Villeparisis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villeparisis
Villeparisis
Mairie.
Image illustrative de l’article Villeparisis
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité CA Roissy Pays de France
Maire
Mandat
Frédéric Bouche
2020-2026
Code postal 77270
Code commune 77514
Démographie
Gentilé Villeparisiens
Population
municipale
26 322 hab. (2017 en augmentation de 3 % par rapport à 2012)
Densité 3 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 01″ nord, 2° 36′ 09″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 133 m
Superficie 8,3 km2
Élections
Départementales Canton de Villeparisis
(bureau centralisateur)
Législatives 7e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villeparisis
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Villeparisis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeparisis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeparisis
Liens
Site web www.villeparisis.fr

Villeparisis est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France, limitrophe du département de la Seine-Saint-Denis.

Ses habitants sont appelés les Villeparisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-ouest du département de Seine-et-Marne, à environ 5,9 kilomètres à l’ouest de Claye-Souilly[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeparisis
Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) Mitry-Mory
Villeparisis Claye-Souilly
Vaujours (Seine-Saint-Denis) Courtry Le Pin

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau :

  • le Canal de l'Ourcq, long de 96,55 km [2] et passe non loin de la Place du Marché ;
  • la Reneuse (ou ruisseau la reneuse), longue de 5,32 km[3], affluent de la Beuvronne ;
    • le canal 01 du Treillage, long de 0,81 km[4], conflue avec la Reneuse ;
  • le fossé 02 de la Commune de Claye-Souilly, canal de 2,67 km[5] qui conflue avec le cours d'eau 01 de la Commune de Claye-Souilly.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 5,31 km[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Villeparisis est située sur l'ancien tracé (désormais dévié) de la RN 3 reliant Paris à Meaux.

Transports[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare de Villeparisis - Mitry-le-Neuf, desservie par le RER B, se situe en lisière de la limite communale, au nord.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Plusieurs transporteurs desservent la commune, à travers :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Aménagement[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, le quartier du vieux pays est en rénovation totale. L'opération de rénovation du quartier historique s'étend sur un périmètre de 11 400 m2 compris entre la rue de Ruzé, la rue de la République et la ruelle au Vin. À terme, lorsque la dernière opération immobilière aura été réalisée, plus de 300 logements auront été construits, dont un grand nombre de logements sociaux jusqu'en 2014. Cette concentration a fortement contribué à classer ce secteur de Villeparisis en quartier "politique de la ville" sur la base du critère de référence unique, portant depuis 2012 sur le revenu des habitants du quartier, lui-même défini selon des découpage en carreaux de toute la France par l'État.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 38 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[7],[8].

Elle est constituée de plusieurs quartiers, dont[réf. nécessaire] :

  • le quartier du Boisparisis ;
  • le quartier du Bois Fleuri ;
  • la cité du Corsaire ;
  • la cité du Normandie-Niémen ;
  • le quartier du Parisis ;
  • le quartier du Vieux Pays.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[9], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 44,4 % de zones urbanisées, 20,8 % de terres arables, 11,9 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 11,3 % de forêts, 4,9 % de mines, décharges et chantiers, 3,8 % de zones agricoles hétérogènes, 2,9 % d’espaces verts artificialisés non agricoles et 0,5 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[6],[10].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 10 825 dont 45,7 % de maisons et 53,8 % d’appartements.

Parmi ces logements, 91,6 % étaient des résidences principales, 0,6 % des résidences secondaires et 7,8 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 56,7 % contre 42,2 % de locataires[11],[Note 3], dont 18,6 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 4] et, 1,2 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été dénommée comme suit :

  • En 1000 : Parisio
  • En 1096 : Parirsia
  • En 1276 : Parrochia De Parisiaca
  • En 1337 : Ville Parysie
  • En 1449 : Villeparisie
  • En 1545 : Villeparisy
  • En 1593 : Villeparisiz
  • En 1660 : Vileparisis
  • En 1789 : Villeparisis ou Ville-Parisis

Le nom de Villeparisis viendrait de la tribu gauloise des Parisii.

Dans des textes latins datant des XIIe siècle mais aussi du XIIIe siècle, le lieu est quelquefois désigné simplement Parisis, sans le faire précéder du mot Ville[12]. Durant la Révolution, on trouve Ville-Parisis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Villeparisis semble toujours avoir été situé sur une importante voie de communication, il se trouvait a la jonction des tribus des Parisii et des Meldes.

Plusieurs familles eurent la seigneurie de Villeparisis[13]. Ainsi, aux XIe-XIIe siècles, est signalée la famille seigneuriale de Villleparisis[réf. nécessaire], ou de Parisio, de Parisia, de Parisiaca[14] (comme Garnier/Warnerius vers 1095 ; Jean en 1166, père d'Adam, Baudouin, Guillaume, Anselme, Etienne ; Guillaume en 1210), famille qui fait allégeance à l'évêque de Paris et au sire de Montjay. Les abbayes franciliennes de Saint-Victor, Saint-Denis, Saint-Martin-des-Champs et Livry étaient largement possessionnées à Villeparisis.

À partir du XVe siècle, on rencontre les Clutin/Cleutin[15] comme famille seigneuriale : Henri Ier Clutin, † 1438, changeur royal, mari de Jeanne, fille de Robert L(h)uillier et d'Alix de Laistre[16] (fille ou proche parente du chancelier Eustache de Laistre, du camp bourguignon) ; leur fils aîné Pierre, conseiller au Parlement, fut père d'Henri II, aussi conseiller au Parlement, † 1514, qui épousa Jeanne de Louviers, d'où leurs fils Pierre (secrétaire du roi, président aux enquêtes au Parlement ; le même Pierre Cleutin qui fut prévôt des marchands en 1516-1518 ?) et Henri III. Ce dernier prit pour femme Jeanne, fille de Guy de Chasteignier de La Roche-Posay, d'où Regnaud, † 1575, abbé de Flavigny et seigneur de Villeparisis, et son frère aîné Henri IV (1510/1515-1566 à Rome), ambassadeur des rois Valois en Ecosse puis auprès du pape, vice-roi (lieutenant-général) d'Ecosse, sire d'Ois(s)el (Oysel à Fresnay le Vicomte ?) et Saint-Aignan au Maine, marié 1° à Jeanne de Thouars au Maine (fille de Nicolas de Thouars et de Louise, fille de Charles Ier d'Angennes et tante du cardinal Charles ; d'où Jacques et Marie Clutin, qui suit), et 2° autre Jeanne (1539/1543-1622 ; fille de Jean III de Chasteignier de La Roche-Posay, remariée veuve en 1573 à Gaspard de Schomberg, d'où le maréchal Henri de Schomberg). L'héritière Marie Cl(e)utin, née vers 1555, épousa 1° 1567 Claude de L'Aubespine, secrétaire d'Etat, et 2° 1572 Georges de Clermont-Gallerande : Postérité, suite des sires de St-Aignan au Maine.

On trouve ensuite à Villeparisis les Caillard, avec Jacques Ier Caillard (1631-1673 ; avocat au Parlement ; sire de Villeparisis en 1666 ; protestant), puis son fils Jacques II Caillard (1657-1742 ; sans postérité ; lieutenant-général à la connétablie, il abjure la RPR en )[17]. Il existait d'ailleurs une vague parenté entre les Clutin et les Caillard : en effet Abraham II Caillard d'Aillières (1620-1699), frère aîné de Jacques Ier Caillard, avait pris pour femme Judith Le Vasseur dame d'Aillières (vers 1642-1687 ; fille de Jean-Antoine, fils de Joachim II, lui-même fils de Joachim Ier Le Vasseur d'Aillières et de Louise de Thouars au Maine, dont nous avons rencontré la sœur Jeanne de Thouars comme la 1° femme d'Henri IV Clutin et la mère de Marie Cleutin[18]).

Jacques II Caillard vendit Villeparisis en à Antoine Ricouard d’Hérouville (né vers 1656 et † en 1726 ; grand-père d'Antoine d'Hérouville), qui acquit aussi Claye en partie.

En 1884, dans un lieu appelé alors le vieux cimetière situé dans les carrières de Montzaigle ont été mis au jour des sarcophages de pierre datant de l'époque gallo-romaine. On peut donc en déduire que Villeparisis existait au Ve siècle

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune était intégrée depuis 1994 à l'arrondissement de Torcy, qui avait succédé à l'arrondissement de Noisiel du département de Seine-et-Marne.

Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle réintègre le l'arrondissement de Meaux[19].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la septième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Claye-Souilly[20]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune devient le bureau centralisateur du nouveau canton de Villeparisis.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a intégré le la communauté de communes Plaines et Monts de France, créée l'année précédente par la fusion de plusieurs intercommunalités.

Toutefois, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du , qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante capables de dialoguer avec la métropole du Grand Paris, le préfet de la région d'Île-de-France approuve le un schéma régional de coopération intercommunale, qui a obligé Villeparisis à intégrer la communauté d'agglomération Roissy Pays de France, importante structure intercommunale située dans le Val-d'Oise et en Seine-et-Marne créée par la fusion de plusieurs autres intercommunalités.

Villeparisis en est donc membre depuis le .

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections municipales de 2020[21], la liste menée par Frédéric Bouche (Union de la gauche et écologistes[22] ) a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 50,26 des voix, devançant celle menée par le maire sortant Hervé Touguet(LR / Union de la droite, soutenu par LREM), qui obtient 42.87 %, et celle de Claude Sicre de Fontbrune (UDI, 6,86 %) lors d'un scrutin marqué par 68,61 % d'abstension[23]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Historique des maires de Villeparisis
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1983 Paulin Torras PCF Médecin généraliste
mars 1983 1990 Claude Duchemin RPR Ingénieur des travaux publics
1990 juin 1995 Jean Bouige RPR Biologiste médical
juin 1995 mars 2014 José Hennequin PS Enseignant
Conseiller général de Claye-Souilly (1982 → 2001)
mars 2014[24] juillet 2020 Hervé Touguet LR Directeur général des services
Vice-président de la CA Roissy Pays de France (2016 → 2020)
juillet 2020[25],[26], En cours
(au 11 juillet 2020)
Frédéric Bouche PS Vice-président de la CA Roissy Pays de France (2020 → )

Jumelages[modifier | modifier le code]

Villes jumelées avec VilleparisisVoir et modifier les données sur Wikidata
Villes jumelées avec VilleparisisVoir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Maldon[27]Flag of the United Kingdom.svgRoyaume-Unidepuis
Pietrasanta[27]Flag of Italy.svgItaliedepuis
Wappen Wathlingen.jpgWathlingen[27]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[28],[Note 5].

En 2017, la commune comptait 26 322 habitants[Note 6], en augmentation de 3 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
537487559525606701685737620
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
564733902849898886853856858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8819079109963 0114 9895 5855 6107 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
10 92613 47014 81716 65918 79021 29623 30224 52526 327
2017 - - - - - - - -
26 322--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Le Centre culturel Jacques-Prévert aurait la particularité d'avoir la même acoustique que l'Olympia, dit-on, ce qui explique que bon nombre d'artistes font passer leurs tournées par Villeparisis.
  • Le Conservatoire municipal de musique et de danse de Villeparisis, chemin de la Couronne.
  • La Médiathèque municipale Elsa TRIOLET, place Pietrasanta.
  • La Maison pour Tous, chemin de la Couronne.
  • Le musée de l'Histoire Locale est situé à l'entrée du parc Balzac, créé et géré par l'association d'histoire locale Villeparisis et son Passé (ouverture les samedis matins de 10h00 à 12h00).

Économie[modifier | modifier le code]

Villeparisis dispose de trois parcs d'activités :

  • la « Z.A.C. de l'Ambrésis », regroupant de grandes enseignes, des restaurants, des entreprises ;
  • le parc d'activité Salengro où se situe le nouvel hypermarché et une galerie commerciale ;
  • le parc d'activités Sud-Montzaigle dans lequel sont installées une vingtaine d'entreprises.

Près de 200 commerces de proximité.

Un des plus grands marchés du secteur est organisé trois fois par semaine dans la halle couverte et sur la place du Marché les mercredis, vendredis et dimanches matins.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Paix[30] Logo label patrimoine XXe siècle.svg : construite en 1955 (pose de la première pierre le ), sur une architecture moderne du XXe siècle par l'architecte Maurice Novarina. Le clocher, détaché de l'église, a été construit en fin de siècle sur le modèle architectural de l'église elle-même.
  • Église Saint-Martin : petite église du XIIe siècle (légèrement penchée).
  • Château de Morfondé : ancien centre d'apprentissage de l'Armée du salut - fermé en - et futur campus[Quand ?] qui accueillera diverses sélections nationales ou internationales de football[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Honoré de Balzac y a vécu dans sa jeunesse. Un parc porte son nom.
  • On dit que c'est dans une auberge de Villeparisis que le roi Louis XVI aurait été reconnu grâce à (ou à cause d') un louis d'or sur lequel figurait son effigie lors de sa fuite à Varennes à la Révolution.
  • Denis Bergeret (1846-1910), peintre né à Villeparisis.
  • Le rappeur DA Uzi y a vécu durant son enfance.
  • Frédéric Déhu, ancien footballeur né à Villeparisis en 1972.
  • le sculpteur italien Gaetano Di Martino et le photographe Lorenzo Piqueras, impliqués dans le jumelage entre les communes de Villeparisis et Pietrasanta.
  • Marcel Proust a un personnage (une marquise, une protagoniste dans les "Temps Perdus" ) qui est nommée "Villeparisis".
  • Richard Sénéjoux, journaliste à Télérama, co-auteur du livre Médias : les nouveaux empires (First), est né à Villeparisis en 1971.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  4. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  5. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation de Villeparisis, » sur Géoportail (consulté le 11 avril 2020).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de l'Ourcq (F---2602) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Reneuse (F6614000) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 du Treillage (FF6617002 ) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 02 de la Commune de Claye-Souilly (F6615100) »
  6. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 9 octobre 2018
  7. Site territoires-fr.fr consulté le 31 mai 2018 sous le code commune 77514
  8. « Villeparisis, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  9. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  10. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  11. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  12. Monographie communale
  13. « Villeparisis Histoire : les seigneurs », sur Villeparisis Histoire, blog de la Société d'Histoire de Villeparisis-Association Villeparisis et son passé
  14. « Villeparisis au Moyen Age, 2008 », sur Villeparisis Histoire, blog de la Société d'Histoire de Villeparisis-Association Villeparisis et son passé
  15. « Seigneurs de Villeparisis : les Clutin, 2008, d'après Geoffroy d’Aillières, 2005 », sur Villeparisis Histoire, blog de la Société d'Histoire de Villeparisis-Association Villeparisis et son passé
  16. « Famille L(h)uillier, p. 2 », sur Racines & Histoire
  17. « Jacques II Caillard, 2014 », sur Villeparisis Histoire, blog de la Société d'Histoire de Villeparisis-Association Villeparisis et son passé
  18. « Seigneurs de Villeparisis : Parenté des familles Clutin et Caillard, 2008, d'après Richard de Thouars, René de Fougerolle et Geoffroy d’Aillières, 2005 », sur Villeparisis Histoire, blog de la Société d'Histoire de Villeparisis-Association Villeparisis et son passé
  19. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Hendrik Delaire, « Municipales à Villeparisis : trois candidats contre le maire sortant : Candidat à sa succession, Hervé Touguet (LR) sera opposé à Frédéric Bouche (PS), Claude Sicre de Fontbrune (UDI) et Sophie Tesa-Tari (SE) », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2020).
  22. Municipales : Frédéric Bouche rassemble la gauche, « Municipales : Frédéric Bouche rassemble la gauche », Magjournal 77,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2020) « Frédéric Bouche a présenté sa liste "Villeparisis avec Vous" qui rassemble le Parti socialiste, le Parti communiste, Europe Ecologie Les Verts et le Front de gauche ».
  23. « Villeparisis 77270 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemonde.fr (consulté le 12 juillet 2020).
  24. Audrey Gruaz, « Hervé Touguet aux commandes de la mairie : Les Villeparisiens étaient nombreux à l’hôtel de ville, samedi matin, pour l’investiture de leur nouveau maire », La Marne,‎ (lire en ligne).
  25. Louis Gohin, « Frédéric Bouche : « J’interdis les pesticides dès septembre » : Le nouveau maire de Villeparisis (gauche et écologistes), veut redonner confiance aux Villeparisiens dans la politique en leur permettant de contrôler les décisions de la mairie », La Marne ,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2020) « Frédéric Bouche est le nouveau maire de Villeparisis. Il était le candidat de la gauche et des écologistes. Il veut prendre des mesures pour l’environnement et créer de nouvelles instances de démocratie locale pour redonner du sens à la politique ».
  26. Antoine Fillion, « Le conseil municipal a élu le nouveau maire, Frédéric Bouche : Le premier conseil municipal post-élection s’est tenu vendredi 3 juillet, au centre culturel de Villeparisis. Cent cinquante personnes ont assisté à la séance. Frédéric Bouche a été élu maire », Magjournal 77,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2020).
  27. a b et c « https://villeparisis.fr/villes-jumelles/ »
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  30. Notice no EA77000007, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Morfondé, un autre Clairefontaine ? », sur journallamarne.fr, (consulté le 11 mars 2016)