Nanteau-sur-Essonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nanteau-sur-Essonne
Nanteau-sur-Essonne
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nemours
Maire
Mandat
Olivier Mauxion
2020-2026
Code postal 77760
Code commune 77328
Démographie
Gentilé Nantessonnais
Population
municipale
431 hab. (2018 en diminution de 4,01 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 01″ nord, 2° 25′ 05″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 127 m
Superficie 12,92 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Le Malesherbois
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontainebleau
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Nanteau-sur-Essonne
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Nanteau-sur-Essonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nanteau-sur-Essonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nanteau-sur-Essonne
Liens
Site web nanteau-sur-essonne.fr

Nanteau-sur-Essonne est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

En 2018, elle compte 431 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Nanteau-sur-Essonne dans le département de Seine-et-Marne.

La commune de Nanteau-sur-Essonne se trouve dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[1]. Elle est bordée, au nord, par le département de l'Essonne et au sud-ouest, par la commune du Malesherbois, département du Loiret, région Centre-Val de Loire. La commune fait partie du parc naturel régional du Gâtinais français depuis le .

Elle se situe à 36,15 km par la route[Note 1] de Melun[2], préfecture du département et à 27,32 km de Fontainebleau[3], sous-préfecture. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Malesherbes[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte des communes limitrophes de Nanteau-sur-Essonne.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Le Malesherbois (2,4 km), Buthiers (3,4 km), Boigneville (4,0 km), Tousson (4,6 km), Buno-Bonnevaux (5,4 km), Prunay-sur-Essonne (5,6 km), Boissy-aux-Cailles (6,4 km).

Communes limitrophes de Nanteau-sur-Essonne
Boigneville
(Essonne)
Buno-Bonnevaux
(Essonne)
Tousson
Nanteau-sur-Essonne Boissy-aux-Cailles
Le Malesherbois
(Loiret)
Buthiers

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Carte montrant en couleurs le zonage géologique simplifié d'une commune
Carte géologique vectorisée et harmonisée de Nanteau-sur-Essonne.

Le territoire de la commune se situe dans le sud du Bassin parisien, plus précisément au nord de la région naturelle du Gâtinais.

Une partie de la commune se situe sur le plateau qui s'étend de la forêt de Fontainebleau jusqu'à Tousson et donc, à la partie orientale de la commune. Il faut alors descendre pour atteindre le centre du village et le niveau de l'Essonne[5]. La dénivellation est d'environ 45 m, la vallée de l'Essonne est à une altitude de 75 m. Le haut de la commune, vers le hameau de Bois Minard, est constitué de champs de grandes dimensions où l'on cultive les céréales et les betteraves. La partie qui constitue la descente du plateau est couverte de forêts, c'est aussi le cas des bords de l'Essonne, où se trouvent de nombreux marais. La commune est très étirée en longueur. Entre la limite de Buthiers, au sud, et celle de Buno, au nord, il y a environ 9 km.

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire)[6],[7].

Géologie de la commune de Nanteau-sur-Essonne selon l'échelle des temps géologiques[6],[7].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
CE : Colluvions polygéniques éboulis.
CF : Colluvions de versant et de fond de vallon.
OE C : Loess calcaire, limon calcaire.
LP : Limon des plateaux de composition argilo-marneuse.
T : Zones tourbeuses au sein des alluvions récentes.
Fz : Alluvions récentes : limons, argiles, sables, tourbes localement.
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent.
Miocène
m1MG : Molasse du Gâtinais, Marnes vertes de Neuville-sur-Essonne (Loiret).
Paléogène Oligocène
g1CE : Calcaire d'Étampes, meulières, marnes, calcaires du Gâtinais.
g1GF : Grès de Fontainebleau en place ou remaniés (grésification quaternaire de sables stampiens dunaires).
g1SF : Sables de Fontainebleau, accessoirement grès en place ou peu remanié (versant).
Éocène non présent.
Paléocène non présent.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Nanteau-sur-Essonne.

Le réseau hydrographique de la commune se compose essentiellement de la rivière Essonne[8], longue de 101,10 km, affluent de la rive gauche de la Seine, ainsi que :

  • un bras de 0,33 km[9] ;
  • un bras de 0,57 km[10].

Sa longueur totale sur la commune est de 2,55 km[11].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[12].

La commune fait partie du SAGE « Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés », approuvé le . Le territoire de ce SAGE couvre deux régions, six départements et compte 681 communes, pour une superficie de 9 722 km2[13]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte du pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, qualifié de « structure porteuse »[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5,2 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,4 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 667 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 0,5 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -2,6 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[16]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[15]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[17]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 37 km à vol d'oiseau[18], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[19] à 11,6 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[21],[22]. Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé, le Parc naturel régional du Gâtinais français, créé en 1999 et d'une superficie de 75 567 ha. D’une grande richesse en termes d’habitats naturels, de flore et de faune, il est un maillon essentiel de l’Arc sud-francilien des continuités écologiques (notamment pour les espaces naturels ouverts et la circulation de la grande faune)[23],[24].

Deux autres espaces protégés sont présent sur la commune :

  • la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (46 056 ha pour la zone centrale). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Éducation, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[25],[26].
  • la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (95 595 ha pour la zone de transition). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Éducation, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[25],[27].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[28].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[29],[Carte 1] :

  • la « Haute vallée de l'Essonne », d'une superficie de 971 ha, un ensemble écologique de grande importance à l’échelon du bassin parisien. Cette entité est constituée de milieux humides remarquables résultants de l’évolution de bas marais alcalins[30],[31].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Nanteau-sur-Essonne comprend une ZNIEFF de type 1[Note 4],[32],[Carte 2], les « Bois de la Fontaine Saint-Agnan, Bel-Air, la Garenne de Boucleaux et vallée Poirette » (188,79 ha), couvrant 2 communes du département[33]. , et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[32], la « vallée de l'Éssonne de Buthiers à la Seine » (5 102,19 ha), couvrant 29 communes dont 1 dans le Loiret, 4 en Seine-et-Marne et 24 dans l'Essonne[34].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nanteau-sur-Essonne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[35],[36],[37]. Elle appartient à l'unité urbaine du Malesherbois, une agglomération inter-régionale regroupant 2 communes[38] et 8 636 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[39],[40].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[41],[42].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018, l'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts (54,27 %) en très légère augmentation par rapport à 1990 (53,29 %). La répartition détaillée est la suivante : forêts (54,27 %), terres arables (40,78 %), zones agricoles hétérogènes (2,88 %), zones urbanisées (2,08 %)[Note 8],[43].

Occupation des sols en 1990 et 2018[43].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
26,76 ha 2,08 % 26,76 ha 2,08 % 0 ha en stagnation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
575,51 ha 44,64 % 562,90 ha 43,66 % −12,61 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
687,08 ha 53,29 % 699,69 ha 54,27 % 12,61 ha en augmentation

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le MOS distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[44],[45],[46]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[47].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Nemours Gâtinais, approuvé le et porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) Nemours-Gâtinais[48].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[49]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Nanteau-sur-Essonne.

La commune compte 81 lieux-dits administratifs[Note 9] répertoriés[50].

Un hameau aujourd'hui disparu, Courcelles, seule une rue porte encore ce nom.

Deux hameaux importants se partagent une bonne partie de la population :

  • Boisminard, sur le plateau et proche de Tousson, entouré de champs cultivés ;
  • Villetard, à l'entrée ouest du village (en provenance Malesherbes), situé le long d'une route légèrement en hauteur par rapport à l'Essonne. Ce hameau est bordé au nord-est par une forêt et se situe non loin de l'endroit où était le château.

Un lieu-dit qui a donné son nom à une rue est nommé Clos Corbin ; il est situé à l'entrée du chemin de Milly.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 273 dont 97,4 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 2,6 % d'appartements[Note 10].

Parmi ces logements, 73,6 % étaient des résidences principales, 21,4 % des résidences secondaires et 5,1 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 86,4 % contre 9 % de locataires et 4,5 % logés gratuitement[51].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Deux routes départementales relient Nanteau-sur-Essonne aux communes voisines :

  • la D 152 (qui longe la limite sud de la commune), à Buthiers en direction de l'est et vers Le Malesherbois en direction de l'ouest ;
  • la D 410 (qui traverse la partie sud-est du territoire), à Tousson en direction du nord-est et vers Buthiers en direction du sud.

Le territoire de la commune est traversé d'est en ouest par le sentier de grande randonnée GR 1, entre Boissy-aux-Cailles et Malesherbes.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne d'autocars no 184.004 du réseau de bus Les Cars Bleus, ligne qui Nanteau-sur-Essonne à Nemours[52].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Nantoil en 1134[53] ; Nantolium en 1165[54] ; Nantolium supra Essonam en vers 1350 (Pouillé)[55] ; Nentheau en 1518[56].

Composé de nanto-, mot gaulois qui désigne une "vallée", et de -ialo, "clairière" (naturelle ou éventuellement essartée) qui a fréquemment donné -euil dans la toponymie mais ici a évolué en -eau. Nanteau signifie donc : « la clairière de/dans la vallée » ; dans le cas de ce Nanteau, on évoque la vallée de l'Essonne.

Ses habitants sont appelés les Nantessonnais et Nantessonnaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le rocher aux pieds[modifier | modifier le code]

Un mégalithe en grès appelé « pierre du pas de Sainte-Anne » ou « rocher aux pieds » se trouve sur la route de Nanteau à Buno-Bonnevaux (au nord-ouest de Nanteau), entre l'ancien moulin de Roisneau et la Chapelle-Nainveau[57]. Le mégalithe fait 3,90 m de longueur, 2,30 m de largeur et 1,55 m de hauteur. Il porte deux empreintes en creux de pas humains : l'un, de grandeur naturelle, à bout effilé, qui est dit être l'empreinte du pas de sainte Anne, mère de la Vierge ; l'autre, plus petit, attribué au pas de la Vierge encore enfant[58]. Sont aussi sculptés une petite cupule et un long trait en forme de petite rigole[59] qui correspond au grand axe de la sculpture[60], prolongé vers le nord au-delà de l'empreinte de la plus grande des sculptures de pied[61]. La longueur de cette grande sculpture de pied (27 cm indique un pied d'homme mais son indice soleo-podalique[Note 11] correspond à un pied de femme. Son orientation correspond au plein sud magnétique à l'époque néolithique et a pu servir de méridienne[62]. Il existe plusieurs sculptures de pied en creux connues (pierre « Le Mulot » à Bleurville (Vosges)[63], pierre de Saint-Roch à Menomblet (Vendée)[64], etc) mais rarement additionnées de gravures annexes[60]. la petite sculpture de pied est moins bien formée, mais son axe est orienté plein est - plein ouest[65]. La cupule mentionnée se trouve sur le flanc sud de la pierre ; elle forme un angle de 38° avec l’axe de petit pied, et 52° avec l'axe du grand pied[66], soit les angles du solstice (52°) pour la latitude du lieu. Elle indique donc le lever du soleil au solstice d'hiver[67].

Dans les champs et coteaux voisins se trouvent un grand nombre de silex taillés, le polissoir de Buno, la chambre sépulcrale de Buno, les menhirs de Tousson et autres artéfacts préhistoriques[58], et un gros éboulis de rochers en « grès de Fontainebleau » (bien visible sur la carte IGN[57]) sur un versant de colline le long de la route mentionnée[59].

Menhir du Paly[modifier | modifier le code]

Le menhir du Paly (au Closeau, immédiatement à l'ouest du village[57]) est gravé d'un visage humain dont le nez et les sourcils forment un T, et d'une hache à crosse[68]. Plusieurs représentations humaines gravées se retrouvent localement : dalle gravée de Rouville (Malesherbes, Loiret), dalle de l’Ouche de Beauce de Maisse (Essonne, Néolithique moyen), allée couverte dite du Trou aux Anglais (Aubergenville, Yvelines), et d'autres. Toutes ces gravures ont une coiffe ressemblant à des plumes dressées à partir des lignes de sourcils[69], mais présentent des variations. D'autres gravures similaires en Suisse et dans le sud de la France, datées du Chalcolithique, sont plus homogènes[70],[71].

Le motif de hache à crosse est habituellement attribué au Néolithique ancien et moyen. Celui du « visage en T » va du Néolithique ancien jusqu’au Chalcolithique. La combinaison de ces deux motifs indique que le massif de Fontainebleau aurait été une zone de transition et de passage pour des courants culturels de différents lieux et périodes[72].

Sépulture collective de la Pente-des-Courcelles[modifier | modifier le code]

Les fouilles de cet abri sous roche aménagé sous une dalle se sont terminées en 1995. Son mobilier funéraire, assez peu fourni, inclut un vase attribuable au Néolithique récent et dont la typologie le rapproche du groupe culturel du Montet. Des tombes similaires se retrouvent sur la commune voisine Buno-Bonnevaux[73],[74].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le hameau de Boisminard étant depuis toujours le lieu de production agricole du village de Nanteau, il est normal que le hameau et ses terres aient appartenu à des seigneurs, propriétaires terriens.
Sous Philippe Auguste, 2e moitié du XIe siècle, le seigneur de Boisminard était chevalier du bailliage de Grès et de La Chapelle-la-Reine. Au XIVe siècle, sous Charles VI et Isabeau de Bavière, Huet de Moncelard était le propriétaire de Boisminard en 1384. C'est à cette époque que Nanteau eut beaucoup à souffrir des luttes et pillages de la guerre de Cent Ans.
Au XVe siècle c'est Joachim Rouault qui en était le propriétaire.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle après avoir appartenu à l'archevêché de Sens, Nanteau et Tousson devinrent la propriété des vidames de Chartres représentés à cette époque par François de Vendôme[75].

En 1660, Jacques de La Barre, seigneur de Groslieu d'Arbouville, était à la fois seigneur de Nanteau et de Boisminard. C'est donc à cette époque qu'a eu lieu l'important incendie de Boisminard en . 15 à 16 maisons furent brulées. La légende dit que les hommes n'arrivaient pas à éteindre le feu et c'est seulement l'arrivée du Saint Sacrement venant de l'église qui fit le miracle. Une procession fut alors instituée qui perdura jusqu'au XVIIIe siècle où l'on montait de Nanteau à Boisminard.

En 1730, Defayal d'Allennes était seigneur de Nanteau, il mourut le 5 juin 1730. La seigneurie dépendait du Baillage de Milly.

En 1790, Josèph Nicola de Broglie, Prince de Revel, était seigneur de Nanteau, il fut déclaré émigré.

En 1870 Nanteau fut occupé par le 84e Régiment de Ligne Prussien[76].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
14-12-1789 21-11-1791 François Poinvreau    
21-11-1791 1800 Gabriel Coisnon    
1800 1803 Jean Coisnon    
1803 1807 Brichard    
1807 1835 Jean Coisnon    
1835 1848 Louis Viron    
1848 1856 Radideau    
1856 1871 Louis Pierre Viron    
1871 1874 Chaillou    
1874 1888 Robert Delion    
1888 1900 Bizouarne    
1900 1908 Léopold Flamery    
1908 1925 Victor Pelletier    
1925 1930 Eugène Lenoir    
1930 1935 Arthur Boutteville    
1935 1945 Joseph Caillette    
1945 1947 Donatien Chachignon    
1947 1959 André Pouinteau    
1959 1962 Marcel Vallet    
1962 1965 Moyse Henriette    
1965 1989 Jean Herblot    
1989 2001 Daniel Escoffre    
2001 2008 Michèle Bouteille    
2008 2020 Hélen Henderson    
2020 en cours Olivier Mauxion    

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [77],[78].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Nanteau-sur-Essonne ne dispose pas d'assainissement collectif[79],[80].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[81]. Le Parc naturel régional du Gâtinais français assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[79],[82].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SME de la région de Buthiers qui en a délégué la gestion à l'entreprise Veolia, dont le contrat expire le [79],[83],[84].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Beauce[85].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[86]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[87].

En 2018, la commune comptait 431 habitants[Note 12], en diminution de 4,01 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220305261270309331303330354
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
359357375335325346359334335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343335293251266282255232234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
239245252258314394422426430
2013 2018 - - - - - - -
449431-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[88] puis Insee à partir de 2006[89].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d’école primaire publique (maternelle ou élémentaire)[90].

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête du Village : début septembre

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 181, représentant 434 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 24 810 euros[91].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 35, occupant 182 actifs résidants. Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 64,8 % contre un taux de chômage de 4,8 %. Les 30,4 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,6 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 12,6 % de retraités ou préretraités et 8,1 % pour les autres inactifs[92].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre d'établissements actifs était de 22 dont 1 dans l’industrie manufacturière, industries extractives et autres, 6 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 1 dans les activités financières et d'assurance, 2 dans les activités immobilières, 9 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 1 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 2 étaient relatifs aux autres activités de services[93].

En 2019, 5 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 4 individuelles.

Au 1er janvier 2020, la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[94].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Nanteau-sur-Essonne est dans la petite région agricole dénommée le « Pays de Bière et Forêt de Fontainebleau », couvrant le Pays de Bière et la forêt de Fontainebleau[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 13] de l'agriculture sur la commune est la polyculture et le polyélevage[95].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[96]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 10 en 1988 à 2 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 57 ha en 1988 à 43 ha en 2010[95]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Nanteau-sur-Essonne, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Nanteau-sur-Essonne entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[95],[Note 14]
Nombre d’exploitations (u) 10 5 2
Travail (UTA) 16 6 4
Surface agricole utilisée (ha) 571 234 86
Cultures[97]
Terres labourables (ha) 569 233 s
Céréales (ha) 493 s s
dont blé tendre (ha) 214 80 s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 102 s
Tournesol (ha) 18
Colza et navette (ha) s s
Élevage[95]
Cheptel (UGBTA[Note 15]) 16 20 23

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'élise Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin avec son clocher carré du XIIe siècle coiffé en bâtière, sa nef unique prolongée par un chœur en abside (le tout du XIVe siècle) et son christ en bois daté de 1609. Cette sculpture est classée au titre objet monument historique depuis le 31/01/1938 et appartient à la commune de Nanteau-sur-Essonne.
  • La vallée de l'Essonne*, les coteaux boisés, le site du hameau de Boisminard.
  • Vestiges préhistoriques et antiques : un ensemble d'abris sous roche et de grottes ornés de gravures rupestres.
  • Chasse, pêche, randonnées pédestres, passage du GR1.
  • Le vieux four de Boisminard, situé dans le hameau, l'architecture de ce four est très particulière. Maintenant dans la plus grosse ferme de Boisminard en activité avec la chèvrerie de Boisminard, le four est recouvert d'escaliers. Anciennement, il servait à cuire du pain. Grâce à la nouvelle appellation « Pays de Nemours », des visites seront organisées et des panneaux informatifs ont été mis en place dans tout Boisminard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  9. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  10. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  11. L'indice soleo-podalique d'un pied, mentionné dans Baudouin 1914, p. 166 et Baudouin & Boismoreau 1913, p. 511 est, comme indiqué dans ce dernier document, le résultat de l'opération suivante : [largeur maximum (à la plante du pied)] x 100 / [longueur maximum].
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  13. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  15. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 de Nanteau-sur-Essonne » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Zones ZNIEFF de Nanteau-sur-Essonne » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Nanteau-sur-Essonne », sur le site de l'Insee (consulté le 18 janvier 2021).
  2. « Distance entre Nanteau-sur-Essonne et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le 18 janvier 2021).
  3. « Distance entre Nanteau-sur-Essonne et Fontainebleau », sur https://fr.distance.to (consulté le 18 janvier 2021).
  4. « Communes les plus proches de Nanteau-sur-Essonne », sur www.villorama.com (consulté le 18 janvier 2021).
  5. Sandre, « L'Essonne ».
  6. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le 14 janvier 2021).
  7. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le 14 janvier 2021).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Essonne (F45-0400) » (consulté le 15 septembre 2020).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Essonne (F4527001) » (consulté le 15 septembre 2020).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Essonne (F4526501) » (consulté le 15 septembre 2020).
  11. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 11 octobre 2018
  12. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  13. « SAGE Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  14. « le Schéma d'aménagement et de gestion des Eaux de la nappe de Beauce », sur www.sage-beauce.fr (consulté le 17 janvier 2021).
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  16. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  17. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  18. « Orthodromie entre Nanteau-sur-Essonne et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  19. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  20. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  21. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le 15 janvier 2021).
  22. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  23. « Parc naturel régional du Gâtinais français », sur www.parc-gatinais-francais.fr (consulté le 9 janvier 2021).
  24. « le Parc naturel régional du Gâtinais français - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  25. a et b « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le 9 janvier 2021).
  26. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  27. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  28. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 15 janvier 2021).
  29. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Nanteau-sur-Essonne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  30. « Haute vallée de l’Essonne - ZSC - FR1100799 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 11 janvier 2021).
  31. « site Natura 2000 FR1100799 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  32. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Nanteau-sur-Essonne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  33. « ZNIEFF les « Bois de la Fontaine Saint-Agnan, Bel-Air, la Garenne de Boucleaux et vallée Poirette » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  34. « ZNIEFF la « vallée de l'Éssonne de Buthiers à la Seine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  35. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  36. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  37. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  38. « Unité urbaine 2020 du Le Malesherbois », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  39. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  40. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  41. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 4 avril 2021).
  42. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  43. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 15 janvier 2021).
  44. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  45. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  46. « Nanteau-sur-Essonne - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  47. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 19 janvier 2021).
  48. « Le SCOT Nemours Gâtinais - Historique de l'élaboration », sur smep-nemours-gatinais.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  49. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  50. Site territoires-fr.fr consulté le 16 mars 2020 sous le code commune 77328.
  51. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 15 septembre 2020
  52. « Lignes régulières », sur cars-bleus.fr (consulté le 15 janvier 2021).
  53. Cartulaire de Montmartre, p. 64.
  54. Cartulaire de Montmartre, p. 104.
  55. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 413.
  56. Arch. chât. Marcoussis, Reg. de prisée, fol. 218.
  57. a b et c « Moulin de Roisneau et Nainveau, sur Nanteau-sur-Essone, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  58. a et b [Baudouin 1914] Marcel Baudouin, « Le rocher aux pieds de Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Marne) », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, vol. 5, no 2,‎ , p. 159-177 (lire en ligne [sur persee]), p. 160.
  59. a et b Baudouin 1914, p. 161.
  60. a et b Baudouin 1914, p. 167.
  61. Baudouin 1914, p. 168.
  62. Baudouin 1914, p. 165.
  63. [Baudouin 1914] Marcel Baudouin, « Les pieds humains sculptés de la pierre Le Mulot (N° 1), à Bleurville (Vosges) », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, vol. 5, no 3,‎ , p. 181-196 (lire en ligne [sur persee]).
  64. [Baudouin & Boismoreau 1913] Marcel Baudouin et E. Boismoreau, « Les sculptures sur rochers de la pierre de Saint-Roch [pied humain et cupules] et leur rapport avec le culte solaire », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 10, no 9,‎ , p. 491-522 (lire en ligne [PDF] sur cnd_1.3.reseaudescommunes.fr).
  65. Baudouin 1914, p. 169.
  66. Baudouin 1914, p. 172.
  67. Baudouin 1914, p. 173.
  68. [Caldwell 2013] Duncan Caldwell, « Le Visage Gravé du Closeau 12 et ses Implications : Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Marne) », Art Rupestre, Bulletin du GERSAR, no 64,‎ , p. 37-46 (lire en ligne [sur academia.edu], consulté le 13 avril 2020), p. 37.
  69. Caldwell 2013, p. 39.
  70. Caldwell 2013, p. 40.
  71. [Caldwell 2012] Duncan Caldwell, « Réexamen de deux sites à gravures piquetées Milly-la-Forêt (Essonne) », Bulletin du Gersar, no 62,‎ (lire en ligne [PDF] sur detoursdesmondes.typepad.com, consulté le 13 avril 2020).
  72. Caldwell 2013, p. 45.
  73. [Salanova & Martineau 2014] Laure Salanova et Rémi Martineau, « La sépulture collective de « La Pente des Courcelles » (Nanteau-sur-Essone, Seine-et-Marne) », dans Richard Cottiaux & Laure Salanova, La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien - Le Néolithique récent entre Seine, Oise et Marne (3500-2900 avant notre ère), , sur researchgate.net (lire en ligne).
  74. [Tabeaud 2001] Martine Tabeaud, La mort en Île-de-France, publications de la Sorbonne, , 174 p., sur books.google.fr (lire en ligne), p. 51, 56, 58, 64,.
  75. Maurice Pignard-Péguet, « Histoire Générale Illustrée des départements - Seine et Marne», Auguste Gout Imprimeurs à Orléans 1911
  76. AD 77, Monographie communale
  77. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  78. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  79. a b et c « Commune de Nanteau-sur-Essonne - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  80. « Fonctionnement des services d'assainissement collectif de Seine-et-Marne - carte arrêtée en février 2020 », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  81. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  82. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  83. « SME de la région de Buthiers - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  84. « SME de la région de Buthiers - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  85. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le 3 février 2021).
  86. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  87. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  88. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  89. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  90. Écoles Primaires, portail indépendant sur l'école primaire, consulté le 21 décembre 2020
  91. Statistiques officielles de l'Insee, section Revenus et pauvreté des ménages, consulté le 14 septembre 2020
  92. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consultée le {1er} février 2021
  93. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2019», consultée le {1er} février 2021
  94. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2020», consultée le {1er} février 2021
  95. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Nanteau-sur-Essonne », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 janvier 2021).
  96. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).
  97. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Nanteau-sur-Essonne », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 26 janvier 2021).