Nandy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nandy
Nandy
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart
Maire
Mandat
René Réthoré
2020-2026
Code postal 77176
Code commune 77326
Démographie
Gentilé Nandéens
Population
municipale
6 179 hab. (2018 en augmentation de 5,32 % par rapport à 2013)
Densité 722 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 52″ nord, 2° 33′ 51″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 87 m
Superficie 8,56 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Fargeau-Ponthierry
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Nandy
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Nandy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nandy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nandy
Liens
Site web nandy.fr

Nandy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Nandy est située à 10 km au nord-ouest de Melun.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1]. L'altitude varie de 37 mètres à 87 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 82 mètres d'altitude (mairie)[2].

Plus de 82 % du territoire est composé de forêts, de bois et d'espaces verts. Au sud-ouest, derrière la forêt de Rougeau qui occupe toute la partie ouest, la commune s'étend jusqu'à la Seine sur 2,6 km.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Nandy.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau référencés :

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 4,65 km[7].

Quatre étangs, celui de la Sablonnière, du Balory, de l'école des Bois et de la Place de la Moisson, sont situés autour et dans la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,1 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,3 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 672 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,6 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,7 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[9]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[10]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[11], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[12] à 11,6 °C pour 1991-2020[13].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Nandy comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2],[14],[Carte 1], le « Coteau de Seine à Nandy et Morsang » (98,99 ha), couvrant 4 communes dont 2 en Seine-et-Marne, 1 dans les Yvelines et 1 dans l'Essonne[15]. , et deux ZNIEFF de type 2[Note 3],[14] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nandy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[18],[19],[20]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[21] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 21 lieux-dits administratifs[Note 6] répertoriés[26] dont Pavillon Royal. La ville est divisée en quatre quartiers : le Balory, Villemur, les Bois et la Forêt.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (64,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (64,8% ), zones urbanisées (17,4% ), terres arables (11,4% ), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,6% ), eaux continentales[Note 7] (2,7% ), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[27].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[28],[29],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Sénartdont l'étude a été engagée en 2013, portée par le syndicat mixte de Sénart Val de Seine (SYMSEVAS)[30].

La commune, en 2019, avait engagé l'élaboration d'un plan local d'urbanisme. Un plan local d'urbanisme intercommunal couvrant le territoire de la communauté de communes de la Bassée - Montois était en élaboration[31],[32].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 2 139 dont 69,8 % de maisons et 30,1 % d’appartements.

Parmi ces logements, 95,7 % étaient des résidences principales, 1,5 % des résidences secondaires et 2,7 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 63,1 % contre 36 % de locataires[33], dont 31 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 8] et 1 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Les routes départementales D 346 (qui va jusqu'à Melun au sud et à Corbeil-Essonnes au nord en passant par la forêt de Rougeau) et la D 50 (qui va jusqu'au centre commercial Carré Sénart) sont ses deux routes principales. La D 50 permet également de joindre la sortie 10 de l'A5, et le centre de Sénart.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Savigny-le-Temple - Nandy de la branche Melun (D2) de la ligne D du RER, située sur la commune voisine de Savigny-le-Temple.

Nandy est desservie par des lignes du réseau de bus Sénart Bus :

  • la ligne 34, qui relie la gare de Savigny-le-Temple - Nandy à la Z.A.E. de Nandy ;
  • la ligne 37, qui relie la gare de Savigny-le-Temple - Nandy au quartier de la Sablonnière à Nandy ;
  • la ligne 61a, qui relie le quartier de Plessis-le-Roi à Savigny au collège de Voisenon en passant par la gare de Savigny-le-Temple et Nandy ;
  • la ligne 63 (service scolaire), qui relie la gare de Savigny-le-Temple - Nandy au lycée Sonia-Delaunay de Cesson-Vert-Saint-Denis. Elle marque un arrêt à la gare de Cesson.

et la ligne d’autocars Citalien (Lieusaint - Melun) du réseau de cars Transdev[34].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom apparaît sous les formes J. de Nanziaco en 1234[35] ; G. de Nanziaco en[35] ; puis Nandi en 1392[36].

De la racine gauloise nanto signifiant, « vallée, ruisseau ou rivière ». Nandy est sur un ru, au-dessus d'un méandre de la Seine[37].

Pour Dauzat et Rostaing (op. cit.), « le d fait difficulté ». Le nom pourrait être construit sur le nom de personne gaulois Nantios (nom attesté) avec le suffixe locatif d'origine gauloise -aco et signifierait "le domaine de Nantios"[38], ce qui correspondrait à une série toponymique assez fréquente en France (c.f. Nancy, Nançay, par exemple). Une formation sur un nom comme Nandius expliquerait le d, mais Nandius n'est pas un nom de personne attesté.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1522 l'abbaye du Pont-aux-Dames, répond aux questionnaires des officiers royaux et déclare percevoir pour :« les héritaiges, terres, prez, bois, cens, et rentes assis à Nandy et environs, baillés à année pour huict livres tournois de rente au jour de saint Martin pour chascun an, montant desdits héritaiges, à cinquante-sept arpents, trois quartiers, quinze perches et quinze arpents de bois, taillis, avec les cens, rentes champarts, justice moyenne et basse que tient et occupe à présent noble homme Charles de l'Hospital, à charge que dessus pour ce cens et rente »[39]

Le , l'Assemblée nationale décrète la constitution des municipalités. Le , la commune de Nandy se trouve rattachée au canton de Vert-Saint-Denis relevant du district de Melun, lui-même partie intégrante du département de la Brie et du Gâtinais.

Le , le département prend le nom de Seine-et-Marne. En 1791, le chef-lieu de canton passe à Boissise-la-Bertrand.

En 1799, Nandy est rattaché à l'arrondissement de Melun. En 1800, Nandy fait partie du canton de Melun-Nord.

Enfin, le , Nandy est rattaché au nouveau canton de Savigny-le-Temple.

Adhésion en 1973 à l'Établissement public d'aménagement de la Ville Nouvelle de Sénart.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[40]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 Pierre Radingant    
1793 1794 Louis Audinot    
1794 1799 Léonard Thomas    
1799 1803 Emmanuel Duclos    
1803 1824 Lucien Julien de Perthuis    
1824 1831 Lucien Edmond de Perthuis    
octobre 1831 octobre 1840 Augustin Thomas    
octobre 1840 janvier 1852 Louis Joseph Lefebvre    
janvier 1852 mai 1856 Roland Philippe Roger    
mai 1856 août 1865 Louis Danger    
août 1865 mai 1871 Charles Colin    
mai 1871 octobre 1876 Ovide Frédéric Breger    
octobre 1876 janvier 1881 Eugène Thierry Heurton    
janvier 1881 mai 1887 Joseph Désiré Couste    
mai 1887 mai 1896 François Eugène Lefebvre    
mai 1896 septembre 1896 Jean Florand    
septembre 1896 juillet 1898 Antoine Charpagne    
juillet 1898 octobre 1906 Emile Daguet    
octobre 1906 octobre 1919 Pierre Revol    
octobre 1919 mai 1925 Achille Zenard    
mai 1925 septembre 1929 Henri Tocanne    
septembre 1929 juin 1930 Joseph Martel    
juin 1930 mai 1935 Gustave Mazure    
mai 1935 février 1944 Adonis Heurton    
février 1944 novembre 1956 Raimond Danger    
novembre 1956 janvier 1976 Robert Cousin    
janvier 1976 mars 1977 Daniel Dreyfous-Ducas RPR Ancien député de la Seine (1958-1962)
Compagnon de la Libération[41]
mars 1977 mars 1983 Goulven Huon de Kermadec[42]    
mars 1983 avril 1998
(décès)
Michel Rougé PS  
avril 1998 En cours René Réthoré[43] PS Inspecteur général de la Ville de Paris
3e vice-président de la CA de Sénart (? → 2016)
9e vice-président de Grand Paris Sud (2016 → )

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [44],[45].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Nandy gère le service d’assainissement collectif (collecte et ) en régie directe, c’est-à-dire avec ses propres personnels[46].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[47]. La communauté de communes de la Bassée - Montois (CCBM) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[46],[48].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la Communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart qui en a délégué la gestion à une entreprise privée, dont le contrat expire le [46],[49].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Nandy est située dans l'académie de Créteil (Zone C). La commune possède 5 établissements scolaires publics :

  • École élémentaire Les bois,
  • École maternelle Les bois,
  • École primaire Le Balory,
  • École primaire Villemur,
  • Collège Robert Buron

[50],[51]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[52]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[53].

En 2018, la commune comptait 6 179 habitants[Note 9], en augmentation de 5,32 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250358327340391393420442438
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
461472470401395400352355334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
348377308286339386357362406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3973493271 5485 4296 1595 9355 9035 888
2017 2018 - - - - - - -
6 0426 179-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[55].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Groupe scolaire du Balory, rue des Pêcheurs.
  • Groupe scolaire de Villemur, avenue de Villemur.
  • Groupe scolaire des Bois, rue des 18-Sous.
  • Collège Robert-Buron, rue des 18-Sous.

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade Michel-Rougé accueille le club de football de Nandy, aux couleurs jaunes et bleues, qui fut créé le . Il est aussi équipé de terrains de tennis, dont plusieurs sont couverts.

Le gymnase de l'Espace Montand, peu éloigné du stade, dans le quartier des Bois, accueille les élèves du collège Robert-Buron, du groupe scolaire des Bois, et de nombreuses associations sportives. Il possède un mur d'escalade, des tribunes et trois vestiaires.

La Maison des arts et de la danse, elle aussi située dans le quartier des Bois, est occupée par l'École de danse, le Billard Club Nandéen.

Le gymnase du Balory est situé sur la rue des Pêcheurs.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 2 140 (dont 61 % imposés), représentant 6 366 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 22 360 euros[56].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 711, occupant 2 702 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 67,3 % contre un taux de chômage de 8,6 %.

Les 24,1 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 11,8 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,1 % de retraités ou préretraités et 7,2 % pour les autres inactifs[57].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre d'établissements actifs était de 249 dont 7 dans l’industrie manufacturière, industries extractives et autres, 24 dans la construction, 74 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 14 dans l’information et communication, 4 dans les activités financières et d'assurance, 7 dans les activités immobilières, 60 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 29 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 30 étaient relatifs aux autres activités de services[58].

En 2019, 53 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 42 individuelles.

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Nandy est dans la petite région agricole dénommée la « Brie française », (ou Basse-Brie), une partie de la Brie autour de Brie-Comte-Robert[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 10] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[59].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[60]. Cette tendance n'est pas confirmée au niveau de la commune qui voit le nombre d'exploitations rester constant entre 1988 et 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 2 ha en 1988 à 196 ha en 2010[59]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Nandy, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Nandy entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[59],[Note 11]
Nombre d’exploitations (u) 1 1 1
Travail (UTA) 1 1 2
Surface agricole utilisée (ha) 2 225 196
Cultures[61]
Terres labourables (ha) 0 s s
Céréales (ha) 0 s s
dont blé tendre (ha) 0 s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 0 s s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) 0 s s
Élevage[59]
Cheptel (UGBTA[Note 12]) 9 13 3

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église de Nandy.
Château de Nandy.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Nandy et le cinéma[modifier | modifier le code]

Le château de Nandy a servi aux tournages de plusieurs films dont Le Bourgeois gentilhomme (un téléfilm datant de 1968 dans lequel le château campe celui de Monsieur Jourdain), Le Gendarme en balade (le château où Ludovic Cruchot passe le début de sa retraite forcée), La situation est grave… mais pas désespérée de Jacques Besnard, Arsène Lupin de Jean-Paul Salomé[63], Les Aristos de Charlotte de Turckheim, Le retour du Héros de Laurent Tirard, la série Joséphine ange gardien dans l'épisode 4 de la saison 9 intitulé Noble cause (2005) mais aussi plusieurs films de Marc Dorcel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice Dorléac (1901- 1979) et Renée Simonot (1911- ), y ont acheté une maison en 1950 et y venaient pour leurs vacances accompagnés de leurs filles.
  • Catherine Deneuve (1943- ), fille des précédents, y est venue enfant avec ses parents et en parle dans ses mémoires.
  • Axel Reymond (1994- ), nageur, champion d'Europe du 25 km en eau libre à Berlin en 2014, y résida.
  • Geoffrey Kondogbia (1993- ), joueur international de football, y passa son enfance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  10. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  12. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Nandy » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Nandy - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 29 décembre 2020 ».
  2. « Nandy » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ravin du Gouffre (F4496000) ».
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 02 du Pavillon de Nandy (F4495300) ».
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Couleuvrain (F4495200) ».
  7. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 27 mai 2019
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  9. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Nandy et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  14. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Nandy », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF le « Coteau de Seine à Nandy et Morsang » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF la « Forêt de Rougeau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF la « vallée de Seine de Saint-Fargeau à Villeneuve-Saint-Georges » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. [ https://territoires-fr.fr/lieux-list1.php Site territoires-fr.fr consulté le 27 mai 2019 sous le code commune 77326.]
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  28. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  29. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  30. « Le SCOT Sénart », sur www.vert-saint-denis.fr (consulté le ).
  31. « PLUi de la CC de la Bassée - Montois », sur cc-basseemontois.fr (consulté le ).
  32. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  33. Statistiques officielles de l'Insee.
  34. [<https://www.transdev-idf.com/ligne-CITALIEN/lieusaint-melun/066-CITAL Transdev, ligne Citalien]
  35. a et b Archives nationales, S 5146a.
  36. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 489.
  37. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  38. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne : -500 - +500, Paris, éditions Errance, , 383 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), page 203.
  39. Berthault, L'Abbaye du Pont-aux-Dames, Meaux-Paris, 1878
  40. sur www.francegenweb.org
  41. « Daniel DREYFOUS-DUCAS », sur Musée de l'Ordre de la Libération (consulté le ).
  42. « Melun Sénart » [vidéo], sur Ina.fr (consulté le ).
  43. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en ).
  44. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  45. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  46. a b et c « Commune de Nandy - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  47. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  48. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  49. « Communauté d'Agglomeration Grand Paris Sud Seine Essonne Senart - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  50. « annuaire-education.fr » (consulté le ).
  51. « annuaire-education.gouv.fr » (consulté le ).
  52. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  53. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  54. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  56. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages», consulté le 29 décembre 2020
  57. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consulté le 29 décembre 2020
  58. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2019», consulté le 29 décembre 2020
  59. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Nandy », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  60. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  61. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Nandy », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  62. « L'Eglise Saint Léger de Nandy », sur http://frederic.simon1.free.fr/.
  63. https://akas.imdb.com/title/tt0373690/locations IMDB : filmings locations for Arsène Lupin (2004)