Pringy (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pringy
Pringy (Seine-et-Marne)
La mairie.
Blason de Pringy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Intercommunalité CA Melun Val de Seine
Maire
Mandat
Éric Chomaudon
2020-2026
Code postal 77310
Code commune 77378
Démographie
Gentilé Pringiaciens
Population
municipale
2 894 hab. (2018 en augmentation de 5,81 % par rapport à 2013)
Densité 706 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 19″ nord, 2° 33′ 35″ est
Altitude 70 m
Min. 40 m
Max. 79 m
Superficie 4,10 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Fargeau-Ponthierry
Législatives 1re circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Pringy
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Pringy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pringy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pringy
Liens
Site web mairie-pringy77.fr

Pringy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. En 2018, elle compte 2 894 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Pringy dans le département de Seine-et-Marne.

La commune de Pringy est située au sud-ouest du département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[1], et au nord-est de la région naturelle le Gâtinais.

Elle se situe à 11,44 km par la route[Note 1] de Melun[2], préfecture du département. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Paris[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte des communes limitrophes de Pringy.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[3] : Boissise-le-Roi (1,4 km), Saint-Fargeau-Ponthierry (1,6 km), Boissise-la-Bertrand (2,5 km), Saint-Sauveur-sur-École (2,8 km), Boissettes (3,8 km), Seine-Port (3,9 km), Villiers-en-Bière (4,4 km), Auvernaux (4,8 km).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe dans la partie nord de la plaine de la Bière qui constitue la partie nord-est de la région naturelle du Gâtinais et qui est délimitée au nord et à l'ouest par la rivière École ; à l'est, par la Seine et au sud par la forêt de Fontainebleau.

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire)[4],[5].

Géologie de la commune de Villiers-en-Bière selon l'échelle des temps géologiques[4],[5].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
OE L : Limon lœssique.
LP : Limon des plateaux de composition argilo-marneuse.
Fz : Alluvions récentes : limons, argiles, sables, tourbes localement.
Fx : Alluvions anciennes (moyenne terrasse de 10–20 m) : sables et graviers .
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent.
Miocène non présent.
Paléogène Oligocène
g1AR : Argile verte, Glaises à Cyrènes et/ou Marnes vertes et blanches (Argile verte de Romainville) .
g1CB : Calcaire de Brie stampien et meulières plio-quaternaire indifférenciées.
Éocène
e7C : Calcaire de Champigny, Calcaire de Château-Landon, Marnes de Nemours.
e7MS : Marnes supragypseuses : Marnes blanches de Pantin Marnes bleues d'Argenteuil
Paléocène non présent.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Pringy.

Le réseau hydrographique de la commune se compose d'un seul cours d'eau référencé : la rivière l’École[6], longue de 26,73 km, affluent de la Seine.

Sa longueur totale sur la commune est de 2,87 km[7].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[8].

La commune fait partie du SAGE « Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés », approuvé le . Le territoire de ce SAGE couvre deux régions, six départements et compte 681 communes, pour une superficie de 9 722 km2[9]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte du pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, qualifié de « structure porteuse »[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 2,8 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5,1 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 678 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 2,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 0,3 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[12]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[13]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[14], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[15] à 11,6 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[17],[18]. Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé, le Parc naturel régional du Gâtinais français, créé en 1999 et d'une superficie de 75 567 ha. D’une grande richesse en termes d’habitats naturels, de flore et de faune, il est un maillon essentiel de l’Arc sud-francilien des continuités écologiques (notamment pour les espaces naturels ouverts et la circulation de la grande faune)[19],[20].

Un autre espace protégé est présent sur la commune :

  • la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (95 595 ha pour la zone de transition). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Éducation, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[21],[22].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pringy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[23],[24],[25]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[26] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[27],[28].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[29],[30].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (46,23 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (41,22 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (38,61 %), forêts (23,72 %), terres arables (17,99 %), prairies (12,06 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,6 %)[31].

Occupation des sols en 1990 et 2018[31].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
170,01 ha 41,22 % 190,65 ha 46,23 % 20,64 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
139,78 ha 33,89 % 123,95 ha 30,05 % −15,83 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
102,62 ha 24,88 % 97,82 ha 23,72 % −4,80 ha en diminution

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[32],[33],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Région melunaise, dont l'élaboration a été engagée de 2013 à 2015, puis poursuivie à partir de 2017 sur un périmètre différent et porté par la communauté d'agglomération Melun Val de Seine[34].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[35]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Pringy.

La commune compte 26 lieux-dits administratifs répertoriés[36].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 1 351 dont 66,2 % de maisons et 33,5 % d’appartements.

Parmi ces logements, 90,9 % étaient des résidences principales, 1,7 % des résidences secondaires et 7,4 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 72,3 % contre 26,4 % de locataires[37], dont 8,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 6] et 1,3 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Plusieurs routes départementales relient Pringy aux communes voisines :

  • la D 607 (ancienne route nationale 7), à Saint-Fargeau-Ponthierry, au nord-ouest ; et à Boissises-le-Roi, au sud-est ;
  • la D 142, à Boissises-le-Roi, au sud-est ;
  • la D 50, à Saint-Fargeau-Ponthierry, au nord ; et à Saint-Sauveur-sur-École, au sud.

Transports[modifier | modifier le code]

Aucune gare ferroviaire n'est présente sur le territoire de la commune. Cependant, la gare de Ponthierry - Pringy, située à proximité (à 2 km au nord-est de Pringy) sur le territoire de Saint-Fargeau-Ponthierry, porte le nom de la commune en complément du nom du bourg de Ponthierry. La gare est desservie par les trains de la ligne D du RER qui assurent des liaisons cadencées entre les gares de Corbeil-Essonnes et de Melun.

La commune est desservie par plusieurs lignes de bus du réseau Transdev Île-de-France[38],[39] :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes « In pago Senonensi ecclesia et atrium de Pringi » en 1119[42] ; Pringi en 1193[43] ; Prugeium au XIIe siècle[44] ; Pringis en 1782[45].

Pringy viendrait de Pringiacum ou Premiacum, le suffixe -acum désignant le lieu, domaine d'un homme latin nommé Pringius[46], Primius, le « premier[47],[48], (l'ancien) ».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1791, la paroisse de Montgermont, peu peuplée, est rattachée à celle de Pringy. Jusqu'au début du XXe siècle, la commune de Pringy est composée d'un village sur le versant Est de la rivière École et des hameaux Ponthierry, Bel Air, Lourdeau, Montgermont. Montlouis est en ruines et Maison-Rouge a totalement disparu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2014,Eric Bonommet est réélu au premier tour avec 53,28 % des suffrages face à Alain Sauret[49].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1989 Jacques Boutard    
mars 1989 mars 2008 Michel Cerisier DVD[50]  
mars 2008 mai 2020 Éric Bonnomet DVD Capitaine de sapeurs-pompiers
mai 2020[51] En cours
(au 31 mai 2020)
Éric Chomaudon   Associé d’un cabinet de recrutement

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [52],[53].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Pringy est assurée par la communauté d'agglomération Melun Val de Seine (CAMVS) pour la collecte et . Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [54],[55],[56].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[57]. Le Parc naturel régional du Gâtinais français assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[54],[58].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la commune qui gère le service en régie[54],[59],[60].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[62].

En 2018, la commune comptait 2 894 habitants[Note 7], en augmentation de 5,81 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
317395397385499458501526504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
459489463486522538518503518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
549519535572648751770720754
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9171 0451 3171 7922 2532 3162 5412 4592 944
2018 - - - - - - - -
2 894--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[63] puis Insee à partir de 2006[64].)
Histogramme de l'évolution démographique

Éducation[modifier | modifier le code]

Plusieurs établissements scolaires existent à Pringy[65] :

  • l'école maternelle Charles Perrault
  • l'école élémentaire Jean de La Fontaine

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Brocante dans le parc de la mairie durant le mois de juin.
  • Fête patronale le deuxième week-end du mois de septembre :
Lors de ce week-end, une fête foraine est installée sur le parking du foyer rural, et un spectacle pyrotechnique, son et lumière gratuit est produit dans le parc de la mairie. Ce spectacle, faisant appel à environ deux-cents figurants, réunit quelque dix-mille spectateurs[66].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Pringy est dans la petite région agricole dénommée le « Pays de Bière et Forêt de Fontainebleau », couvrant le Pays de Bière et la forêt de Fontainebleau[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 8] de l'agriculture sur la commune est diverses cultures (hors céréales et oléoprotéagineux, fleurs et fruits)[67].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[68]. Cette tendance n'est pas confirmée au niveau de la commune qui voit le nombre d'exploitations augmenter et passer de 3 en 1988 à 4 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 75 ha en 1988 à 74 ha en 2010[67]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Pringy, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Pringy entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[67],[Note 9]
Nombre d’exploitations (u) 3 3 4
Travail (UTA) 8 10 12
Surface agricole utilisée (ha) 225 273 296
Cultures[69]
Terres labourables (ha) 225 240 251
Céréales (ha) 144 138 137
dont blé tendre (ha) 102 s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) s s s
Tournesol (ha) s
Colza et navette (ha) 45 s s
Élevage[67]
Cheptel (UGBTA[Note 10]) 34 97 102

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Le château de Montgermont.
Le château de Montgermont.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil : chapiteaux historiés.
Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil : chapiteaux historiés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Montgermont, propriété d'une branche de la maison de Gontaut-Biron. Le château a été profondément remanié à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle pour les Gontaut-Biron afin de lui ôter son aspect féodal, puis à la fin du XIXe pour la famille Poulain qui fait ajouter deux ailes en avancée et deux tours d'angle, l'une de forme ronde, l'autre de forme hexagonale. L'ensemble du bâtiment est exemplaire du style néo-Louis XIII, au même titre que le château de Courances. Le château est aujourd'hui divisé en plusieurs appartements(48° 30′ 50,86″ N, 2° 32′ 43,16″ E).
  • Le Temple d'Amour, construit en 1786 dans le parc du château de Montgermont par François Soufflot le Romain pour la marquise de Gontaut-Biron, alors retenue à Parme par une forte fièvre, à l'initiative de ses amis (48° 30′ 50,42″ N, 2° 33′ 02,54″ E).
  • Vestiges de l'église Notre-Dame de Corbeil Logo monument historique Classé MH (1943), vendues en 1814 par la municipalité de Corbeil-Essonnes, rachetées en 1823 par Charles de Gontaut-Biron et installées dans le parc de Montgermont dans une mise en scène romantique. Ces vestiges comportent une travée de la nef, un encadrement sculpté de fenêtre et l'un des piédroits du portail comprenant une colonne torse et quatre chapiteaux historiés (48° 30′ 52,88″ N, 2° 32′ 49,44″ E).
  • Parc de la Mairie : La mairie est une maison bourgeoise dominant un parc de 9 ha. La municipalité a la volonté de garder ce parc au milieu de la ville. Ce parc est composé d'une partie dégagée et en pente partant de la mairie vers la rivière École, aujourd'hui utilisée pour accueillir les spectateurs du spectacle pyrotechnique de la fête patronale, d'une clairière plate comprenant un kiosque accueillant aujourd'hui les figurants du spectacle et les stands de la brocante. Le reste du parc est composé de bois[70].
  • L'église Notre-Dame de Pringy[71], située rue de l'église à côté de la mairie[72].
On ne sait pas précisément quand elle a été construite, mais on sait qu'elle existait en 1096[73].
Son clocher abrite la cloche baptisée en 1663 Françoise Denise. Une seconde cloche baptisée Marie Catherine en 1740 a été fondue pendant la Révolution. Son horloge date de 1862[73].
L'église fut restaurée en 1866 grâce à la générosité de Louis Martin Lebeuf[73].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pringy

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

D'azur aux trois monts d'argent soutenus d'une onde du même, le mont du milieu sommé d'un geai au naturel, au chef cousu de gueules chargé de deux clefs d'or passées en sautoir, accostées de deux fragments de chaines brisées du même, posés en pal[74].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La distance est mesurée entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluée à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  8. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  9. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  10. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Pringy - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne. », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Pringy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Distance entre Pringy et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Pringy », sur www.villorama.com (consulté le ).
  4. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  5. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’École (F4480600) ».
  7. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 10 avril 2019
  8. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le ).
  9. « SAGE Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le ).
  10. « le Schéma d'aménagement et de gestion des Eaux de la nappe de Beauce », sur www.sage-beauce.fr (consulté le ).
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  12. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Pringy et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  17. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  18. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Parc naturel régional du Gâtinais français », sur www.parc-gatinais-francais.fr (consulté le ).
  20. « le Parc naturel régional du Gâtinais français - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  22. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  25. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  27. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  28. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  29. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  30. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  31. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  32. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  33. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  34. « Le SCOT Région melunaise », sur www.seine-port.f (consulté le ).
  35. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  36. [ https://territoires-fr.fr/lieux-list1.php Site territoires-fr.fr] consulté le 11 avril 2019 sous le code commune 77378.
  37. Statistiques officielles de l'Insee.
  38. « 77 - Seine-et-Marne », sur iledefrance-mobilites.fr (consulté le ) (Plan 56 : secteur de Melun).
  39. « Plans & horaires - Pringy », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  40. « Réseaux de bus - Transdev Ile-de-France St-Fargeau-Ponthierry », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  41. « Réseau de bus - Transdev Ile-de-France Vaux-le-Pénil », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  42. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, I, p. 248.
  43. Archives nationales, LL 1450a, fol. 49.
  44. Poupardin, Saint-Germain-des-Prés, I, p. 157.
  45. Archives nationales, Q1 1405.
  46. « Pringy », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en ).
  47. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  48. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 581.
  49. « Résultats Municipales Pringy (77310) - Élections 2020 », sur francetvinfo.fr (consulté le ).
  50. Annuaire des Mairies de la Seine-et-Marne (77)
  51. Julien Van Caeyseele, « Seine-et-Marne. Voici les nouveaux maires de Boissettes, Pringy et Seine-Port : Lors de conseils municipaux extraordinaires, Thierry Segura a été élu maire de Boissettes, Eric Chomaudon maire de Pringy et Vincent Pault-Petit a été réélu à Seine-Port », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Eric Chomaudon a été élu maire de Pringy à l’unanimité et succède donc à Eric Bonnomet (...) À 40 ans, cet associé d’un cabinet de recrutement accède à son premier mandat électif ».
  52. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  53. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  54. a b et c « Commune de Pringy - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  55. « CA Melun Val de Seine (CAMVS) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  56. « CA Melun Val de Seine (CAMVS) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  57. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  58. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  59. « Pringy - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  60. « Pringy - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  65. http://www.mairie-pringy77.fr/fr/rubrique/6/jeunesse
  66. « Pringy, la légende », sur http://www.larepublique.com, .
  67. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Pringy. », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  68. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  69. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Pringy. », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  70. « la mémoire romantique du 19e siècle », Présentation de PRINGY, sur http://www.mairie-pringy77.fr/ (consulté le ).
  71. « Les objets classés de l'église. », base Palissy, ministère français de la Culture.
  72. « Église Notre-Dame - Pringy », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en ).
  73. a b et c Alain Sauret, document mentionné en bibliographie.
  74. (fr) Commission municipale chargée de la communication - Coordinatrice de rédaction : Béatrice Berthout, « Pringy info N°14 » [PDF], sur http://www.mairie-pringy77.fr, (consulté le ), p. 23.