Savigny-sur-Orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Savigny-sur-Orge
Savigny-sur-Orge
L’hôtel de ville.
Blason de Savigny-sur-Orge
Blason
Savigny-sur-Orge
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Grand-Orly Seine Bièvre
Maire
Mandat
Alexis Teillet (LR)
2021-2026
Code postal 91600
Code commune 91589
Démographie
Gentilé Saviniens
Population
municipale
36 577 hab. (2019 en diminution de 1,69 % par rapport à 2013en diminution de 1,69 % par rapport à 2013)
Densité 5 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 47″ nord, 2° 20′ 45″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 99 m
Superficie 6,97 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Savigny-sur-Orge
(bureau centralisateur)
Législatives 7e circonscription de l'Essonne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge
Liens
Site web https://www.savigny.org/

Savigny-sur-Orge (prononcé [saviɲi syʁ ɔʁʒ] Écouter) est une commune française située dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Domaine seigneurial et monacal dès le Moyen Âge, Savigny-sur-Orge construit autour du château occupé par d’illustres familles se développa dès l’arrivée du chemin de fer à la fin du XIXe siècle. Le lotissement des coteaux puis du plateau, la construction de grands ensembles multiplièrent par vingt la population de la commune en un siècle, pour en faire au XXIe siècle la quatrième ville du département. Reliée aux grands pôles urbains et économiques de la région par une ligne de RER et l’autoroute A6 mais disposant de peu d’espaces industriels et commerciaux, c’est aujourd’hui tant une « ville-dortoir » confrontée au vieillissement de ses infrastructures qu’une commune recherchée des classes moyennes.

Ses habitants sont appelés les Saviniens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est située dans la région Île-de-France, au nord du département de l’Essonne, totalement intégré à l’agglomération parisienne, à la frontière est de l’ancien pays et aujourd’hui région naturelle du Hurepoix.

La commune occupe un territoire approximativement rectangulaire dont la base orientée au sud-est fait trois kilomètres et le côté orienté au sud-ouest fait deux kilomètres et trois cents mètres, le tout représente une superficie de six cent quatre-vingt-dix-sept hectares. Près de 90 % de ce territoire est aujourd’hui urbanisé et construit et seulement 2 % sont répertoriés comme espace « rural », intégralement composé des berges relativement préservées de la rivière au sud.

Le territoire est situé pour une part importante sur des coteaux orientés au sud-ouest à l’extrémité sud du vaste plateau d’Orly.

Quatrième commune du département, Savigny-sur-Orge est pourtant située à l’écart des pôles administratifs et économiques du département, à dix-neuf kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, neuf kilomètres au nord-ouest d’Évry, neuf kilomètres au sud-est de Palaiseau, treize kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, trente-deux kilomètres au nord-est d’Étampes, huit kilomètres au nord-est de Montlhéry, treize kilomètres au nord-est d’Arpajon, vingt-trois kilomètres au nord de La Ferté-Alais, trente et un kilomètres au nord-est de Dourdan et trente-trois kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Deux cours d’eau matérialisent une partie des frontières de la commune, l’Yvette au sud-ouest avec Épinay-sur-Orge, l’Orge au sud avec Villemoisson-sur-Orge et Morsang-sur-Orge et au sud-est avec Viry-Châtillon.

À l’ouest se trouve une courte limite avec Longjumeau, qui se poursuit au nord-ouest par une frontière avec Morangis en partie matérialisée par l’avenue de l’Armée Leclerc.

Au nord, la rue de la Voie Verte marque la limite avec Paray-Vieille-Poste puis avec Athis-Mons au nord-est. À l’est se trouve la commune de Juvisy-sur-Orge, en partie séparée par l’avenue de Champagne qui recouvre l’aqueduc de la Vanne et du Loing.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est implantée à l’extrémité sud du plateau de Longboyau et sur les coteaux des vallées de l’Yvette à l’ouest et de l’Orge au sud, dominant ainsi la pénéplaine de l’Yvette-Orge-Seine.

Le territoire s’étage entre une altitude basse de trente-trois mètres à l’extrême sud-ouest en bordure de la confluence de l’Yvette et de l’Orge[2] et une altitude haute de quatre-vingt-dix-neuf mètres à proximité de la Ferme de Champagne[3]. La déclivité se fait relativement doucement sur les deux tiers nord du territoire vers le sud et le sud-ouest puis s’accentue fortement à l’approche du centre-ville, l’altitude passant brusquement de quatre-vingt-quatre mètres dans le quartier des Cherchefeuilles, approximativement centré sur le territoire[4] à seulement trente-sept mètres dans le parc du lycée[5], distant de seulement un kilomètre au sud-est et dans le parc de Grand-Vaux[6], distant de mille six cents mètres au sud-ouest.

Le sous-sol est caractéristique de l’ensemble du Bassin parisien avec une succession de couches de meulière, de limon, d’argile et de calcaire au plus profond[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L’Orge à la frontière avec Viry-Châtillon.

Savigny-sur-Orge est implantée sur le coteau nord de la vallée de l’Orge qui marque la frontière sud et sud-est avec les communes de Morsang-sur-Orge et Viry-Châtillon, la rivière parcourt ainsi trois kilomètres et trois cents mètres sur le territoire commun.

Son affluent l’Yvette sert lui aussi de frontière avec la commune d’Épinay-sur-Orge au sud-ouest et forme une boucle dans le quartier de Grand-Vaux sur une longueur de neuf cents mètres.

Au sud du territoire, dans le parc de l’ancien château aujourd’hui occupé par le lycée Jean-Baptiste Corot se trouvent deux canaux et les douves. Un bassin de retenue des eaux de pluie a été aménagé sur le plateau en bordure de l’avenue du Garigliano et un autre à l’intersection des avenues du Général Friant et du Général Louis Morand.

Du sud au nord-est coule dans des canalisations souterraines l’aqueduc de la Vanne et du Loing relié au réservoir de Montsouris pour l’alimentation de Paris en eau potable.

Climat[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Savigny-sur-Orge.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[8],[9].


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[13] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[16],[17].

Près de 90 % du territoire sont occupés par les espaces urbanisés construits, la commune ne dispose ainsi que des berges de l’Yvette et de l’Orge ayant conservé un caractère naturel. La commune a aménagé plusieurs parcs et squares, dont le parc du pré de l’Orge, le square René Cassin, le parc André Séron, le parc de Champagne, le square Georges Brassens, le square du Capitaine d’Hers.

La portion du parc du château de Morsang-sur-Orge situé sur le territoire communal a été recensée au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[18].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Une barre d’immeuble du grand ensemble de Grand Vaux.
Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 88,8 % 616,52
Espace urbain non construit 9,2 % 64,02
Espace rural 2,0 % 13,98
Source : Iaurif-MOS 2008[19]

Savigny-sur-Orge est divisée en plusieurs quartiers, historiquement, le centre-ville est implanté au sud à proximité du cours de l’Orge, il a été complété au fur et à mesure de l’urbanisation par le quartier pavillonnaire du Plateau puis des Cherchefeuilles au sud, par le grand ensemble de Grand Vaux au sud-ouest et par le quartier de Clair Village ainsi que par la zone d'aménagement concerté des Gâtines au nord-ouest et par le quartier Champagne et des Prés Saint-Martin à l’est et de la Voie Verte au nord-est.

Les quartiers de Grand Vaux et des Prés Saint-Martin, non classifiés comme zone urbaine sensible sont toutefois intégrés dans un contrat urbain de cohésion sociale[20],[21].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 16 835, alors qu'il était de 16 555 en 2013 et de 16 355 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 91,3 % étaient des résidences principales, 1,4 % des résidences secondaires et 7,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 52,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 46 % des appartements[I 2].

Le nombre de logements sociaux était de2 000 (13,1 % du parc des résidences principales) en 2008, et à augmenté pour atteindre 2 287 logements en 2018 (14,5 %) mais n'atteint toujours pas le minimum légal prévue par l'article 55 de la Loi SRU de 2000[I 3]. De ce fait, la commune est astreinte au paiement d'une pénalité financière annuelle, qui s'est élevée à 266 827  en 2018[22]

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Savigny-sur-Orge en 2018 en comparaison avec celle de l'Essonne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,4 %) inférieure à celle du département (1,6 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 62,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (65,8 % en 2013), contre 58,7 % pour l'Essonne et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Savigny-sur-Orge en 2018.
Typologie Savigny-sur-Orge[I 1] Essonne[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 91,3 91,9 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,4 1,6 9,7
Logements vacants (en %) 7,3 6,5 8,2


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Savigny-sur-Orge.

Placée à la confluence de deux cours d’eau, Savigny-sur-Orge a toujours été à proximité d’importantes routes commerciales. Aujourd’hui, son territoire est parcouru ou traversé par plusieurs voies routières et ferrées et par un maillage de transports en commun relativement dense.

La commune dispose ainsi de la gare de Savigny-sur-Orge reliée à la ligne C du RER complétée dans la commune voisine d’Épinay-sur-Orge par la gare de Petit Vaux. Le T12 Express devrait à terme prévoir la création d’une station Épinay à proximité du quartier de Grand Vaux[23].

À l’extrême ouest passe l’autoroute A6, la commune disposant de l’échangeur numéro 6 à proximité de Petit Vaux et du centre-ville. À l’est, tout proche de la Cité du panorama passe sur le territoire de la commune voisine Juvisy-sur-Orge l’ancienne route nationale 7, ces deux voies majeures sont ensuite reliées entre elles par plusieurs routes départementales, du nord au sud passant par Savigny-sur-Orge, la RD 167 qui prend l’appellation d’Avenue Jean Allemane, la RD 25 qui est appelée Boulevard Aristide Briand et la RD 77 qui passe par le centre-ville en s’écartant du cours de l’Orge.

Ce réseau routier est emprunté quotidiennement par plusieurs lignes d’autobus parmi lesquelles les lignes DM7S[24], DM21A[25], DM21B[26], DM21S[27], DM22[28] du réseau de bus Keolis Meyer qui assurent la desserte locale vers les villes voisines de Morsang-sur-Orge, Viry-Châtillon et Grigny, les lignes du réseau de bus RATP 292[29], 385[30], 486[31] et 492[32], et assurant la continuité de service de nuit, la ligne N131 du réseau Noctilien.

Enfin, la commune n’est située qu’à cinq kilomètres au sud de l’aéroport Paris-Orly et trente-neuf kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous le nom Savini vers 1100[33], Savignaicum en 1151[34], Saviniacus en 1152[33], Saviniacum en 1307[34].

Le nom de Savigny-sur-Orge viendrait de la présence à l’époque gallo-romaine d’un propriétaire terrien originaire de la Sabine et dénommé Sabinus qui évolua vers l’appellation Savinus puis la graphie actuelle[35]. Créée en 1793, la commune ajouta la mention du cours d’eau l’Orge en 1801 pour se distinguer des nombreuses autres communes homonymes.

Mais en latin Sabinum signifie « vin du pays des sabins », on peut remarquer que onze Savigny se situent dans des pays de vin et qu’il en est de même pour les Savignac du Sud-Ouest. À Savigny-sur-orge, les coteaux ont longtemps été couverts de vignes et de nombreux documents attestent que la profession de vigneron était très répandue à Savigny[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Des vestiges de silex taillé, des pierres polies, de bronze et de céramique certifient la présence humaine dès le néolithique et jusqu’à l’époque celtique[37]. L’origine latine du nom semble indiquer la présence d’un propriétaire terrien à l’époque gallo-romaine. Des pièces en bronze découvertes attestent d’une concentration humaine aux IIIe et IVe siècles. Au Moyen Âge, des moines de l’abbaye Notre-Dame-des-Champs développent un moustier aux Prés-Saint-Martin[38].

Carte de la région de Savigny au XVIIe siècle par Cassini.

Longtemps, Savigny n'est qu’un petit village groupé autour du château seigneurial, le territoire comme celui des bourgs voisins est alors occupé par de vastes champs sur le plateau, de vignes et de vergers sur les coteaux et d’herbages dans la vallée de l’Orge. Au XIe siècle est élevée la première chapelle seigneuriale.

Au XIIe siècle est construite sur le plateau la ferme de Champagne. L’église Saint-Martin est bâtie à cette époque par les moines de l’abbaye de Longpont. Pendant la guerre de Cent Ans, l’église comme beaucoup d’autres de la région est ravagée puis reconstruite. En 1493, l’église agrandie est consacrée à saint Martin. En 1587 sont installées quatre cloches à Saint-Martin.

Au XVIIIe siècle, Marie-Nicolas Pigeon, avocat au Parlement de Paris fait construire le domaine de Courte-rente. Entre 1635 et 1797, le domaine de Grand Vaux passe entre différentes mains.

Lors de l'époque révolutionnaire, Pierre Vigier achète le domaine en 1797 et l’agrandit jusqu’à sa mort en 1817, le parc couvrant alors cent hectares. En 1801, Pauline de Beaumont loue le domaine de Courte-rente pour abriter ses amours avec François-René de Chateaubriand. En 1802, Louis Nicolas Davout achète le château de Savigny et y fait d’importants travaux.

En 1854, Charles Petit, propriétaire de la ferme de Champagne crée une usine d’expérimentation de distillation de la betterave sucrière. En 1855, Louis Adolf Duval, futur maire de la commune fonde une manufacture de fleurs artificielles. En 1869, la reine d’Espagne Isabelle II en exil séjourne au château de Savigny.

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Le membre de Savigny fut rattaché au prieuré hospitalier de Saint-Jean en l'Île-lez-Corbeil, en 1353, par Guillaume de Mailg[39].

Dans un bail datant de 1466, Renaud Gorre, commandeur du prieuré hospitalier de Saint-Jean de Latran, déclare affermer pour neuf ans à un certain Germain Amaury, laboureur à Chasseney, la métairie avec étables, grange, cour, jardin fermé de murs, moulin à vent et 720 arpents de terre labourable à Montrouge, 10 arpents de près à Chantilly et à Savigny-sur-Orge, contre un fermage de 2,5 muids de blé, 1,5 muids d'avoine, un sétier de grosses féves et quatre douzaines de pignons[39],[40].

Croissance moderne[modifier | modifier le code]

En 1834, la commune se dote d’une mairie aménagée dans la première école. En 1847, elle construisit un nouveau bâtiment pour accueillir la mairie, l’école et le presbytère. La même année, la maréchale Davout fait don à la commune d’une école de filles.

En 1883, une nouvelle école est construite.

Savigny bénéficie à la fin du XIXe siècle de l’arrivée de la ligne de la grande ceinture de Paris avec la construction d’une gare sur son territoire en 1888.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914, Savigny fait partie du camp retranché de Paris, dont le Plan de défense, adopté le , entraîne le creusement de tranchées et des travaux de fortification à la ferme Champagne.

En 1916, madame Petit, devenue veuve, loue la ferme de Champagne à l'Union des colonies étrangères qui la transforme en centre de rééducation des victimes de guerre, inaugurée en 1917 par le président de la République Raymond Poincaré[41]. Grâce aux 50 hectares de terres de la « ferme des mutilés », les médecins travaillent à la rééducation des blessés par le biais de l'agriculture[42]. Le château de Grand Vaux accueille, du au , grâce à la générosité de madame Darlu, un hôpital de 20 lits, l'Hôpital auxiliaire de la société de secours aux blessés militaires (HASSBM) no 84, tandis que madame Duparchy ouvrit, au château de Savigny, dit « château Davout », un hôpital de 20 lits également, l'hôpital auxiliaire de la société de secours aux blessés militaires (HASSBM) no 1 4[43], qui fonctionne de au .

Madame Duparchy reçoit, à ce titre, en 1921, la médaille d'or des Épidémies de la Croix-Rouge[44].

La même année, le projet de monument aux morts de monsieur Roblot, statuaire à Épinay-sur-Orge, remporte le concours lancé par la municipalité avec un budget de 24 000 F. L'ouvrage est inauguré le [45].

Au sortir de la Première Guerre mondiale, l’afflux de provinciaux dans la région capitale et la politique en faveur du logement social modifièrent la physionomie de la commune. Entre 1923 et 1935, des lotissements pavillonnaires remplacent les champs et vergers au nord et à l’est du centre-ville, d’abord pour la villégiature des Parisiens puis pour le logement des nouveaux employés et ouvriers.

Outre la construction d’équipements publics, la viabilisation des nouveaux quartiers est entreprise à partir de 1928 et des 1931, près de 70 % des Saviniens résidaient sur le plateau. En 1929, pour accompagner cette croissance démographique, est construit le groupe scolaire Jules-Ferry, suivi en 1931 par l’église Sainte-Thérèse et en 1936 par le groupe Aristide-Briand. En 1930 est ouverte une des premières salles de cinéma de la région, l’Excelsior.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1942, la mairie est transférée dans une ancienne ferme, plus vaste. Durant la Seconde Guerre mondiale, les résistants Georgette et Francis Remoissenet et Fernande et Paul Arnoult s’illustrèrent par l’aide qu’ils apportèrent aux persécutés, ils ont ainsi été élevés au rang de « Juste parmi les nations »[46],[47].

L'Après-guerre et les Trente glorieuses[modifier | modifier le code]

Entre 1945 et 1972, la ferme de Champagne, devenue propriété du Ministère de la Justice sert de centre d’éducation surveillée pour mineurs délinquants.

En 1947, le ministère de l'Éducation nationale, propriétaire du château de Savigny, y installe une annexe du lycée Lakanal de Sceaux[48]. En 1953, cette annexe devient le lycée autonome Jean-Baptiste-Corot[49].

Les Trente Glorieuses entraînèrent un nouvel afflux de population, rapidement logée dans les grands ensembles implantés dans le parc du château de Grand Vaux entre 1960 et 1966, à Clair Village entre 1967 et 1971 et aux Prés-Saint-Martin entre 1970 et 1972[50]. Les groupes scolaires Kennedy et Saint-Exupéry ainsi que l’église Notre-Dame-de-l’Espérance accompagnèrent cette urbanisation entre 1962 et 1964.

Entre 1953 et 1960, le parc de Grand Vaux est coupé en deux par la nouvelle autoroute A6 qui relie ainsi directement la commune aux portes de Paris.

Le , Savigny-sur-Orge accueille un meeting de campagne du candidat Georges Pompidou[51].

Entre 1978 et 1979, Savigny-sur-Orge est à nouveau sous le feu des projecteurs lors de l’affaire Empain[52].

L’urbanisation s’acheve en 1992 avec l’aménagement de la zone d'aménagement concerté des Gâtines[53]. En 1999, la commune se dote d’un nouvel hôtel de ville.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est la première ville à avoir pris la décision d’un couvre-feu de vingt-deux heures à sept heures du matin pour les mineurs, lors des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [54], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement de Palaiseau après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, la ville fait partie de la Septième circonscription de l'Essonne.

Elle faisait partie de 1801 à 1964 du canton de Longjumeau , année où elle devient le chef-lieu du canton de Savigny-sur-Orge, mais une partie de la commune est rattachée au canton de Juvisy-sur-Orge[55]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais le bureau centralisateur du canton de Savigny-sur-Orge, qui comprend la totalité de la ville ainsi que les communes de Morangis et de Wissous.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a été contrainte d'adhérer en 2013 à la Communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne (CALPE)[56],[57].

Dans le cadre de la mise en place de la Métropole du Grand Paris, les communes de la CALPE ont souhaité rejoindre la métropole[58],[59], ce qui prend effet le [60],[61].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe) prévoit également la création le d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale, et exerçant également les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées

Les Portes de l'Essonne rejoignent donc (avec Viry-Chatillon, mais également Paray-Vieille-Poste) l'Établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre dont fait désormais partie la commune. Toutefois, les conseils municipaux de Viry, Juvisy et Savigny ont délibéré en 2018 pour demander à sortir de l'EPT au profit d'une intercommunalité de taille plus réduite[62], ce qui n'est pas prévu par la législation applicable.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Ancienne commune de la « Ceinture Rouge » de Paris, Savigny-sur-Orge se caractérise aujourd’hui par un électorat relativement ancré à droite quels que soient les scrutins organisés. Toutefois, lors des élections municipales de 2020, la ville passe à Europe Écologie Les Verts.

L’analyse des résultats des élections organisées au cours de la décennie 2001-2010 montre ainsi une nette avance des candidats de la droite gouvernementale avec en 2001 des scores importants pour le maire sortant Jean Marsaudon et la conseillère générale avec respectivement 52,17 % et 58,55 % des suffrages.

En 2002, le candidat Jacques Chirac y obtint près de 85 % des bulletins de vote soit deux points de plus qu’au niveau national et les électeurs avaient écarté le candidat frontiste dès le premier tour au profit de Lionel Jospin. La même année, le député maire sortant obtenait une large victoire face à son adversaire socialiste.

En 2004, comme sur l’ensemble du territoire, les élections furent favorables à la gauche avec des victoires du candidat socialiste sur le tiers de la commune concernée par les élections cantonales, et la nette avance des candidats socialistes aux élections régionales et européennes. En 2006, l’élection cantonale partielle vit cependant une nouvelle victoire de la droite, confirmée par les scores importants, bien qu’en baisse, des candidats de la majorité présidentielle.

En 2008, bien qu’élu une nouvelle fois au premier tour, le maire sortant voyait une importante érosion de son électorat, dans les mêmes proportions que pour les élections cantonales où la droite peina à dépasser les 50 % des suffrages. L’année 2009 vit comme partout dans la région la nette avance du mouvement populaire et la percée du mouvement Europe Écologie, toutefois onze points derrière.

En 2005, les électeurs saviniens ont rejeté à 50,11 % le traité de Lisbonne alors qu’ils avaient approuvé à 54,17 % le traité de Maastricht[63].

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Résultats des seconds tours

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Résultats des seconds tours

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Résultats des deux meilleurs scores

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Résultats des deux meilleurs scores

Élections cantonales et départementales[modifier | modifier le code]

Résultats des seconds tours pour le canton de Savigny-sur-Orge
Résultats des seconds tours pour la partie est de Savigny-sur-Orge[80]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des Élections municipales de 2020 dans l'Essonne, marqué par une quadrangulaire, la liste UMP menée par Éric Mehlhorn obtient la majorité des suffrages exprimés, avec 5 366 voix (38,13 %, 28 conseillers municipaux élus dont 13 communautaires), devançant les listes menées respectivement par[85] :
- Pierre Guyard (PS-PCF-EELV, 4 595 voix, 32,65 %, 6 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires) ;
- Laurence Spicher-Bernier, maire sortante élue après le décès de Jean Marsaudon (UDI, 2 500 voix, 17,76 %, 3 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Audrey Guibert (FN, 1 610 voix, 11,44 %, 2 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 37,89 % des électeurs se sont abstenus.
Lors du second tour des Élections municipales de 2020 dans l'Essonne[86],[87] où 4 listes étaient en présence, la liste EELV menée par Jean-Marc Defrémont obtient la majorité des suffrages exprimés, avec 2 628 voix (33,92 %, 27 conseillers municipaux élus dont 1 métropolitain), devançant les listes menées respectivement par[88],[89] :
:- Éric Mehlhorn, maire sortant (LR 2 036 [voix, 26,28 %, 5 conseillers municipaux élus) ;
:- Alexis Izard (LREM, 1 732 voix, 22,35 %, 4 conseillers municipaux élus) ;
:- Olivier Vagneux (DIV, 1 351 voix, 17,43 %, 3 conseillers municipaux élus).
:Lors de ce scrutin, marqué par la Pandémie de Covid-19 en France, 64,40 % des électeurs se sont abstenus.
En raisons d'irrégularités dans la constitution d'une des listes de candidats lors des élections municipales de 2020 — liste éliminée dès le premier tour — où certaines personnes y figurant ont déclaré ne pas avoir accepté d'être candidat, le Conseil d'État a annulé le l'ensemble de ces élections, et de nouvelles élections municipales sont donc organisées[90],[91]. Lors du second tour de ces élections, qui s'est tenu le , la liste LR menée par Alexis Teillet a obtenu la majorité des suffrages exprimés, avec 3 009 voix (42,13 %), devançant les listes menées respectivement par[92],[93] :
-- Jean-Marc, maire invalidé (EELV, 2 783 voix, 38,98 %) ;
- Alexis Izard (LREM, 723 voix, 10,12 %) ;
- Olivier Vagneux (Divers, 626 voix, 8,76 %).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 66,9 % des électeurs se sont abstenus.
Le candidat Olivier Vagneux a contesté sans succès le résultat de ces élections et a fait savoir qu'il contestait devant le Conseil d'État le jugement du tribunal administratif de juin 2022[94],[95].

Référendums[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de trente-neuf élus, compte tenu du nombre de ses habitants[98].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires qui se sont succédé à la tête de la commune depuis l’élection du premier en 1790 :

Liste des maires successifs[99]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Maurice Jacquet    
mai 1945 octobre 1947 Tarsile Sellier[100] PCF  
octobre 1947 mars 1959 René Legros   employé à la Banque de France
mars 1959 mars 1965 Michel Ouzilleau   chirurgien
mars 1965 mars 1971 Paul Bonici PCF  
mars 1971 septembre 1980 Raymond Brosseau PCF[101] préparateur en pharmacie
sénateur de l'Essonne (1975 → 1977)
conseiller général de Savigny-sur-Orge (1967 → 1980)
décédé en fonction
novembre 1980 mars 1983 Michel Bockelandt PCF[101] conseiller général de Savigny-sur-Orge (1980 → 1982)
mars 1983 septembre 2008[102] Jean Marsaudon RPR puis UMP ingénieur thermicien
député de l'Essonne (7e circ.) (1993 → 2008)
conseiller général de Savigny-sur-Orge (1983 → 1993)
décédé en fonction
septembre 2008 avril 2014 Laurence Spicher-Bernier[Note 3] UMP[103] puis PR
puis CNIP
agent immobilier
avril 2014 juillet 2020 Éric Mehlhorn UMPLR cadre
conseiller général puis départemental de Savigny-sur-Orge (2006 → 2021)
vice-président du conseil départemental de l'Essonne (2015 → 2021)
juillet 2020[104] octobre 2021[105] Jean-Marc Defrémont EÉLV Élections municipales annulées en octobre 2021.
17 décembre 2021[106] En cours
(au 21 février 2022)
Alexis Teillet LR Conseiller départemental de Savigny-sur-Orge (2021 →)
Vice-président de l'EPT Grand-Orly Seine Bièvre (2022 →)

Instance de démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune a mis en place un conseil municipal des Jeunes[107].

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Les actions d’embellissement de la commune lui ont valu d’être récompensée par trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[108]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire Jules Ferry.

Les établissements scolaires de Savigny-sur-Orge sont rattachés à l’académie de Versailles.

En 2010, la commune dispose sur son territoire des écoles maternelles François-René de Chateaubriand, Paul Bert, Jean Mermoz, des Marguerite et de la Champagne, de l’école élémentaire Ferdinand Buisson, des écoles primaires Jules Ferry, Antoine de Saint-Exupéry, Aristide Briand, John Fitzgerald Kennedy et Louise Michel[109].

En 2009 toujours, deux écoles primaires privées sous contrat s’ajoutent à cette offre, l’école du Sacré-Cœur et l’école Cohen Tenoudji[110].

La poursuite d’études s’effectue ensuite dans les collèges de la commune Jean Mermoz, Paul Bert et des Gâtines-René Cassin, ce dernier disposant d’une section d'enseignement général et professionnel adapté puis dans les lycées général et technologique Jean-Baptiste Corot et polyvalent Gaspard Monge[111].

Les écoles Aristide Briand, Champagne, François-René de Chateaubriand, Jules Ferry, John Fitzgerald Kennedy, Louise Michel, des Marguerites, Jean Mermoz, Paul Bert et Antoine de Saint-Exupéry servent en dehors des périodes scolaires de centres de loisirs. S’ajoutent le centre de loisirs Charles Perrault[112] et le centre de vacances « La Savinière », propriété de la commune depuis 1972 situé à La Tranche-sur-Mer[113].

À la même époque, les jeunes enfants sont accueillis dans les crèches collectives Les Moussaillons, Les Lutins et Les Dauphins, dans la crèche parentale des Petits sucres d’orge, dans la crèche d’entreprise des Petits Chaperons rouges ou dans le relais d'assistantes maternelles (RAM) affiliées à la crèche familiale. Une halte-garderie complète l’offre[114].

Trois maisons de quartier ont été mises en place à Grand Vaux, Prés-Saint-Martin et Sainte-Thérèse. La Fédération des conseils de parents d'élèves[115] et la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public sont représentées dans les établissements de la commune. Un centre d'information et d'orientation est implanté dans la commune[116].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La bibliothèque André Malraux.

La commune de Savigny-sur-Orge dispose de plusieurs espaces d’accès et de pratique culturelle, dont la médiathèque André Malraux, le conservatoire de musique municipal Claude Debussy, l’école municipale d’arts plastiques, une salle des fêtes et le cinéma Excelsior Panorama. S’ajoute le musée municipal consacré au Maréchal Davout[117].

Santé[modifier | modifier le code]

La maison de retraite Charaintru.

La commune ne dispose plus d’aucun établissement de santé. Toutefois, plusieurs structures d’accueil pour personnes handicapées y sont installées, le foyer Jacques Cœur, l’espace Simone Dussart pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et l’association « L’Oasis » qui propose un accueil de jour pour enfants autistes. Elle est en outre dotée de plusieurs lieux d’accueil pour personnes âgées dont l’Éhpad des Cèdres, la maison de retraite intercommunale Charaintru, la résidence César Franck, le foyer Lucien Midol et la maison d’accueil temporaire Marie Chauvet.

En 2013, deux centres de protection maternelle et infantile[118],[119] sont installés dans la commune, complétés par un centre de planification familiale[120]. Elle s’est par ailleurs dotée d’un service de soins infirmiers à domicile.

Soixante médecins sont recensés en 2009[121] et vingt-et-un chirurgiens-dentistes[122] exercent dans la commune, douze pharmacies y sont implantées[123].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La sécurité des biens et des personnes est assurée par un commissariat de Police nationale[124] et un centre de secours mixte[125].

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables saviniens au tribunal d’instance et au conseil de prud’hommes de Longjumeau, aux tribunaux de grande instance et de commerce d’Évry et à la cour d'appel de Paris[126].

En 2009, dix avocats[127], deux études de notaire[128] et une société civile d’huissier de justice[129] sont installés dans la commune.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

L’agence postale du centre.

Pôle urbain important, Savigny-sur-Orge dispose en 2010 de quatre bureaux de Poste en centre-ville[130], à Grand Vaux[131], aux Chardonnerets[132] et sur le Plateau[133], d’une trésorerie principale[134], d’une antenne de la caisse d’allocations familiales[135] et de la caisse primaire d'assurance maladie[136] et d’une agence Pôle emploi[137].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[138],[Note 4]

En 2019, la commune comptait 36 577 habitants[Note 5], en diminution de 1,69 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 005823911895925882955932923
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0161 2601 2461 2551 3481 3861 4721 6841 667
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6471 7111 8481 9955 59311 58213 03914 55417 608
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
24 21931 95634 47832 50233 29536 25837 25937 13236 307
2019 - - - - - - - -
36 577--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[139].)
Histogramme de l'évolution démographique

Savigny est en 1999 la quatrième commune du département en nombre d’habitants et a connu comme de nombreuses villes de l’agglomération parisienne une explosion urbanistique et démographique au cours du XXe siècle, entamée dès les années 1920.

Lors du premier recensement des personnes en 1793, la nouvelle commune n’était qu’un village de mille cinq habitants, qui connait par la suite une forte baisse puis une évolution chaotique, jusqu’à ne compter que huit cent vingt-trois résidents en 1800.

Elle ne dépasse à nouveau le cap des mille personnes que lors du recensement de 1856, date à partir de laquelle la croissance se poursuit de façon relativement linéaire et lente, pour n’approcher le nombre de deux mille résidents qu’en 1921. En 1926 débute une période de développement plus rapide avec déjà près de cinq mille six cents habitants et très vite plus de onze mille dès 1931. La Seconde Guerre mondiale a un impact limité sur cette évolution puisqu’en 1946 la population passe à quatorze mille cinq cent cinquante quatre personnes puis plus de dix sept mille en 1954, vingt-quatre mille en 1962 et près de trente quatre mille cinq cents en 1975.

Le recensement de 1982 est marqué par une nette diminution avec la perte de deux mille habitants avant une reprise de la croissance jusqu’au chiffre établi en 2006 à trente sept mille deux cent cinquante neuf Saviniens.

L’immigration compte pour une part relativement importante dans cette évolution puisqu’en 1999, 8,2 % de la population est de nationalité étrangère[140]. Parmi cette population, 3,2 % est de nationalité portugaise, 0,9 % marocaine, 0,8 % algérienne, 0,5 % italienne, 0,3 % espagnole et tunisienne et 0,2 % turque[141].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,8 % la même année, alors qu'il est de 20,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 17 937 hommes pour 18 797 femmes, soit un taux de 51,17 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,02 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[142]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,4 
5,5 
75-89 ans
7,7 
14,2 
60-74 ans
14,2 
21,4 
45-59 ans
20,2 
20,0 
30-44 ans
20,2 
18,8 
15-29 ans
17,9 
19,6 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de l'Essonne en 2018 en pourcentage[143]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,2 
5,2 
75-89 ans
6,9 
12,7 
60-74 ans
13,6 
20,2 
45-59 ans
19,6 
20 
30-44 ans
20,2 
19,9 
15-29 ans
18,3 
21,6 
0-14 ans
20 

Sports[modifier | modifier le code]

Le parc des sports Jean Moulin.

En 2009, le sport à Savigny-sur-Orge se pratique en divers lieux répartis sur le territoire. La commune dispose ainsi du parc des sports Jean Moulin complété par la maison du tennis et l’espace Jean Laguionie, des complexes sportifs David Douillet, Pierre de Coubertin et Léon Cheymol, du gymnase John Fitzgerald Kennedy, de la salle polyvalente Aristide Briand, du boulodrome Pierre Mathieu et de la salle d’haltérophilie Mamadou Lamine Loum[144].

La commune a mis en place des écoles municipales du sport. Elle organise depuis 1990 les « Foulées de Savigny », une course d’endurance de la marche au semi-marathon.

La commune accueille en résidence l’équipe des Lions de Savigny-sur-Orge, club de baseball fondé en 1982 et qui évolue en de première division nationale et qui a 7 titres de champion de France, 5 participations en Coupe d'Europe avec deux titres de Champions d'Europe[réf. nécessaire].

S'ajoutent diverses disciplines regroupées au sein du club olympique Savigny (handball, basket-ball et football). Souhaitant rendre hommage a James Watson, ancien président du Rugby Club Savigny sur Orge, la tribune du parc des sports Jean Moulin a été baptisé la Tribune James Watson par la ville en 2012[145].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Savigny-sur-Orge est rattachée au secteur pastoral de Savigny-Viry et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Martin, de l’église Notre-Dame-d’Espérance et de l’église Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus[146].

En 2009, la commune accueille également une église évangélique baptiste[147] et une association cultuelle israélite[148].


Médias[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales dans son édition Nord-Essonne comme la station de radio Radio Rézo.

Économie[modifier | modifier le code]

La halle du marché Davout.

La commune de Savigny-sur-Orge est principalement occupée par des espaces d’habitation, elle se rapproche ainsi du concept de « banlieue dortoir ».

Le commerce joue un rôle important dans la vie économique avec un centre-ville actif et deux marchés organisés, le marché Jules Ferry qui se tient les jeudis et samedis et le marché Davout qui a lieu chaque mardi, vendredi et dimanche[149].

La commune accueillait en 2006 1 297 entreprises dont 739 dans le seul secteur des services. Elle ne dispose cependant que d’une petite zone d'activités industrielles et commerciales au nord-ouest, implantée en bordure de l’autoroute A6. Dans cette zone se regroupent principalement des entreprises de services employant relativement peu de salariés. Ainsi, près de 85 % des actifs de la commune étaient contraint de se rentre dans une autre commune ou un autre département pour exercer leur activité.

Plusieurs supermarchés sont répartis sur le territoire, complétant l’offre de commerces de proximité dense.

Trois hôtels regroupent en 2009 un total de cent cinquante-deux chambres[150].

La commune est incluse par l’Insee au bassin d'emploi d’Orly qui regroupait en 2006 469 279 habitants, les Saviniens représentant 8 % du total[151]. Dans cette zone, la population active comptait 232 993 personnes mais seulement 210 476 personnes avaient un emploi. Dans la commune, la population active comptait 18 556 personnes et 16 859 avaient un emploi.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

La démographie économique de la commune se distingue assez fortement des moyennes nationales et de la zone d’emploi.

On trouve ainsi à Savigny-sur-Orge en 2006 une proportion presque double d’artisans et commerçants que dans la zone d’emploi, plus d’employés et à l’inverse nettement moins d’ouvriers. Les secteurs d’activités où exerce la population est elle aussi relativement différente avec une répartition plus importante dans la construction et les services aux particuliers à Savigny-sur-Orge que dans le reste du bassin et à l’inverse un net déficit dans l’industrie, les services aux entreprises, dû principalement au fait qu’aucune entreprise d’envergure dans ces secteurs n’est implantée à proximité.

Parmi la population ayant un emploi, près de 80 % disposait d’un statut de titulaire de la fonction publique ou d’un contrat à durée indéterminée. Le revenu net imposable moyen était fixé en 2006 à 26 290 euros mais 31 % des ménages ne payaient pas d’impôt sur le revenu. Près de 66 % de la population était propriétaire de son logement, un pavillon dans 55 % des cas[152].

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 21 651 euros, ce qui plaçait Savigny-sur-Orge au mille six cent sixième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages en métropole et au cent vingt-neuvième rang départemental[153].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 36 400 , ce qui plaçait Savigny-sur-Orge au 5 125e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[154].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Savigny-sur-Orge 0,1 % 8,3 % 15,1 % 26,8 % 33,8 % 15,9 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Savigny-sur-Orge 0,6 % 7,5 % 8,3 % 9,5 % 11,8 % 8,9 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[155]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le patrimoine architectural de Savigny-sur-Orge est varié et correspond aux différentes époques d’urbanisation du territoire.

Dans le centre-ville se trouve le seul monument inscrit aux monuments historiques, une borne routière ornée d’un bonnet phrygien, inscrite en 1931[156].

La cloche de l’église Saint-Martin fondue en 1787 a été classée au titre des objets en 1944[157].

On peut également noter la présence dans la commune de l’ancien château du XVe siècle, aujourd’hui occupé par le lycée, et de la ferme de Champagne du XIIe siècle, propriété du ministère de la Justice.

S’ajoutent de nombreux équipements publics construits entre le XIXe siècle et le XXe siècle, l’ancien bureau de Poste construit en 1904[158], la première mairie acquise en 1834[159], la mairie acquise en 1846 et occupée par le musée Davout[160], les aqueducs de la Vanne et du Loing d’alimentation de la capitale en eau potable, construit entre 1867 et 1874[161], la gare construite en 1888[162], les anciens bains publics aménagés en 1930[163]

Au XXe siècle,l’église Sainte-Thérèse a été construite en 1928[164] et le cinéma Excelsior date de 1930[165]. La tour du 1 rue Van Gogh haute de seize étages[166] et la barre de la rue Gauguin haute de quatorze étages[167] dominent le paysage de la commune.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Savigny-sur-Orge.

Louis Nicolas Davout.

Seigneurs et château de Savigny-sur-Orge[modifier | modifier le code]

Le château de Savigny au XVIIe siècle.
Schéma restituant la perspective du château de Savigny-sur-Orge vers 1700.
  • Le château passa à leur neveu Melchior de Vins d'Agoult de Montauban[172].
  • Jean de Vins d’Agoult (+1731) dont le fils, Simon César, mourut jeune (1675-1692). Le château de Savigny fut transmis à ses cousins de Vintimille de Luc[172].
  • Charles-François de Vintimille du Luc (1653-1740) hérita de la seigneurie et mourut au château en 1740[173],[174].
  • En 1768, Jean-Baptiste-Félix-Hubert de Vintimille des Comtes de Marseille, Comte du Luc, Marquis de Vins, des Arcs, Savigny, etc. vend le domaine à M. Cochin[175]..
  • En 1802, le Maréchal Davout, Prince d'Eckmühl, fait l'acquisition du domaine de Savigny-sur-Orge, le 30 thermidor an X ()[175].

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Logotype de la ville
Blason de Savigny-sur-Orge Blason
D’or au lion de gueules tenant une bannière coupée d’argent et de gueules emmanchée aussi d’argent, au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or[176].
Détails
Le blason créé en 1952 par un Savinien est inspiré de celui du maréchal Davout. Le semis de fleurs de lys rappelle que Savigny est situé dans l’ancienne province d’Île-de-France dont la fleur de lys était l’emblème.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Savigny-sur-Orge s’est dotée en 1990 d’un logotype, modernisé en 2004. Il était voulu plus dynamique avec la présence de rouge et d'un « S » stylisé et symbolisant la croissance de la commune en s'étirant vers le haut[177]

Savigny-sur-Orge dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Savigny-sur-Orge », p. 949–961
  • André Bourgoin, La dynastie Vigier à Savigny-sur-Orge et à Lamorlaye,
  • André Bourgoin, La vigne et le vin à Savigny-sur-Orge, Commune de Savigny-sur-Orge,
  • Pierre Coindreau, Savigny-sur-Orge de Sabinius à Savigny, Clermont-Ferrand, L’instant durable,
  • Collectif d'auteurs, Davout maréchal d’Empire : catalogue de l’exposition présentée en 2006 à Savigny-sur-Orge
  • Collectif d'auteurs, Savigny-sur-Orge, Alan Sutton, (ISBN 9782849103401)
  • Jacques-André Janvier, Le Maréchal Davout et sa famille à Savigny-sur-Orge,
  • Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! : Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Maison de Banlieue et de l’Architecture, (ISBN 978-2-9538890-8-6)
  • Eugène Mannier, Les commanderies du grand prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux archives nationales à Paris, Paris, (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Savigny-sur-Orge », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Laurence Spicher-Bernier, née le dans le 15e arrondissement de Paris, ses parents se sont installés à Savigny-sur-Orge en 1964 dans le quartier populaire de Grand-Vaux. Employée de banque pendant dix-sept ans, elle est ensuite agent immobilier. Présidente de l’association des commerçants de Savigny-sur-Orge pendant quinze ans, elle a été pendant dix ans conseiller prud’hommes. Le 6 septembre 2011, Laurence Spicher-Bernier est condamnée à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d'Evry pour exercice illégal de la profession d’avocat et usage illicite du titre de conseil. Voir sur leparisien.fr.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le .
  2. Fiche de la borne géodésique du pont de la RD 29 sur le site de l’Ign. Consulté le .
  3. Fiche de la borne géodésique de la Ferme de Champagne sur le site de l’Ign. Consulté le .
  4. Fiche de la borne géodésique des Cherchefeuilles sur le site de l’Ign. Consulté le .
  5. Fiche de la borne géodésique du lycée sur le site de l’Ign. Consulté le .
  6. Fiche de la borne géodésique du parc de Grand Vaux sur le site de l’Ign. Consulté le .
  7. %2FOR0046 Fiche géologique de Savigny-sur-Orge sur le site du Brgm. Consulté le .
  8. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le ).
  9. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. Carte des ENS de Savigny-sur-Orge sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le .
  19. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le .
  20. Fiche du quartier de Grand Vaux sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le .
  21. Fiche du quartier des Prés Saint-Martin sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le .
  22. Nicolas Sivan avec N.C, « Logement social : cinq communes de l’Essonne épinglées par l’Etat : Les 35 communes qui ne possèdent pas assez de logements sociaux par rapport aux objectifs de la loi SRU se sont vu signifier la somme que l’Etat leur prélèvera en 2018. Pour 5 d’entre elles, la facture est salée », Le Parisien, édition de l'essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Communiqué du maire concernant le projet de Tram-Train sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  24. Plan de la ligne DM7S sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  25. Plan de la ligne DM21A sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  26. Plan de la ligne DM21B sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  27. Plan de la ligne DM21S sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  28. Plan de la ligne DM22 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  29. Plan de la ligne RATP 292 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  30. Plan de la ligne RATP 385 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  31. Plan de la ligne RATP 486 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  32. Plan de la ligne RATP 492 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le .
  33. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 586
  34. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  35. « Fiche de Savigny-sur-Orge sur le site du Quid. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le .
  36. Textes provenant de la brochure de la ville sur les Associations 1901 et du site des Savigny de France.
  37. « Fiche de Savigny-sur-Orge sur le site du Quid. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le .
  38. Histoire de Savigny-sur-Orge sur le site topic-topos.com Consulté le .
  39. a et b Mannier (1872) p. 52
  40. Archives nationales S 5122, 3e liasse
  41. Fiche de la ferme de Champagne sur le site topic-topos.com. Consulté le .
  42. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 49-51.
  43. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 35.
  44. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 81-86 ou 49-51.
  45. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 81-86.
  46. Fiche de Georgette et Francis Remoissenet sur le site du comité français pour Yad Vashem. Consulté le .
  47. Fiche de Fernande, Maurice et Paul Arnoult sur le site du comité français pour Yad Vashem. Consulté le .
  48. Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, « Journées européennes du patrimoine 2016. Entrez dans l’histoire du lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge », sur Portes de l'Essonne Environnement (consulté le ).
  49. Fiche du château de Savigny sur le site topic-topos.com. Consulté le .
  50. Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le .
  51. Vidéo du meeting de Georges Pompidou à Savigny-sur-Orge en 1969 sur le site de l’Ina. Consulté le .
  52. Vidéo du journal télévisé de TF1 du sur le site de l’Ina. Consulté le .
  53. Histoire des quartiers sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  54. Loi no 64-707 du portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du , p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  55. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. « Vers un mariage forcé pour Savigny-sur-Orge », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « La maire de Savigny-sur-Orge, Laurence Spicher-Bernier (DVD), refuse qu'on lui passe la bague au doigt. Samedi, l'élue est intervenue en commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) pour réaffirmer son refus d'intégrer la communauté d'agglomérations des Portes de l'Essonn ».
  57. Arrêté no 2012-PREF.DRCL/749 du paru au recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Essonne. « Copie archivée » (version du 9 mai 2013 sur l'Internet Archive) Consulté le .
  58. « Seule ou en couple, Paray convolera avec le Grand Paris », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  59. « Un pas de plus vers le Grand Paris », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  60. Jérôme Lemonnier, « La CALPE intégrera le Grand Paris en 2016 : La décision est tombée en cette fin août ; les maires des villes de la communauté d’agglomération Les Portes de l’Essonne (CALPE) ont fixé une adhésion à la métropole du Grand Paris au 1er janvier 2016 », Essonne Info,‎ (lire en ligne).
  61. Rémi Poirier, « La Calpe et Viry-châtillon vers le grand Paris », L'Essonnien - L'info en Essonne,‎ (lire en ligne).
  62. Laurent Degradi, « Juvisy, Viry et Savigny veulent quitter leur intercommunalité géante : Les élus des trois communes sont invités à se prononcer ce mercredi soir sur un texte en faveur de la sortie du Grand-Orly Seine Bièvres », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. Résultats du référendum 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  64. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  65. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  66. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  67. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  68. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  69. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  70. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  71. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  72. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  73. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  74. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  75. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  76. Résultats de l’élection cantonale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  77. Résultats de l’élection cantonale partielle 2006 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  78. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  79. Résultats de l’élection départementale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  80. Qui faisait partie du canton de Juvisy-sur-Orge jusqu'en 2015.
  81. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  82. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  83. Résultats de l’élection municipale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  84. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le .
  85. Résultats officiels pour la commune Savigny-sur-Orge
  86. Nolwenn Cosson, « Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : les équipements culturels au cœur des débats : Réhabilitation du cinéma L’Excelsior, ouverture de nouvelles salles de spectacle. Le maire et ses concurrents aux municipales avancent des solutions pour donner un nouveau souffle culturel à la ville », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Les listes en lice : Une ambition durable pour Savigny, tête de liste : Eric Mehlhorn (LR). Bien vivre à Savigny, tête de liste : Jean-Marc Defrémont (EELV). Osons Savigny, tête de liste : Alexis Izard (LREM). Ensemble pour Savigny, tête de liste : David Fabre (UDI). Saviniens, demain vous appartient, tête de liste : Bernard Blanchaud (SE) ».
  87. Nolwenn Cosson, « Municipales : Jean-Marc Defrémont, élu écolo, bien placé pour diriger la quatrième ville de l’Essonne : À l’issue du premier tour, Jean-Marc Defrémont (EELV) a obtenu une petite avance, de 153 voix sur son principal adversaire, le maire (LR) sortant de Savigny-sur-Orge, Eric Mehlhorn », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Pour la troisième fois en 14 ans, le candidat (EELV depuis 2015, avant au PS) affrontera ce dimanche 28 juin, lors du second tour des élections municipales à Savigny-sur-Orge, Eric Mehlhorn, 54 ans, maire (LR) depuis 2014. Et comme à chaque fois, la bataille entre les deux hommes se joue dans un mouchoir de poche ».
  88. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Essonne (91) - Savigny-sur-Orge », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  89. Thibaut Faussabry, « Municipales 2020. Le candidat écologiste Jean-Marc Defrémont élu mairie de Savigny-sur-Orge : C'est le candidat écologiste Jean-Marc Defrémont qui a été désigné maire de Savigny-Sur-Orge (Essonne) ce dimanche 28 juin 2020 à l'issue du second tour des élections municipales », Actu Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  90. Nolwenn Cosson, « L’élection municipale de Savigny-sur-Orge annulée après des soupçons de fraude : Un recours a été déposé auprès du Conseil d’Etat par David Fabre, candidat (UDI) éliminé dès le premier tour. Dans ses conclusions, le rapporteur public recommande la tenue d’un nouveau scrutin. La décision sera rendue le 6 octobre », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Cette annulation serait « une catastrophe » pour le maire EELV Jean-Marc Defrémont, qui dirige depuis 2020 la ville de 37 000 habitants. « Tout le monde serait victime de cette bataille qui se joue entre deux perdants », lance-t-il ».
  91. Florian Garcia, « Élection municipale partielle à Savigny-sur-Orge : le maire sortant vire en tête, quatre listes encore en lice : Ce dimanche, lors du premier tour du scrutin, les électeurs ont placé en tête le maire sortant, Jean-Marc Defrémont (EELV). Il est talonné de peu par le candidat des Républicains, Alexis Teillet. Le marcheur Alexis Izard et Olivier Vagneux (SE) sont aussi qualifiés », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  92. « Élections municipales, résultats du 2e tour », Actualités, sur https://www.savigny.org (consulté le ).
  93. Alain Piffaretti, « Á Savigny-sur-Orge, la droite reprend la ville : La liste menée par Alexis Teillet (LR) remporte la municipale partielle de Savigny-sur-Orge devançant le maire (EELV) sortant Jean-Marc Defrémont. Cette victoire signe le retour de la droite dans la quatrième ville de l'Essonne », Les Échos,‎ 16/12/201 mis à jour le 17/12/2021 (lire en ligne, consulté le ) « D'emblée, Alexis Teillet a, au soir du premier scrutin, refusé toute idée d'alliance avec d'autres listes. La stratégie se révèle gagnante puisque le futur maire a visiblement bénéficié d'un phénomène de « vote utile » chez les électeurs souhaitant l'échec du maire sortant. Alexis Izard a ainsi perdu huit points entre le premier et le second tour ».
  94. Nolwenn Cosson, « Nouveau maire élu à Savigny-sur-Orge : encore un recours déposé pour demander l’annulation du scrutin : Olivier Vagneux vient de déposer une protestation électorale auprès du tribunal administratif de Versailles. Le candidat (sans étiquette), qui a terminé dernier du second tour le 12 décembre 2021, avait déjà œuvré, avec succès, pour obtenir l’annulation de l’élection de juin 2020 », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. Nolwenn Cosson, « Le recours de l’opposant rejeté, pas de nouvelle élection municipale à Savigny-sur-Orge : Olivier Vagneux (sans étiquette) avait déposé un recours après l’élection municipale partielle de décembre 2021. Il a été rejeté par le tribunal administratif de Versailles. Le conseiller d’opposition va faire appel devant le conseil d’Etat », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  96. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le .
  97. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le .
  98. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  99. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org (consulté le 11 juin 2009)
  100. Site Pandor, brochure de la fédération de Seine-et-Oise du PCF, juin 1947, p. 55, « Les municipalités à direction communiste ».
  101. a et b Jean Estivill, « Quand la gauche se porte mal, c’est la démocratie qui est malade », ReSPUBLICA n° 622, 30 septembre 2009.
  102. « La mort du député Jean Marsaudon », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  103. Membre du Parti radical, elle a été exclue en mars 2012 de l'UMP pour avoir présenté une candidature dissidente aux élections législatives [1]
  104. Nolwenn Cosson, Laurent Degradi, Gérald Moruzzi et Cécile Chevallier, « Essonne : dans cinq grandes villes, ces maires sortants désormais opposants : Des conseils municipaux d’installation se sont tenus ce week-end à Corbeil-Essonnes, Athis-Mons, Les Ulis, Savigny-sur-Orge et Epinay-sous-Sénart, où les maires sortants ont été sortis et se battront désormais, pour la majorité d’entre eux, dans l’opposition », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après 6 années aux commandes de la 4 e ville de l'Essonne, Eric Mehlhorn (LR) siège dorénavant sur le banc de l'opposition. « C'est avec un pincement au cœur que je vous laisse la place, lance-t-il à Jean-Marc Defrémont (EELV), élu ce dimanche avec 27 voix sur 39 bulletins ».
  105. Nolwenn Cosson, « Savigny-sur-Orge : l’élection municipale est annulée, les habitants vont devoir revoter ! : Le Conseil d’État a considéré ce vendredi que le résultat de l’élection municipale de 2020 avait été faussé. Un des candidats aurait rempli de fausses déclarations de ses colistiers. Les habitants devront retourner aux urnes d’ici à trois mois », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  106. « Extrait du registre des délibérations du conseil municipal - séance du 17 décembre 2021 » [PDF], Le conseil municipal, sur https://www.savigny.org/ (consulté le ).
  107. Présentation du conseil municipal des Jeunes sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  108. Palmarès départemental des villes et villages fleuris sur le site officiel de l’association. Consulté le .
  109. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le .
  110. Liste des écoles privées du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le .
  111. Liste des établissements du second degré du bassin de Savigny sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le .
  112. Présentation du centre de loisirs Charles Perrault sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  113. Présentation du centre La Savinière sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  114. Présentation des lieux d’accueil de jeunes enfants sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  115. Conseil local FCPE sur le site de la fédération de l’Essonne. Consulté le .
  116. Coordonnées du CIO de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le .
  117. Site officiel du musée Davout. Consulté le .
  118. Fiche du PMI Van Gogh sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le .
  119. Fiche du PMI Prés Saint-Martin sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le .
  120. Fiche du centre de planification familiale sur le site conseil général de l’Essonne. Consulté le .
  121. Annuaire des médecins sur le site du Conseil national de l’Ordre. Consulté le .
  122. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le .
  123. Annuaire des pharmacies sur le site de l’Ordre national. Consulté le .
  124. Organisation des forces de l’Ordre en Essonne sur le site officiel de la préfecture. Consulté le .
  125. Carte d’organisation des sapeurs-pompiers en Essonne sur le site du sdis91. Consulté le .
  126. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère français de la Justice. Consulté le .
  127. Annuaire des avocats sur le site du conseil national des barreaux. Consulté le .
  128. Annuaire des notaires sur le site notaires.fr Consulté le .
  129. Annuaire des huissiers sur le site de la chambre nationale. Consulté le .
  130. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Centre sur le site officiel de La Poste. Consulté le .
  131. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Grand Vaux sur le site officiel de La Poste. Consulté le .
  132. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Chardonnerets sur le site officiel de La Poste. Consulté le .
  133. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Plateau sur le site officiel de La Poste. Consulté le .
  134. Liste des trésoreries de l’Essonne sur le site de la Drire d’Île-de-France. Consulté le .
  135. Coordonnées de la CAF de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le .
  136. Coordonnées de la CPAM de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le .
  137. Coordonnées du Pôle emploi de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le .
  138. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  139. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  140. Données démographiques sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le .
  141. Répartition de la population par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le .
  142. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Savigny-sur-Orge (91589) », (consulté le ).
  143. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Essonne (91) », (consulté le ).
  144. Liste des équipements sportifs sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  145. « Tribune James WATSON », Rugby Val d'Orge,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  146. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le .
  147. Coordonnées des églises protestantes du département sur le site eglises.org Consulté le .
  148. Coordonnées de l’Acise sur le site du grand consistoire de France. Consulté le .
  149. Les marchés de Savigny-sur-Orge sur le site officiel de la commune. Consulté le .
  150. Tourisme local sur le site de linternaute.com Consulté le .
  151. « %5CDL_ZE19901144.pdf Fiche démographique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le .
  152. « %5CCOM%5CDL_COM91589.pdf Fiche démographique économique sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le .
  153. « Résumé statistique national des communes sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le .
  154. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  155. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le .
  156. Fiche de la borne no 10 sur la base Mérimée du ministère de la Culture. Consulté le .
  157. Fiche de la cloche de Saint-Martin sur la base Palissy du ministère de la Culture. Consulté le .
  158. Fiche du bureau de poste sur le site topic-topos.com Consulté le .
  159. Fiche de la première mairie sur le site topic-topos.com Consulté le .
  160. Fiche du musée Davout sur le site topic-topos.com Consulté le .
  161. Fiche de l’aqueduc de la Vanne sur le site topic-topos.com Consulté le .
  162. Fiche de la gare sur le site topic-topos.com Consulté le .
  163. Fiche des bains-douches sur le site topic-topos.com Consulté le .
  164. Fiche de l’église Sainte-Thérèse sur le site topic-topos.com Consulté le .
  165. Fiche du cinéma Excelsior sur le site topic-topos.com Consulté le .
  166. Fiche de la tour du 1 rue Van Gogh sur la base Emporis. Consulté le .
  167. Fiche de la barre de la rue Gauguin sur la base Emporis. Consulté le .
  168. « Amélie Rabilloud qui dépeça son mari EST JUGÉE CET APRÈS-MIDI », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  169. Jacques Pradel, Grain de sable - 30 histoires de crimes... presque parfaits, , 193 p. (ISBN 978-2-7499-4016-8, lire en ligne), p. 14.
  170. « L'ancien coureur Bernard Guyot est décédé », sur L'Équipe, (consulté le ).
  171. a b c et d LEBEUF (Jean) Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris (1757), t. 12, p. 69, 70, 71
  172. a et b CAMPRA (André) : un musicien provençal à Paris (2010), p. 68, 69 n. 15
  173. Mercure de France (1740), p. 1673
  174. GUYLHERMY (Ferdinand de) Inscriptions de la France du Ve siècle au XVIIIe : (1879), p. 137.
  175. a et b VRIGNAULT (Henri) Les enfants de Louis XV (1954), p. 30.
  176. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 27/09/2009.
  177. Présentation du blason et des logotypes sur le site officiel de la commune. Consulté le 12/11/2009.
  178. Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le .
  179. Liste des films tournés à Savigny-sur-Orge sur le site L2TC.com Consulté le .