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  8. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  9. « Plan séisme consulté le 7 janvier 2021 ».
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Loing (F4--0200) ».
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375551) ».
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375251) ».
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375201) ».
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375221) ».
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375301) ».
  16. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375501) ».
  17. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375151) ».
  18. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Morion (F4373000) ».
  19. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4375101) ».
  20. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de Cercanceaux (F4--2022) ».
  21. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Ferme de Lestumière (F4375102) ».
  22. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 du Manoir de Beau Moulin (F4375202) ».
  23. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le canal du Loing (F4--3692) ».
  24. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 9 septembre 2019
  25. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le ).
  26. « SAGE Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le ).
  27. « le Schéma d'aménagement et de gestion des Eaux de la nappe de Beauce », sur www.sage-beauce.fr (consulté le ).
  28. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  29. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  30. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  31. « Orthodromie entre Souppes-sur-Loing et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  32. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  33. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  34. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  35. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. a et b « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  37. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  38. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  39. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  40. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Souppes-sur-Loing », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  41. « Rivières du Loing et du Lunain - ZSC - FR 1102005 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  42. « site Natura 2000 FR1102005 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  43. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Souppes-sur-Loing », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  44. « ZNIEFF le « Coteau de Bellevue » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  45. « ZNIEFF l'« Ile de Pont de Souppes et berges du Loing » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  46. « ZNIEFF les « Marais de Cercanceaux et plan d'eau de Varennes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  47. « ZNIEFF le « Marais de la Madeleine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  48. « ZNIEFF les « Marais de Souppes-sur-Loing » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  49. « ZNIEFF la « vallée du Loing entre Nemours et Dordives » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  50. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  51. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  52. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Unité urbaine 2020 de Souppes-sur-Loing », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  54. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  55. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  56. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  57. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  58. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  59. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  60. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  61. « Le SCOT Nemours Gâtinais - Historique de l'élaboration », sur smep-nemours-gatinais.fr (consulté le ).
  62. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  63. Site territoires-fr.fr consulté le 21 décembre 2019 sous le code commune 77458.
  64. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 21 août 2020
  65. « 77 - Seine-et-Marne », sur iledefrance-mobilites.fr (consulté le ) (Plan 72 : secteur de Nemours).
  66. « Réseaux de bus - Transdev Ile-de-France Nemours », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  67. « Plans & horaires - Souppes-sur-Loing », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  68. Ann. Gâtinais, XIII, 1895, p. 306.
  69. Ann. Gâtinais, XXXI, 1903, p. 327.
  70. a b et c Archives nationales, S 5170.
  71. Archives nationales, S 962b, n° 30.
  72. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  73. Ernest Nègre - 1996 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 730 - (ISBN 2600001336).
  74. Roger Brunet - 2016 - Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France: Les noms de lieux de la France - (ISBN 2271092787).
  75. Paul Bailly - 1989 - Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  76. Le manuscrit, copie du XIIe siècle est à la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles
  77. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en ).
  78. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  79. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  80. a b et c « Commune de Souppes-sur-Loing - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  81. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  82. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  83. « Souppes-sur-Loing - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  84. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  85. D'après le portail internet du département de Seine-et-Marne.
  86. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  87. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  88. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  89. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2017», consulté le 7 janvier 2021
  90. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consulté le 8 janvier 2021
  91. Statistiques officielles de l'Insee, section «Caractéristiques des établissements fin 2017», consulté le 8 janvier 2021
  92. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2020», consulté le 8 janvier 2021
  93. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Souppes-sur-Loing. », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  94. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  95. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Souppes-sur-Loing. », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  96. « L'église », notice no PA00087290, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  97. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.
  98. Notice no PA00087289, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  99. Notice no PA00087291, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  100. Centre France, « La Carte et le territoire - Houellebecq sauvagement assassiné dans le Loiret, mais où exactement ? », sur www.larep.fr, (consulté le ).