Croissy-Beaubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Croissy-Beaubourg
Croissy-Beaubourg
La mairie.
Blason de Croissy-Beaubourg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité Communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Michel Gérès
2014-2020
Code postal 77183
Code commune 77146
Démographie
Gentilé Croisséens
Population
municipale
1 987 hab. (2017 en diminution de 0,9 % par rapport à 2012)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 45″ nord, 2° 39′ 38″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 116 m
Superficie 11,63 km2
Élections
Départementales Canton de Champs-sur-Marne
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Croissy-Beaubourg
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Croissy-Beaubourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Croissy-Beaubourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Croissy-Beaubourg
Liens
Site web croissy-beaubourg.fr

Croissy-Beaubourg (prononcé [kʁwa.si bo.buʁ]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Croisséens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 3 km au sud de Torcy. Elle s'étend sur 1 163 hectares dont 600 de massif boisé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Croissy-Beaubourg
Lognes Torcy Collégien
Croissy-Beaubourg
Émerainville Roissy-en-Brie Pontcarré

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose d'un cours d'eau référencé : le canal 01 de la Commune de Pontcarré, long de 2,18 km[1], qui conflue avec le Morbras. Sa longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 0,02 km[2].

La commune compte de nombreuses pièces d'eau dont 2 étangs traditionnels et anciens, l'étang de Croissy et étang de Beaubourg probablement créés au XVIIe siècle comme étangs d'agrément du château[3]. C'est ici que nait le Maubée, affluent de la Marne[4] qui donna son nom au val éponyme.

Climat[modifier | modifier le code]

Croissy-Beaubourg, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville de Croissy-Beaubourg est desservie par les lignes de bus suivantes :

La ville est bordée, au nord, par l'Autoroute A4 dont l'accès est facilité par un échangeur situé sur la commune (sortie 10.1 Val Maubuée Sud).

Le village est aussi traversé par les routes départementales D406, D1406 et D10P. La route départementale D128 venant y terminer sa course.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[5], le territoire de la commune se répartit en 58 % de forêts, 16,7 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 11,3 % de terres arables, 7,6 % de zones urbanisées, 4,2 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée, 1,9 % d’espaces verts artificialisés non agricoles et 0,5 % de prairies[2],[6].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 31 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[7].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 780 dont 94,6 % de maisons et 4,7 % d'appartements.

Parmi ces logements, 98,1 % étaient des résidences principales, 0,4 % des résidences secondaires et 1,5 % des logements vacants[Note 2].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait t à 83,7 % contre 13,9 % de locataires[8] dont, 10 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 3] et, 2,4 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

C'est en 1804 qu'ont fusionné Croissy et Beaubourg.

La commune se nommait auparavant Croissy-en-Brie[9].

Voir Croissy-sur-Seine

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune, constituée de deux anciennes paroisses : Beaubourg et Croissy, a été réunie en une seule commune le 1er floréal de l'an XII (20 avril 1804)[10].

Croissy[modifier | modifier le code]

Crussiacum : la seigneurie de Croissy-en-Brie aurait été donnée dans le premier tiers du XIe siècle, sous le roi Robert le Pieux, par le sire Henry de Croissy à l'abbaye de Lagny, dont les maîtres de Croissy la tiendraient désormais. Croissy doit ensuite probablement relever des Garlande, grands possesseurs de seigneuries, fiefs, châteaux, domaines, terres, moulins ou forêts en Brie aux XIe-XIIe siècles (cf. Livry, Noisiel, Tournan, Gournay, La Queue, Roissy, Torcy... ; blason : D'or aux deux fasces de gueules), et passer ensuite à leurs descendants Montfort (Agnès de Garlande épouse Amaury III de Montfort en 1120), puis Meulan (leur fille Agnès de Montfort est mariée en 1141 à Galéran IV de Meulan) et Longueval (leur arrière-petite-fille Jeanne/Anne de Meulan marie l'amiral Aubert II de Longueval-Framerville en 1265). En tout cas, il est avéré que les Meulan puis les Longueval possèdent Croissy[11],[12], et après eux les Montmorency (leur fille Jeanne de Longueval épouse en 1286 E(v)rard de Montmorency-Conflans et Breteuil, échanson royal, fils cadet de Mathieu III) et les Léon (leur fille Jeanne de Montmorency marie en 1307 Hervé VI de Léon sire de Noyon-sur-Andelle). Leur fils Henri VII de Léon en faisait encore l'hommage en 1344.

Probablement par une vente, une saisie ou un échange, Croissy passe ensuite à un certain Pierre de/du Pala(i)s, dont la veuve le cède vers 1355 contre 4 000 deniers d'or à l'agneau à Nicolas Braque, conseiller de Jean II et Charles V, ce dernier lui rachetant Croissy pour la même somme le 17 décembre 1356[13]. Autres conseillers des rois Valois, le chambellan royal Bureau de La Rivière l'avait en 1372 (avec Gournay), puis Jean Jouvenel des Ursins de Traînel en 1376, 1379 ; une fille de Bureau, Perrette de La Rivière, † vers 1451/1463, femme de Guy VI de La Roche-Guyon, † 1415 à Azincourt, retrouve le fief dans la 1re moitié du XVe siècle. Dans la 2e moitié de ce siècle, Jacques d'Estouteville-Torcy de Beynes, conseiller-chambellan de Charles VIII, prévôt de Paris en 1479-1509 est seigneur de Croissy, Obsonville, Beynes et Blainville, baron d'Ivry (Jacques était le fils de Robert VII et l'époux de Gillette de Coëtivy ; curieusement, son lointain cousin homonyme Jacques était le fils de Marie de La Roche-Guyon, le petit-fils de Guy VII de La Roche, et l'arrière-petit-fils de Perrette de La Rivière et Guy VI de La Roche-Guyon). Durant la guerre de Cent Ans, le château médiéval de Croissy est pris et brûlé par les Armagnacs.

Puis on trouve comme détenteurs de Croissy-en-Brie : en 1510 Etienne Petit, notaire et secrétaire du roi, aussi seigneur de Torcy dès 1482/1484 ; en 1553 Michel de Champrond, bailli-capitaine de Chartres ; en 1573, le marquis de Cœuvres, père de Gabrielle d'Estrées - favorite de Henri IV - en est le possesseur, suivi de son gendre le duc de Brancas-Villars ; puis au XVIIe siècle : Antoine Fouquet de Croissy, diplomate, parlementaire et frondeur[14], et Joachim Bérault.

En effet en 1656, la terre est achetée par Joachim Béraud (1603-1683), Grand Audiencier de France, par ailleurs seigneur de Torcy par son mariage en 1655 avec l'héritière Marguerite de Laistre : ils marient leur fille Françoise Béraud à Charles Colbert, frère cadet du ministre de Louis XIV. Ainsi est créé le « marquisat de Croissy et Torcy » en juillet 1676. En 1764, la terre de Croissy est vendue avec Torcy (mais sans le titre de marquis) au fermier général et secrétaire du roi Antoine François Bouret de Valroche (1711-1776), frère puîné d'Etienne-Michel et créancier de Jean-Baptiste-Joachim Colbert. Sa fille héritière Marie-Antoinette Bouret de Valroche, comtesse de Villereau par son 2° mariage en 1775 avec Louis-Gaspard de Villereau, devra céder Torcy à Etienne-Pascal Gigault de Crisenoy, mais réussira à conserver Croissy-en-Brie.

Après la Révolution de 1789, parmi les personnes illustres qui ont possédé le château de Croissy, citons la comtesse de Montesquiou (1821)[15], le prince de La Trémoille (1826 ; le duc Charles-Bretagne, prince de Tarente ? Son neveu Charles-Léopold-Henri prince de Talmont, fils du chef chouan Antoine-Philippe, est dit avoir des biens, terre et château, à Croissy-Beaubourg[16] : né en 1787, il était mort dès le 7 novembre 1815), puis le comte et la comtesse d'Agoult (1833), ou Jules de Courmont (1853 ; sa demi-sœur Annette-Cécile de Courmont est la mère des Goncourt[17]). Marie d'Agoult, spirituelle femme de lettres, crée un salon où l'aristocratie et les artistes se rencontrent. Parmi les visiteurs, notons : Ingres, Émile de Girardin, Sainte-Beuve, Heine, Rossini, Chopin, Meyerbeer, Alfred de Vigny, Eugène Sue et Franz Liszt (l'amant de Mme d'Agoult). Le château a été dénaturé au XIXe siècle et a subi une destruction quasi complète le 17 août 1944 lorsque les troupes allemandes qui l'occupaient le firent sauter.

Beaubourg[modifier | modifier le code]

Bellus Bergus : Beaubourg, seul village de ce nom en France, avait une chapelle seigneuriale érigée en paroisse au XIIe siècle Elle avait pour patrons sainte Marie-Madeleine et saint Marlin et elle était édifiée dans la cour du château. Le château de Beaubourg, construit sur une petite éminence avec fossés à l'entour, était le chef-lieu d'une seigneurie relevant de la baronnie de Montjay. Parmi les principaux possesseurs, peuvent être cités ([12], p. 854-859) :

  • une famille seigneuriale locale du XIIIe siècle (Jean en 1221, et Simon de Beaubourg en 1240) ; Simon des Essarts en 1326 ;
  • Nicolas Braque (vers 1320-août 1388), puissant conseiller des rois Valois Jean et Charles, acquiert Croissy (voir ci-dessus), Clotomont (à Croissy) et Beaubourg vers 1355, puis sa fille Marie Braque transmet ces deux derniers fiefs à son mari Pierre de Villebéon ; un certain Raoul de Longueval, que l'historien Jean Lebeuf présentait comme le 2° époux de Marie Braque, ce qui n'a rien d'assuré ; la fille de Pierre et Marie Braque, Marguerite de Villebéon, épouse Guillaume du Drac vicomte d'Aÿ, † sans postérité vers 1414, fils de Jacqueline d'Aÿ († 1404) et de Jean Ier d'Aÿ († 1413)[18] ;
  • la famille du Drac[19] garde alors Beaubourg et Clotomont, avec les deux frères de Guillaume, Philippe du Drac vicomte d'Aÿ, et Girard du Drac sire de Claye ; Anne du Drac, petite-fille de Philippe, porte les fiefs à son mari Jean de Marle(s) de Versigny[20] (fils d'Arnaud de Marle, Garde des Sceaux, † 1456, lui-même fils du chancelier Henri) : parents de Christophe de Marle (vers 1485-1555 ; conseiller au Parlement, chanoine d'Avranches), de Claude (x Augustin de Thou), et de Nicole de Marle (x René Hector de Péreuse) ; les fils de ces derniers, Nicolas Hector de Perreuse (maître des requêtes, prévôt des marchands en 1586-1588) et son frère Christophe Ier Hector de Marle de Versigny (maître des requêtes), héritent Beaubourg et Clotomont de leur oncle maternel Christophe de Marle ; Jacques Hector de Marle († 1651 ; deuxième fils de Christophe Ier Hector de Marle), les possède ensuite, puis sa fille Claude Hector de Marle qui les apporte à son cousin germain Bernard Hector de Marle († 1694 ; fils de Marie, fille d'Oudard Colbert de Villacerf, et de Christophe II Hector de Marle, le frère aîné de Jacques), qu'elle épouse en 1655 ; en 1665, Bernard Hector de Marle vend Beaubourg et Clotomont à Marie Vivien, veuve de Simon Bachelier, receveur général des Finances d'Orléans ;
  • autre Simon Bachelier, fils des précédents, aussi receveur général des Finances d'Orléans, succède à sa mère Marie Vivien en 1668, puis viennent après lui son fils Jean-Baptiste-Joseph (en 1697) et son petit-fils Louis-Jean-Baptiste Bachelier (en 1711) ; hérite ensuite le cousin germain de ce dernier, Simon-Louis Brûlart de La Borde de Rouvres[21] († sans postérité ap. 1754 ; fils de Denis-Noël Brûlart marquis de Rouvres (vers 1670-1739) et de Bonne-Marie Bachelier, † 1716, sœur de Jean-Baptiste-Joseph) ;
  • Les derniers seigneurs sont les Tissart de Rouvres, la sœur de Denis-Noël, Madeleine Brulart (vers 1666-1761) ayant épousé en 1696 Louis-Alexandre Tissart (vers 1659-1732) : leur fils Louis-Jacques-Noël marquis de Tissart de Rouvres[22] († 1775 ; cousin germain de Simon-Louis Brulart, officier des gardes françaises) est le nouveau seigneur ; il magnétisa un arbre du parc du château ; sa postérité est assurée par son fils le marquis Louis-Joseph (1754-1795) et sa fille Louise-Marthe (1754-1804 ; x 1773 Emmanuel-Maurice Pondre de Guermantes, 1747-1785).

Puis l'ancien domaine fut démantelé : le jurisconsulte Treilhard (1742-1810) fut propriétaire du château, qui deviendra en 1846 la propriété de M. de Tupigny de Bouffé. À son décès, sa nièce, la comtesse de Ferrières de Sauveboeuf, en héritera, puis le revendra. M. Smadja, patron et directeur du journal Combat, en sera le dernier propriétaire. En 1975, le château en ruines fut démoli pour permettre l'implantation de bureaux. Seules ont été conservées et restaurées les dépendances du château, qui appartient désormais au groupe d'hypermarchés Cora pour abriter leur direction.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, elle appartient au secteur II du Val Maubuée.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Augustin Durecq    
1947 mars 1977 Jean Lemarié    
mars 1977 mars 1983 Michel Diefenthal PS  
mars 1983 en cours Michel Gérès[23] UMPLR Cadre commercial retraité
Suppléant du député Gérard Jeffray (1993 → 1997)
Suppléant de la députée Chantal Brunel (2002 → 2012)
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Roccasecca (Italie)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2017, la commune comptait 1 987 habitants[Note 4], en diminution de 0,9 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
201193274259259267282265282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277270281277247233244252260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
242260241260273306227161190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2172319571 5552 3962 2362 1472 0372 008
2017 - - - - - - - -
1 987--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Contrairement à l’arrondissement dont la population est en forte hausse avec 343 583 habitants en 1999 pour 302 207 en 1990 soit 41 376 personnes en plus avec une densité de 1 138 habitants au km² ; la commune a perdu en 9 ans 160 habitants (2 396 en 1990 et seulement 2 236 en mars 1999), avec une densité de 192 habitants au km². Le village comptait 957 habitants en 1975 et 231 habitants en 1968. De 1990 à 1999, 203 naissances et 61 décès ont été enregistrés, soit un excédent naturel de 142 personnes. Par ailleurs, le déficit des entrées sur les sorties de population est de 302 personnes, ce qui explique la perte de 160 personnes et ces chiffres traduisent une nette décohabitation.

Enseignement[modifier | modifier le code]

École maternelle Alfred-Chartier.

La commune possède sur son territoire deux écoles publiques : une école maternelle (Alfred-Chartier) et une école élémentaire (Les Lions-de-Beaubourg). Croissy-Beaubourg dépend du collège du Segrais (Lognes) et du lycée Jean-Moulin (Torcy).

Loisirs[modifier | modifier le code]

Croissy-Beaubourg dispose d'une crèche communale, d'un centre de loisirs (pour les enfants), d'un club pour les adolescents et d'un club pour les retraités. Un voyage est organisé chaque année par la mairie pour les retraités de la commune et des séjours, colonies et voyages d'école sont organisés pour les enfants et les jeunes de la commune.

Un espace culturel Michel Fugain a été inauguré en janvier 2019.

Associations et Sports[modifier | modifier le code]

Salle polyvalente de l'Orangerie
Club des jeunes

De nombreuses associations sont sur la commune dont des associations sportives.

L'ASCB (Association Sportive de Croissy-Beaubourg) propose des sections foot, gym, arts martiaux, yoga, tennis de table, motricité et d'autres sports sont proposés par diverses associations (Atelier d'arts chorégraphiques, Tennis (ATCB), Club de boules de Croissy-Beaubourg CBCB (Pétanque), Club de Kung-fu Wushu, Golf club de Croissy-Beaubourg, Judo Club Croissy Umenoki, Croissy-Beaubourg Modern'Jazz, Badminton Club de Croissy-Beaubourg).

D'autres associations sont implantées tel que l'ABCDEFGH (Association des Briards), l'Association des familles et ASTROCOM (Astrologie & communication) ou encore le comité des fêtes (qui organise les fêtes à Croissy-Beaubourg), la Maison Pour Tous « Juge Michel », Mistigris Croissy-Beaubourg (Association de défense des chats), l'Association pour la démocratie et la transparence, le PIMV (Parents Indépendants de Marne-la-Vallée : Fédération de parents d'élèves). Ces associations sont présentes lors du forum des associations chaque année au mois de septembre avant que les activités ne reprennent pour une nouvelle saison.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête du village : 2e dimanche de septembre (en l'honneur de la Nativité de la Vierge)

Économie[modifier | modifier le code]

La ZAC Paris-Est qui s'étend entre les communes de Croissy-Beaubourg, Lognes et Émerainville compte en 2016 un peu plus de 200 entreprises.

La ZAC de Lamirault à l'Est de la commune jouxte la ZAC des Portes de la Forêt de Collégien.

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un centre commercial Intermarché. C'est dans ce centre commercial que se situe la pharmacie du village. Un cabinet médical est ouvert depuis février 2008 sur la place du village ainsi qu'une boulangerie-pâtisserie ouverte depuis octobre 2008. Un magasin de sport, Décathlon est ouvert lui aussi depuis le mois d'octobre 2008. Une enseigne Grand Frais a ouvert en novembre 2017.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La ferme de Lamirault.
L'église Saint-Marcel.
Le monument aux morts.

La municipalité a créé une médaille d'honneur intitulée la Croix d'honneur Charles de Colbert de Croissy.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cette ferme fortifiée Logo monument historique Inscrit MH (1985)[27] s'étend à la fois sur les communes de Croissy-Beaubourg et de Collégien.
Elle a la particularité d’être entourée de fossés, déjà mentionnées au XIVe siècle.
Maison seigneuriale au XVIIe siècle, Fouché en fait l'acquisition et transforme le château en ferme. L’édifice sera plus tard acquis par James de Rothschild.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Croissy-Beaubourg.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D’or, à une couleuvre ondoyante en pal d’azur.

Les armoiries de Croissy-Beaubourg sont celles de la famille Colbert, qui résida au château de Croissy au cours du XVIIIe siècle. Le blason représente une couleuvre ondoyante en pal d'azur sur écu d'or, il est soutenu par deux licornes et surmonté d'une couronne de marquis.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • collectif, Croissy-Beaubourg, un siècle d'images, Manchecourt,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  3. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Commune de Pontcarré (F6648002) » (consulté le 30 mai 2020)
  2. a et b Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 13 juillet 2018
  3. Syndicat d'agglomération nouvelle (SAN) du Val Maubuée, « Les étangs du Val Maubué », (consulté le 24 février 2019)
  4. Syndicat d'agglomération nouvelle (SAN) du Val Maubuée, « Val Magazine no 107 - Chaîne des plans d’eau : Quand le paysage guide les aménageurs », (consulté le 11 août 2014), p. 29
  5. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  6. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  7. Site territoires-fr.fr consulté le 3 novembre 2018 sous le code commune 77146
  8. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 30 mai 2020
  9. a et b « Croissy-Beaubourg », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en aout 2016)
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Croissy-en-Brie, p. 446-455 », sur Histoire du diocèse de Paris, t. XIV, par l'abbé Jean Lebeuf, chez Prault Père à Paris, 1758
  12. a et b « Croissy-Beaubourg, p. 849-859, d'après l'abbé Jean Lebeuf », sur Essais historiques et statistiques sur le département de Seine-et-Marne, 3e livraison, par Louis Michelin, 1841
  13. « Famille de Braque : Nicolas Braque, p. 29-30 », sur Armorial général de la Noblesse de France, 3e Registre, 1re partie, par Louis-Pierre d'Hozier et Antoine-Marie d'Hozier de Sérigny, chez Pierre Prault à Paris, 1752
  14. « Fouquet de Croissy », sur Dictionnaire des Journalistes (1600-1789)
  15. De 1821 à 1826, le maire de Croissy est le comte Henry de Montesquiou. S'il s'agit d'Henry, ce qui reste à établir, la comtesse de Montesquiou pourrait être sa fille Elodie, épouse de son cousin le comte Anatole de Montesquiou-Fezensac, mais pas sa femme, † jeune dès 1797.
  16. « Chartrier de Thouars, Archives de la Maison de La Trémoïlle, p. 162 », sur Archives nationales
  17. « La famille maternelle des frères Goncourt », sur Les frères Goncourt, par André Billy, Flammarion, 1954, mis en ligne par Google Books
  18. « Jean du Drac et Jacqueline d'Aÿ », sur Geneanet Pierfit
  19. « Famille du Drac, p. 2 », sur Racines & Histoire
  20. « Famille de Marle de Versigny, p. 13-14, et famille Hector de Marle, p.18-19 », sur Racines & Histoire
  21. « Famille Brulart, p. 12 », sur Racines & Histoire
  22. « Louis-Jacques-Noël Tissart marquis de Rouvres », sur Geneanet, généalogie de Marc Buffenoir
  23. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  27. « Ferme de Lamirault », notice no PA00086897, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. [PDF]« Croissy-Beaubourg magazine, juin 2013 - n° 25 », sur http://cities.reseaudesvilles.fr (consulté en aout 2016)
  29. « Vestiges du Château de Croissy », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en aout 2016)
  30. Atelier Anselm Kiefer à Croissy, Connaissance des arts Hors série no 689