Chevry-en-Sereine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chevry-en-Sereine
Chevry-en-Sereine
La mairie.
Blason de Chevry-en-Sereine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Montereau
Maire
Mandat
Didier Fourdrain
2020-2026
Code postal 77710
Code commune 77115
Démographie
Gentilé Chevriots
Population
municipale
518 hab. (2018 en augmentation de 0,39 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 16″ nord, 2° 56′ 38″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 159 m
Superficie 22,81 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nemours
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Chevry-en-Sereine
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Chevry-en-Sereine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevry-en-Sereine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevry-en-Sereine
Liens
Site web chevryensereine.fr

Chevry-en-Sereine est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Chevry-en-Sereine est une commune localisée en Seine-et-Marne, dans le parc naturel régional du Gâtinais français[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

L'altitude varie de 105 mètres à 159 mètres pour le point le plus haut , le bourg se situant à environ 149 mètres d'altitude à la mairie[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Chevry-en-Sereine.

Le réseau hydrographique de la commune se compose d'un seul cours d'eau référencé : la rivière le Lunain, longue de 51,45 km[4], affluent du Loing.

Sa longueur totale sur la commune est de 0,208 km[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,4 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,3 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,7 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 737 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -2 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -2,3 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[6]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 43 km à vol d'oiseau[7], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[8] à 11,6 °C pour 1991-2020[9].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[10],[11].

Un espace protégé est présent sur la commune : la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (46 056 ha pour la zone centrale). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[12],[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chevry-en-Sereine est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[17],[18].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 238 lieux-dits administratifs[Note 4] répertoriés[19] dont Villeflambeau, Boisramort, Villefranche, lePpetit Courcelles, le Grand Courcelles, Villechasson, Epigny et le Nid de Corbeau.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (63,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,9% ), forêts (36,7% ), zones urbanisées (1,6% ), zones agricoles hétérogènes (0,8 %)[20].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[21],[22],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Seine et Loing, dont le projet a été arrêté le , porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) Seine et Loing rassemblant à la fois 44 communes et trois communautés de communes[23].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[24]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 280 dont 96,1 % de maisons et 3,2 % d'appartements[Note 5].

Parmi ces logements, 73,9 % étaient des résidences principales, 20 % des résidences secondaires et 6,1 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 88,4 % contre 10,1 % de locataires[25] dont, 0,5 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 6] et, 1,4 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne d’autocars No 19 (BlennesÉgreville) du réseau de cars Transdev[26].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chevry-en-Sereine est mentionné pour la première fois au IXe siècle sous le nom de Sevriaci, du bas latin severiacum (domaine de Severus), le qualificatif "sereine" apparu vers le XIVe siècle[27] était un petit canton de cette contrée du Gâtinais[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

Certains évènements marquent l'histoire d'un village et son évolution. Parfois tragiques : les guerres ; d'autres plus enthousiasmants notamment l'installation de l'électricité, le premier moteur thermique, la première automobile et l'arrivée de l'« eau de ville » ou « eau courante »[29].

Après l'approbation des quatre communes, Chevry-en-Sereine, Lorrez-le-Bocage, Vaux-sur-Lunain et Saint-Ange-le-Viel, c'est par un arrêté préfectoral du 14 mars 1929 que naît le syndicat « en vue de l'établissement et de l'exploitation en commun d'une distribution d'eau ». Preuve d'une confiance mutuelle, ce syndicat est formé « à perpétuité » (art. 2). Le premier bureau se réunit le  ; Chevry-en-Sereine est représenté par son maire Jules Daguet et un conseiller municipal, Auguste Ponce. Le projet proposé par le service des Ponts et Chaussées s'élève à 2 300 000 francs (de 1929), en partie subventionné sur les fonds du Pari Mutuel... et le syndicat « demande à Monsieur le Ministre de l'Agriculture l'autorisation de commencer les travaux de recherche d'eau le plus tôt possible » (13 septembre 1929)[29].

L'année 1930 pose de nombreux problèmes. À moins de 42 mètres, le débit d'eau est faible dans le puits percé à Saint-Ange-le-Vieil. Décision est adoptée de creuser des galeries latérales. Par conséquent — éboulement partiel, brutales poussées de l'eau et suivies de périodes arides. Déjà le premier dépassement de budget. Les travaux se poursuivent durant les années 19311933 avec la réalisation de la station de pompage, le réservoir d'eau principal au Grand-Creilly et deux réservoirs secondaires à Chevry et Lorrez. L'embauche du personnel : un machiniste et un agent technique. En 1934—1935, des difficultés financières pour le syndicat. Les subventions promises n'arrivent pas, ou sont réduites, et les quatre communes adhérentes ne versent pas intégralement leur quote-part. À la suite des élections municipales, nouveau bureau (Chevry représenté par Jules Daguet et Marcel Lamoureux) et nouvelle résolution : chaque commune doit respecter ses engagements « pour le meilleur et le pire »[29]. Le pire est peut-être pour 1935 où, au puits de Saint-Ange est constaté « une insuffisance prolongée du débit tombé à 30 m3 par jour pour 1 300 habitants, à peine suffisant pour remplir les canalisations ». Les hameaux sont déjà souvent au régime sec. La location des compteurs ne sera pas réclamée aux habitants et le minimum forfaitaire de consommation supprimé. En septembre 1935, réunion de crise avec les Ponts et Chaussées et un nouveau géologue. Le syndicat décide l'utilisation d'une source de la vallée du Lunain « la Fontaine Bleue »[29].

Le service des Ponts et Chaussées doit dresser « de toute urgence » le dossier du nouveau projet de captage avec une adduction de refoulement vers le réservoir du Grand-Creilly. Au mois de novembre, le conseil syndical décide finalement de creuser un nouveau puits près de la source dite « du Vieux Moulin » en bordure de la route du Ponceau (côté amont). Le budget s'élève à 300 000 francs (de 1935) : puits, bâtiment, moto-pompes, station de javellisation et conduite de refoulement. Les travaux seront déclarés d'utilité publique. Le chantier, rapide, s'achève au 3e trimestre de 1937, bien qu'un risque important d'éboulement du puits ait rendu nécessaire un forage pour sa partie inférieure. Jules Daguet, maire de Chevry, assure l'intérim du président durant l'année 1937, jusqu'au décès d'Émile Bru, président du syndicat depuis sa création. Émile Bru était également maire de Lorrez durant cette période, d'où le nom de cette rue de Lorrez bien connue de tous les contribuables du canton. En 1937, les investissements du syndicat se réduisent progressivement. Après la Deuxième Guerre mondiale, apparaîtront déjà les premiers travaux de renouvellement et d'entretien des matériels[29].

Le village a été desservi de 1889 à 1959 par la ligne de Montereau à Château-Landon. Il s'agissait d'une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique du réseau départemental de Seine-et-Marne, exploitée par les CFD Réseau de Seine-et-Marne[30].

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Intendance : Paris - Election : Sens - Subdélégation : Sens - Grenier à sel : Montereau - Coutume : Melun - Parlement : Paris - Bailliage : Moret-sur-Loing - Gouvernement : Ile-de-France - Diocèse : Sens - Archidiaconé : Sens - Doyenné : Marolles[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans le département de Seine-et-Marne.

Lors de sa création par la Révolution française, elle était rattachée à l'arrondissement de Fontainebleau, puis en 1926 à celui de Melun, et à nouveau, en 1988, à celui de Fontainebleau[32]. Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Provins[33].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Lorrez-le-Bocage-Préaux[32]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nemours.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré en 2012 à la petite communauté de communes du Bocage Gâtinais.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), cette intercommunalité éclate, et certaines de ses communes, dont Biennes, sont rattachées le à la communauté de communes des Deux Fleuves (CC2F)[34], qui prend, lors de cette extension, la dénomination de communauté de communes du Pays de Montereau, dont est membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[31]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1896 1912 Isidore Jacquet   Propriétaire
1912 1919 Jules Henry   Fermier
1919 1947 Jules Daguet   Cultivateur
1947 1959 Alphonse Daguet    
1959 1962 Étienne Ferry    
1962   Alphonse Daguet    
juillet 1962 1971 Marius Decornoy    
1971 1977 André Billard    
1977 1983 Dominique Boucheron    
1983 1989 Renaud de Laubsepin   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 Marcel Rigal    
2001 décembre 2007[35] William Gois   Agriculteur
Décédé en fonction
mars 2008 En cours
(au 11 juillet 2018)
Jean-Claude Tournier   Réélu pour le mandat 2014-2020[36]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le Bocage Gâtinais (comprenant les cinq villages de Chevry-en-Sereine, Villemaréchal, Blennes, Saint-Ange-le-Vieil et Ville-Saint-Jacques) est jumelé avec la commune allemande de Starzach. Ce jumelage est né officiellement le 12 juillet 1992 en France à Chevry-en-Sereine à l'initiative notamment de Marcel Rigal, à cette époque maire de Chevry et en août 1993 à Starzach[37]. Il existait déjà des échanges officieux qui étaient nés de l'amitié entre le marquis de Chevry et le baron de Wachendorf. Starzach est située dans le Land de Bade-Wurtemberg, et plus précisément à l'ouest de l'arrondissement (Kreis) de Tübingen, à peu près à égale distance des villes de Haigerloch, Horb et Rottenburg am Neckar[37].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [38],[39].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Chevry-en-Sereine ne dispose pas d'assainissement collectif[40],[41].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[42]. Le SIAAEP du Bocage assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[40],[43].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SIAAEP du Bocage qui en a délégué la gestion à une entreprise privée, dont le contrat expire le [40],[44],[45].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Bocage[46].

Population et société[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[47]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[48].

En 2018, la commune comptait 518 habitants[Note 7], en augmentation de 0,39 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480502473419560632636625593
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
622674660650634617566570587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
578529551447477396420401395
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
346318305345383454464508517
2018 - - - - - - - -
518--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête Country : 18 juin ;
  • Fête de la musique : 21 juin ;
  • Randonnée vélo : 26 juin.
  • Festival du Bocage : les deux premiers weekend d'octobre

Économie[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Chevry-en-Sereine est dans la petite région agricole dénommée la « Bocage gâtinais », à l'extrême sud du département[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 8] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[50].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[51]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 21 en 1988 à 8 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 57 ha en 1988 à 73 ha en 2010[50]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Chevry-en-Sereine, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Chevry-en-Sereine entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[50],[Note 9]
Nombre d’exploitations (u) 21 16 8
Travail (UTA) 27 14 6
Surface agricole utilisée (ha) 1 193 1 095 586
Cultures[52]
Terres labourables (ha) 1 142 1 054 554
Céréales (ha) 857 671 359
dont blé tendre (ha) 518 480 266
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 149 94 s
Tournesol (ha) 149 99
Colza et navette (ha) 73 98 157
Élevage[50]
Cheptel (UGBTA[Note 10]) 128 25 8

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Polissoir de la Fosse à la Cardine situé près du bourg.
Polissoir du Pied de Femme.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut noter :

  • Ancienne abbaye de Villechasson (ferme), créée au XVIe siècle : corps de logis (IMH), tour d'escalier à vis, pierres tombales des abbesses, sculptures. Abbaye de bénédictines, on peut y observer une tour de guet avec son échauguette et quelques fenêtres à meneaux.
Cette terre fut donnée par les frères Payan, seigneurs de Chevry au XIIe siècle, à leur sœur Catherine, prieure de l'abbaye de Rosoy dont dépendait Villechasson[53],[54],[55].
  • Château : le château (MH) fut construit sous Louis XIII pour Charles Duret, contrôleur général des Finances et secrétaire de l'ordre du Saint-Esprit vers 1633. Bâti par Jean Thiriot de brique et de grès : corps de logis rectangulaire flanqué de deux pavillons d'angle, cour d'honneur, douves sèches, deux ponts de pierre ; parc à la française dessiné par Le Nôtre[56],[57].
En 1814, lors de la bataille de Montereau, de sérieux dégâts sont infligés au château : « Le dégât fait au château de Chevry par les cosaques peut être estimé au moins à la somme de 6000frs. La maison est pillée de fond en comble et les réquisitions ne laissent rien à la ferme de Chevry : blé, avoine, vin, eau de vie, fourrages, chevaux, vaches, bestiaux, etc., tout est enlevé[58].. ».
Sous Napoléon III, une succession de deuils familiaux a empêché le château de subir les transformations architecturales de l'époque, ce qui conserve à Chevry la pureté de style qui le caractérise aujourd'hui : « façade de briques et de pierres, hautes fenêtres, toits d'ardoises, fossés et arbres, champs entourant[58] ».
Il appartient au marquis de Laubespin, descendant direct du héros de l'Indépendance américaine et est classé monument historique depuis 1966.
Clocher trapu XIIe, nef XIXe couverte en lambris et décorée de peintures murales et de toiles peintes, dont plusieurs œuvres d'Alexandre Hesse (MH)[59],[60],[61]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  5. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  6. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  8. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  9. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  10. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Chevry-en-Sereine - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Parc Naturel Régional du Gâtinais : Environnement - Le Gâtinais du Bocage et son Parc Naturel Régional », Tourisme et environnement, sur http://www.chevryensereine.fr, (consulté le ).
  2. « Plan séisme consulté le 5 juin 2020 ».
  3. « Chevry-en-Sereine » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Lunain (F4380600) » (consulté le ).
  5. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 22 août 2018
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Chevry-en-Sereine et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  10. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  11. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  13. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Site territoires-fr.fr consulté le 6 février 2020 sous le code commune 77115.
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  21. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  22. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  23. « Le SCOT Seine et Loing », sur www.scot-seine-loing.fr (consulté le ).
  24. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  25. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 5 juin 2020
  26. Transdev, ligne 19
  27. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 125.
  28. E. H. Félix Pascal - Histoire topographique, politique, physique et statistique du département de Seine-et-Marne, page 476.
  29. a b c d et e D. Fourdrain, « Histoire d'eau », sur Chevry-en-Sereine, site officiel (consulté le ).
  30. « Le petit train », Chevry en sereine, sur http://www.chevryensereine.fr (consulté le ).
  31. a et b « Chevry-en-Sereine », Société d’Histoire, d’Archéologie, de Généalogie et d’Echange - SHAGE 77 (consulté le ).
  32. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  34. « La CC2F s’agrandit : La communauté de communes du Bocage Gâtinais est vouée à disparaître. Sur les 8 communes qui la composent, 6 vont rejoindre la CC2F au prochain », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Notre commune est orpheline : Notre maire William Gois nous a quitté le  », Le Courrier de Chevry, no 27,‎ , p. 1-2 (cdn1_3.reseaudescommunes.fr/cities/229/documents/z1iew9rm0tpjzn.pdf [PDF], consulté le ).
  36. « Compte-rendu de la séance du conseil municipal - séance du 29 mars 2014 » [PDF], Comptes rendus, Mairie de Chevry-en-Seraine (consulté le ).
  37. a et b « Le jumelage de Chevry en Sereine et Starzach-Bierlingen » (consulté le ).
  38. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  39. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  40. a b et c « Commune de Chevry-en-Sereine - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  41. « Fonctionnement des services d'assainissement collectif de Seine-et-Marne - carte arrêtée en février 2020 », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  42. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  43. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  44. « SIAAEP du Bocage - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  45. « SIAAEP du Bocage - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  46. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  47. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  48. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  50. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Chevry-en-Sereine », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  51. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  52. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Chevry-en-Sereine », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  53. « L'abbaye de villechasson », Chevry-en-Seraine, sur http://www.chevryensereine.fr (consulté le ).
  54. « Abbaye de Villechasson à Chevry-en-Sereine », notice no PA00086892, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Abbaye de Villechasson à Chevry-en-Sereine », Monumentum - Carte des Monuments Historiques français, (consulté le ).
  56. « Château », notice no PA00086893, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Parc du château de Chevry », notice no IA77000196, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. a et b « Patrimoine - Le chateau de Chevry en Sereine », Chevry-en-Sereine, sur http://www.chevryensereine.fr (consulté le ).
  59. « Église Saint-Julien », notice no PA00086894, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. « Historique : PatrimoinE - L'église Saint Julien de Chevry en Sereine », Chevry-en-Sereine, sur http://www.chevryensereine.fr (consulté le ).
  61. « Les vitraux : PATRIMOINE - Une petite histoire du XIXe », Chevry-en-Sereine, sur http://www.chevryensereine.fr (consulté le ).