Bouleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouleurs
Bouleurs
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Monique Bourdier
2020-2026
Code postal 77580
Code commune 77047
Démographie
Gentilé Bouleurois
Population
municipale
1 645 hab. (2017 en augmentation de 13,76 % par rapport à 2012)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 58″ nord, 2° 54′ 28″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 156 m
Superficie 8,25 km2
Élections
Départementales Canton de Serris
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bouleurs
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Bouleurs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouleurs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouleurs
Liens
Site web bouleurs.fr

Bouleurs est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bouleurois. Au dernier recensement de 2017, la commune comptait 1 645 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bouleurs est à environ 10 km au sud de Meaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 3,58 km[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR1 traverse le territoire de la commune et se prolonge au nord à la limite de Boutigny et Quincy-Voisins et au sud vers Crécy-la-Chapelle.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne d'autocars No 70 (SancySaint-Germain-sur-Morin) du réseau de cars Transdev[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 87 lieux-dits administratifs répertoriés[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[6], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 61,8 % de terres arables, 14,1 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2], 10,8 % de forêts, 8,3 % de zones urbanisées et 5,1 % de prairies[3],[7].

Logements[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 563, alors qu'il était de 476 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 92,0 % étaient des résidences principales, 3,2 % des résidences secondaires et 4,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 86,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 9,5 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 82,6 %, en légère hausse par rapport à 1999 (78,6 %). La commune se distingue par l'absence de logements sociaux (logements HLM loués vides)([a 3]. C'est pour faire face à cette situation que le conseil municipal a décidé en 2013 de faire construire 37 logements HLM.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Bolorria à la fin du VIIe siècle[8] ; Boloirre XIIe siècle[9],[10] ; Bolorrium en 1133[11],[10] ; Bolerium vers 1145[12],[13] ; Bolorria vers 1170[14],[13] ; Boleire vers 1180[15],[13] ; Bulluere en 1182[16],[10],[13] ; Buleria en 1202[17],[13] ; Bollerria en 1210[18],[13] ; Boulouria en 1219[19],[13] ; Bollorria en 1228[20],[13] ; Boloria in Bria en 1228[21],[13] ; Bolleria in Bria en 1230[22],[13] ; Bouloure en 1231[23],[10] ; Bolloire en 1235[24],[13] ; Boulerre en 1274[25],[10] ; Boloirria au XIIIe siècle[26],[13] ; Boulairre en 1302[27],[13] ; Boulourre en 1306[28],[13] ; Boulleurria in Bria en 1353[29],[13] ; Boulleure en 1363[30],[13] ; Boullerre en 1376[31],[13] ; Bolloire en 1393[32],[13] ; Boullorre en 1409[32],[13] ; Bolorre en 1410[32],[13] ; Boullere en 1469[33],[13] ; Bouleure en 1779[13].

De la racine gauloise *BALLO "membre", en toponymie le sens d'usage est « hauteur »[34].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bouleurs apparaît pour la première fois dans les textes au VIIe siècle sous l’appellation de Bolorria[35]. Mais son origine est plus ancienne puisqu’une voie romaine allant de Lyon à Boulogne-sur-Mer le traverse dès l’Antiquité et atteste de la présence humaine à cette époque[36].

Plusieurs notaires et tabellions seigneuriaux y résident. La seigneurie de Bouleurs appartient pendant longtemps aux seigneurs de Quincy et Rohan de Montbazon, seigneurs de Coupvray. Et enfin vers 1775, passa au comte d’Eu dont le duc de Penthièvre était héritier à la révolution. La population augmente fortement à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle mais diminue dans le courant du XIXe siècle à la suite d’une épidémie, qui entraîne la disparition de grandes familles et à la suite de l’amélioration des procédés de culture qui nécessitent moins de main-d’œuvre et provoque un exode rural. Bouleurs était réputé pour son Brie[36]. En 1794, Bouleurs avait sa société populaire. Une députation se serait d’ailleurs rendue à la convention le 1er avril 1794 pour protester contre Hébert et son "Père Duchesne":. En 1850, la commune compte 487 habitants[36]. La population a fortement augmenté à partir des années 1970 et de l’ouverture de l’autoroute A4 ; elle compte actuellement 1 400 habitants[36].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Monique Bourdier LREM Présidente de la CC du Pays Créçois (2019 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[38].

En 2017, la commune comptait 1 645 habitants[Note 3], en augmentation de 13,76 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
633641663628581566549497503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
473448441396387386393389379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
353331308312321334298300291
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3323825528211 0491 2281 3751 4411 498
2017 - - - - - - - -
1 645--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal vote le budget communal pour l'année 2012. Il en comprend trois : le budget principal, le budget « Assainissement » et le budget « Logement »[41].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Sainte Marie-Madeleine.
Le lavoir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte Marie-Madeleine dont deux vitraux, situés derrière l'autel, sont monuments historiques.
  • Le lavoir de forme semi-circulaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1507 p. (ISBN 2-84234-100-7), « Bouleurs », p. 351

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Mesnil (F6585000) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Vignot (F6585050 ) »
  3. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 3 septembre 2018
  4. Transdev, ligne 70
  5. Site territoires-fr.fr consulté le 12 décembre 2019 sous le code commune 77047.
  6. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  7. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  8. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, page 27, (ISBN 2402033592).
  9. Archives nationales, LL 1351, fol. 58.
  10. a b c d et e Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 175 - (ISBN 2600028838).
  11. Du Plessis, II, p. 25.
  12. Cartulaire de Tiron, II, p. 55.
  13. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 56.
  14. Archives nationales, L 876, n° 57.
  15. Du Plessis, II, p. 67.
  16. Cartulaire de Fontaines, fol. 59 v°.
  17. Du Plessis, II, p. 88.
  18. Archives nationales, S 5186, fol. 27.
  19. Rôles des fiefs, 561.
  20. Bibl. nat., ms. latin 10944, fol. 115.
  21. Bibl. nat., ms. latin 10944, fol. 56 v°.
  22. Bibl. nat., ms. latin 10944, fol. 91.
  23. Cartulaire de Pont-aux-Dames, fol. 15 v°.
  24. Cartulaire chap. Meaux, t. II, p. 42.
  25. Cartulaire de Noëfort.
  26. Obit. prov. Sens, IV, p. 54.
  27. Cartulaire de Pont-aux-Dames, fol. 12 v°.
  28. Archives nationales, JJ 46, fol. 21 v°.
  29. Bibl. nat., ms. latin 10944, fol. 163.
  30. Archives nationales, KK 4.
  31. Archives nationales, X1c 32.
  32. a b et c Archives nationales, S 1368.
  33. Cartulaire de Fontaines, fol. 84.
  34. Nouvelle revue d'onomastique -1997 - Numéros 29 à 32 - Page 11.
  35. « Fiche signalétique de Bouleurs », sur Atome 77 (consulté le 29 août 2012)
  36. a b c et d « L'historique », sur Bouleur, site officiel (consulté le 29 août 2012)
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  41. « Les finances », sur Bouleurs, site officiel (consulté le 29 août 2012)