Pringy (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pringy.
Pringy
La mairie.
La mairie.
Blason de Pringy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Melun
(Melun)
Canton Saint-Fargeau-Ponthierry
Intercommunalité Communauté d'agglomération Melun Val de Seine
Maire
Mandat
Éric Bonnomet
2014-2020
Code postal 77310
Code commune 77378
Démographie
Gentilé Pringiaciens
Population
municipale
2 800 hab. (2014)
Densité 683 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 19″ nord, 2° 33′ 35″ est
Altitude 70 m (min. : 40 m) (max. : 79 m)
Superficie 4,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Pringy

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Pringy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pringy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pringy
Liens
Site web mairie-pringy77.fr

Pringy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Pringiaciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Pringy, intégrée au parc régional du Gâtinais, se situe à 45 km au sud de Paris sur La D 607 (ex-RN 7).

Communes limitrophes de Pringy
Saint-Fargeau-Ponthierry Boissise-le-Roi
Pringy
Saint-Sauveur-sur-École

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Ponthierry - Pringy.À gauche, la voie 1 en direction de Melun ; à droite la voie 2 en direction de Corbeil-Essonnes.
La gare de Ponthierry - Pringy.
À gauche, la voie 1 en direction de Melun ; à droite la voie 2 en direction de Corbeil-Essonnes.

Elle est desservie par la ligne D du RER Paris - Juvisy - Melun avec la gare de Ponthierry - Pringy, située à Saint-Fargeau-Ponthierry.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Pringy viendrait de « Pringiacum » ou « Premiacum », le suffixe acum désignant le lieu, celui qui habitait ce lieu autrefois serait appelé Pringius, Primius ?[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 2008 en cours Éric Bonnomet [2] Droite Capitaine de sapeur-pompier

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 800 habitants, en augmentation de 10,37 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
317 395 397 385 499 458 501 526 504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
459 489 463 486 522 538 518 503 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
549 519 535 572 648 751 770 720 754
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
917 1 045 1 317 1 792 2 253 2 316 2 541 2 459 2 800
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Brocante dans le parc de la mairie durant le mois de juin.
  • Fête patronale le deuxième week-end du mois de septembre :
Lors de ce week-end, une fête foraine est installée sur le parking du foyer rural, et un spectacle pyrotechnique, son et lumière gratuit est produit dans le parc de la mairie. Ce spectacle, faisant appel à environ deux-cents figurants, réunit quelque dix-mille spectateurs[7],[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Le château de Montgermont.
Le château de Montgermont.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil : chapiteaux historiés.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil : chapiteaux historiés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Montgermont, propriété d'une branche de la maison de Gontaut-Biron. Le château a été profondément remanié à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle pour les Gontaut-Biron afin de lui ôter son aspect féodal, puis à la fin du XIXe pour la famille Poulain qui fait ajouter deux ailes en avancée et deux tours d'angle, l'une de forme ronde, l'autre de forme hexagonale. L'ensemble du bâtiment est exemplaire du style néo-Louis XIII, au même titre que le château de Courances. Le château est aujourd'hui divisé en plusieurs appartements(48° 30′ 50,86″ N, 2° 32′ 43,16″ E).
  • Le Temple d'Amour, construit en 1786 dans le parc du château de Montgermont par François Soufflot le Romain pour la marquise de Gontaut-Biron, alors retenue à Parme par une forte fièvre, à l'initiative de ses amis (48° 30′ 50,42″ N, 2° 33′ 02,54″ E).
  • Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil Logo monument historique Classé MH (1943), vendues en 1814 par la municipalité de Corbeil-Essonnes, rachetées en 1823 par Charles de Gontaut-Biron et installées dans le parc de Montgermont dans une mise en scène romantique. Ces vestiges comportent une travée de la nef, un encadrement sculpté de fenêtre et l'un des piédroits du portail comprenant une colonne torse et quatre chapiteaux historiés (48° 30′ 52,88″ N, 2° 32′ 49,44″ E).
  • Parc de la Mairie : La mairie est une maison bourgeoise dominant un parc de 9 ha. La municipalité a la volonté de garder ce parc au milieu de la ville. Ce parc est composé d'une partie dégagée et en pente partant de la mairie vers la rivière École, aujourd'hui utilisée pour accueillir les spectateurs du spectacle pyrotechnique de la fête patronale, d'une clairière plate comprenant un kiosque accueillant aujourd'hui les figurants du spectacle et les stands de la brocante. Le reste du parc est composé de bois[9].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de Pringy[10], située rue de l'église à côté de la mairie[11].

On ne sait pas précisément quand elle a été construite, mais on sait qu'elle existait en 1096[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pringy

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : D'azur aux trois monts d'argent soutenus d'une onde du même, le mont du milieu sommé d'un geai au naturel, au chef cousu de gueules chargé de deux clefs d'or passées en sautoir, accostées de deux fragments de chaines brisées du même, posés en pal[13].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pringy », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en août 2016)
  2. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en janvier 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. (fr) « Pringy, la légende », sur http://www.larepublique.com, .
  8. de 1997 à 2001 Sylvie Dervaux participe en tant que figurante puis comédienne au spectacle pyrotechnique.
  9. (fr) « la mémoire romantique du 19e siècle », sur http://www.mairie-pringy77.fr/ (consulté en août 2016).
  10. « Les objets classés de l'église. », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Église Notre-Dame - Pringy », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en août 2016)
  12. [PDF]Alain SAURET, « Il était une fois ... les rues de pringy, chapitre Le village », sur http://www.mairie-pringy77.fr/ (consulté en août 2016), p. 1.
  13. (fr) Commission municipale chargée de la communication - Coordinatrice de rédaction : Béatrice BERTHOUT, « Pringy info N°14 », sur http://www.mairie-pringy77.fr, (consulté le 25 août 2010), p. 23.