Fouju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fouju
Fouju
Mairie de Fouju.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Arrondissement de Melun
(Melun)
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux
Maire
Mandat
Michel Decraene
2014-2020
Code postal 77390
Code commune 77195
Démographie
Population
municipale
578 hab. (2016 en augmentation de 2,85 % par rapport à 2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 05″ nord, 2° 46′ 36″ est
Superficie 7,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouju

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouju

Fouju est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Forjaviens.

Géographie[modifier | modifier le code]

À côté de Fouju se trouve Blandy-les-Tours et son château fort ; et un peu plus loin se trouve le château de Vaux-le-Vicomte et l'abbatiale de Champeaux.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

FOUJU (FOUJUCIUM)

La seigneurie et terre de Fouju dépendait du chapitre de la collégiale de Champeaux.

Au lieu-dit Blaisy était un fief qui appartenait à un chanoine et chantre de Champeaux, Simon de Blaisy. Il légua ses terres au chapitre, en 1426. Ce dernier les donna à bail aux familles de Compreny et d'Antoine Ribault notamment.

Au lieu-dit Villebelin était un autre fief, que la maison de Villebelin administra plusieurs siècles en payant ses dîmes au chapitre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de Fouju se compose d’un cours d'eau : le fossé 01 de Beaumont, 1,3 km[1].

Sa longueur linéaire globale sur la commune est de 0,02 km[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fouju était à son origine qu’un hameau de la paroisse de Champeaux.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Major de Fajuleio en 1171[3] ; Fougueh en 1209[4] ; Villa de Foiocio en 1221[5] ; Apud Foiuch en 1224[6] ; Fojucium au XIIIe siècle (Pierre tombale à Champeaux)[7] ; La ville de Fouju en 1501[8] ; Fojuch lez Champeaux en Brie en 1502[9] ; Ecclesia de Foujuchiis en 1525[10] ; Fojeu en 1539[11] ; Foujue en 1642[12] ; Foujut[13] et Foujeu en 1669[14] ; Foujoue Vicomptesse en 1696[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1789, Fouju, est un hameau de la commune de Champeaux, il n’est éloigné de ce bourg que d’une demi-lieue du côté du couchant.
Il paraît que l’église de Fouju avait été comme une seconde paroisse de Champeaux, laquelle fut desservie par le clergé de ce lieu jusqu’à ce que Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, la détachât tout à fait de Champeaux quoique pour rester toujours à la présentation du Chapitre. Cet évêque ajoute dans la Charte de cette distraction donnée en 1242, que le logis qu’avait à Champeaux le prêtre destiné pour la desserte de Fouju appartiendrait au même chapitre et qu’il y aurait des fonts et des saintes huiles sans que par la suite les habitants fussent obligés de recourir à Champeaux. Toujours est-il certain par la bulle d’Innocent III d’environ l’an 1130 et par le catalogue des églises dépendantes de Champeaux en 1212 qu’il n’y avait point alors d’église à Fouju. Au reste le bâtiment du chœur de cette église, d’une médiocre grandeur est du XIIIe siècle comme l’indique son architecture et quelques vitrages ce qui s’accorde avec la charte de l’an 1242. Mais il peut n’avoir été construit qu’à la fin de ce siècle en place de celui qui aurait existé du temps de Saint Louis. L’église accompagnée d’une tour avait autrefois une grosse et nombreuse sonnerie. Il n’y a aucune tombe du XIIIe siècle à moins qu’on ne donne à ce siècle cette inscription d’une tombe qui contenait ces termes Fouju

Histoire locale 1° Avant 1789

Chapitre 1er

L’église accompagnée d’une tour avait autrefois une grosse et nombreuse sonnerie. Il n’y a aucune tombe du XIIIe siècle à moins qu’on ne donne à ce siècle cette inscription d’une tombe qui contenait ces termes

Cy gist Mons Sire Briart Chevalier, Conseiller du Roy notre Sire qui trépassa l’an de grâce MCCC….

Autres Cy Gist Madame Jehanne De Quincy Femme jadis Monsr Siroy Briart, Chevalier, Conseiller du Roy notre Sire, qui trépassa l’an de grâce MCCCXLIII Le dernier jour de Mars.


On y voyait encore mieux une autre tombe de la même famille de Briart, vêtu de long, lequel avait à ses pieds quatre fils, vêtus aussi de long et étendus de leur longueur On n’y pouvait lire autre chose, sinon ces mots : Jehannette, sa femme….. L’un des deux écussons était….. en deux bandes, dans l’autre était un lion grimpant. Il y avait aussi en ce lieu l’épitaphe de Nicolas de Durand, écuyer Sr de Vilbin, décédé en 1632.

Sainte Marie Madeleine est patronne de cette église.

Le jour de sa fête, le Chapitre de Champeaux y allait officier suivant qu’il avait été réglé par arrêt. Dans le pouillé parisien du XVe siècle, le curé de Fouuchus était marqué avoir 15 livres de revenu.


Dans des prescriptions annotées le 3 octobre 1481 sur la présentation du Chapitre, il était spécifié qu'elle avait été faite directement à l’évêque.

Abaque representatione…Archidiacum


À l’égard du nombre de feux qui composaient le village de Fouju en 1709 et en 1745, le démembrement de l’élection de Melun, le marquait à 35 (aujourd’hui 276 habitants).

Ce fut dans le cours du XIIIe siècle que le Chapitre de Champeaux fit l’acquisition des dixmes de Fouju. D’abord la moitié en 1245 d’Henry, prêtre de Boissise Bertin, d’Isabelle fille de Marie de Primilcio et de Mathieu et Simon ses enfants. L’autre moitié en 1249 de Simon de Jumelles, archidiacre de Blois en l’église de Chartres qu’il avait acheté d’Ermesinde de Mevoisin ainsi que le certifièrent Jean de Lungny et son frère, écuyer, fils d’Odon de Longny, et Henry, seigneur et curé de Grigny. Il y avait sur la paroisse de Fouju, un fief dit Vileblin (Villeblin) qui appartenait à l’église de Champeaux, au moins dès le commencement du même siècle puisque l’évêque de Paris, Eudes de Sully en partagea en 1208 les mêmes dixmes entre le prévôt et le Chapitre. Vers le milieu de ce siècle, Aubert, Seigneur d’Andrezel et Jeanne sa femme s’étaient emparés de ce fief, mais ils en firent la restitution en 1285, dans le temps de leur vieillesse. Il avait avant la Révolution, un château qui était détaché du village et situé au nord est. Le possesseur devait foi et hommage au Chapitre de Champeaux et promettre qu’on baisserait le pont-levis pour que les chanoines y entrent. L’affiche de ce fief faite en 1748 fait mention de ce pont-levis, ajoutant qu’il n’a point de justice ni de censive, ni droit de chasse, mais seulement que le possesseur à un banc distingué dans l’Église et droit de recevoir le pain bénit après le seigneur patron de la paroisse. Simon de Chambly, chanoine et chantre de Champeaux, avait laissé au Chapitre, sa maison de la Tournelle et ses dépendances sises dans Fouju, même en roture. Le Chapitre l’a vendu en 1246 à Jean de Blézy qui l’érigea en fief, avec.son hôtel de Blézy, situé sur la même paroisse à la charge d’en payer la dixme, de cent huit gerbes.

Blézy avait un parc dont une partie subsiste encore. Sur l’emplacement de cet hôtel a été établie une ferme qui est aujourd’hui encore complètement entourée de fossés larges de dix à douze mètres. Ce lieu de Fouju figure avec distinction sur une tombe de la Collégiale, pour avoir donné naissance à un nommé Estienne qui paraît selon la tenue de son épitaphe avoir été un saint homme et versé dans la jurisprudence. Cette inscription qui est en capitales du XIIIe siècle commence ainsi : Foujucii lumen pietatis gemma etc.

Villeblain, seul écart de cette commune est maintenant une ferme importante. Elle renfermait vers 1830 une jolie maison bourgeoise attenante et un parc de 7 ou 8 arpents.

Essais historiques par Michelin 1831

Monographie de l'instituteur : L Mouteau (extrait de la monographie en ligne des archives de Seine-et-Marne)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1942 1944 Maurice Gibert   Agriculteur, Président du comité départemental des céréales
Administrateur de l'office national du blé
1989 2014 Jean-Pierre Biaggini PS Chef de service éducatif
2014 En cours Michel Decraene   Chargé de missions

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2016, la commune comptait 578 habitants[Note 1], en augmentation de 2,85 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260280272259276233230233218
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
239243251278260274276246240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224223222205218231249298282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
260271274357551523489484579
2016 - - - - - - - -
578--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie-Madeleine de Fouju.

Église Saint-Marie-Madeleine avec nef à charpente et poutres moulurées.

L'église, construite au XIIIe siècle, a été reconstruite en 1587. La date est sur un des piliers du chœur. La partie supérieure du clocher, menaçant ruine, fut abattue en 1810. Il existe une cloche qui remonte à 1614.

On relève, dans l'église cinq pierres tombales, du XIVe au XVIIe siècle. Le retable est sculpté de guirlandes et de fleurs avec un Père Eternel bénissant. –

Elle contient une vierge de bois du XVIe siècle, une statue de saint Jean du 16e également, un retable d'autel du XVIIe siècle, ainsi qu'une toile représentant une toile de l'Annonciation du XVIIe siècle et un bras-reliquaire de 1613.

L'église a été réunie à Champeaux pour le culte en 1808.

Sources : Histoire générale illustrée des départements... Seine-et-Marne... Auteur : Pignard-Péguet, Maurice Éditeur : A. Gout (Orléans) Date d'édition : 1911 Type : monographie imprimée

Économie[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri de Vilernes, écuyer, et son épouse demoiselle Alix.
  • Christophe de Campremy, écuyer.
  • Jean de Blaisy, écuyer, seigneur de Villecomte, a inféodé un hôtel sis sur Fouju (grange, colombier, bergeries, cour, étables, jardins et masures).
  • Antoine Sayve, écuyer, seigneur du Pré lez Chartrettes (fief des Tournelles).
  • Aubert, écuyer, sire d'Andrezel, et Jeanne, sa femme, du fief de Villeblin.
  • N. Briart, conseiller du roi mort en 1343, et sa femme Jeanne de Quincy.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Événements[modifier | modifier le code]

Fête communale le deuxième dimanche de juin et fête patronale le 1er dimanche de juin.

Références et sources[modifier | modifier le code]

  • Histoire générale illustrée des départements... Seine-et-Marne... Auteur : Pignard-Péguet, Maurice, Éditeur : A. Gout (Orléans), 1911, monographie imprimée (Bnf)
  • abbé Jean Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, tome XV (Bnf)
  • Bulletin de la société d'archéologie de Brie-Comte-Robert (Bnf)
  • Monographie de l'instituteur, L. Mouteau (Archives de Seine-et-Marne)
  • Louis Michelin, Essais historiques et statistiques sur le département de Seine-et-Marne, pages 495 à 497 (Google Livres)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fossé 01 de Beaumont »
  2. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 1 juillet 2018
  3. Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 8 v°.
  4. Archives nationales, S 1344, n° 11.
  5. Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 4.
  6. Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 19.
  7. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 235.
  8. Inv. de Champeaux, p. 100.
  9. Archives de Chantilly, CA 34.
  10. Pouillés de Sens, 427.
  11. Archives de la Seine-et-Marne, G 160, fol. 5.
  12. Archives nationales, T 1648.
  13. Arch. nat., Q1 1403.
  14. Archives nationales, Q1 1406.
  15. Archives nationales, S 3304.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

http://blandy.lestours.free.fr/fouju/fouju1.htm

  • [néant]