Courpalay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Seine-et-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Seine-et-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Courpalay
L'église de Courpalay.
L'église de Courpalay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Fontenay-Trésigny
Intercommunalité Communauté de communes les Sources de l'Yerres
Maire
Mandat
Michel Prudon
2015-2020
Code postal 77540
Code commune 77135
Démographie
Gentilé Courpalaysiens
Population
municipale
1 449 hab. (2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 51″ N 2° 57′ 32″ E / 48.6475, 2.958948° 38′ 51″ Nord 2° 57′ 32″ Est / 48.6475, 2.9589
Altitude Min. 79 m – Max. 122 m
Superficie 14,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courpalay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courpalay

Courpalay est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Courpaliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située à une cinquantaine de kilomètres à l'est de la capitale. On y accède par la RN 4. La commune est en partie construite sur un terrain en déclivité. Au point bas coule l'Yvron affluent de l'Yerres.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Hameau de Grand Bréau (direction Courtomer - Melun)
  • Hameau de Fleury (direction Nangis)
  • Château de la Grange Bléneau (route de Rozay-en-Brie)
  • Cordoux

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bernay-Vilbert Rose des vents
Aubepierre-Ozouer-le-Repos N La Chapelle-Iger
O    Courpalay    E
S
Quiers Gastins

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Demazure    
mars 2001 mars 2008 Anne Boussard    
mars 2008 mars 2012 Charles Saadia    
6 avril 2012 juin 2015 Bernadette Goasdoué    
juillet 2015 en cours Michel Prudon    

Le conseil municipal est dissous par décret du 16 février 2012[1]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 449 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 953 900 978 968 917 981 965 948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900 895 904 843 868 849 857 856 840
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
855 784 739 652 656 630 579 665 603
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
716 723 637 655 1 135 1 269 1 374 1 387 1 425
2013 - - - - - - - -
1 449 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une piscine découverte estivale ouverte de juin à septembre.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Après la constitution de la coopérative de Courpalay en 1934, la construction du silo est confiée à l'architecte Roger Gilbert et à l'entreprise Cogeba. Le bâtiment comprend le silo, prévu pour une capacité de 12800 quintaux, et un magasin, destiné à stocker 2200 quintaux en sacs. À partir des années 1960, il faut ajouter à la collecte du blé, le colza, les nouvelles céréales, puis le maïs. Un nouveau magasin de stockage, également en béton armé, est construit à droite du bâtiment principal. Le silo est toujours en activité.
  • Église Saint-Martin ; de l'édifice du XIIIe siècle il ne reste que quelques éléments. À l'intérieur on peut voir une statue en bois polychrome du XIIIe siècle : La charité de saint Martin.
  • Monastère de Cordoux, au hameau éponyme on peut voir l'ancien monastère datant de l'époque médiévale ; construction en grès, meulière et ciment.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]