Fontaine-le-Port

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontaine-le-Port
Fontaine-le-Port
Fontaine-le-Port, vue du pont sur la Seine.
Blason de Fontaine-le-Port
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Intercommunalité Communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux
Maire
Mandat
Béatrice Mothré
2020-2026
Code postal 77590
Code commune 77188
Démographie
Gentilé Portifontains
Population
municipale
998 hab. (2019 en augmentation de 4,07 % par rapport à 2013)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 10″ nord, 2° 45′ 50″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 97 m
Superficie 7,35 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bois-le-Roi
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nangis
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaine-le-Port
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaine-le-Port
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Fontaine-le-Port
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Fontaine-le-Port
Liens
Site web ville-fontaineleport.fr

Fontaine-le-Port est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située rive droite de la Seine entre les communes de Chartrettes au nord-ouest et Héricy au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1]. L'altitude varie de 41 mètres à 97 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 50 mètres d'altitude (mairie)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Fontaine-le-Port.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de neuf cours d'eau référencés :

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 7,74 km[13].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[14].

La commune fait partie du SAGE « Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés », approuvé le . Le territoire de ce SAGE couvre deux régions, six départements et compte 681 communes, pour une superficie de 9 722 km2[15]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte du pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, qualifié de « structure porteuse »[16].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,1 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,3 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 730 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,7 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -6,8 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[17].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[18]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[17]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[19]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[20], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[21] à 11,6 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[23],[24].

La réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha, est un espace protégé présent sur le territoire communal. Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[25],[26],[27].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[28].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[29],[Carte 1] :

  • le « Massif de Fontainebleau », d'une superficie de 28 063 haCet espace constitue le plus ancien exemple français de protection de la nature. Les alignements de buttes gréseuses alternent avec les vallées sèches. Les conditions de sols, d'humidité et d'expositions sont très variées. La forêt de Fontainebleau est réputée pour sa remarquable biodiversité animale et végétale. Ainsi, elle abrite la faune d'arthropodes la plus riche d'Europe (3 300 espèces de coléoptères, 1 200 de lépidoptères) ainsi qu'une soixantaine d'espèces végétales protégées[30] ;

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Fontaine-le-Port comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 2],[31],[Carte 2], le « Buisson de Massoury » (559,54 ha), couvrant 5 communes du département[32] ; et les « forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » (595,26 ha), couvrant 3 communes du département[33] et trois ZNIEFF de type 2[Note 3],[31] :

  • le « Buisson de Massoury » (1 261,51 ha), couvrant 5 communes du département[34] ;
  • les « Forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » (814,38 ha), couvrant 5 communes du département[35] ;
  • la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » (1 062,65 ha), couvrant 15 communes du département[36].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fontaine-le-Port est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[37],[38],[39]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bois-le-Roi, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[40] et 9 431 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[41],[42].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[43],[44].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le village est divisé en deux parties, le bas de Fontaine-le-Port, appelé Le vieux Fontaine et le haut de Fontaine-le-Port, qui est plus récent, hormis quelques maisons situées autrefois sur les coteaux portifontains.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte 60 lieux-dits administratifs[Note 6] répertoriés consultables ici[45] (source : le fichier Fantoir) dont la Coudre, Massoury, Barbeau (Château du XIXe siècle et emplacement de l'ancienne abbaye de Barbeau).

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (57,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (57,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,8 %), terres arables (28,4 %), zones urbanisées (9,9 %), eaux continentales[Note 7] (4,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %)[46].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[47],[48],[Carte 3]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 4].

Planification[modifier | modifier le code]

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[49]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 5].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 521 dont 92,2 % de maisons et 7,5 % d'appartements[Note 8].

Parmi ces logements, 80,4 % étaient des résidences principales, 11,1 % des résidences secondaires et 8,5 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 86,1 % contre 12,3 % de locataires et 1,7 % logés gratuitement[50].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes d'autocars du réseau Transdev :

  • No 41 (Melun – Montereau-Fault-Yonne)[51] ;
  • No 43 (Sivry-Courtry – Fontainebleau)[52] ;
  • No 44 (Le Chatelet-en-Brie - Bois-le-Roi)[53] ;
  • No 45 (Chartrettes – Fontainebleau)[54].

La commune est desservie également par la gare de Fontaine-le-Port de la ligne Melun - Montereau-Fault-Yonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village de Fontaine-le-Port. Plan d'intendance de 1785. Archives départementales de Seine-et-Marne.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Ecclesia de Fontanis vers 1145[55] ; Clausum de Fontanis en 1180[56] ; Apud Fontanas en 1220[57] ; Fontainnes en près de l'abbaye de Barbeel en 1308[58],[59] ; Fontaines le Port en 1385[60] ; Fontaines en 1479[61] ; Fontaines le Pont et Fontennes en 1527[61] ; Fontayne le Port en 1545[61] ; Fontaine le Port en Brie en 1758[62].

Le nom de la paroisse (aujourd'hui la commune) est donc attesté à l'origine au pluriel : Fontanae, les fontaines, les sources. Le Port ne désigne pas un port fluvial mais plutôt l'Abbaye de Barbeau dont le nom officiel était Sacer Portus et à laquelle le village appartenait depuis 1160 : les Fontaines qui appartiennent au Port.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin à Fontaine-le-Port. Dessin de 1816.

On n'a jamais signalé sur le territoire de la commune de vestiges datables de la Préhistoire ou de l'Antiquité, alors qu'il existait dans la commune voisine d'Héricy un établissement gallo-romain avec une nécropole du IVe siècle. Il est possible que le premier établissement permanent ne se soit produit qu'au XIe ou XIIe siècle. Les premières traces de l'existence du village de Fontaine le Port remontent en effet à des archives du XIIe siècle qui le nomment en latin Fontanae (au pluriel). Au milieu du XIIe siècle il y avait là un village appartenant au roi où l'on cultivait des champs et des vignes, et qui formait une paroisse puisqu'une "ecclesia de fontanis" (église de Fontaines) est mentionnée vers 1145. En 1156 le roi Louis VII (1137-1180) fonda à Barbeau, à la limite sud du territoire de la commune, une abbaye cistercienne qui fut nommée "Sacer Portus", et lui fit don en 1160 de deux arpents de terre et un clos de vigne à Fontaines.

Du village médiéval de Fontaine le Port il ne reste que la tour du clocher de l'église Saint-Martin, qui est du XIIIe siècle, la nef datant, pense-t-on, du XVIe siècle. Un bac, dont le péage revenait jusqu'en 1740 aux religieux de Barbeau, permettait de traverser la Seine à peu près à l'emplacement du pont actuel. L'abbaye prospérait. Le roi Louis VII y fut enseveli dans un tombeau monumental.

Les forêts entourant le village étaient des chasses royales (puis impériales) : au XIXe siècle on y chassait encore le cerf. Ce n'était pas du goût des Portifontains dont les cultures étaient dévastées par les incursions du gros gibier qui réussissait parfois à traverser la Seine. À la fin du XVIIIe siècle, comme d'autres villages de la région, la paroisse de Fontaine le Port s'est ainsi ruinée en dépensant 35 000 livres afin de faire enclore d'un mur ses champs et ses jardins[63].

L'abbaye de Barbeau fut pillée par les sans-culotte en 1793, puis transformée sous le Premier Empire en maison des orphelines de la Légion d'honneur. Un prêtre, l'abbé Lejeune, réussit à mettre à l'abri à Chartrettes les restes du roi Louis VII qu'il put rapporter à Barbeau en 1813. En 1817, le 30 juin, la dépouille du roi fut à nouveau exhumée et transférée officiellement à l'église de Fontaine-le-Port où une messe solennelle fut dite et où l'on rendit à la dépouille de Louis VII les honneurs militaires, avant de la transférer à l'abbaye royale de Saint-Denis. L'abbaye de Barbeau fut détruite au XIXe siècle.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle Fontaine le Port était toujours un modeste village agricole et viticole d'environ trois cents habitants. La côte de Barbeau était couverte de vignes. Au fond, les choses n'avaient pas beaucoup changé depuis le Moyen Âge... Le village s'est considérablement développé avec la construction du premier pont sur la Seine en 1862, et surtout avec l'arrivée du chemin de fer en 1897. Cela fit venir des Parisiens dont les plus fortunés se firent construire des résidences secondaires. Le village devint une destination touristique : au début du XXe siècle on trouvait dans le village un café et quatre hôtel-restaurants.

Passage stratégique mentionné comme tel dès 1589 (à l'époque c'était un bac), le pont de Fontaine le Port fut détruit et reconstruit à plusieurs reprises : détruit en 1870, rebâti deux fois, détruit à nouveau en 1940, reconstruit en 1941 puis à nouveau détruit, cette fois par les Allemands en retraite, en 1944, enfin rebâti en 1946.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 An III François Louis Brébant    
1793 1798 Félix Bouillon    
1798 1799 Joseph Houdard    
1800 An IX Louis Favre    
1801 1802 Jean-François Thibault des Aulnois    
1802 1806 Étienne Boivin    
1806 1811 Joseph Houdard    
1811 1816 Joseph Niel    
1816 1821 Jean-Noël Rabourdin    
1821 1830 Louis Auguste Chevrier    
1830 1831 Édouard Gabriel Roux    
1831 1835 Gabriel Voyer    
1835 1838 Gustave Roux    
1839 1871 Augustin Denis de Valmer    
1871 1885 Louis Denis Miraton    
1885 1903 Émile Bouly    
1904 1937 Ferdinand Soupeaux    
1937 1974 Émile Millet    
1974 2001 André Birbaum    
2001 2014 Raymond Prunet    
2014 En cours Béatrice Mothré[64]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Fontaine-le-Port.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Fontaine-le-Port.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Liptovský Ján - flag.jpgLiptovský Ján[65],[66]Flag of Slovakia.svgSlovaquiedepuis le

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [67],[68].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Fontaine-le-Port est assurée par la communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) pour la collecte et . Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [69],[70],[71].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[72]. La communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[69],[73].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) qui en a délégué la gestion à l'entreprise Veolia, dont le contrat expire le [69],[74].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Bière[75].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[76]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[77].

En 2019, la commune comptait 998 habitants[Note 9], en augmentation de 4,07 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270284235279313299270270290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
291267308250290265254271376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
297304330311356341400479630
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
604535564776776836913924941
2017 2019 - - - - - - -
1 001998-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[78] puis Insee à partir de 2006[79].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • "2007-2008" c'est la SAISON 20 pour l'échiquier de Fontaine-le-Port.
  • Kermesse des enfants de l'école primaire de Fontaine-le-Port tous les mois de juin.
  • Feu de la Saint-Jean en bord de Seine avec tout le village.
  • Brocante et vide-grenier une fois par an.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d’école primaire publique (maternelle ou élémentaire)[80].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 415, représentant 1 021 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 29 300 euros[81].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 147, occupant 461 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 73,3 % contre un taux de chômage de 5,8 %.

Les 20,8 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 8,4 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 6,9 % de retraités ou préretraités et 5,5 % pour les autres inactifs[82].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 79 dont 4 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l’industrie, 9 dans la construction, 53 dans le commerce-transports-services divers et 11 étaient relatifs au secteur administratif[83].

Ces établissements ont pourvu 74 postes salariés.

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fontaine-le-Port est dans la petite région agricole dénommée la « Brie humide » (ou Brie de Melun), une partie de la Brie à l'est de Melun[Carte 6]. En 2010, aucune orientation technico-économique[Note 10] de l'agriculture ne se dégage sur la commune[84].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[85]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 2 en 1988 à 0 en 2010[84]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Fontaine-le-Port, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Fontaine-le-Port entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[84],[Note 11]
Nombre d’exploitations (u) 2 2 0
Travail (UTA) 4 4 0
Surface agricole utilisée (ha) 249 331 0
Cultures[86]
Terres labourables (ha) s s 0
Céréales (ha) s s
dont blé tendre (ha) s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) s s
Tournesol (ha) s
Colza et navette (ha) s s
Élevage[84]
Cheptel (UGBTA[Note 12]) 0 0

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
Lavoir sur le ru du Châtelet..

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, inscrite au titre des monuments historiques[87]. avec son clocher du XIIe siècle fut reconstruite en style gothique au début du XVIe siècle et plusieurs fois remaniée (l'abside a disparu). La base du clocher a été convertie en chapelle dédiée à saint Nicolas.
  • Le château de la Barre (domaine de Massoury), ancienne propriété du sultan d'Oman Qabus ibn Saïd[88], décédé en 2020. C'est un petit château de la fin du XIXe siècle, considérablement agrandi dans le style Louis XIV au début du XXIe siècle.
  • Trois anciens lavoirs sont encore en état.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fontaine-le-Port Blason
D'azur au pont de bois à trois piles de pierre d'or sur une mer du champ, à la fontaine du même mouvant de la pointe et brochante, à la branche de six feuilles de chêne de sinople englantée de trois pièces d'or en chef.
Détails

au bas, sont entremêlées les initiales GC, de l'adjoint au maire (André Birbaum) Gilbert Courot, créateur du blason

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  12. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 de Fontaine-le-Port » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..
  2. « Zones ZNIEFF de Fontaine-le-Port » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..
  3. « Fontaine-le-Port - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  5. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 7 février 2018 ».
  2. « Fontaine-le-Port » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) » (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ru de la Vallee Javot (F4410600) » (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Fontaines de Saint-Martin (F4420700) » (consulté le ).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Chatelet (F4750600) » (consulté le ).
  7. a b et c Nature en attente de mise à jour.
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Bois de Barbeau (F4429900) » (consulté le ).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Coudre (F4429002) » (consulté le ).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Clotée (F4431000) » (consulté le ).
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Forêt Domaniale de Barbeau (F4418202) » (consulté le ).
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 du Bois de Saint-Maur (F4418302) » (consulté le ).
  13. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 14 janvier 2019
  14. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le ).
  15. « SAGE Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le ).
  16. « le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux de la nappe de Beauce », sur www.sage-beauce.fr (consulté le ).
  17. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  18. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  19. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  20. « Orthodromie entre Fontaine-le-Port et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  24. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  26. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « la zone tampon de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  29. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Fontaine-le-Port », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « site Natura 2000 FR1100795 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Fontaine-le-Port », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « ZNIEFF le « Buisson de Massoury » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « ZNIEFF les « forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « ZNIEFF le « Buisson de Massoury » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. « ZNIEFF les « Forêt de Barbeau et bois de Saint-Denis » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « ZNIEFF la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  37. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  38. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  39. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  40. « Unité urbaine 2020 de Bois-le-Roi », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  41. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  42. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  43. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  44. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  45. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb (consulté en ).
  46. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  47. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  48. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  49. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  50. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 29 juin 2020
  51. Transdev, ligne 41
  52. Transdev, ligne 43
  53. Transdev, ligne 44
  54. Transdev, ligne 45
  55. Archives nationales, LL 135, fol. 29 v°.
  56. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, III, p. 33.
  57. Histor. France, XXIII, 670.
  58. H. Stein, Curiosités locales, 3e série, p. 10.
  59. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 222.
  60. Archives nationales, P 131, fol. 30 v°.
  61. a b et c Archives nationales, S 1344.
  62. Archives de la Seine-et-Marne, B 467.
  63. Une lettre ouverte du Père Parent, curé de Boissise-la-Bertrand, le 20 janvier 1792, évoque la situation du village : " (...) Mais je ne connois point de paroisse à laquelle le voisinage de la forêt de Fontainebleau ait fait plus de tort qu'à celle de Fontaine-le-Port : elle a été entièrement abîmée par le gibier ; & elle a achevé de se ruiner en faisant construire un mur qui lui a coûté 35,000 liv. dont elle doit encore une grande partie qu'elle ne pourra payer de long-temps. (...)" Révolutions de Paris dédiées à la Nation et au district des Petits-Augustins, Quatrième année de la Liberté française, Onzième trimestre (...) Paris (Prudhomme) 1792, p. 132.
  64. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en ).
  65. « Historique du jumelage - Notre ville jumelle : LIPTOVSKY JAN (Slovaquie) » (consulté le )
  66. Le Parisien, « FONTAINE-LE-PORT - Jumelage avec la Slovaquie », (consulté le )
  67. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  68. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  69. a b et c « Commune de Fontaine-le-Port - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  70. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  71. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  72. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  73. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  74. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  75. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  76. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  77. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  78. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  79. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  80. Écoles Primaires, portail indépendant sur l'école primaire, consulté le 12 novembre 2020
  81. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 12 novembre 2020
  82. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 12 novembre 2020
  83. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 12 novembre 2020
  84. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Fontaine-le-Port », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  85. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  86. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Fontaine-le-Port », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  87. Notice no PA00086966, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  88. Par Le 25 avril 2011 à 07h00, « Fontaine-le-Port : le sultan échange un rond-point contre un souterrain », sur leparisien.fr, (consulté le )
  89. L'hebdomadaire du Parti Communiste Action, dans son numéro du 6 août 1950, a publié en première page une carte de Fontaine le Port avec une flèche indiquant la villa de Koestler au bord de la Seine, prétendant que c'était là "le QG de la Guerre Froide (...) où des bandes de voyous fascistes se constituent en milices terroristes".