Villeneuve-le-Comte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villeneuve-le-Comte
Villeneuve-le-Comte
Mairie de Villeneuve-le-Comte.
Blason de Villeneuve-le-Comte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité Val d'Europe Agglomération
Maire
Mandat
Daniel Chevalier
2020-2026
Code postal 77174
Code commune 77508
Démographie
Population
municipale
1 850 hab. (2017 en augmentation de 1,31 % par rapport à 2012)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 51″ nord, 2° 49′ 49″ est
Altitude Min. 116 m
Max. 133 m
Superficie 19,08 km2
Élections
Départementales Canton d'Ozoir-la-Ferrière
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villeneuve-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Villeneuve-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-le-Comte

Villeneuve-le-Comte est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France, faisant partie depuis 2011 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée.

Ses habitants sont appelés les Villecomtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 21 kilomètres au sud-est de Lagny-sur-Marne[1].

Elle est proche du parc à thèmes Disneyland Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bailly-Romainvilliers Coutevroult Villiers-sur-Morin Rose des vents
Villeneuve-Saint-Denis N Voulangis
Tigeaux
Dammartin-sur-Tigeaux
O    Villeneuve-le-Comte    E
S
Neufmoutiers-en-Brie Mortcerf

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de dix cours d'eau référencés :

  • la Marsange, longue de 30,39 km[2], affluent de l'Yerres en rive droite ;
    • le fossé 01 des Posses Notre-Dame, 1,68 km[3], et ;
    • le ru des Grands Buissons, 1,94 km[4], et ;
    • le fossé 01 des Grands Buissons, 1,27 km[5], et ;
    • le fossé 01 de la Forêt Domaniale de Crécy, 2,31 km[6], affluents de la Marsange ;
  • le ru de la Folie, 9,81 km[7], qui conflue avec le ru de la Hotte ;
    • le fossé 01 du Bois Saint-Denis, 2,11 km[8] et ;
    • le fossé 01 du Pré Boyau, 2,60 km[9], affluents du ru de la Folie ;
  • le ru de la Forêt, 3,18 km[10], affluent du ru de Binel ;
    • le ru de l'Étang, 3,90 km[11], affluent du ru de la Forêt.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 15,44 km[12].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

(BUS) Darche-Gros 02

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 27 lieux-dits administratifs répertoriés[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[14], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 68,2 % de forêts, 24,6 % de terres arables, 3,9 % de zones urbanisées, 1,8 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée, 1,5 % de zones agricoles hétérogènes, 0,5 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication et 0,5 % d’espaces verts artificialisés non agricoles[12],[15].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 791 dont 79,8 % de maisons et 20,1 % d’appartements.

Parmi ces logements, 92,7 % étaient des résidences principales, 0,9 % des résidences secondaires et 6,4 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 74,1 % contre 23,4 % de locataires[16],[Note 2], dont 0,7 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 3] et, 2,5 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Villa Nova comitis Sancti Pauli en 1217[17] ; Villanova en 1250[18] ; Territorium Ville Nove comitis en 1260[19] ; La Ville Nueve le Conte en 1300[20] ; Villa Nova Comitis en 1326[21] ; La Ville Neuve le Conte en 1335[22] ; Villeneuve Notre Dame en 1793[23] ; Villeneuve-le-Peuple en l'an II[24].

Gaucher III de Châtillon lui donne le nom de Villa Nova comitis Sancti Pauli (« La Ville neuve du Comte de Saint-Pol ») en l'honneur de celui dont il épouse la fille unique, Élisabeth de Saint-Pol.

Au cours de la Révolution française, la commune porte les noms de Villeneuve-le-Peuple et de Villeneuve-les-Bordes[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est une ancienne bastide, la seule au nord de la Loire, voulue au XIIIe siècle par le comte de Champagne pour marquer la limite de son territoire.

Furent construits un château-fort dont il ne reste que les douves, une muraille dont il ne reste que le nom de rues évocateurs (« rue des remparts », « rue basse des fossés »), une église érigée de 1203 à 1214 dont le clocher n'est pas rigoureusement vertical. En 1562, lors des guerres de religion, les sculptures de portail furent mutilées et ses vitraux détruits[26][source insuffisante]. Classée monument historique en 1849, elle fut restaurée de 1865 à 1870 sous la surveillance d'Eugène Viollet-le-Duc[réf. nécessaire].

En 1226, Hugues V de Châtillon-Saint-Pol (Ier de Saint-Pol), dit aussi Hugues Ier selon les généalogistes, donne à l'abbaye du Pont-aux-Dames qu'il vient de fonder la ferme de l'Hermitage près de Villeneuve-le-Comte avec 200 arpents de terre labourable[27].

Sur le territoire de la commune se trouvait un autre château féodal, dit « de la Pointe », dont il ne reste que des ruines.

En 2013 fut découvert un sanctuaire gallo-romain, utilisé du Ier au IIIe siècle principalement pour incinérer les corps de défunts[28].

Le village était traversé par une ancienne voie romaine (la RD 231 qui contourne actuellement celui-ci) reliant Lagny-sur-Marne à Provins, et qui desservait un camp romain se situant à l'est du village ; il est donc possible que ce sanctuaire ne soit pas gallo-romain, mais purement romain[réf. nécessaire].

Une autre voie romaine passait non loin, reliant Melun à Meaux, aujourd'hui RN 36.

À l'intersection de la RD 231 et de la RN 36 fut érigé en 1735 l'obélisque de Villeneuve-le-Comte, qui serait porteur du symbolique de la destruction du monde par l'eau et le feu[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Villeneuve-le-Comte.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

écartelé au 1) de gueules à la chapelle d’or ouverte et ajourée de sable, au 2) d’azur au lambel de cinq pendants d’argent, au 3) d’azur à la bande d’argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre potencées d’or, au 4) de gueules aux trois merlettes d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Villeneuve-le-Compte fait parti de Val d'Europe Agglomération avec 9 autres communes.

Elle s'y est rajoutée en 2018, en faisant le choix de quitter son ancienne intercommunalité, avec la commune de Villeneuve-Saint-Denis. S'en sont ensuite rajoutées les communes d'Esbly, de Montry et de Saint-Germain-sur-Morin en 2020.

Les 5 communes historiques de l'intercommunalité sont Chessy, Serris, Coupvray, Bailly-Romainvilliers et Magny-le-Hongre.

Auparavant, la commune faisait parti de la Communauté de communes du Val Briard, de 2017 à 2020[30].

Elections municipales[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  Théodore Hardy    
1830   Charles Rose Pierre Cordier    
1809   Théodore Hardy    
1830   Joseph Morignot    
1831 Jean-Baptiste Vidit   Décédé le 13/3/1837
David   Adjoint faisant fonction
1837   Toussaint Pottier    
1843   Pierre-Antoine Morignot    
1848   Louis Furcy Hardy    
1852   Théodore Edmé Hardy    
1876   Leufroy Pottier    
1881   Louis Alphonse Léopold    
1889   François Odon Perreux    
1892   François Aval    
1898   Félix Raoul Conord    
  Emile Pottier    
  Maurice Benard    
1945   Léon Bazrry    
1947   André Boyer    
mai 1953 1958 Fernand Regnault    
1958 mars 1959 André Thienard    
mars 1959 1973 Hubert Aube    
1973 juin 1995 Michel Moitre    
juin 1995 août 1996 Jack Julien    
septembre 1996 en cours Daniel Chevalier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[32].

En 2017, la commune comptait 1 850 habitants[Note 4], en augmentation de 1,31 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
634651696761753777787856884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
902875906902991867918852861
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
905878795753775748754798704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6629081 1171 1731 2971 6831 7471 7721 845
2017 - - - - - - - -
1 850--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-la-Nativité de Villeneuve-le-Comte - Cloche de l'église sonnant la demie.

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Obélisque dit de Villeneuve-le-Comte est également situé sur les communes de Dammartin-sur-Tigeaux et de Mortcerf. Il a été construit au XvIIIe siècle. Il est classé monument historique depuis le premier octobre 1921. Aujourd'hui, il est surtout célèbre chez les ésotéristes grâce à l'alchimiste Fulcanelli qui en parle dans Les Demeures philosophales, parues en 1930. L'auteur voit dans ce monument " la figuration saisissante de l'incendie et de l'inondation immenses" qui se produiront lors du Jugement Dernier.

Événements[modifier | modifier le code]

Un village nature a été construit puis ouvert au public, il se situe très près de Villeneuve-le-Comte[Où ?].

Le Festival international de Ukulélé s'y déroule en septembre.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La ville était autrefois desservie par la ligne de chemin de fer à voie métrique reliant Lagny-sur-Marne et Mortcerf. Elle est aujourd'hui desservie par la ligne 32 reliant Tournan-en-Brie et val d'Europe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  3. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation de Villeneuve-le-Comte » sur Géoportail (consulté le 18 septembre 2018).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Marsange (F4770600) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Posses Notre-Dame (F4772500) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Grands Buissons (F4772000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Grands Buissons (F4771000) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Forêt Domaniale de Crécy (F4773000) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Folie (F4774700) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Bois Saint-Denis (F4774750) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Pré Boyau (F4774740) »
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Forêt (F6533100) »
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de l'Étang (F6582150) »
  12. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 17 mai 2020
  13. Site territoires-fr.fr consulté le 18 septembre 2018 sous le code commune 77508
  14. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  15. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  16. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  17. D. Bouillart, n° LXXVIII.
  18. Longnon, I, p. 194.
  19. Layettes Trésor, III, p. 534.
  20. Cartulaire de Pont-aux-Dames, fol. 5 v°.
  21. Archives natonales, JJ 64, n° 298.
  22. Archives natonales, S 266, n° 50.
  23. Archives natonales, F17 10043, n° 643.
  24. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 569.
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. courtryrandonnees.over-blog.com
  27. Cartulaire de l'abbaye, cité par Berthault, Abbaye du Pont-aux-Choux, Paris-Meaux, 1878, p. 84.
  28. « Un sanctuaire gallo-romain à Villeneuve-le-Comte », sur le site Internet de l'INRAP.
  29. Ce monument est référencé dans l'ouvrage Les demeures philosophales de Fulcanelli.
  30. Par A. M. Le 10 octobre 2017 à 12h00, « Val-d’Europe : Villeneuve-le-Comte et Villeneuve-Saint-Denis arrivent en janvier », sur leparisien.fr, (consulté le 1er août 2020)
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  34. Notice no PA00087323, base Mérimée, ministère français de la Culture