Touquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Seine-et-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Seine-et-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Touquin
Mairie de Touquin.
Mairie de Touquin.
Blason de Touquin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Coulommiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Coulommiers
Maire
Mandat
Sophie Chevrinais
2014-2020
Code postal 77131
Code commune 77469
Démographie
Population
municipale
1 200 hab. (2014)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 09″ nord, 3° 00′ 45″ est
Altitude Min. 89 m – Max. 131 m
Superficie 11,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Touquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Touquin

Touquin (prononcé [u.ˈkɛ̃]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Touquinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située à l'est de la capitale à une distance d'une cinquantaine de kilomètres du boulevard périphérique. On y accède par l'autoroute A 4, sortie no 13 en direction de Provins.

L'Yerres, affluent de la Seine prend sa source à proximité au nord et traverse la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Berneray, Lureau, Grand Fontaine, le Tau, Villarceaux, la Couture.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pézarches Faremoutiers Saints Rose des vents
N Vaudoy-en-Brie
O    Touquin    E
S
Lumigny-Nesles-Ormeaux Voinsles Le Plessis-Feu-Aussoux

Toponymie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom de ce village signifie « réserve de bois entre des défrichements ». Le Touquet-Paris-Plage dans le département du Pas-de-Calais a la même origine[réf. nécessaire].

Tulquinum (vers 1107) ; Toquinum (1216) ; Tuquinum (1218) ; Thosquin (vers 1222) ; Tosquinum (1222) ; Parrochia de Tousquino (1250) ; Touquins (1252) ; Tooquin (1265) ; Toquinum versus Rosetum in Bria (1269) ; Toquin (1339) ; Touquenum (1353) ; Tourquin (1535)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les premiers documents sur Touquin remontent à 1107. À cette époque le territoire appartient au prieur de La Celle-en-Brie. Touquin a été jusqu'en 1285 située dans une « marche séparante ». Du château, ruiné par la guerre de Cent Ans et démoli en 1775, il ne reste que le parc et une vieille tour, ancien moulin à vent.

Depuis le règne de Louis XII en 1504, le 14 octobre de chaque année une foire très importante avait lieu. Une halle s'élevait au milieu du village. Elle fut abandonnée et démontée en 1887.

Touquin a été un fief protestant au XVIe siècle. Sur le blason de la commune une colombe fait référence à la période protestante[réf. nécessaire].

En 1789, Touquin faisait partie de l'élection de Rozay et de la généralité de Paris et suivait la coutume de Melun[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Touquin.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’azur au sautoir d’or cantonné, en chef, d’une colombe fondante d’argent et aux flancs et en pointe d’un boulet du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2002 mars 2008 Thierry Vogt    
mars 2008 2012[1] Jean-Claude Fuzier   Démissionnaire
2012 en cours
(au 14 avril 2014)
Sophie Chevrinais DVD Formatrice, cheffe de projet
Vice-présidente de la CC du Pays de Coulommiers (2013[2] → )
Réélue pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 200 habitants, en augmentation de 9,59 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
677 798 838 522 850 868 874 856 880
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
819 845 870 779 771 737 676 685 699
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
691 700 680 522 514 553 562 555 514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
500 505 592 779 872 950 1 070 1 095 1 200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église, en grès et meulière, date du XIIe ou XIIIe siècle, et est sous le vocable de saint Étienne. À l'intérieur on peut voir un fauteuil d'époque Empire, classé Monuments Historiques.
Dans une châsse est conservée une relique : un humérus de sainte Restitute. On rend un culte particulier à cette sainte dans la commune d'Arcy-Sainte-Restitue dans le département de l'Aisne. Suivant la légende elle y aurait fait jaillir une fontaine et ressuscité un enfant mort.

Économie[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Événements[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Georges.Touquin : Histoire générale . Archives départementales de Seine-et-Marne. Réf.100 J 1042

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Touquin : Coup de théâtre à la mairie Le maire démissionne ! : C'est une série de bouleversements qui se produit à la mairie. Après l'annonce de trois démissions au conseil, c'est Jean-Claude Fuzier, maire, qui se retire », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne).
  2. Gaël Arcuset, « Coulommiers : la nouvelle intercommunalité est née : A peine créée, la communauté de communes du Pays de Coulommiers se met en place. Voici les premiers éléments… », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne).
  3. « Conseil municipal du 28 mars 2014 » [PDF], sur http://www.touquin.fr (consulté le 9 juillet 2016).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .