Bransles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bransles
Bransles
La mairie et le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes Gâtinais-val de Loing
Maire
Mandat
Maryse Marlin
2014-2020
Code postal 77620
Code commune 77050
Démographie
Gentilé Bransledais
Population
municipale
563 hab. (2016 en augmentation de 8,48 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 10″ nord, 2° 50′ 07″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 120 m
Superficie 13,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bransles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bransles

Bransles est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bransledais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La chèvre, La Vallée du charme, Moulin de Madame, Les grandes bordes, Les petites bordes, Mignonville, La brosse, Barbigny

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bransles
Chaintreaux Égreville
Dordives (Loiret) Bransles Chevannes (Loiret)
Ferrières-en-Gâtinais (Loiret)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

  • la rivière le Betz, longue de 34,4 km[2], ainsi que :
    • un bras de 0,1 km[3] ;
    • un bras de 0,2 km[4] ;
    • un bras de 0,3 km[5] ;
    • un bras de 0,4 km[6] ;
    • un bras de 0,5 km[7] ;
    • un bras de 0,7 km[8] ;
    • un bras de 0,7 km[9].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 7,72 km[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Affiche des sépultures militaires des aviateurs tombés en 1944.

Ce village fut jadis une petite ville environnée de murailles et de fossés, à laquelle les rois de France donnèrent plusieurs privilèges, entre autres le droit d'avoir deux foires tous les ans, le 1er septembre et le 3 mai. Ces foires se tenaient chacune pendant deux jours. On vendait surtout une grande quantité de bestiaux. La ville ruinée vers la fin du XIIIe siècle dans les guerres avec les Anglais. L'on trouvait encore, au début du XIXe siècle, dans les champs environnants des ossements humains, des fers de chevaux et des débris d'armures qui annoncent l'importance des affaires qui eurent lieu sous la place.

Au commencement du XVIe siècle la seigneurie de Bransles appartenait à Aimond d'Égreville, dernier du nom. En 1555, Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes comparut à la rédaction de la coutume de Sens pour sa châtellenie de Bransles.

L'église paroissiale eut primitivement pour patron saint Méen. Reconstruite à l'époque de la renaissance, elle fut dédiée à saint Louis. Un prieuré de bénédictins, sous l'invocation de saint Loup, était annexé à cette paroisse. Une charte d'Henri, archevêque de Sens, de l'an 1123 donna l'église et le prieuré à l'abbaye de Saint-Pierre de Ferrières, en ordonnant que les dîmes et les oblats fussent partagés entre cette abbaye, les religieuses de Sainte-Rose et le curé du lieu[11].

Le matin du 28 juin 1944, de retour d'une mission de destruction de moyens de communication, composée de 103 bombardiers, un avion Lancaster du Squadron 106 de la Royal Air Force fut abattu sur le territoire de Bransles. Les sept aviateurs gisent dans le cimetière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2 avril 1999 En cours Maryse Marlin SE Enseignante

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2016, la commune comptait 563 habitants[Note 1], en augmentation de 8,48 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425412401363568574551629673
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
685695724711714696679651621
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
546505511436446439425421406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
381372303313433463518505553
2016 - - - - - - - -
563--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marcel Reine, dont la famille est originaire de Bransles.
  • Anne de Pisseleu, favorite de François Ier, devient dame de Bransles en 1536 (sa famille garde le fief jusqu’à la Révolution)[16].
  • Les Rousseau, fondeurs de cloches, s’y installent et se transmettent leur secret de fabrication jusqu’en 1759[16].
  • ù Manus O’Rourke, prêtre irlandais en exil, écrit des poèmes sur Bransles entre 1722 et 1750[16].
  • Samuel Dupont de Nemours rédige le cahier de doléances de Bransles en 1789, avant de s’exiler aux États-Unis[16].
  • Sept aviateurs anglais ont été abattus au-dessus de la commune le 28 juin 1944 et y sont enterrés[16].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Loup (dédiée à l'évêque de Sens) est une église datée du XIIe siècle ; elle a été remaniée au XVe siècle.

L'église actuelle fut construite au XVIe siècle sur l'emplacement d'une église plus ancienne. En juin 1940 des bombardements l'endommagèrent sérieusement. Les vitraux et une partie du mobilier furent détruits. Elle est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques en date du 26 mars 1926. Elle possède une nef principale, flanquée au nord d'un bas-côté sur toute sa longueur qui se termine par une chapelle dédiée à la Mère salvatrice tandis qu'au sud il n'est que partiel et contient une chapelle dédiée à saint Loup.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]