Villiers-sur-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villiers et Villers-sur-Marne.
image illustrant une commune du Val-de-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune du Val-de-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Villiers-sur-Marne
La place Rémoiville.
La place Rémoiville.
Blason de Villiers-sur-Marne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Nogent-sur-Marne
Canton Villiers-sur-Marne
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Paris-Est-Marne et Bois
Maire
Mandat
Jacques-Alain Bénisti
2014-2020
Code postal 94350
Code commune 94079
Démographie
Gentilé Villiérains
Population
municipale
28 190 hab. (2013)
Densité 6 510 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 39″ Nord 2° 32′ 41″ Est / 48.8275, 2.54472222222
Altitude Min. 66 m – Max. 103 m
Superficie 4,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Villiers-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Marne
Liens
Site web mairie-villiers94.com

Villiers-sur-Marne est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Villiérains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Villiers-sur-Marne dans le Val-de-Marne

La commune est située à une quinzaine de kilomètres de Paris. Venant de la capitale, Villiers marque ainsi l'une des portes d'entrée de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée.

Communes limitrophes de Villiers-sur-Marne
Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis)
Bry-sur-Marne Villiers-sur-Marne
Champigny-sur-Marne Le Plessis-Trévise

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Curieusement, il s'avère que la Marne ne coule pas à Villiers-sur-Marne. La rivière passe en effet légèrement plus à l'ouest, à Bry-sur-Marne, puis tout au nord à Noisy-le-Grand. Néanmoins, de petits ruisseaux coulaient autrefois à Villiers, dont le Ru de la Lande, désormais canalisé et transformé en égout souterrain, en dessous de la voie de chemin de fer. Le nom Marne vient du fait que le sous-sol est formé entre autres de marne bleue, glaise qui est humidifiée par le réseau souterrain des eaux et qui rend le sol instable lors de périodes de sécheresse suivies de réhydratation. Ainsi les constructions subissent ces mouvements de terrains qui les fragilisent et des fissures plus ou moins importantes apparaissent régulièrement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est reliée à Paris par l'autoroute A4 (qui dessert le nord et l'ouest de la ville).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Liste des quartiers :

  • Les Portes de Villiers (espace Commercial)
  • Les Hautes Noues
  • Les Acacias
  • Les Armoiries/Le Château (centre commercial des Armoiries)
  • Les Boutareines (practice de Golf, Ikea, Bricorama)
  • Les Perroquets
  • Les Ponceaux
  • Les Luats
  • Le Bois de Gaumont
  • Le quartier du Désert
  • Les Fontaines Giroux (studios SFP/INA), près de Bry
  • Centre (cinéma Le Casino, église catholique, mairie, bibliothèque, bureau de poste)
  • Les Morvrains
  • Les équipements sportifs (gymnase Yves-Querlier, piscine municipale L'Hippocampe, stade Octave-Lapize)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villarium au XIIIe siècle, Villare ad Matronam, Villaria versus Campiniacum[1].

La ville compte aussi de nombreux autres espaces naturels (près de 14 ha au total), comme le Parc du Bois-St-Denis, ou le Bois-Saint-Martin, au sud-est de la commune, et partagé avec Noisy-le-Grand, le Plessis-Trévise, Émerainville et Pontault-Combault.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, de nombreux lotissements vont être construits (notamment au Bois de Gaumont), ce qui va transformer le village en petite ville de banlieue.

Le développement de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, à laquelle Villiers appartient (secteur 1), va également permettre, au cours des années 1960/1970, l'émergence de nombreux quartiers neufs (Portes de Villiers, Hautes Noues, Boutareines, Luats...), à la place d'anciens espaces vides ou agricoles, et l'essor économique de la ville (installation de nombreuses enseignes commerciales).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964[2], la commune faisait partie du département de la Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au Val-de-Marne à la suite d'un transfert administratif effectif le .

Villiers-sur-Marne appartient, avec les communes de Bry-sur-Marne et Noisy-le-Grand, au secteur I de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, dénommé Porte de Paris.

Elle est depuis 1976 le bureau centralisateur du canton de Villiers-sur-Marne, qui, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, s'est étendu et regroupe désormais Villiers-sur-Marne, Bry-sur-Marne et Le Plessis-Trévise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2015, la commune n'était membre d'aucune intercommunalité à fiscalité propre.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), à laquelle la commune a été intégrée[3].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe) prévoit également la création le d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale, et exerçant également les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées

La commune fait donc également partie depuis le de l'établissement public territorial Paris-Est-Marne et Bois[4] créé par un décret du 11 décembre 2015[5].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6],[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Claude Trotin    
1793 1794 François Malle    
1794 1798 Claude Pemez    
1798 1799 Louis Chaussée    
1799 1800 Pierre Boisseau    
1800 1809 Claude Trotin    
1809 1815 Henri de Saint-Martin    
1815 1815 Claude Pierre Jacmart    
1815 1825 Henri de Saint-Martin    
1825 1830 François Marie Lamanet de Navenne    
1830 1835 Achille Delamarre    
1835 1842 Pierre Chatard    
1842 1843 Pierre Barbot    
1843 1848 Hyacinthe Reine    
1848 1848 Joseph Pierson    
1848 1856 Octidi Theurlot    
1856 1866 Hyacinthe Reine    
1866 1866 Jean-Louis Maximilien Gallet    
1866 1870 Jules Poupinel    
1870 1876 Paul Eugène Remoiville    
1876 1878 Denis Guinegagne    
1878 1881 Paul Eugène Remoiville    
1881 1888 Alexis Quirin    
1888 1892 Victor Onfray    
1892 1909 Alexis Quirin    
1909 1914 Auguste-Émile Bernier    
1914 1918 Sulpice Guinegagne    
1918 1924 Auguste Émile Bernier    
1924 1925 Louis Lhuillier    
1925 1930 Léon Dauer    
1930 1935 Alphonse Toury    
1935 1936 Jean Sarrasin    
1936 1941 Louis Marchal    
1941 1944 Philippe Lemercier    
1944 1944 Christian Lavallée    
1944 1945 Marcel Liaudon    
1945 1947 André Rouy    
1947 1953 Marcel Liaudon    
1953 mars 1977 André Rouy   Conseiller général de Chennevières (1967 → 1970)
mars 1977 juin 1995 Serge Delaporte PS Conseiller général de Villiers-sur-Marne (1988 → 1994)
juin 1995 en cours
(au 21 avril 2016)
Jacques-Alain Bénisti UMP
puis LR[8]
Dirigeant d'une entreprise d'édition
Député du Val-de-Marne (4e circ.) (2002 → )
Conseiller général de Villiers-sur-Marne (1994 → 2003)
Vice-président de l'EPT Paris-Est-Marne et Bois (2016 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

De 1965 jusqu'à fin 2011, Villiers-sur-Marne était jumelée avec Bishop's Stortford (en), ville britannique d'environ 35 000 habitants dans le Hertfordshire (est de l'Angleterre). En novembre 2011, le conseil municipal de Bishop's Stortford, dirigée par le Parti conservateur, annonça sans explication la rupture de son jumelage avec Villiers-sur-Marne et Friedberg. S'adressant au journal The Guardian, un conseiller municipal libéral-démocrate suggéra qu'il s'agissait d'une manifestation d'Euroscepticisme conservateur. Les autorités municipales démentirent, affirmant début décembre qu'elles avaient mis fin au jumelage parce que le jumelage n'intéressait personne dans la ville et était sans intérêt[9],[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 28 190 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600 718 671 704 744 700 721 765 719
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
853 824 919 990 1 109 1 287 1 493 1 750 2 055
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 935 2 552 3 011 3 827 5 613 6 145 7 020 7 172 9 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
13 068 15 789 22 293 22 022 22 740 26 632 29 369 27 457 27 222
2013 - - - - - - - -
28 190 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Créé en 1891, le Centre de rééducation fonctionnelle de Villiers-sur-Marne, établissement à but non-lucratif du groupe SOS, est spécialisé dans la prise en charge des pathologies et suites d'interventions chirurgicales orthopédiques chez l'enfant et l'adulte.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose de plusieurs installations sportives : les gymnases Géo André, Yves Querlier, Jean-Macé, Léo Lagrange ; les stades Octave-Lapize, Jules-Rimet, Alain Mimoun ; la piscine municipale « L'hippocampe ».

Cultes[modifier | modifier le code]

Deux lieux de culte sont présents dans la ville de Villiers sur Marne : une église catholique, située dans le centre-ville ainsi qu'une mosquée près du quartier des Hautes Noues.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La maison au belvédère (musée municipal Emile-Jean).
L'église Saint-Denis-Saint-Christophe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Denis-Saint-Christophe.
  • Le musée municipal Emile-Jean, fondé en 1973 par la société historique de Villiers.
  • La médiathèque Jean-Moulin.
  • Le centre d'art contemporain Aponia. C'est le nom du lieu d'art contemporain établi depuis 1998 à Villiers sur Marne. Il est animé par Eva Frison Barret et Alain Barret. Le Centre d'Art Aponia entend agir comme lieu de découvertes artistiques ouvert à l'art émergent. (Adresse : 6, avenue Montrichard 94350 Villiers sur Marne)[13].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Deux parcs sont présents à Villiers-sur-Marne : le parc du Bois-Saint-Denis et le Bois-Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Armes de Villiers-sur-Marne

Les armes de Villiers-sur-Marne se blasonnent ainsi : D'argent au chevron de gueules accompagné de trois grappes de raisin d'azur tigées et feuillées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  2. Journal Officiel, Loi n°64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  3. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  4. C.N., « Oubliez le T10, nommez-le Paris-Est-Marne et Bois », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  5. Décret n° 2015-1663 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Champigny-sur-Marne sur Légifrance
  6. Les maires de Villiers-sur-Marne sur FranceGenWeb.org
  7. Les maires de Villiers-sur-Marne sur le site de la commune
  8. C. Dubois, « Jacques-Alain Bénisti désigné secrétaire national des Républicains : Jacques-Alain Bénisti, député-maire LR de Villiers-sur-Marne, a été désigné secrétaire national par Nicolas Sarkozy, président du mouvement Les Républicains, ce mercredi 9 septembre, en même temps que cinq autres membres du parti », 94.citoyens.com,‎ (lire en ligne).
  9. (en) "Bishop's Stortford dumps its twin towns in France and Germany", The Guardian, 1 décembre 2011
  10. (en) "English town cuts links with French and German twins", France 24, 9 décembre 2011
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  13. Site du centre Aponia.
  14. « Mairie de Villiers-sur-Marne sur fr.topic-topos.com » (consulté le 6 mars 2010)