Fouju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fouju
Fouju
La mairie.
Blason de Fouju
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Melun
Intercommunalité Communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux
Maire
Mandat
Jonathan Wochenmayer
2020-2026
Code postal 77390
Code commune 77195
Démographie
Gentilé Forjaviens
Population
municipale
575 hab. (2019 en diminution de 2,21 % par rapport à 2013)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 05″ nord, 2° 46′ 36″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 99 m
Superficie 7,81 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nangis
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouju
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouju
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Fouju
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Fouju
Liens
Site web fouju.fr

Fouju est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Localisation dans le département de Seine-et-Marne.
Localisation dans le département de Seine-et-Marne.
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : localisation dans le département de Seine-et-Marne. ; 2 : avec les communes environnantes.

La commune est située à environ 21,5 kilomètres par la route[1],[Note 1] à l’est de Nangis[Carte 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Andrezel, Champeaux, Blandy, Moisenay, Crisenoy

Communes limitrophes de Fouju
Crisenoy Andrezel Champeaux
Crisenoy Fouju Champeaux
Crisenoy Moisenay Blandy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 84 mètres à 99 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 95 mètres d'altitude (mairie)[2]. Elle est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Fouju.

Le réseau hydrographique de Fouju se compose d’un seul cours d'eau référencé : le fossé 01 de Beaumont, canal de 1,34 km[4], qui se jette dans l'Almont.

Sa longueur totale sur la commune est de 20 mètres[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,7 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,3 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 705 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 0,6 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,1 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[7]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[6]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[8]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[10] à 11,6 °C pour 1991-2020[11].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[12],[13],[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fouju est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[18],[19].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 28 lieux-dits administratifs[Note 5] répertoriés[20].

Au lieu-dit Blaisy était un fief qui appartenait à un chanoine et chantre de Champeaux, Simon de Blaisy. Il légua ses terres au chapitre, en 1426. Ce dernier les donna à bail aux familles de Compreny et d'Antoine Ribault notamment.

Au lieu-dit Villebelin était un autre fief, que la maison de Villebelin administra plusieurs siècles en payant ses dîmes au chapitre.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (91,5 %), mines, décharges et chantiers (4,3 %), zones urbanisées (4,2 %)[21].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[22],[23],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[24]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 225 dont 99,1 % de maisons et 0,9 % d’appartements.

Parmi ces logements, 93,8 % étaient des résidences principales, 1,5 % des résidences secondaires et 4,8 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 91 % contre 8,1 % de locataires et 1 % logés gratuitement[25],[Note 6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est proche de l'autoroute A5 (échangeur no 15 Saint Germain-Laxis à environ 4 km).

Transports[modifier | modifier le code]

La gare SNCF la plus proche est la Gare de Verneuil-l'Étang, située à environ 9,5 kilomètres. Elle est desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Est (ligne P).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fouju était à son origine qu’un hameau de la paroisse de Champeaux.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Major de Fajuleio en 1171[26] ; Fougueh en 1209[27] ; Villa de Foiocio en 1221[28] ; Apud Foiuch en 1224[29] ; Fojucium au XIIIe siècle (Pierre tombale à Champeaux)[30] ; La ville de Fouju en 1501[31] ; Fojuch lez Champeaux en Brie en 1502[32] ; Ecclesia de Foujuchiis en 1525[33] ; Fojeu en 1539[34] ; Foujue en 1642[35] ; Foujut[36] et Foujeu en 1669[37] ; Foujoue Vicomptesse en 1696[38].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie et terre de Fouju (Foujucium) dépendait du chapitre de la collégiale de Champeaux.

En 1789, Fouju, est un hameau de la commune de Champeaux, il n’est éloigné de ce bourg que d’une demi-lieue du côté du couchant.

Il paraît que l’église de Fouju avait été comme une seconde paroisse de Champeaux, laquelle fut desservie par le clergé de ce lieu jusqu’à ce que Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, la détachât tout à fait de Champeaux quoique pour rester toujours à la présentation du Chapitre. Cet évêque ajoute dans la Charte de cette distraction donnée en 1242, que le logis qu’avait à Champeaux le prêtre destiné pour la desserte de Fouju appartiendrait au même chapitre et qu’il y aurait des fonts et des saintes huiles sans que par la suite les habitants fussent obligés de recourir à Champeaux. Toujours est-il certain par la bulle d’Innocent III d’environ l’an 1130 et par le catalogue des églises dépendantes de Champeaux en 1212 qu’il n’y avait point alors d’église à Fouju. Au reste le bâtiment du chœur de cette église, d’une médiocre grandeur est du XIIIe siècle comme l’indique son architecture et quelques vitrages ce qui s’accorde avec la charte de l’an 1242. Mais il peut n’avoir été construit qu’à la fin de ce siècle en place de celui qui aurait existé du temps de Saint Louis. L’église accompagnée d’une tour avait autrefois une grosse et nombreuse sonnerie. Il n’y a aucune tombe du XIIIe siècle à moins qu’on ne donne à ce siècle cette inscription d’une tombe qui contenait ces termes Fouju

Histoire locale 1° Avant 1789

Chapitre 1er

L’église accompagnée d’une tour avait autrefois une grosse et nombreuse sonnerie. Il n’y a aucune tombe du XIIIe siècle à moins qu’on ne donne à ce siècle cette inscription d’une tombe qui contenait ces termes

Cy gist Mons Sire Briart Chevalier, Conseiller du Roy notre Sire qui trépassa l’an de grâce MCCC….

Autres Cy Gist Madame Jehanne De Quincy Femme jadis Monsr Siroy Briart, Chevalier, Conseiller du Roy notre Sire, qui trépassa l’an de grâce MCCCXLIII Le dernier jour de Mars.

On y voyait encore mieux une autre tombe de la même famille de Briart, vêtu de long, lequel avait à ses pieds quatre fils, vêtus aussi de long et étendus de leur longueur On n’y pouvait lire autre chose, sinon ces mots : Jehannette, sa femme….. L’un des deux écussons était….. en deux bandes, dans l’autre était un lion grimpant. Il y avait aussi en ce lieu l’épitaphe de Nicolas de Durand, écuyer Sr de Vilbin, décédé en 1632.

Sainte Marie Madeleine est patronne de cette église.

Le jour de sa fête, le Chapitre de Champeaux y allait officier suivant qu’il avait été réglé par arrêt. Dans le pouillé parisien du XVe siècle, le curé de Fouuchus était marqué avoir 15 livres de revenu.

Dans des prescriptions annotées le 3 octobre 1481 sur la présentation du Chapitre, il était spécifié qu'elle avait été faite directement à l’évêque.

Abaque representatione…Archidiacum

À l’égard du nombre de feux qui composaient le village de Fouju en 1709 et en 1745, le démembrement de l’élection de Melun, le marquait à 35 (aujourd’hui 276 habitants).

Ce fut dans le cours du XIIIe siècle que le Chapitre de Champeaux fit l’acquisition des dixmes de Fouju. D’abord la moitié en 1245 d’Henry, prêtre de Boissise Bertin, d’Isabelle fille de Marie de Primilcio et de Mathieu et Simon ses enfants. L’autre moitié en 1249 de Simon de Jumelles, archidiacre de Blois en l’église de Chartres qu’il avait acheté d’Ermesinde de Mevoisin ainsi que le certifièrent Jean de Lungny et son frère, écuyer, fils d’Odon de Longny, et Henry, seigneur et curé de Grigny. Il y avait sur la paroisse de Fouju, un fief dit Vileblin (Villeblin) qui appartenait à l’église de Champeaux, au moins dès le commencement du même siècle puisque l’évêque de Paris, Eudes de Sully en partagea en 1208 les mêmes dixmes entre le prévôt et le Chapitre. Vers le milieu de ce siècle, Aubert, Seigneur d’Andrezel et Jeanne sa femme s’étaient emparés de ce fief, mais ils en firent la restitution en 1285, dans le temps de leur vieillesse. Il avait avant la Révolution, un château qui était détaché du village et situé au nord est. Le possesseur devait foi et hommage au Chapitre de Champeaux et promettre qu’on baisserait le pont-levis pour que les chanoines y entrent. L’affiche de ce fief faite en 1748 fait mention de ce pont-levis, ajoutant qu’il n’a point de justice ni de censive, ni droit de chasse, mais seulement que le possesseur à un banc distingué dans l’Église et droit de recevoir le pain bénit après le seigneur patron de la paroisse. Simon de Chambly, chanoine et chantre de Champeaux, avait laissé au Chapitre, sa maison de la Tournelle et ses dépendances sises dans Fouju, même en roture. Le Chapitre l’a vendu en 1246 à Jean de Blézy qui l’érigea en fief, avec.son hôtel de Blézy, situé sur la même paroisse à la charge d’en payer la dixme, de cent huit gerbes.

Blézy avait un parc dont une partie subsiste encore. Sur l’emplacement de cet hôtel a été établie une ferme qui est aujourd’hui encore complètement entourée de fossés larges de dix à douze mètres. Ce lieu de Fouju figure avec distinction sur une tombe de la Collégiale, pour avoir donné naissance à un nommé Estienne qui paraît selon la tenue de son épitaphe avoir été un saint homme et versé dans la jurisprudence. Cette inscription qui est en capitales du XIIIe siècle commence ainsi : Foujucii lumen pietatis gemma etc.

Villeblain, seul écart de cette commune est maintenant une ferme importante. Elle renfermait vers 1830 une jolie maison bourgeoise attenante et un parc de 7 ou 8 arpents.

Essais historiques par Michelin 1831

Monographie de l'instituteur : L Mouteau (extrait de la monographie en ligne des archives de Seine-et-Marne)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1942 1944 Maurice Gibert   Agriculteur, Président du comité départemental des céréales
Administrateur de l'office national du blé
1989 2014 Jean-Pierre Biaggini PS Chef de service éducatif
2014 2020 Michel Decraene   Chargé de missions
2020 En cours Jonathan Wochenmayer    

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [39],[40].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Fouju est assurée par la communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [41],[42],[43].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[44]. La communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[41],[45].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) qui en a délégué la gestion à l'entreprise Veolia, dont le contrat expire le [41],[46].

Population et société[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[47]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[48].

En 2019, la commune comptait 575 habitants[Note 7], en diminution de 2,21 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260280272259276233230233218
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
239243251278260274276246240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224223222205218231249298282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
260271274357551523489484579
2017 2019 - - - - - - -
575575-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre de ménages fiscaux[Note 8] de la commune était de 210, représentant 613 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 820 euros[51].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total d’emplois dans la zone était de 61, occupant 280 actifs résidants (dont 16,7 % dans la commune de résidence et 83,3 % dans une commune autre que la commune de résidence).

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 73,2 % contre un taux de chômage de 3,4 %. Les 23,4 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,5 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 8,5 % de retraités ou préretraités et 5,3 % pour les autres inactifs[52].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , le nombre d’unités légales et d’établissements (activités marchandes hors agriculture) par secteur d'activité était de 27 dont 5 dans la construction, 7 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 2 dans l’Information et communication, 4 dans les activités immobilières, 3 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 1 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 5 étaient relatifs aux autres activités de services[53].

En 2020, 7 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 6 individuelles.

Au , la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[54].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fouju est dans la petite région agricole dénommée la « Brie française », (ou Basse-Brie), une partie de la Brie autour de Brie-Comte-Robert[Carte 5]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 9] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[55].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[56]. Cette tendance n'est pas confirmée au niveau de la commune qui voit le nombre d'exploitations rester constant entre 1988 et 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 127 ha en 1988 à 182 ha en 2010[55]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Fouju, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Fouju entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[55],[Note 10]
Nombre d’exploitations (u) 5 4 5
Travail (UTA) 16 10 8
Surface agricole utilisée (ha) 635 566 912
Cultures[57]
Terres labourables (ha) 634 566 912
Céréales (ha) 416 357 595
dont blé tendre (ha) 276 295 309
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 128 s 83
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) s s 177
Élevage[55]
Cheptel (UGBTA[Note 11]) 0 0 0

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux remarquables[modifier | modifier le code]

La commune ne compte pas de monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques (Base Mérimée)[58].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie-Madeleine de Fouju.
  • Église Saint-Marie-Madeleine avec nef à charpente et poutres moulurées :

L'église, construite au XIIIe siècle, a été reconstruite en 1587. La date est sur un des piliers du chœur. La partie supérieure du clocher, menaçant ruine, fut abattue en 1810. Il existe une cloche qui remonte à 1614.

On relève, dans l'église cinq pierres tombales, du XIVe au XVIIe siècle. Le retable est sculpté de guirlandes et de fleurs avec un Père Eternel bénissant. –

Elle contient une vierge de bois du XVIe siècle, une statue de saint Jean du 16e également, un retable d'autel du XVIIe siècle, ainsi qu'une toile représentant une toile de l'Annonciation du XVIIe siècle et un bras-reliquaire de 1613.

L'église a été réunie à Champeaux pour le culte en 1808.

Sources : Histoire générale illustrée des départements... Seine-et-Marne... Auteur : Pignard-Péguet, Maurice Éditeur : A. Gout (Orléans) Date d'édition : 1911 Type : monographie imprimée

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri de Vilernes, écuyer, et son épouse demoiselle Alix.
  • Christophe de Campremy, écuyer.
  • Jean de Blaisy, écuyer, seigneur de Villecomte, a inféodé un hôtel sis sur Fouju (grange, colombier, bergeries, cour, étables, jardins et masures).
  • Antoine Sayve, écuyer, seigneur du Pré lez Chartrettes (fief des Tournelles).
  • Aubert, écuyer, sire d'Andrezel, et Jeanne, sa femme, du fief de Villeblin.
  • N. Briart, conseiller du roi mort en 1343, et sa femme Jeanne de Quincy.

Événements[modifier | modifier le code]

Fête communale le deuxième dimanche de juin et fête patronale le 1er dimanche de juin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fouju Blason
Tiercé en pairle renversé : au 1er d'azur aux trois fleurs de lys d'or, au 2e d'or à l'oie au naturel, au 3e de gueules à la pompe à bras de pompier d'argent[59].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire générale illustrée des départements... Seine-et-Marne... Auteur : Pignard-Péguet, Maurice, Éditeur : A. Gout (Orléans), 1911, monographie imprimée (Bnf)
  • abbé Jean Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, tome XV (Bnf)
  • Bulletin de la société d'archéologie de Brie-Comte-Robert (Bnf)
  • Monographie de l'instituteur, L. Mouteau (Archives de Seine-et-Marne)
  • Louis Michelin, Essais historiques et statistiques sur le département de Seine-et-Marne, pages 495 à 497 (Google Livres)
  • Inventaire des Archives départementales de Seine-et-Marne avant 1790 (pour les personnages célèbres)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées par la voie routière à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  8. hors communautés et sans abris .
  9. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  10. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  11. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Localisation de Fouju, » sur Géoportail (consulté le 17 avril 2020)..
  2. « Fouju - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  5. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site fr.distance.to, consulté le
  2. « Fouju » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. « Plan séisme consulté le  ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Beaumont (F4459000) ».
  5. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 1er juillet 2018
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  7. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Orthodromie entre Fouju et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  12. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Fouju », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Liste des ZNIEFF de la commune de Fouju », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Liste des espaces protégés sur la commune de Fouju », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb - Territoires-fr, consulté le , sous le code commune 77195.
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  22. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  23. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  24. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  25. Statistiques officielles de l'Insee, consulté en avril 2020
  26. Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 8 v°.
  27. Archives nationales, S 1344, no 11.
  28. Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 4.
  29. Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 19.
  30. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 235.
  31. Inv. de Champeaux, p. 100.
  32. Archives de Chantilly, CA 34.
  33. Pouillés de Sens, 427.
  34. Archives de la Seine-et-Marne, G 160, fol. 5.
  35. Archives nationales, T 1648.
  36. Arch. nat., Q1 1403.
  37. Archives nationales, Q1 1406.
  38. Archives nationales, S 3304.
  39. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  40. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  41. a b et c « Commune de Fouju - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  42. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  43. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  44. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  45. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  46. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  47. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  48. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  51. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2019», consultée le .
  52. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2018», sources : Insee, RP2008, RP2013 et RP2018, exploitations principales lieu de résidence et lieu de travail, géographie au 01/01/2021. consultée le .
  53. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2020», source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene) en géographie au 01/01/2021, consultée le .
  54. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2021», Source : Insee, partenaires territoriaux en géographie au 01/01/2021, consultée le .
  55. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Fouju », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  56. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  57. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Fouju », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  58. « Plateforme ouverte du Patrimoine », sur le site du Ministère de la Culture (culture.gouv.fr) consulté le .
  59. « Fouju (Seine-et-Marne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).