Dammartin-en-Goële

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dammartin-en-Goële
Dammartin-en-Goële
Vue de Dammartin depuis le GR 1, en venant de Saint-Mard.
Blason de Dammartin-en-Goële
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité CA Roissy Pays de France
Maire
Mandat
Vincent Clavier
2021-2026
Code postal 77230
Code commune 77153
Démographie
Gentilé Dammartinois
Population
municipale
10 196 hab. (2018 en augmentation de 17,61 % par rapport à 2013)
Densité 1 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 14″ nord, 2° 40′ 54″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 172 m
Superficie 8,97 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Dammartin-en-Goële
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mitry-Mory
Législatives 7e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Dammartin-en-Goële
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Dammartin-en-Goële
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dammartin-en-Goële
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dammartin-en-Goële
Liens
Site web http://www.dammartin-en-goele.fr/

Dammartin-en-Goële est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 14 kilomètres au nord de Claye-Souilly[Carte 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dammartin-en-Goële[1]
Othis Ève
(Oise)
Longperrier Dammartin-en-Goële[1] Rouvres
Villeneuve-sous-Dammartin Thieux Saint-Mard

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du pays traditionnel appelé la Goële. Elle commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Dammartin-en-Goële.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

  • la Thėve, long de 33,55 km[3], affluent de l'Oise ;
  • le ru du Vivien, 3,60 km[4], affluent de la Launette ;
  • le ru Courtois, 2,51 km[5], affluent de la Launette ;
    • le fossé 01 de la Commune d'Eve, 2,74 km[6], affluent du ru Courtois ;
  • le fossé 01 de la Commune de Othis, 1,89 km[7], et ;
  • le fossé 02 de la Commune de Othis, 2,65 km[8], et ;
  • le fossé 03 de la Commune de Othis, 2,63 km[9], affluents du cours d'eau 03 de la Commune d'Eve ;
  • le ru de Thieux, long de 3,78 km[10], affluent de la Biberonne.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 6,37 km[11].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[12].

La commune fait partie du SAGE « Nonette », approuvé le . Le territoire de ce SAGE concerne le bassin versant de la Nonette et de ses deux principaux affluents, la Launette et l’Aunette. Il inclut totalement ou partiellement 53 communes, dont 47 sur le département de l’Oise et 6 sur celui de le département de Seine-et-Marne, pour une superficie de 413 km2[13]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat Interdépartemental du SAGE de la Nonette, qualifié de « structure porteuse », un syndicat créé en 1968[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,1 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,1 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,1 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 738 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -1,3 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 0,1 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[16]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[15]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[17]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Creil, qui se trouve à 27 km à vol d'oiseau[18], où la température moyenne annuelle évolue de 10,2 °C pour la période 1971-2000[19], à 10,9 °C pour 1981-2010[20], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[21].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[22],[23],[24].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dammartin-en-Goële est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[25],[26],[27]. Elle appartient à l'unité urbaine de Dammartin-en-Goële, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[28] et 16 145 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[29],[30].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[31],[32].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune se compose d'un vieux centre-ville au pied des ruines du château. Il comporte des rues souvent étroites. On y trouve encore quelques petits commerces, des restaurants et des activités tertiaires telles des agences immobilières, des banques et des médecins. Le quartier de Saint-Guinfort et de l'Eaubonne à l'ouest de la commune est la plus ancienne zone pavillonnaire (1960). Le quartier dit des HLM, avenue Saint-Ladre, se compose de quatre bâtiments de quatre étages, à présent entourés de nombreux pavillons. Le quartier du Verger de la Tuilerie à l'est de la commune date des années 1970 est une zone uniquement pavillonnaire sur laquelle se sont greffées d'autres lotissements plus petits (quartier Montmorency, Jardin de la Goële, etc.). De l'autre côté de la route allant de la RN 2 à Othis, se situe la zone d'activités appelée à encore s'agrandir. Au nord, une nouvelle zone d'habitation est en cours d'aménagement. Un nouveau lycée accueille déjà 150 élèves pour un effectif prévu d'environ 800 élèves.
Au sud, des lotissements vont jusqu'au bord de la RN 2. En 2010, il a été décidé la création de diverses zones vertes destinées à aérer le tissu urbain.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 85 lieux-dits administratifs répertoriés[33].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (38,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (53,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (33,8% ), zones urbanisées (30,6% ), forêts (23,8% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,2% ), zones agricoles hétérogènes (3,4% ), mines, décharges et chantiers (3% ), prairies (1,2 %)[34].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[35],[36],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Roissy Pays de France, approuvé le et porté par la communauté d’agglomération Roissy Pays de France[37].

La commune ne disposait pas en 2019 de document d'urbanisme opérationnel et le règlement national d'urbanisme s'appliquait donc pour la délivrance des permis de construire[38].

Habitat[modifier | modifier le code]

L'évolution du parc de logements entre 2007 et 2017 a été le suivant :

Logements[39] Nombre en 2007 % en 2007 nombre en 2012 % en 2012 nombre en 2017 % en 2017
Total 3 165 100 % 3 439 100 % 4 072 100 %
Résidences principales 3 007 95,0 % 3 263 94,9 % 3 830 94,1 %
→ Dont HLM 200 6,6 % 238 7,3 % 292 7,6  %
Résidences secondaires et
logements occasionnels
32 1,0 % 20 0,6 % 37 0,9 %
Logements vacants[Note 4] 125 4,0 % 156 4,5 % 205 5 %
Dont :
→ maisons 2 141 67,7 % 2 268 66,0 % 2 517 61,8 %
→ appartements 1 005 31,7 % 1 154 33,6 % 1527 37,5 %

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale en 2016 s'élevait t à 66,9 % contre 31,4 % de locataires[40] dont, 7,6 % de logements HLM loués vides (logements sociaux) et, 1,7 % logés gratuitement.

En 10 ans, de 2007 à 2017, le nombre de logements a augmenté de 28 %, mais la commune n'a augmenté que très faiblement son taux de logements sociaux, qui est passé de 6,6 % à 7,6 %, bien loin des 25 % prescrits par l'article 55 de la Loi SRU du , et alors qu'en 2020, 200 à 250 familles de la commune sollicitent un relogement en logement social. De ce fait, la commune a été astreinte en 2020 à une pénalité financière d'environ 200 000  par la préfecture pour l'inciter à respecter ses obligations légales[41],[42].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 1 traverse le territoire de la commune, il se prolonge vers Othis au nord-ouest et Saint-Mard au sud.

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est connectée à la RN 2 par un échangeur au sud de la ville et un échangeur au nord (desserte de la Zone d'Activité) qui rejoint l'autoroute A104 puis les autoroutes A3 et A1 pour rejoindre Paris. Dans l'autre sens, la RN 2 se dirige dans l'Oise vers Le Plessis-Belleville, Nanteuil-le-Haudouin et dans l'Aisne vers Soissons.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Dammartin - Juilly - Saint-Mard, située à Saint-Mard sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et desservie par les trains de la ligne K du Transilien (Paris-Nord - Crépy-en-Valois) ainsi que par ceux du TER Picardie (Paris - Laon).

Un réseau de transport public de bus assez étoffé dessert le centre, les quartiers des Vergers de la Tuilerie et des Jardins de la Goële ainsi qu'à certaines heures, la zone d'activité. On peut l'utiliser pour se rendre à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, plateforme importante d'emplois disposant de deux gares sur le RER B, d'une gare TGV ainsi que d'une gare routière aux nombreuses destinations. Il dessert aussi la gare SNCF de Dammartin-Juilly-Saint-Mard et la ville proche d'Othis. La nuit, un système de bus avec réservation (Filéo) permet de se déplacer entre Othis, Dammartin, la ZA du Mesnil-Amelot, l'aéroport CDG puis vers Villeparisis. Quelques taxis locaux sont difficilement disponibles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes H. de Domno Martino en 1080[43] ; Castrum Domni Martini vers 1107[44] ; Burgus Beati Martini en 1185[45] ; Domnus Martinus in Goella en 1220[46] ; Donnus Martinus en 1222[47] ; Dampnus Martinus in Goella en 1257[45] ; Danmartin en 1262[45] ; Danpnus Martinus in Gouella en 1270[48] ; Dannus Martinus in Guoella en 1271[49] ; Dompnus Martinus de Gouella en 1289[50] ; Dampmartin en Gouelle en 1299[51] ; In pago Meldicensi, de villa que Domnus Martinus au XIIIe siècle[52] ; Danmartin en Gouere en 1301[53] ; Don Martin en 1326[54] ; Dempmartin en Gouelle en 1369[55] ; Dampmartin en Gouele en 1394[55] ; Dampmartin en la Gohelle en 1430[56] ; Dampmartin en France en 1486[57] ; Dampmartin en Goille en 1556[47] ; Dampmartin en France en 1643[58] ; Dammartin en l'an IX[59].

Le nom « Dammartin » viendrait de Domnus Martinus, le nom latin de saint Martin de Tours, qui évangélisa la région de la Goële au IVe siècle. L'étymologie populaire, issue des légendes anciennes, fait venir « Dammartin » du nom de la statue de la vierge que saint Martin de Tours avait fait installer et que les habitants auraient appelée la « dame de M. Martin » ou « Dame Martin »[60].

Dammartin-en-Goële a donné son nom aux comtes de Dammartin et à deux familles de Dammartin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan du bourg de Dammartin en 1769.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les comtes de Dammartin apparaissent à partir de 1021. Le premier d'entre eux est Manassès un vassal d'Eudes II de Blois. La constitution de ce comté à l'ouest de l'ancien comté de Meaux[61] est contemporaine de la crise de succession en Champagne entre le comte de Blois et le roi Robert II le Pieux.

Dammartin-en-Goële fut le siège d'un comté échu à Antoine de Chabannes, compagnon de Jeanne d'Arc, par son mariage en 1439 avec Marguerite de Nanteuil, héritière du comté de Dammartin.

Au XIIe siècle, la ville avait un prieuré cure et une maladrerie. La présentation du prieuré-cure appartenait à l'abbé de Rurecourt (cette abbaye faisant partie du diocèse de Beauvais)[62].
Mais en 1236, un incendie détruisit presque toute la ville.

En 1431 Charles VII confisqua Dammartin au seigneur, le comte de Fayel, et le donna à Marguerite de Nanteuil. Cette dernière le transmit, par son mariage en 1439, à son époux Antoine de Chabannes, compagnon de Jeanne d'Arc. Chabannes, disgracié par Louis XI, fut dépouillé de ses biens et enfermé à La Bastille d'où il s'évada. Il sut cependant se réconcilier avec le roi, et en 1480 rentra dans son comté de Dammartin. Il fit réédifier une église ruinée dédiée à Notre-Dame[62], et sa dépouille mortelle y fut déposée en 1488.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1554, la famille de Chabannes vendit le comté de Dammartin au connétable Anne de Montmorency. En 1593, la ville fut prise par Henri IV. En 1632 la terre fut confisquée après l’exécution de Henri II de Montmorency et Dammartin fut donné au prince de Condé. En 1694 on y fonda un nouvel hôpital. Près de Dammartin se trouvent les châteaux de la Corbie, de Moussy le Vieux, de Saint Laurent et de Thuillerie.

Le château fut démantelé par Richelieu. Son emplacement surplombe toujours la ville : l'esplanade du Château.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, la bibliothèque municipale d'Angers possède l'Histoire des comtes de Dammartin, manuscrit du XVIe siècle.

Le , deux djihadistes se retranchent dans une entreprise de la commune. Le gérant est relâché. Il apparaît rapidement qu'il s'agit de Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo commis deux jours auparavant[63], information confirmée peu après par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve[63]. Les élèves des différents établissements de la commune sont confinés la journée durant. Lors d'un assaut mené par le GIGN, vers 17 h, les frères Kouachi sont abattus, et un employé qui s'était caché à l'intérieur de l'entreprise est indemne[64].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Meaux du département de la Seine-et-Marne.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Dammartin-en-Goële[65]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Mitry-Mory

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la septième circonscription de Seine-et-Marne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dammartin-en-Goële était membre de la communauté de communes du Pays de la Goële et du Multien, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1973 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Celle-ci a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Plaines et Monts de France.(CCPMF).

Toutefois, à la suite de l'adoption de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015 et compte tenu de la création de la métropole du Grand Paris, le schéma régional de coopération territoriale (SRCI) arrêté par le Préfet de la région Île-de-France le 4 mars 2015, puis amendé par la commission régionale de la coopération intercommunale, prévoyait la création d'une importante intercommunalité autour de la zone aéroportuaire de Roissy, provenant de la fusion de deux communautés d’agglomération du Val-d’Oise ainsi que du rattachement de 17 des communes de CCPMF, dont Dammartin-en-Goëlle.

Malgré l'opposition de la CCPMF, la scission a effectivement lieu le , et la commune est désormais membre de la communauté d'agglomération Roissy Pays de France[66].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 en Seine-et-Marne, la liste DVD menée par Michel Dutruge remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 2 075 voix (59,33 %, 23 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), battant largement la liste DVG menée par Stéphane Jabut, maire sortant, qui obtient 1 422 voix (40,66 %, 6 conseillers municipaux élus, dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 36,28 % des électeurs se sont abstenus[67].


Le second tour des élections municipales de 2020 en Seine-et-Marne[68] à Dammartin est caractérisé par une quadrangulaire où la liste LR menée par le maire sortant Michel Dutruge[69] remporte la majorité des suffrages exprimés, avec 886 voix (38,22 %, 21 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), devançant largement les listes menées respectivement par[70] :
- Stéphane Jabut (DVG, 628 voix, 27,09 %, 4 conseillers municipaux élus) ;
- Sylvain Messiaen (SE soutenu par EELV[71], 560 voix, 24,15 %, 3 conseillers municipaux élus) ;
- Jean Pierre Mateo (DVC, 244 voix, 10,52 %, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin marqué par la crise de la pandémie de Covid-19 en France, 61,07 % des électeurs se sont abstenus.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Stéphane Jabut, ancien maire, a contesté les résultats des élections municipales de 2020 qui se sont déroulées dans un climat délétère, alléguant notamment que le vainqueur et la liste écoloogique avaient eu recours à des modalités de propagande interdits[72],[73].

Parallèlement à ce contentieux électoral, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a saisi le tribunal administratif de Melun pour signaler le dépôt tardif des comptes de campagne du candidat Dutruge. En conséquence, le Tribunal administratif a déclaré le inéligible Michel Dutruge pendant un an[74],[75]. Le conseil municipal du a élu, sur la proposition du maire invalidé, son nouveau maire, Vincent Clavier (DVD), jusqu'alors premier maire-adjoint délégué aux affaires scolaires[76].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[77]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 1987 Jean Pathus-Labour RPF-DVD Conseiller général de Dammartin-en-Goële (1951 → 1976)
1987 mars 1989 Gérard Jondot DVD  
mars 1989 juin 1995 Eugène Péresse PS  
juin 1995 novembre 2012[78] Monique Papin PS Démissionnaire
novembre 2012[79] mars 2014 Stéphane Jabut PS Cadre supérieur
mars 2014 mars 2021 Michel Dutruge UMPLR Retraité
Déclaré inéligible par le tribunal administratif de Melun
mars 2021[76] En cours
(au 14 octobre 2020)
Vincent Clavier DVD  

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une gendarmerie qui assure la sécurité dans le secteur[80], la ville dispose aussi depuis 2019 d'une police intercommunale organisée par.la communauté d'agglomération Roissy Pays de France, et qui a intégré les anciens effectifs de la police municipale[81],[82].

Une trentaine de caméras de vidéosurveillance sont installées dans la commune depuis 2016[83]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [84],[85].

Assainissement des eaux usées

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Dammartin-en-Goële est assurée par la Communauté d'agglomération Roissy Pays de France pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [86],[87],[88].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[89]. La Communauté d'agglomération Roissy Pays de France assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[86],[90].

Eau potable

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la Communauté d'agglomération Roissy Pays de France qui en a délégué la gestion à une entreprise privée[86],[91].

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Dammartinois[92].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[93]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[94].

En 2018, la commune comptait 10 196 habitants[Note 5], en augmentation de 17,61 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8262 0312 0391 8581 7121 7421 8291 8211 812
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7381 8011 7841 7831 7801 6991 7101 6931 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6141 5651 5731 3231 4351 5361 5011 2721 556
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6782 0493 4764 5286 6207 8057 9487 9677 986
2013 2018 - - - - - - -
8 66910 196-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[65] puis Insee à partir de 2006[95].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Dammartin-en-Goële en 2007 en pourcentage[96]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,6 
2,0 
75 à 89 ans
4,2 
8,8 
60 à 74 ans
9,1 
23,3 
45 à 59 ans
23,7 
22,2 
30 à 44 ans
22,4 
22,9 
15 à 29 ans
20,9 
20,7 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département de Seine-et-Marne en 2007 en pourcentage[97]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
3,7 
75 à 89 ans
6,0 
9,9 
60 à 74 ans
10,2 
20,7 
45 à 59 ans
20,3 
22,4 
30 à 44 ans
22,4 
20,8 
15 à 29 ans
19,8 
22,2 
0 à 14 ans
20,5 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (15,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 22,9 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 10,9 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 13,9 %).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dammartin-en-Goële est située dans l'académie de Créteil.

En 2009, la ville administre quatre groupes scolaires élémentaires et maternelles[98].

Le département gère un collège : le collège de l'Europe[99]. Pour le lycée, depuis novembre 2013 les élèves sont scolarisés au lycée certifié Haute qualité environnementale (HQE), situé avenue de l'Europe à Dammartin-en-Goële.

La commune dispose d'un centre de loisirs[100].

Culture[modifier | modifier le code]

Une ludothèque préexistante a été reprise par la commune début 2018[101].

La commune accueille un cybercentre intercommunal[102].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de la Corbie, en mai[103]
  • Fête de la musique - fête de la Saint-Jean, le samedi aux alentours du 24 juin ;
  • Fête du jeu et troc aux plantes, début juillet ;
  • Animations estivales « F'été Dammartin », pendant le mois de juillet (durant trois semaines à compter de la fin de l'année scolaire) ;
  • Forum des associations, chaque premier samedi de septembre. Il rassemble plus de 80 associations locales
  • Brocante annuelle chaque premier dimanche de septembre sur l'avenue du Général-de-Gaulle (axe principal) ;
  • Foire à la pomme le 2e week-end d'octobre[104].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville compte 23 associations sportives de toutes disciplines[Quand ?].

  • Judo : Judo Dammartinois
  • Basket-ball : A.B.C Dammartin
  • Volley-ball : R.C. Goële Volley-ball et Alliance Nord 77 Volley-ball
  • Tennis de table : Club de Tennis de Table de Dammartin (CTTD)
  • Tennis : Tennis Club de Dammartin-en-Goële
  • Club Sportif Dammartinois, section football
  • Athlétisme : Club Olympique Régional Dammartinois
  • Danse sportive : avec Tonic'Orient, actiivité sportive basée sur des mouvements de danse orientale

Le gymnase du centre-ville a été fermé début 2019 en raison de sa vétusté et du non-respect des normes de sécurité. Un nouveau gymnase sera construit au sein du complexe sportif Roland Moriceau, qui dispose déjà de deux stades de football, de terrains de tennis ainsi que d’un terrain de modélisme[105],[106].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose depuis 2020 d'un pôle de santé, rue Françoise-Dolto, regroupant 25 professionnels de la santé près du cabinet dentaire et du laboratoire de radiologie[107].

Une micro-crèche privée pouvant accueillir 10 enfants de 2 mois et demi à 3 ans devrait ouvrir en 2021 face au pôle de santé[108]

Économie[modifier | modifier le code]

La ville profite de la sphère d'influence de l'aéroport Charles de Gaulle[réf. souhaitée].

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 21 905 , ce qui place Dammartin-en-Goële au 1 452e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[109].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Dammartin-en-Goële est dans la petite région agricole dénommée la « Butte de Damartin », constituée de deux petites enclaves à l'intérieur de la « Goële et Multien », au nord du département[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 6] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[110].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[111]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 6 en 1988 à 2 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 3 ha en 1988 à 142 ha en 2010[110]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Dammartin-en-Goële, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Dammartin-en-Goële entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[110],[Note 7]
Nombre d’exploitations (u) 6 4 2
Travail (UTA) 5 7 3
Surface agricole utilisée (ha) 18 155 283
Cultures[112]
Terres labourables (ha) s s s
Céréales (ha) s s s
dont blé tendre (ha) s s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) s s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) 0 s s
Élevage[110]
Cheptel (UGBTA[Note 8]) 192 152 40

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Tombeau d'Antoine de Chabannes, fondateur de la collégiale Notre-Dame.
Tympan du portail de l'église Saint-Jean-Baptiste.
La médiathèque George Sand.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La collégiale Notre-Dame, près du site du château. Construite par Antoine de Chabannes vers 1480. Classée monument historique.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste près du cimetière, date du XIe siècle ; seuls le portail, ajouté par Antoine de Chabannes et une chapelle sont anciens.
  • Près de la collégiale Notre-Dame se trouve l'entrée d'une cave dimière, c’est-à-dire un entrepôt où était stocké, sous l'Ancien Régime, le produit de la dîme.
  • La chapelle de l'ancien hospice abrite le musée géré par la Société d'histoire et d'archéologie de la Goële.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Ludothèque en Goële : cet espace de jeux pour tous les âges propose des soirées jeux ados adultes, accueil tout public et des accueils parents bébé.

Le centre social et culturel Georges-Méliès propose des ateliers d'informatique, peinture dessin arts plastiques, théâtre, anglais, soutien scolaire…

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Son œuvre Sénateurs et legats romains se trouve exposée au musée des beaux-arts de Montréal[113].

Dammartin dans la littérature[modifier | modifier le code]

« Voici Dammartin en Goële,
c'est notre France la plus belle,
c'est notre France la plus belle,
d'ici, sans l'arbre et le buisson,
je verrais ma Ferté Millon. »
  • Dammartin est mentionnée dans Sylvie de Gérard de Nerval (chapitre VI, X, XI et XIV).
  • Dammartin est également mentionnée dans les Mémoires d'Alexandre Dumas (chapitre CLIV).
  • Dammartin est citée par Claude Michelet dans son livre Histoires des paysans de France (chapitre 15).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Dammartin-en-Goële

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

fascé d'argent et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Bottineau, Société française d'archéologie, « Dammartin-en-Goële, collégiale Notre-Dame-de-l’Assomption », Congrès archéologiques de France, Paris, A. et J. Picard, vol. 174 « Monuments de Seine-et-Marne (174e session, 2008-2014, Seine-et-Marne) »,‎ , p. 121-134 (ISBN 978-2-901837-56-5)
  • Jean-Claude Corvisier, Dammartin-en-Goële et environs, vol. I : Longperrier - Othis - Rouvres, coll. Mémoire en images, Éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2001 (ISBN 2-84253-592-8).
  • Jean-Claude Corvisier, Dammartin-en-Goële et environs, vol. II : Juilly - Saint-Mard, coll. Mémoire en images, Éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2005 (ISBN 978-2-84253-893-4)
  • Jean-Claude Corvisier, Dammartin-en-Goële et environs, vol. III : 1945-1975, coll. Mémoire en images, Éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2006 (ISBN 978-2-84253-893-4)
  • Jean-Claude Corvisier, De Meaux à Dammartin-en-Goële, sur la ligne de tramway, Éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2006 (ISBN 2-84910-546-5)
  • Albert Mélaye, « Le château-fort de Dammartin, suivi de : Chronologie et généalogie des comtes de Dammartin », Comité archéologique de Senlis, Comptes-rendus et mémoires, année 1899, Senlis, Imprimerie d'Eugène Dufresne,‎ , p. 181-206 (ISSN 1162-8820, lire en ligne)
  • Jean Golinelli, Dammartin et la Goële, Presses du village, 1997, 71 p. (ISBN 978-2-84100-110-1)
  • Jean-Claude Riffaud, « Le tramway de Meaux à Dammartin », Magazine des tramways à vapeur et des secondaires (MTVS) : revue trimestrielle encyclopédique du rail départemental, Gan (64), Éditions MTVS, no 45 « Le tramway de Meaux à Dammartin »,‎ , p. 1-50 (ISSN 0150-116X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Dammartin-en-Goële », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 11 mars 2021).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les logements vacants comprennent notamment les logements neufs qui ne sont pas encore habités, ceux que leurs propriétaires laissent libres ou dans lesquels ils font réaliser des travaux, ou ceux qui sont libres entre deux ventes ou deux locations
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  6. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  7. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  8. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Localisation de Dammartin-en-Goële » sur Géoportail (consulté le 14 septembre 2018)..
  2. « Dammartin-en-Goële - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Dammartin-en-Goële » sur Géoportail..
  2. « Plan séisme consulté le 2 mai 2020 ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Thėve (H22-0500) ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Vivien (H2218200) ».
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru Courtois (H2218300) ».
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commune d'Eve (H2218350) ».
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commune de Othis (H2218500) ».
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 02 de la Commune de Othis (H2218550) ».
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 03 de la Commune de Othis (H2218600) ».
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Thieux (F6612400) ».
  11. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 22 septembre 2019
  12. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  13. « SAGE Nonette - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  14. site officiel du Syndicat Interdépartemental du SAGE de la Nonette
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  16. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  17. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  18. « Orthodromie entre Dammartin-en-Goële et Creil », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  19. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  20. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  21. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  22. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Dammartin-en-Goële », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  23. « Liste des ZNIEFF de la commune de Dammartin-en-Goële », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  24. « Liste des espaces protégés sur la commune de Dammartin-en-Goële », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  25. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  26. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  27. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  28. « Unité urbaine 2020 de Dammartin-en-Goële », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  29. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  30. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  31. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  32. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  33. Site territoires-fr.fr consulté le 14 septembre 2018 sous le code commune 77153
  34. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  35. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  36. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  37. « Le SCOT Roissy Pays de France », sur www.roissypaysdefrance.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  38. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  39. Tableaux LOG T2 et LOG T7, Recensement général de la population 2017, document mentionné en liens externes.
  40. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 29 avril 2020
  41. Hendrik Delaire, « Dammartin-en-Goële : une pétition et deux défections dans la majorité contre un nouveau projet immobilier : L’adjoint au maire en charge des finances et le conseiller municipal à la communication ont rendu leur délégation pour protester contre un nouveau projet immobilier de 106 logements sociaux », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « Le maire Michel Dutruge (LR) ne souhaite commenter ni les défections, ni la pétition. Il a néanmoins rappelé, vendredi dernier, lors de l'inauguration de la résidence Saint-Leu de 24 logements sociaux du bailleur Picardie Habitat, les obligations de la loi relative à la solidarité et au renouvellement (SRU). « La commune est tenue d'atteindre 25 % de logements sociaux d'ici 2025 ».
  42. Justin Teste, « Seine-et-Marne. En manque de logements sociaux, Dammartin-en-Goële doit payer 200 000€ d'amende : La mairie de Dammartin-en-Goële va devoir s'acquitter d'une amende de 200 000 € pour non-respect des quotas de logements sociaux, dicté par la loi SRU », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  43. Cartulaire Saint-Leu d'Esserent, p. 2.
  44. Cartulaire Saint-Leu d'Esserent, p. 18.
  45. a b et c Archives de l'Oise, H 249.
  46. Archives nationales, S 5186, fol. 21.
  47. a et b Archives nationales, S 1422.
  48. Archives nationales, S 104, n° 10.
  49. Archives nationales, S 104, n° 5.
  50. Bibl. nat., Picardie 314, n° 33.
  51. Archives nationales, K 1169a.
  52. Cartulaire Saint-Martin de Pontoise, p. 211.
  53. Joinville, ap. Histor. France, XX, p. 200.
  54. Archives de l'Oise, H 250.
  55. a et b Archives nationales, S 2300, n° 1.
  56. Monstrelet, II, p. 405.
  57. Archives nationales, S 1001.
  58. Archives de la Seine-et-Marne, H 628.
  59. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 178.
  60. a et b « Dammartin-en-Goële », sur site des « Amis de Dame Martin » (consulté le 4 novembre 2009).
  61. Philippe Thuillot, Les châtellenies au nord du Bassin parisien, du Xe au XIIIe siècles : étude sur les cadres institutionnels et les lieux de pouvoir, sur la société aristocratique.
  62. a et b dom Toussaint Du Plessis, Histoire de l'église de Meaux, t. 2, Paris, (lire en ligne), p. 261.
  63. a et b « Coups de feu et prise d'otage en France: suivi minute par minute », RTS Info, Radio télévision suisse « Minute par minute »,‎ (lire en ligne)
    « Les hommes du RAID et du GIGN poursuivent vendredi la traque des deux auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo à Paris. Des coups de feu ont été entendus sur la nationale 2 au nord-est de Paris. Une prise d'otages est en cours dans une entreprise. La prise d'otages a lieu rue Clément Ader, dans la zone industrielle de Dammartin-en-Goële, où se situe une imprimerie appelée Création, tendance et découverte, selon France TV Info et Le Monde. L'identité des deux frères poursuivis a été confirmée. Il s'agit de deux djihadistes français. Le niveau maximum d'alerte antiterroriste a été décrété pour toute la région Picardie. »
    .
  64. Dammartin : les frères Kouachi tués dans l'assaut du GIGN, l'otage indemne - Le Parisien du 9 janvier 2015.
  65. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  66. par arrêté des préfets de Seine-et-Marne et du Val d'Oise
  67. Résultats officiels pour la commune Dammartin-en-Goële
  68. Hendrik Delaire, « Municipales à Dammartin-en-Goële : quatre candidats sur la ligne de départ : Le maire sortant Michel Dutruge (LR) brigue un nouveau mandat. Il trouvera face lui son prédécesseur et principal opposant, Stéphane Jabut (PS), et aussi son ex-premier adjoint, Jean-Pierre Mateo (SE), et Sylvian Messiaen (SE), qui a récemment quitté la majorité », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  69. Pierre Barboteau, « Municipales 2020. Michel Dutruge (LR), maire de Dammartin-en-Goële, décide de se représenter : Alors qu'il avait annoncé sa non-candidature aux élections municipales de 2020, Michel Dutruge (LR), maire de Dammartin, est revenu sur sa décision. Il se relance en campagne », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  70. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Seine-et-Marne (77) - Dammartin-en-Goële », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 25 mai 2020).
  71. Justin Teste, « Seine-et-Marne. Sylvain Messiaen soutenu par Europe-Ecologie pour le second tour à Dammartin-en-Goële : Sylvain Messiaen, qui a terminé 3e lors du premier tour avec 25% des voix, vient d'être soutenu par Europe Ecologie Les Verts pour le second tour de l'élection municipale », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « L’ancien adjoint au budget se dit « satisfait de cette annonce, qui vient donner encore plus de crédibilité écologique à son programme ».
  72. Justin Teste, « Seine-et-Marne. Michel Dutruge, Sylvain Messiaen ... les dessous des recours contre l'élection municipale de Dammartin-en-Goële : La campagne de Dammartin-en-Goële a été musclée dans les mots. Dans les actes, de nombreuses irrégularités ont été notées. Trois recours ont été déposés, dont un hors-délai », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2021).
  73. Justin Teste, « L'actuel maire de Dammartin-en-Goële visé par une plainte déposée par... l'ancien maire : Stéphane Jabut a porté plainte contre le maire de Dammartin-en-Goële, Michel Dutruge et Sylvain Messiaen, également candidat aux municipales », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2021) « Stéphane Jabut, ex-maire (2012-2014) et conseiller d’opposition (2014-2020), a déposé plainte contre le maire de la commune, Michel Dutruge et Sylvain Messiaen. Il leur reproche le financement de publications sponsorisées sur les réseaux sociaux pendant la campagne des dernières élections municipales. Il a déjà été auditionné par la police ».
  74. Lilian Pouyaud, « Le maire de Dammartin-en-Goële risque d'être inéligible pendant 18 mois : Vendredi 12 février 2021, les comptes de campagne du maire de Dammartin-en-Goële étaient étudiés par le tribunal administratif de Melun. L'édile risque 18 mois d'inéligibilité », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2021).
  75. Hendrik Delaire, « Dammartin-en-Goële : Michel Dutruge, réélu maire en juin, condamné à un an d’inéligibilité : Le tribunal administratif de Melun a condamné le maire réélu fin juin 2020 à un an d’inéligibilité et annulé son élection pour non-présentation de ses comptes de campagne », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2021) « Malgré nos nombreuses sollicitations, ce dernier n'a pas commenté cette décision ou précisé s'il faisait appel. Il dispose de quinze jours à compter de la notification pour faire appel de la décision devant le Conseil d'Etat. S'il ne le fait pas ou si son recours n'est pas suspensif, le conseil municipal devra se réunir dans les huit jours pour élire un maire en son sein ».
  76. a et b Faustine Léo, « Dammartin-en-Goële: Vincent Clavier succède à Michel Dutruge, maire déclaré inéligible : Désigné par Michel Dutruge (LR) comme son successeur, Vincent Clavier (DVD) doit déjà composer avec la scission de son groupe. Son adversaire ce samedi était en effet un adjoint de l’ancien conseil municipal », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2021).
  77. « Les maires de Dammartin-en-Goële », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 11 mars 2021).
  78. « Monique Papin, maire de Dammartin, a démissionné », Roissy Mail,‎ (lire en ligne).
  79. « La maire a passé la main à Stéphane Jabut (PS) », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « Celui qui était premier adjoint depuis quatre ans a été élu par le conseil municipal avec dix-neuf voix. Michel Dutruge, le leader de l'opposition, a totalisé six voix tandis que trois nuls ont été enregistrés (...) Monique Papin reste au conseil, chargée de l'urbanisme ».
  80. Pierre Veille, « Dammartin-en-Goële. Un couac pour l'agrandissement de la gendarmerie : Le dernier conseil municipal, lundi 12 février, a encore une fois donné lieu à une série de passes d'armes entre le maire et l'opposition », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « La préfecture a bloqué le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique (Sivu) engagé par la commune avec Longperrier et Saint-Mard ».
  81. Anaïs Bernard, « Dammartin-en-Goële. La police municipale rejoint Roissy pays de France : L'avenir de la police municipale de Dammartin fait l'objet de beaucoup de spéculations. Les élus ont annoncés sont intégration à la police intercommunale de Roissy pays de France », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  82. Lilian Pouyaud, « La police intercommunale de Roissy-Pays de France se dote de caméras piéton : D'ici la fin du premier semestre 2021, les agents de la police intercommunale de Roissy-Pays de France seront dotés de caméras piéton », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « La police intercommunale de Roissy-Pays de France intervient dans les communes suivantes en Seine-et-Marne et du Val d’Oise : Chennevières-lès-Louvres, Dammartin-en-Goële, Épiais-lès-Louvres, Fontenay-en-Parisis, Le Mesnil-Amelot, Le Thillay, Longperrier, Louvres, Marly-la-Ville, Mauregard, Mitry-Mory, Moussy-le-Neuf, Puiseux-en-France, Roissy-en-France, Survilliers, Thieux et Villeron ».
  83. « Vidéoprotection : plus de 30 caméras sont prêtes à fonctionner : À Dammartin-en-Goële, 33 caméras de vidéoprotection vont être mises en service dans les jours à venir. Leur installation était vivement souhaitée par la municipalité », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  84. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  85. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  86. a b et c « Commune de Dammartin-en-Goële - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  87. « CA Roissy Pays de France - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  88. « CA Roissy Pays de France - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  89. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  90. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  91. « CA Roissy Pays de France - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  92. « Nom des habitants des communes françaises », sur www.habitants.fr (consulté le 10 septembre 2009).
  93. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  94. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  95. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  96. « Évolution et structure de la population à Dammartin-en-Goële en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010).
  97. « Résultats du recensement de la population de Seine-et-Marne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010).
  98. « Les écoles », sur site de la mairie de Dammartin-en-Goële (consulté le 4 novembre 2009).
  99. « Bienvenue au collège de l'Europe », sur site de l'académie de Créteil (consulté le 4 novembre 2009).
  100. Anaïs Bernard, « Dammartin-en-Goële. Stop aux inscriptions pour rien au centre de loisirs : Jeudi 28 juin, le conseil municipal s'est réuni à Dammartin-en-Goële. Certains points à l'ordre du jour ont fait l'objet de débats entre l'opposition et la majorité », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  101. Pierre Veille, « Dammartin-en-Goële. La gestion communale fait baisser les prix de la ludothèque : La ville de Dammartin-en-Goële a repris la gestion de la ludothèque de la commune. Avec ce passage dans le giron municipal, les tarifs des abonnements vont fortement baisser », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  102. « Une plus grande ouverture pour les dix ans du cybercentre de Plaine et Monts de France : Le cybercentre de la communauté de communes fête ses dix ans. Pour son anniversaire, des expositions, animations et conférences sont prévues, à Dammartin, Oissery et Villeparisis », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  103. Pierre Barboteau, « Dammartin-en-Goële : prêts pour la fête de la Corbie ? : La fête de la Corbie fait son retour à Dammartin-en-Goële, samedi 25 mai au parc de la Corbie. Cette année, les animations ne manquent pas », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « Traditionnel rendez-vous du mois de mai dans la commune dammartinoise, la fête de la Corbie est devenue incontournable au fil des années ».
  104. « Foire à la pomme : une centaine d'exposants attendus : La traditionnelle Foire à la pomme de Dammartin-en-Goële est prévue ce weekend », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « Sur l’esplanade du château de Dammartin-en-Goële, le comité des fêtes organise ce weekend sa traditionnelle Foire à la pomme, en partenariat avec la commune. Ce rendez-vous marque le début des compotes faites maison ! ».
  105. Pierre Barboteau, « Dammartin-en-Goële : un gymnase au complexe Roland Moriceau ? : Un nouveau gymnase pourrait être construit dans la ville de Dammartin-en-Goële, après que celui du centre-ville a fermé en janvier dernier », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « Pour rappel, le 12 novembre 2018, le groupement de prévention du SDIS de Seine-et-Marne a effectué une commission de sécurité du gymnase Maurice Lerozier et a émis un avis défavorable. Le groupe de visite a pu constater des désordres sur les pieds de jambes de force en bois fortement dégradés et avait demandé une évaluation par un organisme agréé de l’État des structures en matière de solidité ».
  106. Pierre Barboteau, « Dammartin-en-Goële : il y aura bien un gymnase au complexe Roland-Moriceau : Un nouveau gymnase va se construire à Dammartin-en-Goële au complexe Roland-Moriceau. Le sujet a fait l'objet d'un long débat lors du dernier conseil municipal, mercredi 2 mai », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021) « La Ville souhaite obtenir une subvention de la part du Conseil régional pour ce projet dont le coût est estimé à 1 000 000 € HT. Le gymnase sera construit sur le complexe sportif Roland-Moriceau, près des terrains de football ».
  107. Justin Teste, « Seine-et-Marne. 25 professionnels de santé prennent place dans le nouveau pôle de Dammartin-en-Goële : Depuis le 1er septembre, le pôle santé de Dammartin-en-Goële a ouvert ses portes. 25 professionnels de santé ont pris place à l'intérieur », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  108. Justin Teste, « Seine-et-Marne. Une micro-crèche va ouvrir ses portes à Dammartin-en-Goële : Julie Chaleard va ouvrir une nouvelle micro-crèche "La cabane des p'tits Dodis" à Dammartin-en-Goële. Un projet travaillé depuis deux ans, qui verra le jour au printemps 2021 », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021).
  109. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'Insee (consulté le 9 septembre 2009).
  110. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Dammartin-en-Goële », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 janvier 2021).
  111. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).
  112. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Dammartin-en-Goële », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 26 janvier 2021).
  113. « MBAM: s'éblouir avec les oreilles », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020).