Le Mesnil-Amelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Mesnil-Amelot
Le Mesnil-Amelot
La nouvelle mairie et le parc paysager.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité CA Roissy Pays de France
Maire
Mandat
Alain Aubry
2020-2026
Code postal 77990
Code commune 77291
Démographie
Gentilé Mesnilois
Population
municipale
1 068 hab. (2019 en augmentation de 26,54 % par rapport à 2013)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 05″ nord, 2° 35′ 41″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 121 m
Superficie 9,84 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mitry-Mory
Législatives 7e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Mesnil-Amelot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Mesnil-Amelot
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Le Mesnil-Amelot
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Le Mesnil-Amelot

Le Mesnil-Amelot est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-Amelot est situé au nord-est de la plateforme aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle. Malgré cette proximité, la commune conserve encore un aspect champêtre au cœur du Pays de France.

Le Mesnil-Amelot faisait partie autrefois de la Goële.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

L'altitude varie de 87 mètres à 121 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 103 mètres d'altitude (mairie)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 2,7 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,6 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,2 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 700 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 0,5 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[4]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[6]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Creil, qui se trouve à 28 km à vol d'oiseau[7], où la température moyenne annuelle évolue de 10,2 °C pour la période 1971-2000[8], à 10,9 °C pour 1981-2010[9], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[10].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[11],[12],[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-Amelot est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[17] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[20],[21].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte 54 lieux-dits administratifs[Note 4] répertoriés consultables ici[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (53,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (48,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (48,8 %), terres arables (46,4 %), zones urbanisées (4,8 %)[23].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[24],[25],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Roissy Pays de France, approuvé le et porté par la communauté d’agglomération Roissy Pays de France[26].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[27]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 373 dont 61,9 % de maisons et 37,3 % d’appartements.

Parmi ces logements, 83,4 % étaient des résidences principales, 3,5 % des résidences secondaires et 13,1 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 44,7 % contre 53,1 % de locataires[28] -[Note 5], dont 25,7 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 6] et, 2,3 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes d'autocars No 16, No 701, No 702, No 751, No 755 et No 95.01 du réseau de bus CIF.

Il est prévu que la gare terminus de la ligne 17 de Grand Paris Express soit située au Mesnil-Amelot. La gare sera située au nord du bourg, à proximité de la route de Paris (D 401). La ligne 17 étant en tranchée ouverte à ce niveau, les quais seront situés 6 mètres sous le niveau du sol. Sa mise en service est prévue en 2030[29].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, le village porte le nom de Le Ménil Madame Rance[30],[31]. Madame Rance était la mère de Guillaume d'Annet et de Gauthier, vicomte de Dammartin. Il semble, toutefois, au vu des différents noms du village, qu'on ajoutait le nom des seigneurs et des dames qui le possédaient afin de le distinguer des autres Mesnil.

En effet, après s'être appelé Ménil Madame Rance, il prend le nom de Mesnil-Couturier, Mesnil-Desvieux et Mesnil-Amelot[30]. Par la suite, il reçoit le nom de Mesnil en France, Mesnil sous Dammartin-en-Goëlle pour reprendre le nom qu'il porte actuellement[30].

« Mesnil », toponyme très répandu en France, à partir de mansionem, le bas-latin a créé un nouveau terme dérivé du mot latin mansionile[32], diminutif de mansio, demeure, habitation, maison. Devenu en français médiéval maisnil, mesnil, « maison avec terrain »[33].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-Amelot est longtemps simplement une dépendance de la seigneurie et du marquisat de Mauregard Le seigneur de Mesnil-Amelot a alors haute, basse et moyenne justice sur toute la paroisse, qui est en outre un bailliage.

L'église date du XVIe siècle. Commencée sous le règne de Charles VIII de France, elle est terminée sous le règne de François Ier, en 1531.

En 1787, le village compte sur son territoire 12 fermes et 1700 arpents de terres labourables. Le Mesnil-Amelot forme alors 6 fiefs : Le fief Prémont (46 arpents), le fief Mariavanne (25 arpents) du duc d'Uzès, le fief Saint André (12 arpents 50 perches), le fief de Guivry, le fief de Sablonnières (50 perches) et un autre fief de 5 arpents appartenant au lieutenant général de police de Meaux.

Pendant la guerre de 1870, les Prussiens y établissent un camp d'approvisionnement, ce qui ne les empêche pas de mettre le feu à la mairie et autres lieux, la population tout entière ayant fui à Paris.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2008 Maurice Droy   Agriculteur
2008[34] En cours
(au 11 avril 2016)
Alain Aubry DVD Infirmier
Vice-président de la CA Roissy Pays de France (2016 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[35]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [36],[37].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune du Mesnil-Amelot est assurée par la Communauté d'agglomération Roissy Pays de France pour la collecte, le transport et la dépollution[38],[39],[40].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[41]. La Communauté d'agglomération Roissy Pays de France assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[38],[42].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la Communauté d'agglomération Roissy Pays de France qui en a délégué la gestion à une entreprise privée, dont le contrat expire le [38],[43].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[45].

En 2019, la commune comptait 1 068 habitants[Note 7], en augmentation de 26,54 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740743741682657695690654658
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
581618610556516530540582542
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532560580522576574604559611
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5725591 458823705565682851997
2019 - - - - - - - -
1 068--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués au Mesnil-Amelot depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 1975 avec 1 458 habitants.

Centre de rétention[modifier | modifier le code]

Un centre de rétention administrative lié à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle[48], destiné à emprisonner les étrangers dépourvus de titre de séjour, est construit au Mesnil par Bouygues dans les années 2000. Il a une capacité nominale de 240 places[49]. Les salariés de la Cimade quittent ce centre en , pour protester contre les mauvais traitements et les dénis de justice dont ils sont témoins[50],[51]. Claudine Lepage, qui visite le centre avec deux autres sénateurs en , le décrit ainsi: « les conditions de vie sont terribles, vraiment honteuses. Avec la chaleur actuelle, c’est épouvantable. (...) Le vacarme des avions qui décollent toutes les deux minutes ajoute de l’angoisse à tout ça. J’ai déjà visité une prison et je peux vous assurer que les conditions n’étaient pas aussi terribles »[52]. Pendant la pandémie de Covid-19, le conseil d’État, rejette la requête de la Cimade demandant la fermeture du CRA, estimant que « les conditions de rétention sont compatibles avec les prescriptions sanitaires de lutte contre le virus ». En août 2020, l’Agence régionale de santé (ARS) déclenche une enquête sanitaire et découvre un cluster. Les retenus testés positifs au coronavirus sont transférés dans un bâtiment réservé aux personnes contaminées du centre de rétention de Vincennes[53].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-Amelot dispose d’une école élémentaire, située 4 bis rue de Brouet. Cet établissement public, inscrit sous le code UAI (Unité administrative immatriculée ) : 0 770 289 W, comprend 148 élèves (chiffre du Ministère de l'Éducation nationale)[54]. Il dispose d’un restaurant scolaire.

La commune dépend de l'Académie de Créteil ; pour le calendrier des vacances scolaires, Le Mesnil-Amelot est en zone C.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 308, représentant 861 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 21 440 euros[55].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 4 850, occupant 422 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 57,9 % contre un taux de chômage de 8,7 %.

Les 33,5 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,5 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 2 % de retraités ou préretraités et 21 % pour les autres inactifs[56].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 240 dont 2 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 17 dans l’industrie, 10 dans la construction, 195 dans le commerce-transports-services divers et 16 étaient relatifs au secteur administratif[57].

Ces établissements ont pourvu 16 637 postes salariés.

  • Zones d'activités des Vingt arpents et du Gué.

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-Amelot est dans la petite région agricole dénommée la « Goële et Multien », regroupant deux petites régions naturelles, respectivement la Goële et le pays de Meaux (Multien)[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 8] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[58].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[59]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 6 en 1988 à 4 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 134 ha en 1988 à 97 ha en 2010[58]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles duMesnil-Amelot, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture au Le Mesnil-Amelot entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[58],[Note 9]
Nombre d’exploitations (u) 6 5 4
Travail (UTA) 28 18 4
Surface agricole utilisée (ha) 805 471 389
Cultures[60]
Terres labourables (ha) 786 443 389
Céréales (ha) 555 s 224
dont blé tendre (ha) 300 187 s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 181 s s
Tournesol (ha) s
Colza et navette (ha) s s 86
Élevage[58]
Cheptel (UGBTA[Note 10]) 0 0 0

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Monument historique[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-Amelot compte un seul monument historique sur son territoire.

  • L'église Saint-Martin (classée aux monuments historiques par arrêté du [61]) a été bâtie entre 1520 et 1550 environ dans le style gothique flamboyant, la Renaissance se manifestant juste timidement par les chapiteaux du rond-point de l'abside. L'église Saint-Martin se distingue à la fois par sa belle homogénéité, son effet monumental, sa modénature et sa sculpture très soignées, et son plan particulier avec déambulatoire, mais sans chapelles rayonnantes ni transept. Les trois vaisseaux sont de même largeur, et de proportions élancées. Ils communiquent entre eux par des grandes arcades largement ouvertes, sauf dans l'abside, où les piliers sont plus minces. L'élévation s'organise sur deux niveaux. Le deuxième niveau d'élévation, qui représente environ un tiers de la hauteur totale, comporte des murs aveugles dans les trois travées de la nef, et des fenêtres hautes dans les deux travées du chœur[62]. La polychromie d'origine, restituée lors de la restauration de la fin du XXe siècle, complète avantageusement l'architecture, ainsi que le grand retable du maître-autel de 1654.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Michelin, Essais historiques et statistiques sur le département de Seine-et-Marne : 2e livraison, Melun et Paris, (lire en ligne), p. 693-698
  • Maurice Pignard-Péguet, Histoire générale illustrée du département de Seine-et-Marne : histoire des communes, guerres, seigneuries, anciens monuments, églises, châteaux, Orléans, A. Gout, (lire en ligne), p. 561-563
  • Henri Stein, « L'ancien nom d'une paroisse de l'Île-de-France : Le Mesnil-Madame-Rance (Le Mesnil-Amelot) (Seine-et-Marne) », Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, Paris, vol. 65 « 1938 »,‎ , p. 56-60 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  5. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  6. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  8. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  9. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  10. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Le Mesnil-Amelot - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 15 octobre 2020 ».
  2. « Le Mesnil-Amelot » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 26 août 2018
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Le Mesnil-Amelot et Creil », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  11. « Liste des zones Natura 2000 de la commune duMesnil-Amelot », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Liste des ZNIEFF de la commune duMesnil-Amelot », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Liste des espaces protégés sur la commune duMesnil-Amelot », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duParis », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb (consulté en ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  24. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  25. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  26. « Le SCOT Roissy Pays de France », sur www.roissypaysdefrance.fr (consulté le ).
  27. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  28. Statistiques officielles de l'Insee.
  29. [PDF]Présentation de la réunion publique au Mesnil-Amelot (gare Le Mesnil-Amelot) - 2 décembre 2014 - Société du Grand Paris
  30. a b et c Monographie de la commune[réf. non conforme].
  31. , mais on en ignore la raison.
  32. Albert Dauzat, Les noms de lieux, origine et évolution, Libraire Delagrave, Paris, 1926, p. 153.
  33. Marianne Mulon, Noms de lieux d'Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)[réf. non conforme].
  34. « Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot pour la première fois », Roissy mail,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Elu maire derrière plus de trente ans de pouvoir personnel de M. Droy, Alain Aubry était un peu, comment dire, à la fois heureux et tendu ».
  35. « L’équipe municipale », Vie municipale, sur https://www.lemesnilamelot.fr (consulté le ).
  36. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  37. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  38. a b et c « Commune du Mesnil-Amelot - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  39. « CA Roissy Pays de France - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  40. « CA Roissy Pays de France - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  41. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  42. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  43. « CA Roissy Pays de France - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  48. BFMTV, « A quoi ressemble un centre de rétention administrative ? », (consulté le ).
  49. Ivan du Roy, « Le groupe Bouygues s’attaque à des médias alternatifs », Basta Mag, 31 mai 2010, consulté le 12 octobre 2011
  50. « Au Mesnil-Amelot, les associatifs se retirent d’un centre de rétention pour migrants au bord de l’implosion », sur Les Inrocks (consulté le ).
  51. « « La Cimade n’est plus en mesure d’intervenir en rétention » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  52. « Migrants : trois sénateurs nous racontent l'horreur au Centre de rétention de Mesnil-Amelot », sur Les Inrocks (consulté le ).
  53. Pascale Pascariello, « Covid-19: une enquête sanitaire a été déclenchée au centre de rétention du Mesnil-Amelot », sur Mediapart (consulté le ).
  54. Site écoles primaires consulté le 16 octobre 2020
  55. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 16 octobre 2020
  56. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 16 octobre 2020
  57. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 16 octobre 2020
  58. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune duMesnil-Amelot », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  59. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  60. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune duMesnil-Amelot », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  61. « Eglise Saint-Martin », notice no PA00087103, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. Jean Vallery-Radot, « Le Mesnil-Amelot », Congrès archéologique de France, Paris, Société archéologique de France / A. Picard, vol. 103 « 103e session tenue en Île-de-France en 1944 »,‎ , p. 73-85 (ISSN 0069-8881).