Presles-en-Brie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Presles-en-Brie
Presles-en-Brie
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes Val Briard
Maire
Mandat
Dominique Rodriguez
2020-2026
Code postal 77220
Code commune 77377
Démographie
Gentilé Preslois
Population
municipale
2 313 hab. (2018 en augmentation de 3,07 % par rapport à 2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 55″ nord, 2° 44′ 30″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 107 m
Superficie 17,39 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontenay-Trésigny
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Presles-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Presles-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Presles-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Presles-en-Brie
Liens
Site web preslesenbrie.eu

Presles-en-Brie (prononcé [pʁɛ.lɑ̃ bʁi]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Au cœur de la Brie, le village se situe à 2 km au sud de Gretz-Armainvilliers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Presles-en-Brie.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

  • la Marsange, longue de 30,39 km[1], affluent de l'Yerres en rive droite, traverse la commune du nord au sud ;
    • le ru des Monbarres, 12,66 km[2], et ;
    • le ru de la Queue Mahot, 1,43 km[3], et ;
    • le ru de la Berthélerie (cours d'eau naturel et chenal non navigable), 4,97 km[4], affluents de la Marsange ;
      • le canal de la Berthélerie, 2,30 km[5], et ;
      • le fossé 01 de l'Étang de Tizard, 1,13 km[6], qui confluent avec le ru de la Berthélerie ;
  • la rivière Barbançonne, longue de 12,10 km[7], irrigue également l'est de la commune ;
    • le cours d'eau 01 de la Commune de Presles-en-Brie, 1,37 km[8], affluent de la Barbanconne.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 11,69 km[9].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[10].

La commune fait partie du SAGE « Yerres », approuvé le . Le territoire de ce SAGE correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[11]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[12].

Réseau de communication et transports[modifier | modifier le code]

Au bord de la RN4, Presles est desservie par le bus (BUS) Sol'R 03 409.

Les gares les plus proches sont les gares (RER (E), Transilien Ligne P du Transilien ) de Gretz et Tournan

Le village est traversé par la LGV Interconnexion Est.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,2 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,2 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,3 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 714 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 0,9 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 3 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[13].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[14]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[13]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[15]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[16], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[17] à 11,6 °C pour 1991-2020[18].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 2 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Presles-en-Brie comprend une ZNIEFF de type 2[Note 2],[19],[Carte 1], la « forêt de la Léchelle et de Coubert » (2 069,22 ha), couvrant 9 communes du département[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Presles-en-Brie est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[21],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 102 lieux-dits administratifs[Note 5] répertoriés[26] dont les plus importants sont Autheuil, Gagny, la Brosse, Les Fontaines, Villepatour.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (59,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52,1% ), forêts (34,2% ), zones urbanisées (4% ), zones agricoles hétérogènes (3,7% ), prairies (2,8% ), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,3 %)[27].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[28],[29],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[30]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 900 dont 84,6 % de maisons et 15 % d'appartements[Note 6].

Parmi ces logements, 93,7 % étaient des résidences principales, 1,4 % des résidences secondaires et 4,9 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 78,3 % contre 20,1 % de locataires[31] dont, 0,5 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 7] et, 1,6 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Ecclesia de Praeriis vers 1150[32] ; Praheriae en 1182[33] ; Praieres vers 1222 (Livre des vassaux)[34] ; Praesles en 1276[35] ; Parrochia de Praeriis en 1289[36] ; Praelles en 1347[37] ; Praelles lez Tournan en Brie en 1364[38] ; Presles en Brye en 1579[39].

Le nom de Presle proviendrait du latin pratum, « prairie »[40].

En 1915, la commune, jusqu'alors nommée Presles, devient Presles-en-Brie[41]. Cette modification est faite pour montrer l'attachement de la commune à la région et pour la différencier des autres communes homonymes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les informations de cette section sont issues d'un site web[42].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La découverte de silex (haches et lames) datant du Néolithique témoignent de la présence d'une population bien avant l'Âge du bronze.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après la découverte récente d'un habitat datant de l'époque mérovingienne, les documents les plus anciens retraçant l'histoire du village de Presles-en-Brie remontent au temps des Capétiens. La commune est caractéristique des campagnes briardes, bâtie autour d'une église romane en pierre.

La construction de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption aurait été effectuée au cours du XIIIe siècle. Toutefois, la présence d'appareillage en Opus Spicatum (dispositions de pierres en épis de blé sur le côté droit du portail) est caractéristique des constructions réalisées bien plus tôt du IXe au XIe siècle. Il est fait état de deux nefs du XIIIe siècle, dont les piliers rectangulaires reposeraient sur des bases carrées datées du XIe siècle. Le portail serait, quant à lui, daté du XIIe siècle, mais son origine reste encore une énigme, car en parfaite contradiction avec son environnement. La tour de grès qui y est accolée aurait été bâtie bien après la construction principale, vers la fin du XVe, début du XVIe siècle.

Cette église est l'un des témoignages principaux de l'histoire passée de la commune. On y trouve aujourd'hui encore, de nombreuses gargouilles, culs-de-lampe et tombeaux.

XVIIe – XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Trois cloches ont été fondues au XVIIe siècle pour l'église : Marie Élisabeth en 1713, Maire Anne Josèphe en 1727 et Françoise en 1776.

À la Révolution française, la commune compte 550 habitants. Durant cette période, Presles sort de l'anonymat par le biais d'une riche famille de la noblesse française : les comtes et marquis de Jaucourt. Ils se domicilient au château de Presles (aujourd'hui détruit) jusqu'au XXe siècle.

Sous le Premier Empire, la légende dit que Napoléon serait passé par la commune, et qu'un soldat russe se serait noyé dans un lac. Depuis, ce lac se nomme Mare aux Russes. Napoléon Ier aurait également surveillé la bataille de Mormant du haut du clocher de l'église.

En 1834, tout comme le reste de la région, la commune est frappée par l'épidémie de choléra.

Au XIXe siècle, Presles est un village prospère. Des arbres fruitiers, notamment de la vigne, sont cultivés le long de la Marsange. Le 25 avril 1857, la gare de Presles est construite au hameau de Villepatour. Elle se situe sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville.

La guerre franco-prussienne de 1870 frappe la commune. De nombreux combats eurent lieu sur son territoire.

En 1889 est ouverte une scierie qui débite le arbres en planches, qui sont ensuite expédiées vers Paris. La scierie Mondloque de Villepatour ferme vers 1930.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Entre 1911 et 1914, la famille Jaucourt vend son château à monsieur Paillet, qui, lui-même le revend à un Polonais du nom d'Anders, qui disparaît sans laisser de traces. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le château est placé sous tutelle du consulat de Pologne. En 1959, le maire Pierre Boullery fraîchement élu tente de faire racheter le domaine par la commune, mais cela se solde par un échec car la vente nécessite l'accord du propriétaire, introuvable. Trente ans après, le château devient propriété du consulat, qui le vend à un promoteur. Ce dernier le fait détruire.

Les années 1960 sont pour Presles une période de prospérité, à l'image des Trente Glorieuses. La commune possède une caserne de pompiers et une gare. Le lotissement de la Marsange est construit, agrandissant considérablement la commune. L'école des Quatre -Vents est construite.

Dans les années 1980, un projet de construction d'un golf est établi, les travaux débutent mais le projet est abandonné. L'école incluse dans le projet est tout de même construite, financée par le promoteur. Après des années de procédures judiciaires, la mairie remporte le procès contre le promoteur qui réclamait le remboursement des travaux de l'école.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Presles-en-Brie se trouve dans le département de Seine-et-Marne. Rattachée depuis la Révolution française à l'arrondissement de Melun[41], elle intègre le l'arrondissement de Provins afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités[43].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de Seine-et-Marne.

Presles-en-Brie appartenait depuis 1793 du canton de Tournan-en-Brie[41]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, [elle est désormais rattachée au canton de Fontenay-Trésigny[44].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Presles-en-Brie faisait partie de la communauté de communes du Val Bréon, créée en 1995.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet de Seine-et-Marne a approuvé un nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment la fusion de la communauté de communes de la Brie boisée, de la communauté de communes du Val Bréon et de la communauté de communes les Sources de l'Yerres, avec rattachement de la commune de Courtomer[45]. Cette fusion entraîne d'importantes tensions entre les présidents de la CCVB et la CCCB[46].

Par arrêté préfectoral du 23 décembre 2016[47], le Val Bréon fusionne le avec d'autres communautés de communes pour former la nouvelle intercommunalité du Val Briard, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[40]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1804 1808 M. Lepape    
1809 1817 Baudin de Saint-Laurent.    
1819 1830 O. de Montigny    
1831   Jean François Monjovis   Comte de Montigny Jaucourt, marchand de vins
1834   Charles de Montigny-Jaucourt   Comte, propriétaire
1836   Comte de Montigny Jaucourt    
1837 1855 Charles de Montigny Jaucourt   Propriétaire, maître de requête
1855   Pierre Levesque   Propriétaire
Adjoint, supplée le maire absent
1870 1871 Armand, baron de Machau   Cultivateur
1871 1878 Pierre François Levesque   Comte de Jaucourt
Secrétaire d’Ambassade
1878   M. Lepape    
Les données manquantes sont à compléter.
1932 1947 Albert Paillet    
octobre 1947 mars 1959 Marcel Poisson    
mars 1959 1968 Pierre Boullery    
1968 mars 1971 François Legendre   Cultivateur
mars 1971 1972 Jacques Munier    
1972 mars 1989 François Legendre   Cultivateur
mars 1989 En cours
(au 12/08/2020)
M. Dominique Rodriguez UDF puis
UMPLR
Chef d'entreprise retraité
Vice-président de la CC du Val Briard (2017 → )
Président du SIETOM de Tournan[48]
Réélu pour le mandat 2014-2020[49]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [50],[51].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Presles-en-Brie gère le service d’assainissement collectif (collecte et ) en régie directe, c’est-à-dire avec ses propres personnels[52].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[53]. Le Syndicat mixte Centre Brie pour l'ANC (SMCBANC) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[52],[54].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SMAEP de la région de Tournan-en-Brie qui en a délégué la gestion à l'entreprise Suez, dont le contrat expire le [52],[55],[56].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[57]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[58].

En 2018, la commune comptait 2 313 habitants[Note 8], en augmentation de 3,07 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
551559562603637660666642643
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
654697654611584561487525540
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508480474423498511427472614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
6285961 5061 5261 6201 6801 9762 2492 227
2018 - - - - - - - -
2 313--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[59].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et élémentaire Maurice-André
  • Centre de loisirs
  • Terrain de basket-ball
  • Terrains de football
  • Stade Bixente-Lizarazu, doté d'un terrain synthétique et inauguré en 2017[60]
  • Courts de tennis
  • Bibliothèque municipale
  • Salle polyvalente
  • Associations : atelier poterie, chorale, danse et gymnastique, école de dessin, comité de jumelage, école de musique et de chant, société préloise d'histoire, judo, randonnées, presloisir tandem, tennis, yoga, football.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de la pomme chaque année le deuxième dimanche d'octobre, dont la 27e édition a eu lieu en 2017[61].
  • Brocante/vide-grenier le 1er mai
  • Fête des Arts chaque année autour de la fête de la musique.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Grandes exploitations agricoles.
  • Zone d'activités : gardiennages de véhicules de loisirs, fournisseur de bois.
  • Commerces : épicerie-bar-tabac-presse-restaurant, coiffeur, boulangerie, médecin généraliste.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Presles-en-Brie est dans la petite région agricole dénommée la « Brie boisée », une partie de la Brie autour de Tournan-en-Brie[Carte 5]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 9] de l'agriculture sur la commune est diverses cultures (hors céréales et oléoprotéagineux, fleurs et fruits)[62].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[63]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 11 en 1988 à 9 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 71 ha en 1988 à 85 ha en 2010[62]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Presles-en-Brie, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Presles-en-Brie entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[62],[Note 10]
Nombre d’exploitations (u) 11 8 9
Travail (UTA) 39 14 22
Surface agricole utilisée (ha) 784 744 768
Cultures[64]
Terres labourables (ha) 752 719 761
Céréales (ha) 482 442 418
dont blé tendre (ha) 329 295 350
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 108 s s
Tournesol (ha) 36
Colza et navette (ha) 63 117 216
Élevage[62]
Cheptel (UGBTA[Note 11]) 88 37 98

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
Le pavillon de garde de l'ancien château.
Le château de Villepatour.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption datée du XIIe siècle pour les parties les plus anciennes non remaniées, avec un clocher en grès de 45 m de haut construit aux XIVe et XVe siècles par Quentin le charpentier, curé de la paroisse.
Les vitraux, dont l'état nécessite une réhabilitation, datent de 1855[65].
  • Château au centre de Presles, détruit en 1959 car en ruine. Des vestiges trônent encore au sein du lotissement construit en lieu et place, notamment un bassin avec des colonnes, et une maison de gardiennage à l'entrée de l'ancien domaine.
  • Château à Villepatour (aujourd'hui centre de la Croix-Rouge française).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  7. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  9. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  10. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  11. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Presles-en-Brie » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Presles-en-Brie - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021).
  5. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne. », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 27 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Marsange (F4770600) » (consulté le 3 juillet 2020).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Monbarres (F4777000) » (consulté le 3 juillet 2020).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Queue Mahot (F4776000) » (consulté le 3 juillet 2020).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Berthélerie (F4777700) » (consulté le 3 juillet 2020).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de la Berthélerie (F4777502) » (consulté le 3 juillet 2020).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de l'Étang de Tizard (F4777800) » (consulté le 3 juillet 2020).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Barbançonne (F4819000) » (consulté le 3 juillet 2020).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cours d'eau 01 de la Commune de Presles-en-Brie (F4819100) » (consulté le 3 juillet 2020).
  9. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 5 septembre 2018
  10. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  11. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  12. site officiel du Syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2021).
  14. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  15. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  16. « Orthodromie entre Presles-en-Brie et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 18 janvier 2021).
  17. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021).
  18. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021).
  19. « Liste des ZNIEFF de la commune de Presles-en-Brie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  20. « ZNIEFF la « forêt de la Léchelle et de Coubert » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  26. Site territoires-fr.fr consulté le 5 septembre 2018 sous le code commune 77377
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  28. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  29. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  30. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  31. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 3 juillet 2020
  32. Archives nationales, L 877, n° 21.
  33. Archives nationales, S 1175, n° 6.
  34. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 467.
  35. Longnon, II, 5.
  36. Archives nationales, S 1175.
  37. Archives nationales, P 471, n° 451.
  38. Archives nationales, P 471, n° 499.
  39. Archives nationales, S 1176.
  40. a et b « Presles-en-Brie », Les communes, Société d'histoire, d'art, de généalogie et d'échange - SHAGE 77 (consulté le 31 octobre 2018).
  41. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Histoire de Presles-en-Brie - XXe siècle sur PreslesHistorique.free.fr
  43. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  44. « Décret no 2014-186 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de Seine-et-Marne », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 31 décembre 2014).
  45. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant adoption du schéma départemental de coopération intercommunale » [PDF], Schéma départemental de coopération intercommunale, Préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 28 juin 2016).
  46. Sébastien Blondé, « Brie Boisée : Barbaux contesté à la veille de la fusion des intercommunalités », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  47. [PDF]« RAA n° 264 du 27 décembre 2016 - Arrêté 2016/DRCL/BCCCL/122 », sur https://www.seine-et-marne.gouv.fr/ (consulté en janvier 2017).
  48. Sébastien Blondé, « Presles-en-Brie : levée de boucliers contre l’épandage des résidus de méthanisation : Presles-en-Brie et le Sietom de Tournan ont pris position contre cet épandage sur un territoire, qui privilégie le compost », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018) « Le président du Sietom, Dominique Rodriguez (LR), par ailleurs maire de Presles-en-Brie, doit même prendre un arrêté interdisant ces épandages sur sa commune. ».
  49. « Compte rendu de la reunion du conseil municipal du 29 mars 2014 » [PDF], Comptes rendus du Conseil Municipal, sur http://www.preslesenbrie.eu (consulté le 31 octobre 2018).
  50. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  51. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  52. a b et c « Commune de Presles-en-Brie - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  53. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  54. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  55. « SMAEP de la région de Tournan-en-Brie - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  56. « SMAEP de la région de Tournan-en-Brie - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  57. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  58. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  59. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  60. Sébastien Blondé, « Seine-et-Marne : Lizarazu inaugure à Presles-en-Brie le 2e stade à son nom : Celui d’Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) avait déjà été baptisé du nom du champion du Monde 98 », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018).
  61. Pierre Choisnet, « Pressez-vous à la 27e Fête de la Pomme à Presles-en-Brie : La 27e édition de la Fête de la Pomme de Presles-en-Brie aura lieu samedi 30 septembre et dimanche sur le parking de la médiathèque de Presles-en-Brie », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018).
  62. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Presles-en-Brie. », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 27 janvier 2021).
  63. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 27 janvier 2021).
  64. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Presles-en-Brie. », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 27 janvier 2021).
  65. Margaux Desdet, « Presles-en-Brie : une association se mobilise pour les vitraux de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption : À Presles-en-Brie, l'association Presles Sauvegarde Patrimoine s'attache à sauvegarder le patrimoine, et particulièrement à la restauration des vitraux de l'église », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018).