Courpalay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courpalay
Le château de la Grange-Bléneau.
Le château de la Grange-Bléneau.
Blason de Courpalay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Fontenay-Trésigny
Intercommunalité Communauté de communes du Val Briard
Maire
Mandat
Michel Prudon
2015-2020
Code postal 77540
Code commune 77135
Démographie
Gentilé Courpalien.es
Population
municipale
1 453 hab. (2014)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 51″ nord, 2° 57′ 32″ est
Altitude Min. 79 m – Max. 122 m
Superficie 14,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Courpalay

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Courpalay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courpalay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courpalay
Liens
Site web courpalay.fr

Courpalay est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Courpaliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette commune est située à une cinquantaine de kilomètres à l'est de la capitale. On y accède par la RN 4. La commune est en partie construite sur un terrain en déclivité. Au point bas coule l'Yvron affluent de l'Yerres.

Communes limitrophes de Courpalay
Bernay-Vilbert La Chapelle-Iger
Courpalay
Aubepierre-Ozouer-le-Repos Quiers Gastins

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Toponymie, étymologie[modifier | modifier le code]

  • Étymologie non élucidée.
  • Corpaleium - Corpolay - Courpalloy-en-Brie - Corpallay - Courpallet - Courpallais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

XIIe siècle

Le village se nomme à la fin des années 1190 « Corpaloi »[4], issu du latin cortis (également écrit curtis)[5], signifiant « domaine » et de Palladius[6], un célèbre agronome romain.

XIVe siècle

Il est mentionné dans le « Compte de draps d'or et de soie »[7], produit en 1317 par Geoffroy de Fleury pour le roi Philippe V le Long, une « Dame de Courpalay ».

XVIIe siècle

Courpalay se nommait au XVIIe siècle Courpalay-en-Brie[8], et était l'un des fiefs de la famille d'Aubusson.

XIXe siècle

Le Marquis de la Fayette a résidé au château de la Grange Bléneau et a été député-maire de Courpalay, notamment lors des Cent-jours, en 1815.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Courpalay fait partie de la Communauté de communes du Val Briard depuis le .

Elle faisait précédemment partie de la communauté de communes les Sources de l'Yerres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1927 1965 Marcel Chatriot    
1977 1995 Gérard Demazure   Agriculteur
1995 1996 M. Rabourdin   Medecin
1996 2008 Anne Boussard   Medecin
mars 2008 mars 2012 Charlie Saadia   Entrepreneur
6 avril 2012 juin 2015 Bernadette Goasdoué   Retraité de la fonction publique territoriale
juillet 2015 en cours Michel Prudon [9]   Chef d'entreprise (Camping)

Le conseil municipal a été dissous par décret du 16 février 2012[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 453 habitants, en augmentation de 4,46 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 953 900 978 968 917 981 965 948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900 895 904 843 868 849 857 856 840
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
855 784 739 652 656 630 579 665 603
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
716 723 637 655 1 135 1 269 1 374 1 413 1 453
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

La commune héberge une piscine intercommunale découverte estivale, ouverte habituellement de juin à septembre.

La piscine est cependant fermée[15] depuis sa vente, pour un euro symbolique en juin 2010[16], à l'EPCI des Sources de L'Yerres.

Évènements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Il est brassé à Courpalay un ensemble de bières, issues d'une production agricole locale, par l'entreprise Brasserie Rabourdin[17], sous la marque phare "Bière de Brie" depuis 2001[18]. Cette bière a été un vingtaine de fois médaillée au Concours Général Agricole de Paris depuis 2003[19].
  • Le village dispose de deux campings, l'un au coeur du village[20], a coté de la piscine intercommunale, et l'autre dans le hameau de Grand-Bréau[21].
  • Il y a une activité maraichère de fruits et légumes de saisons en vente directe à la Ferme de la Carrière[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin ; de l'édifice du XIIIe siècle il ne reste que quelques éléments. À l'intérieur on peut voir une statue en bois polychrome du XIIIe siècle : La charité de saint Martin.
  • L'ancien monastère de Cordoux datant de l'époque médiévale ; construction en grès, meulière et ciment.
  • Le Silo à grain, 22 rue Lafayette ; le silo édifié en 1937-1938 en béton armé par l'architecte Roger Gilbert,  Inscrit MH (1998)[24].
Après la constitution de la coopérative de Courpalay en 1934, la construction du silo est confiée à l'architecte Roger Gilbert et à l'entreprise Cogeba. Le bâtiment comprend le silo, prévu pour une capacité de 12800 quintaux, et un magasin, destiné à stocker 2200 quintaux en sacs. À partir des années 1960, il faut ajouter à la collecte du blé, le colza, les nouvelles céréales, puis le maïs. Un nouveau magasin de stockage, également en béton armé, est construit à droite du bâtiment principal. Le silo est toujours en activité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Courpalay Blason Écartelé: au 1er de gueules à la bande d'or et à la bordure de vair, au 2e d'or au rencontre de taureau de sable, accorné d'argent, lampassé de gueules et couronné d'or, au 3e d'argent à trois tourteaux de gueules, au 4e de gueules à saint Martin à cheval, partageant son manteau avec un mendiant, le tout d'or[27].
Ornements extérieurs 
Timbré d'une couronne murale d'argent et soutenu de gerbes de blé d'or, croisées et liées de gueules en sautoir à la pointe.
Détails Reprend en 1) les armes de La Fayette, seigneur de la commune ; en 2) celles de la princesse de Mecklembourg qui passe à Courpalay en 1837 ; en 3) celles des Courtenay*, seigneurs de la commune. Le quatrième quartier évoque saint Martin, patron de la commune.
* Les Courtenay portent cependant d'or à trois tourteaux de gueules et non d'argent.

Figure sur le site officiel de la commune[28].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pension chevaux - cheval : Annuaire de pensions pour chevaux », sur www.pension-chevaux.com (consulté le 21 janvier 2017)
  2. « Site officiel de la commune de Courpalay - Présentation », sur www.courpalay.fr (consulté le 21 janvier 2017)
  3. « Courpalay », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en janvier 2017)
  4. (Arch. nat., S 1175, n° 40)
  5. Jean-Louis Gaulin, « Agronomie antique et élaboration médiévale : de Palladius aux Préceptes cisterciens d'économie rurale », Médiévales, vol. 13, no 26,‎ , p. 59–83 (DOI 10.3406/medi.1994.1296, lire en ligne)
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, 686 p. (lire en ligne)
  7. Société de l'histoire de France, La Société, (lire en ligne)
  8. Anselme de Sainte-Marie et Ange de Sainte-Rosalie, Histoire de la Maison Royale de France, et des grands officiers de la Couronne, libr. associés, (lire en ligne)
  9. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2017).
  10. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000025372219&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id décret du 16 février 2012
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Piscine | Les Sources de l'Yerres », sur www.cc-sourcesdelyerres.fr (consulté le 23 janvier 2017)
  16. « CR du Conseil Municipal », sur http://vaudoyenbrie.fr, (consulté le 23 janvier 2017)
  17. « Brasserie Rabourdin », sur www.biere-de-brie.com (consulté le 23 janvier 2017)
  18. « La bière de Brie est arrivée », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  19. « La brasserie Rabourdin fait peau neuve », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne)
  20. Hippo Camp, « Camping Hippo Camp - Courpalay - Seine et Marne (77) », sur www.campinghippocamp.fr (consulté le 23 janvier 2017)
  21. « Bienvenue à la vallée des Tamaris 77  : La vallée des Tamaris », sur www.campingtamaris77.com (consulté le 23 janvier 2017)
  22. « Vérification de sécurité nécessaire », sur www.facebook.com (consulté le 23 janvier 2017)
  23. « Château de la Grange-Bléneau et sa chapelle », notice no PA00086910, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Silo à grains », notice no PA77000013, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Collectif Sarka-SPIP, « COURPALAY (77) : cimetière - Cimetières de France et d'ailleurs », sur www.landrucimetieres.fr (consulté le 23 janvier 2017)
  26. Journal Officiel du 4 septembre 1921, page 10251.
  27. Courpalay sur Armorial des villes et villages de France (consulté le )
  28. Site officiel de Courpalay