Cachan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cachan (homonymie).

Cachan
Cachan
Vue nocturne des Aqueducs d'Arcueil et de Cachan.
Blason de Cachan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement L'Haÿ-les-Roses
Canton Cachan
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Hélène de Comarmond
2018-2020
Code postal 94230
Code commune 94016
Démographie
Gentilé Cachanais
Population
municipale
29 932 hab. (2014)
Densité 10 924 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 31″ nord, 2° 19′ 55″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 111 m
Superficie 2,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Cachan

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Cachan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cachan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cachan
Liens
Site web ville-cachan.fr

Cachan est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Cachanais.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Cachan dans le Val-de-Marne.

Cachan est une commune du Hurepoix[1]

Elle est située dans la proche banlieue sud de Paris, à deux kilomètres des portes d'Orléans et d'Italie et à 7,4 kilomètres au sud de la cathédrale Notre-Dame de Paris[2].

À l'ouest du Val-de-Marne et en limite des Hauts-de-Seine, elle est voisine des communes suivantes : Arcueil au nord, Villejuif à l'est, L'Haÿ-les-Roses au sud-est, Bourg-la-Reine au sud-ouest, et Bagneux à l'ouest.

La commune s'étend sur toute la largeur de la vallée de la Bièvre, d'un coteau à l'autre. Au sommet du coteau, le parc panoramique offre une vue quasi exhaustive de la commune ainsi qu'une belle vue sur les ponts-aqueducs de Médicis et de la Vanne et sur le sud-ouest de Paris avec la Tour Eiffel.

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune située dans la vallée de la Bièvre entre le plateau du Long Boyau à l'est et celui de Châtillon à l'ouest a une superficie de 2,7 km2, une altitude minimum de 42 mètres, maximum de 111 mètres. Son territoire fait partie du bassin parisien formé à l'époque tertiaire[3].

De nombreuses carrières ont existé au nord de la commune.

Les romains avaient choisi cette partie de la vallée pour construire le pont-aqueduc qui permettait à l'eau, captée à Wissous, de la franchir pour rejoindre Lutèce.

La partie amont de la Bièvre à partir du territoire de l'Haÿ-les-Roses fut recouverte en 1910 jusqu'au moulin de Cachan. Son parcours correspond à l’avenue de la Division Leclerc, passe sous les ensembles d’immeubles entre cette avenue et l’avenue de Lattre de Tassigny puis sous cette avenue et gagne le moulin dont la rue du Moulin de Cachan conserve le souvenir. À partir de ce moulin, la Bièvre se divisait en 2 bras.

  • Le bras vif en ligne droite dans l’axe de l’actuelle rue du Parc de Cachan, passait sous la place Eustache Descamps, à l’arrière de la rue Cousté, s’orientait à gauche, croisait cette rue, puis la rue du Docteur Hénouille et longeait la rue du Fief des Arcs jusqu’à l’aqueduc.
  • Le bras mort entre l’avenue Dumontel et l’avenue Camille-Desmoulins (ZAC Desmoulins). Cette partie recouverte en 1952 a été mise en valeur en 2006 par la promenade paysagère des Rives de Bièvre comprenant un petit tronçon mis en eau.

Les 2 bras se rejoignaient à l’entrée d’Arcueil sous l’aqueduc. Les 2 bras sont réunis et enterrés en 1900 de la rue Guichard jusqu'à Arcueil[4].

Le passage de la Bièvre et son rôle dans l’économie locale sont rappelés par des panneaux sur l'ensemble de l'ancien cours des 2 bras : en 1900 130 blanchisseries étaient en activité à Cachan et encore 75 en 1937.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l’Île-de-France[5], et donc, de Cachan est caractérisé par une certaine modération.

Cachan se trouve dans un bassin, en limite des influences océaniques à l'ouest et continentales à l'est. On rencontre les deux types de temps mais l'influence océanique a tendance à prendre le dessus.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La RD 920[6] (anciennement appelée RN 20) passe à la limite ouest de Cachan, et vers le nord, permet de rejoindre la Porte d'Orléans en dix minutes. À l'est, les autoroutes A 6A et A 6B se rejoignent à la périphérie de Cachan.

Transports[modifier | modifier le code]

Cachan est desservie par deux stations sur la ligne du RER B - Arcueil-Cachan et Bagneux. Ces deux gares sont sur le territoire de la commune de Cachan. Celle d'Arcueil-Cachan sera reliée à la rocade du Grand Paris Express (ligne 15), faisant de Cachan un pôle de croisement majeur[7].

De nombreuses lignes de bus relient Cachan à Paris et aux communes limitrophes, via les réseaux de bus de l'Île-de-France :

ainsi que par le réseau des transports de proximité du Val de Bièvre (Valouette), cogéré par le Val de Bièvre et la RATP.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les quartiers de la ville sont :

  • le Centre-ville,
  • le Coteau,
  • la Cité-Jardins,
  • la Plaine,
  • la Prairie,
  • la Grange Ory,
  • Saint Jean,
  • les Lumières.

Logement[modifier | modifier le code]

Cachan compte 10 828 résidences principales réparties comme suit :

  • 23 % de pavillons,
  • 75 % de logements collectifs,
  • 2 % de structures d'hébergement spécifique,
  • 44 % des habitants sont propriétaires,
  • 53 % des habitants sont locataires,
  • 3 % hébergés ou logés à titre gratuit.

Le parc social représente 3 729 résidences principales. Il est composé de logements allant du F1 au F5. En termes de typologie, les F3 représentent 44 % du parc social, les logements de type 4 et 5 étant peu nombreux.

 Cachan compte 11 bailleurs sociaux :
  • dont 3 offices publics : Cachan-Habitat OPH qui gère un patrimoine de 2043 logements (1431 logements OPH + 612 SAIEM, soit 52 % de l’offre sociale communale), Valophis (800 logements soit 21 % de l’offre sociale communale) et Paris-Habitat.
  • dont 8 SA HLM : I3F, Efidis, Batigère, Aximo, OGIF, Osica, La Sablière, Moulin Vert.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Le raccordement au réseau de chaleur alimenté par la géothermie continue à s'étendre. Un forage sub-horizontal, technique inédite dans ce domaine, est utilisé en 2018 pour augmenter les capacités du réseau exploité par Dalkia[8].

En 2005 la dalle du marché de la Plaine et le parc de stationnement souterrain qu'elle surmonte ont été réaménagés[9].

L'ensemble du Quartier Dollet-Cousté est en cours de reconstruction.

Le théâtre est tout juste reconstruit.

L'hôtel de ville est en cours de rénovation et transformation.

La gare de la ligne 15 du Grand Paris Express est en cours de construction à proximité de la gare de RER Arcueil - Cachan. Le marché, rue Léon-Eyrolles, a été déplacé et reconstruit.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Villulam canticatum au IXe siècle.[réf. nécessaire]

Plusieurs étymologies fantaisistes ont été proposées pour expliquer l'origine du nom de la ville (caticantus qui signifierait « chant du chat » ; « canton caché ») : Camille Jullian propose en 1922 lors d'un cours au Collège de France une étymologie celtique, où Caticantus désignerait un lieu caractérisé par la présence de sources[réf. nécessaire].

En 1894, ce lieu-dit de la paroisse d'Arcueil a pris une telle importance que son nom est rattaché à celui de la paroisse pour former désormais un unique bloc : Arcueil-Cachan. C'est en 1922 que les habitants de Cachan obtiennent la séparation des deux bourgs et que Cachan devient une commune autonome[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

La préhistoire[modifier | modifier le code]

Le premier groupement humain, qui a été à l'origine de Cachan, avait son habitat sur l'emplacement approximatif de la Redoute des Hautes Bruyères (aujourd'hui à Villejuif), non loin de la Fontaine Couverte (Pezée) sur le Coteau de Cachan. Les vestiges de ce village néolithique ont été découverts en 1896.

Le plateau des Hautes Bruyères , séparé de celui de Châtillon par la largeur de la vallée de la Bièvre, soit cinq kilomètres environ, est topographiquement une position de choix, tant pour la surveillance que pour la défense. Site fortifié pendant la guerre de 1870, une redoute y fut édifiée qui conserva une importance stratégique et demeura utilisée à des fins militaires jusqu'au dernier conflit mondial.

"Le grand nombre d'instruments lithiques trouvés dans ce site donne à penser que la population y fut relativement dense, davantage sur le versant de la fortification, au-dessus de Cachan".

Il a été soutenu que la source principale captée aujourd'hui sous le nom de Fontaine Couverte (ou Fontaine Pezée), expliquait la naissance de la cité actuelle. L'agglomération se serait légèrement déplacée à l'époque protohistorique, par suite d'une tendance générale des hommes à s'établir non plus sur les lieux élevés, mais à flanc de colline.

La collectivité humaine aurait ainsi quitté le Plateau des Hautes-Bruyères, trop exposé au ruissellement et aux intempéries, pour se regrouper autour de la source.

Telle était l'hypothèse de Camille Jullian. Jusqu'à présent, aucun vestige d'habitation, aucun objet susceptible de prouver l'installation permanente des néolithiques dans le voisinage de « La Fontaine Couverte » n'ont été découverts.

D'ailleurs, l'antique village dut demeurer longtemps sur son aire initiale. Deux raisons majeures l'y déterminaient :

1) Son étendue en limite des champs de culture de ses habitants, lesquels pouvaient surveiller et, au besoin, défendre leurs récoltes ;

2) L'avantage de sa situation sur le chemin de crête qui, au bord du plateau, surplombant le lit de la rivière, desservait les hameaux ou villages de l'Hay, Chevilly, la Rue, Fresnes et Villejuif. L'existence de cette voie très ancienne a été reconnue.

Cela, jusqu'à ce qu'un chemin de pénétration dans la vallée de la Bièvre eût été pratiqué (au plus tôt à l'époque de l'occupation romaine de la Gaule) le village néolithique se maintint sur la hauteur.

L'époque romaine[modifier | modifier le code]

Le berceau d'Arcueil-Cachan dut se constituer dans le voisinage du pont-aqueduc romain, ouvrage dont la garde et l'entretien nécessitaient, sur place, une collectivité de manœuvres ouvriers, fontainiers et agents. D'autre part, pour construire leur aqueduc, desservir les chantiers et permettre la circulation des matériaux et des hommes (carriers, glaisiers, briquetiers, maçons, charretiers, charrons, forgerons, etc.), les Romains créèrent des voies d'accès parallèles. Or, les deux plus anciennes de nos voies locales, la rue Émile-Raspail à Arcueil (ancienne Grande Rue) et la rue des Tournelles à Cachan (ancienne Grande Rue) d'appellation identique, suivent assez précisément le tracé de l'antique rigole, ce qui autorise à penser que ces deux chemins ont été ouverts au moment de la construction romaine.

Cachan possède, sur son territoire, les seuls vestiges d'un pont-aqueduc de l'ancienne Lutèce : deux massifs de maçonnerie engagés dans les bâtiments de la maison Renaissance. Après avoir traversé la commune de l'Hay les Roses, l'aqueduc suivant la rive droite de la Bièvre, pénétrait sur le territoire de Cachan, longeant à peu près parallèlement la rue des Vignes. Il faisait ensuite un brusque coude vers l'ouest, traversait la route départementale de Paris à Bourg la Reine, profitait d'un défilé de la Bièvre connu sous le nom caractéristique de Longboyau, pour passer sur les voûtes d'un pont-aqueduc de la rive droite à la rive gauche de la rivière ; il pénétrait ensuite dans Arcueil vers Paris.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les plus anciens textes attestent l'existence de ce hameau. Le premier document qui consacre l'existence historique de la terre de Cachan est daté de 829. C'est un acte de confirmation des biens de l'abbaye de Saint Germain des Prés par Louis le Pieux et Lothaire. Cette charte fut renouvelée en 872 par Charles le Chauve.

L'historien l'abbé Lebeuf a prétendu que Pépin le Bref avait un palais à Cachan. Un document accrédite sa thèse : c'est un diplôme de Louis le Bègue datant de 878. On trouve, des allusions à Cachan en 1309, divers arrêts du Parlement dont l'un en présence du Roi. Plusieurs ordonnances royales furent datées de Cachan.

Il faut croire que l'ancien château avait quelque importance, présentait certains charmes, puisque Eustache Deschamps, poète du XIVe siècle, s'enthousiasma pour ce manoir au point de proclamer que, de tous les lieux plaisants, aucun ne saurait lui être comparé.

Les vers de Deschamps, seuls, permettent de se faire une idée de ce château disparu, autour duquel s'étendaient plusieurs jardins allant jusqu'aux rives de la Bièvre. Le cours d'eau, au clair murmure, avait été soigneusement aménagé pour la pêche, avec maints réservoirs à poissons. Au-delà des vignes étagées sur le coteau, et dont le vin était servi au personnel et à la garnison du château, des bois giboyeux et proches ajoutaient un attrait à ce lieu enchanteur. Les prés, alternant avec les grasses terres, les granges débordantes des produits d'une culture facilitée par une judicieuse irrigation, les grands arbres et les arbrisseaux.

Cachan, comme toute la banlieue sud, eut à souffrir de la guerre de Cent Ans. Le mardi 7 avril 1360, le roi d'Angleterre reprit sa marche sur Paris avec le gros de son armée, se hâtant d'occuper les points culminants de la partie sud ouest, entre la rive gauche de la Seine et le cours de la Bièvre.

Jean le Bon agrandit le manoir royal de Cachan par l'acquisition, en 1353, moyennant 4 000 écus d'or, d'une terre appartenant à Jeanne de Trie, veuve de Charles de Chambly. Peu après, cette terre fut constituée en apanage : elle échut alors au duc de Berry qui en fit don à Louis d'Anjou, par un acte daté du 8 juillet 1317.

Le domaine de Cachan passa de Louis II à Louis III, son fils, en 1417 ; puis, en 1439, à Charles d'Anjou par héritage de son frère René, roi de Sicile. Ensuite, il fut aux mains de divers particuliers que l'on ne peut identifier, mais, un siècle plus tard, on trouve encore mention de l'« Hostel du Roi », et, en 1555, un lieu-dit s'appelait les Grands Rois.

Une légende veut que Bertrand Du Guesclin ait habité Cachan. Le seul document qui existe, attestant la propriété d'un « hôtel » à Cachan par le Connétable est un acte de donation, par ce dernier, de ladite possession au duc Louis d'Anjou (8 juillet 1377).

On ignore si Charles VI y séjourna, le 19 avril 1381, premier vendredi après Pâques. Sacré depuis six mois à peine, le roi avait alors treize ans ; il vint à Cachan, chez son oncle, le duc d'Anjou, auquel appartenait le château.

Ainsi, le souvenir du domaine royal de Cachan s’est maintenu pendant six siècles consécutifs.

Les XVIe et XVlle siècles[modifier | modifier le code]

Si, au temps de Ronsard, Cachan fut choisi comme un but de promenade par les écoliers de l'Université de Paris et par les poètes de la Pléiade, à cause de la beauté du site, des vestiges de l'aqueduc romain et de la fraîcheur de la Fontaine Couverte, le village eut à pâtir des horreurs de la guerre civile. En 1562, le prince de Condé fit occuper Arcueil et Cachan par ses lansquenets qui vécurent sur le pays avant de le piller ; les Cachanais durent, par prudence, se réfugier dans la chapelle du château.

En 1589, Henri IV vint mettre le siège devant Paris. Ses troupes attaquèrent par la porte Saint Jacques ; de même que les autres bourgades environnantes, Cachan fut victime de nombreuses dévastations.

Du XVIIe siècle, l'histoire a gardé de meilleurs souvenirs, quoique la municipalité de Paris, pendant les combats de la Fronde, ait suscité la panique en enjoignant aux Cachanais de démolir leurs ponts.

D'autre part, l'approvisionnement en eau potable de la rive gauche de Paris où, depuis la détérioration de la canalisation romaine, l'eau ne se trouvait plus qu'au fond de puits de vingt à vingt cinq mètres de profondeur. Afin de pourvoir à l'alimentation du quartier de l'Université, en accroissement démographique, Henri IV et Sully ordonnèrent de rechercher les sources du plateau du Long-boyau ; Sully acheta plusieurs champs à Rungis, en 1609, mais l'assassinat du roi fit tout arrêter.

Heureusement, Marie de Médicis, qui avait acquis l'hôtel du Luxembourg et les terrains contigus pour y édifier un palais, reprit le projet. La construction du pont-aqueduc d'Arcueil-Cachan fut décidée sur les plans et dessins de Thomas Franchini, « Conducteur des Fontaines du Roy ». Les travaux d'adduction pont-aqueduc compris, furent adjugés à Jehan Coing, maître maçon à Paris.

Les 13 et 17 juillet 1613, Louis XIII vint à Cachan, à l'occasion de la pose de la première pierre du grand regard à Rungis. Les narrations des visites du jeune Roi à Cachan prouvent que le château de l'endroit était assez vaste pour recevoir une centaine de seigneurs, compagnons ou familiers du monarque.

Quelques détails qui ont leur importance :

En 1671, les eaux du Coteau de Cachan furent introduites dans l'aqueduc sous réserve de concession d'un pouce d'eau par jour au domaine des moines de Saint Germain.

Un document conservé aux Archives Nationales nous fournit un état des maisons situées dans la seigneurie de Cachan en 1694 outre le château, la ferme attenante, le pressoir et les bergeries, on compte 18 maisons appartenant à divers propriétaires : quelques-unes sont qualifiées « grandes », d'autres « petites ».

Le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les biens de l'abbaye de Saint Germain des Prés à Cachan étaient indépendants du domaine royal situé en ce lieu. Un état de 1706 nous renseigne sur les possessions des moines bénédictins qu'il évalue à 183 arpents et demi. Au cours du XVIIIe siècle, les religieux affermèrent leurs terres et bâtiments agricoles à des laïcs. Ils se réservèrent le château qui avait été deux siècles plus tôt, la résidence préférée de leurs abbés. Ce château avait été bâti par le cardinal de Tournon (1490 1562). À la fin du XVIIe siècle, la propriété consistait « en un très beau parc depuis la route d'Orléans jusqu'à la Seigneurie », en un château comprenant cuisine, salle à manger, fontaine, grande salle, chapelle, six chambres de maîtres. Le château de Cachan fut confisqué lors de la Révolution, mis en vente en 1791 et démoli sous la Restauration. Quelques dépendances subsistèrent, dont un petit pavillon, encore visible en 1955, date de sa destruction.

On a longtemps dit que Camille Desmoulins avait habité Cachan. Le tribun vint seulement s'y promener en compagnie de Lucile, propriétaire à Bourg-la-Reine ; dans sa dernière lettre à son épouse, la nuit précédant son exécution, il évoqua les heures vécues ensemble à Cachan.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au recensement qui eut lieu en 1801 : Arcueil-Cachan comptait 1126 habitants. Le développement industriel et l'extension de Paris allaient bientôt accroître la densité démographique.

De grandes transformations eurent lieu à partir de l'Empire. En 1811, le vieux cimetière attenant à l'Église paroissiale d'Arcueil fut transféré chemin du Bateau, sur Cachan ; c'est notre cimetière communal. La viabilité, fort défectueuse, fut améliorée ; vers 1825/26, construction d'un pont à l'extrémité de la rue Hénouille ; enlèvement des ordures dans les deux principales rues ; cession officielle de 15 300 litres d'eau aux habitants de Cachan en 1843 et édification d'une fontaine publique place Gambetta, en 1845 ; réglementation des constructions en bordure de la Bièvre en 1852 ; création de l'égout latéral à la rivière. Les moyens de transport furent modernisés : ligne ferroviaire avec station Arcueil-Cachan (1848) ; chemin de fer sur route de Paris à Arpajon ; mise en viabilité de la route de l'Hay (1880). Pose d'une boîte aux lettres et création d'un bureau de tabac, place de Cachan.

En 1884, ouverture d'une école « maternelle publique et laïque », rue Bronzac, fréquentée, en 1899 par 123 enfants. Une cabine téléphonique fut installée rue C. Desmoulins. À la veille de la guerre de 1870, le pont aqueduc de la Vanne, long de 990 m, haut de 38 m, était presque achevé.

Toute la banlieue sud eut à pâtir du premier conflit franco-allemand. Le 8 septembre 1870, les habitants de Cachan, qui risquaient de se trouver sous les feux des artilleries françaises et allemandes, furent invités à rentrer dans l'enceinte de Paris et à brûler les approvisionnements qu'ils ne pouvaient emporter. Les Prussiens s'emparèrent de la redoute des Hautes Bruyères, le 19 septembre. Le 23, elle fut reprise. Le 30, Cachan fut occupée par les Prussiens. Le 7 octobre, les Français, descendant tout à coup des Hautes Bruyères, délogèrent l'ennemi, lequel évacua les lieux après avoir vidé les caves, brûlé les meubles.

Une batterie d'artillerie fut installée dans la propriété de Benjamin Raspail, parallèlement à la rue Marcel-Bonnet.

Le début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la principale industrie de Cachan était la blanchisserie avec 130 établissements en 1900, une centaine en 1927 et encore 75 en 1937. Ces entreprises qui employaient une main d'œuvre en majorité féminine étaient relativement importantes, une dizaine de salariés pour la plupart, certaines jusqu'à 40. L'eau de la Bièvre trop polluée n'était plus utilisée mais puisée par des pompes dans la nappe phréatique. Les eaux usées étaient déversées dans la rivière. Les blanchisseurs allaient prendre le linge à domicile pour la plus grande partie à Paris et le ramenaient lavé et repassé[4].

Création de la commune de Cachan[modifier | modifier le code]

La commune de Cachan[10] date du 26 décembre 1922. Elle était auparavant un hameau puis un quartier d'Arcueil. L'étymologie de son nom est discutée. Les diverses interprétations du latin Caticantus sont toutes conjecturales et les spécialistes de la toponymie consultés ont préféré s'abstenir plutôt que de se risquer à de nouvelles suppositions.

Depuis 1894[11], Arcueil est devenue Arcueil-Cachan. La ville compte alors 7 064 habitants et fête près de 200 naissances par an. C'est une commune encore largement rurale, dominée par l'activité économique des 150 blanchisseurs[12] et des maraîchers qui ont pris la relève des vignerons.

Dès 1911, les habitants de Cachan réclament une séparation d'avec Arcueil et l'obtiennent avec un projet de loi présenté à l'Assemblée nationale le 26 décembre 1922.

En 1923, Amédée Picard devient le premier maire de Cachan. Ces années d'entre deux guerres sont celles de la modernité, conduite par Léon Eyrolles. L'éclairage public se généralise, le réseau d'assainissement se développe, on inaugure un marché aux comestibles. Les quartiers se transforment, avec le lotissement du Coteau et les premiers projets autour du Pont Royal. Les édifices publics voient le jour : la mairie, inaugurée en 1935 ainsi que trois écoles (Coteau, Belle Image et Paul Doumer). Au recensement de 1931, la ville compte 12 790 habitants. La guerre de 1939-1945 et l'occupation amènent pénurie, rationnement et répression, mais la résistance s'organise.

En 1945, la ville compte 15 156 habitants.

Aux élections de 1953, Jacques Carat est élu. Il restera 45 ans à la tête de la commune et inaugure une période de transformation de Cachan. Les premières acquisitions foncières de 1954 annoncent la naissance du quartier La Plaine, suivie un an plus tard de la création de l'Office municipal de HLM. On multiplie les ouvertures de crèches et de classes, les créations de rues, les élargissements de voies.

En 1962, Cachan compte 23 282 habitants. Parallèlement, l'École Normale Supérieure de Cachan inaugure son campus et confère à la ville un statut de pôle universitaire avec l'École spéciale des travaux publics, créée par Léon Eyrolles en 1891.

S'ouvre alors une décennie dédiée à la culture et aux loisirs : premiers grands spectacles de théâtre et de variétés, premier salon d'arts plastiques, ouverture du cinéma la Pléiade et de la piscine, implantation de l'IUT. Après la transformation de la Cité-jardins et des quartiers de La Plaine et de La Prairie entamée au début des années soixante, les deux décennies suivantes sont celles de la rénovation du centre ville. Les équipements publics continuent aussi de se développer : agrandissements et rénovations d'écoles, construction du stade Léo-Lagrange et des tennis à Dumotel, ouverture du parc Raspail, inauguration de la bibliothèque du centre ville et de la Maison Renaissance (aujourd’hui conservatoire de musique), modernisation du théâtre, des centres socioculturels...

Dans le même temps, l'implantation d’entreprises importantes marque Cachan.

Pour ses 70 ans, la ville a un centre ville transformé et l'on projette le futur quartier Desmoulins.

En 1998, Jacques Carat démissionne et remet son écharpe de maire à Jean Yves Le Bouillonnec, premier adjoint depuis 1992.

En 1999, Cachan compte 25 300 habitants.

L'affaire des « squatters » de Cachan[modifier | modifier le code]

Courant , plusieurs centaines d'immigrés d'Afrique subsaharienne majoritairement en situation régulière[13] sont expulsés d'un bâtiment appartenant au Crous de Créteil sur le campus de l'École normale supérieure. Le bâtiment était alors désaffecté en vue d'une prochaine démolition. Les personnes se retrouvant dans la rue malgré une proposition de relogement d'un mois, le maire de Cachan souhaite apaiser les choses en les relogeant exceptionnellement dans le gymnase d'une école. L'affaire est d'autant plus complexe qu'ils souhaitent être relogés dans un même lieu. Le dossier se complique ensuite avec l'arrivée au gymnase d'autres personnes sans rapport avec les « squatters de Cachan ». La préfecture annonce qu'elle limitera ses offres de relogement à 102 familles soit environ 220 personnes, mais la mairie recense 516 occupants dans le gymnase. Le , Lilian Thuram et Patrick Vieira créent une polémique en invitant, pour un match de football, certains de ces expulsés. Initiative approuvée par certaines associations telle que SOS Racisme mais critiquée par certains hommes politiques de droite comme Philippe de Villiers[14]. Mercredi , Patrick Gaubert et Dominique Sopo, président de SOS Racisme ainsi que Pierre Henry, directeur général de France terre d'asile, acceptent une mission de médiation à la demande de Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur. Selon le ministère de l'Intérieur et les explications de Claude Guéant, cette mission aurait débuté plusieurs jours avant l'annonce faite à la presse, voir Le Monde[15] et Le Figaro[16].

Un an après l'affaire des « squatters de Cachan », la plupart des personnes ont pu obtenir soit un logement provisoire, soit un titre de séjour[17]. Les associations comme France Terre d'Asile soulignent que le gouvernement a donné des papiers à 231 des occupants[18].

Plus anecdotiquement, il semble que Cachan ait été le point de départ de la plaisanterie des boîtes aux lettres roses[19] qui se répandit à Montmartre[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[21], la commune faisait partie du département de la Seine. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-de-Marne et à son arrondissement de L'Haÿ-les-Roses, après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la onzième circonscription du Val-de-Marne.

À sa création en 1922, elle faisait partie du canton de Villejuif. Lors de la mise en place, elle devient le chef-lieu du canton de Cachan. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de une à deux communes.

En matière judiciaire, la commune dispose d'une maison de la justice et du droit[22] et d'un pôle de médiation[23]. Elle fait partie du ressort du tribunal d'instance de Villejuif ainsi que des tribunaux de grande instance, de commerce et du conseil de prud'hommes de Créteil[24].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté d'agglomération de Val de Bièvre, créée le .

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[25].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015 prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre[26], qui a intégré l'ancienne communauté d'agglomération de Val de Bièvre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2014[27],[28].
Résultats de l'élection municipale des 23 et 30 mars 2014 à Cachan[29]
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % CM CC
Jean-Yves Le Bouillonnec PS-PCF-PRG 3 688 45,52 3 722 45,47 26 7
Alfred Spehner UMP-UDI 2 257 27,86 2 373 28,99 5 1
Thierry Didier EELV-PG-Ensemble 2 156 26,61 2 089 25,52 4 1
Inscrits 16 447 100,00 16 447 100,00
Abstentions 7 934 48,24 7 997 48,62
Votants 8 513 51,76 8 450 51,38
Blancs et nuls 412 4,84 266 3,15
Exprimés 8 101 95,16 8 184 96,85

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La municipalité gère notamment la gestion en régie directe plusieurs services à la population comme la restauration scolaire, l’enlèvement des ordures ménagères et des encombrants, les serres municipales, etc[30].

Une maison des services publics est installée en face de l’hôtel de ville.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs d'Arcueil-Cachan
(de 1894 à 1922)
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1892 1900 Alfred Duvillard   Maraîcher
1900 1907 Louis Grégoire Veyssière   Boulanger
1907 1908 Alfred Duvillard   Maraîcher
1908 1912 Louis Grégoire Veyssière    
1912 1919 Jean François Trubert   Employé
1919 1920 Louis Grégoire Veyssière   Boulanger
1920 1922 Victor Roure   Coiffeur
Liste des maires successifs de Cachan[31] (depuis 1922)
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1923 février 1923 François Delage   Employé de commerce
Président de la délégation spéciale à la création de la commun
février 1923 août 1928 Amédée Picard   Professeur
septembre 1928 mai 1929 Félix Choplin   Employé de commerce
Décédé en fonction
1929 1944 Léon Eyrolles   Ingénieur, directeur de l'ESTP
Éditeur
1944 1944 Gaston Audat   Chef de fabrication
Commissaire provisoire le 21 août 1944, à la Libération
Mort en fonction
novembre 1944 mai 1945 Alphonse Verdier Rad. Entrepreneur d'électricité, résistant
Président de la délégation spéciale
mai 1945 octobre 1947 Léon Juzaine PCF Artisan vannier
octobre 1947 juin 1949 Alphonse Melun Rad. Artisan électricien
Mort en fonction
juin 1949 mai 1953 François Marie-Jean Guillas Rad. Commis de marine
mai 1953 septembre 1998 Jacques Carat[32],[33] SFIO
puis
PS
Journaliste
Sénateur du Val-de-Marne (1968 → 1995)
Conseiller général de la Seine (52e secteur)
Conseiller général de Cachan (1967 → 1989)
Démissionnaire
septembre 1998 avril 2018[34],[35] Jean-Yves Le Bouillonnec PS Avocat
Liste des députés du Val-de-Marne (11e circ.) (2002 → 2017[36])
Conseiller général de Cachan (1998 → 2002)
Président du conseil de surveillance de la SGP (2015[37] → )
Démissionnaire
avril 2018[38] en cours
(au 8 avril 2018)
Hélène de Comarmond PS Haute fonctionnaire
Conseillère départementale de Cachan (2015 → )
Vice-présidente du conseil départemental du Val-de-Marne (2015 → 2018)

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Une priorité à la "circulation douce" est favorisée en particulier par les promenades inter-quartiers, des rues piétonnes, des pistes cyclables[réf. nécessaire].

Dans le cadre d’une convention d’association , les quatre villes Arcueil, Cachan, Fresnes et l’Hay-les-Roses ont élaboré ensemble en 1998 et en partenariat avec l’État une charte intercommunale pour l’environnement[39]. Un programme d’actions prévoit de doter les quatre villes d’un outil commun pour la mise en œuvre d'une charte. Ce projet a été retenu par le ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement[réf. nécessaire].

Une partie importante des bâtiments de Cachan est chauffée au moyen d'une centrale géothermique située non loin du centre ville[réf. nécessaire].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le comité des relations internationales et des jumelages[40](CRIJ) a pour mission de favoriser les relations internationales des citoyens de Cachan sous toutes leurs formes.

Les principales actions organisées par le CRIJ ou soutenues au travers d'autres associations sont des séjours de scolaires et de jeunes à l'étranger, avec voyage retour à Cachan de nos partenaires, des actions de solidarité internationales par le support à des projets de développement, des rencontres sportives ou culturelles internationales, et les cours de langue.

Cachan est jumelée avec :

Les premiers rapprochements avec l’Allemagne ont eu lieu après la Deuxième Guerre mondiale pour renforcer l’amitié franco-allemande. Cachan noua des liens privilégiés avec le district de Braunschweig, en Basse-Saxe. Une initiative qui déboucha en 1969 sur la création d’un véritable jumelage entre Cachan et Braunschweig d’abord, puis avec le district de Wolfenbüttel, à la suite d’un redécoupage administratif en Allemagne en 1986. Dans le cadre de ce jumelage, des échanges scolaires entre écoliers allemands et français sont organisés par le Comité des Relations Internationales et des Jumelages de Cachan (CRIJ) et les associations et établissements scolaires[42].
  • Drapeau du Mali Diakon (Mali) depuis 1988[41].
  • L'action de solidarité internationale du CRIJ a démarré avec l'association Solidarité Cachan Soroma, à Diakon au Mali, puis s'est étendue.en majorité vers l'Afrique subsaharienne[réf. nécessaire].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1926. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[43],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 29 932 habitants, en augmentation de 7,72 % par rapport à 2009 (Val-de-Marne : 3,41 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
9 82912 79014 56715 15616 96523 28226 18726 44223 930
1990 1999 2006 2011 2014 - - - -
24 26624 83827 59028 40429 932----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Petite Enfance[modifier | modifier le code]

Les familles ont accès à 3 crèches communales et 3 crèches départementales du Val de Marne, 1 crèche parentale.

1 relais des assistantes maternelles est à la disposition des parents.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cachan est située dans l'académie de Créteil. Cachan accueille de nombreux établissements d'enseignement, dont des établissements d'enseignement supérieur de renom.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La première école maternelle[46] a été construite sur le territoire de la commune date de 1884.

La ville administre six écoles maternelles et cinq écoles élémentaires communales.

Le département gère deux collèges (collège Victor-Hugo et collège Paul-Bert)[47] et la région Île-de-France deux lycées[48] : le lycée polyvalent Gustave-Eiffel[49], et le lycée d'enseignement général et technologique Maximilien-Sorre (en)[50], qui disposent de classes préparatoires aux concours des grandes écoles pour, respectivement, les sciences de l'ingénieur et l'économie-gestion.

Le lycée professionnel du Foyer de Cachan

Cachan dispose également d'un établissement scolaire privé Saint-Joseph avec école maternelle, école primaire et collège.

Vie universitaire[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Chaque année, début septembre, les nombreuses associations[52] proposent et présentent leurs activités au Forum des associations sur le terrain de sport de l'E.S.T.P..

Associations subventionnées en 2016
Sports ADIL
Amicale Laïque de Cachan A.E.R.A (accueil, écoute, rencontre, adolescence)
Association sport police de Gentilly AGAESCC
Association sportive collège Paul Bert A.P.S.I Association prévention soins et insertion
Association sportive collège Saint Joseph A.R.A.C association républicaine des anciens combattants et victimes de guerre
Association sportive collège Victor Hugo Accueil et développement
Association sportive lycée Gustave Eiffel AIDES section Ile-de-France
Association sportive lycée Maximilien Sorre APCC - Amicale du personnel communal
Cachan haltérophilie musculation Association de défense et de protection des enfants et adultes déficients
Club de Taekwondo de Cachan Conjoints survivants
Club des nageurs de Cachan Club du 3e âge Cachan centre
Club modéliste de Cachan Club des retraités de la Plaine
Club olympique de Cachan Club du mardi
Club subaquatique de Cachan Détente et rencontres
Écrire Ensemble Écrivains publics
Effort et joie École du Chat d'Arcueil
Handball club de Cachan F.N.A.C.A Fédération nationale des anciens combattants en Algérie
Odaces Maroc et Tunisie
Office municipal des sports Justice et ville
Shorei ryu karaté do La Croix bleue des arméniens de France section Cachan
Tennis club de Cachan La Croix-Rouge Française section Arcueil-Cachan
Culture Les médaillés militaires
Ensemble choral G. Migot Les pupilles de l'enseignement public
Horizons Ligue contre le cancer comité
La ménagerie technologique Mission locale - INNOVAM
Les ateliers du Val-de-Bièvre Secours catholique
Les carrées d'Art Société d'entraide des membres de la Légion d'Honneur
Liba Théâtre SOS amitié
Musique en Bièvre U.N.A.F.A.M section du Val-de-Marne
Ola Rock Vivre
Papoter à points comptés Relations Internationales
Radioweb banlieue sud Association de développement de Faleya (solidarité)
Rythme expression danse Association Puya de Raimondi (solidarité)
Scouts de France section Cachan Comité de jumelage - CRIJ
Sortilége Essonne Sahel
Théâtroscope Développement économique
Ultimatum school Association des commerçants du centre ville de Cachan
Groupe folklorique des portugais de Cachan Développement durable
Yad Fal Yad La Bouilloire
Les Butineurs du Val de Bièvre
Social
A.C.P.G Anciens combattants prisonniers de guerre
  • Les Ateliers du Val de Bièvre[53], association d'histoire locale, publie les Chroniques du Val de Bièvre (revue trimestrielle).
  • L'association Afrique sur Bièvre[54] qui organise chaque année en novembre un festival de films africains: Ciné-regards africains [1].
  • L'association d'aide au développement Solidarité Normalienne[55], basée sur le campus de l'ENS de Cachan, agit pour le développement des pays du sud, et également au niveau local avec des projets concernant l'éducation et l'environnement.
  • Praccis (PouR l'ACquisition d'une CItoyenneté Scientifique) tente, par des ateliers ludiques au collège Victor Hugo, de donner goût à des collégiens aux études scientifiques.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le Prix littéraire de l'ENS de Cachan (en partenariat entre la ville de Cachan, l'ENS et une librairie locale). Le prix existe depuis 2001. Les livres primés sont des premiers romans. Le jury est composé de 15 normaliens qui lisent une sélection de 15 livres, parus depuis un an maximum, établie par un comité de pilotage[56].
  • Le festival d'arts vivants Les sENS de l'Art[57], organisé tous les ans à l'ENS de Cachan. Sur une durée de 5 jours se succèdent courts-métrages, spectacles de théâtre, d'improvisation, de danse, de cirque, d'humour, et surtout des concerts lors de la soirée du samedi. Le dernier jour, dimanche, est consacré aux enfants, invités à participer à des activités culturelles.
  • Le Festnoz de Cachan
  • Le Festival de cinéma africain Afrique sur Bièvre[58] a lieu tous les ans en novembre-décembre dans le Val-de-Bièvre.
  • la biennale d'Art contemporain
  • Les vendanges
  • le Forum des associations

Santé[modifier | modifier le code]

Le Centre médico-social Georges-Grün a ouvert ses portes en 1965.

Il est ouvert à tous, assurés sociaux ou non.

Sports[modifier | modifier le code]

Chaque année a lieu le semi-marathon de Cachan.

Les équipements à la disposition des sportifs sont:

  • Le complexe sportif Léo-Lagrange
  • Le stade municipal André-Dumotel
  • La piscine municipale
  • Le parcours sportif boulevard de la Vanne
  • Le gymnase Belle-Image
  • Le gymnase de la Plaine
  • Le Gymnase Victor-Hugo
  • La salle de tennis de table
  • La salle de billard
  • le skate-parc/piste de bi-cross du Jardin Simmonin

Médias[modifier | modifier le code]

Les habitants reçoivent chaque mois : Cachan, le Mag.

Ils peuvent consulter le site Internet de la ville.

Le journal du conseil départemental et régional.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Cachanais disposent de lieux de cultes catholique, juif et musulman.

La commune de Cachan appartient au « secteur du Val-de-Bièvre »> du diocèse de Créteil. La paroisse dispose de deux lieux de culte : l'église Sainte-Germaine et l'église Saint-Jean-l'Évangéliste[59].

Une synagogue[60] est implantée à Cachan.

Une salle de prière Masjid Al-Falah reçoit les fidèles musulmans[61].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 587 , ce qui place Cachan au 2 552e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[62].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Nombre d'entreprises en 2013 : 1910

nombre d'emplois en 2012 : 8231 dont 7454 salariés.

18,2 % des cachanais travaillent à Cachan[63].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Equipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Le théâtre Jacques-Carat
  • Le cinéma la Pléiade
  • Les 3 bibliothèques
  • Les 3 centres socioculturels
  • L'Orangerie
  • Le conservatoire de musique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Germaine[modifier | modifier le code]

En 1927, Cachan était la seule commune du département de la Seine à n'avoir ni église, ni chapelle[64]. La première église de Cachan, Sainte-Germaine, fut construite de 1929 à 1935. Mais son premier curé prit rapidement conscience de l'isolement, dans la nouvelle paroisse, de la Cité-Jardin construite près de Bourg-la-Reine au début des années 1920. Elle est décorée en 1941 d'une fresque de Marthe Flandrin.

Église Saint-Jean l'Évangéliste[modifier | modifier le code]

C'est alors que germa l'idée de doter ce quartier d'une chapelle. En 1936, un terrain fut offert à l'Église et en juin de la même année le cardinal Verdier bénit la première pierre d'une chapelle dédiée à saint Jean l'Évangéliste, chapelle qui allait être la centième construite par l'Œuvre des Chantiers du Cardinal[65]. Le plan de l'édifice rappelle ceux du roman auvergnat du XIe siècle avec en particulier une nef carrée coiffée d'un toit à quatre pentes tenu par des arcs d'ogive qui portent la lanterne à 13 mètres du sol. Un campanile associé à l'église domine le quartier du haut de ses 33 mètres. L'appareil des murs extérieurs est formé de moellons bruts, rugueux et inégaux, qui confèrent à l'édifice une touche quelque peu romane. La charpente apparente en bois donne au volume intérieur originalité et simplicité. De simple chapelle à l'origine, Saint-Jean devint en 1959 une église paroissiale. Sans être un joyau de l'art religieux contemporain, cette église présente un certain cachet et sa beauté aide à prier[66].

Mairie[modifier | modifier le code]

La mairie, imposante par ses formes cubiques et angulaires mais aussi par la taille de son beffroi, est une œuvre construite au début des années 1930 par les architectes Joannès Chollet, René Chaussat, Yves Chaussat et surtout Jean-Baptiste Mathon, Premier Grand Prix de Rome et inaugurée en 1935. Cet édifice est fortement influencé par les préceptes architecturaux de l'École hollandaise (la mairie d'Hilversum -1931), née au cours de la décennie précédente.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

La commune abrite plusieurs espaces verts témoignant de son riche passé :

  • le parc Raspail, situé en plein cœur de la ville, derrière l'hôtel de ville. Ce parc est le plus grand de Cachan avec ses 3,08 hectares. Il constitue la dépendance d'un château aux dimensions modestes édifié au XVIIIe siècle et est agrémenté d'une orangerie (de 1903 à 1940 et à nouveau depuis les années 1990, transformée en espace d'expositions artistiques), ainsi qu'une riche bambouseraie ;
  • le jardin panoramique, situé en hauteur, sur le quartier du Coteau, ce jardin de 1,66 hectare offre une vue panoramique sur toute la commune et au-delà, jusqu'à Paris[67] ;
  • le jardin Simmonin ;
  • le square de la Libération ;
  • le jardin du Vallon ;
  • l'esplanade de la Fraternité ;
  • le Jardin d'Arménie ;
  • les vignes du Coteau. Le maire Jean-Yves Le Bouillonnec, en septembre 2000, fait replanter 300 pieds de vigne sur une parcelle de 600 m2, rue de la Citadelle, avec des cépages du Bordelais, Sauvignon et Sémillon. Les premières traces d'activité viticole remontent à l'an 829. Au XVIe siècle, cette activité est la principale ressource des habitants du village. En 1791, il restait encore 30 hectares de vigne[68].

La ville est distinguée par l'appellation « ville fleurie » et obtient en octobre 2015 la distinction « quatre fleurs » du comité national pour le fleurissement de la France.

Il existe aussi deux jardins partagés :

  • le jardin partagé du Coteau ;
  • le jardin partagé de la Plaine.

Fontaines et rivière[modifier | modifier le code]

  • Sur le parcours de la Bièvre recouverte suivant les tronçons en 1900, 1910 et au début des années 1950 pour cause d'insalubrité, la promenade piétonne des "Rives de Bièvre" est aménagée depuis le 21 octobre 2006.
  • La fontaine couverte ou Pezée
  • La Ninfe Bièvre
  • La fontaine Gallieni : anciennement située place Gambetta.
  • La fontaine Léon-Blum
  • La fontaine place Jacques-Carat
  • La fontaine du 8-Mai-1945

[69]

Les Aqueducs[modifier | modifier le code]

Aqueduc de la Vanne vu depuis le Jardin Panoramique Départemental
Voir aussi Aqueducs d'Arcueil et de Cachan.

Cachan en possède quatre dont deux qui alimentent Paris en eaux :

Monuments classés ou inscrits[modifier | modifier le code]

  • Château dit Fief des Arcs, dit château de Provigny, dit maison Renaissance ; pont aqueduc, classés en 1875[70]
  • Maison Renaissance (ancien Fief des Arcs), classée en 1875[71]
  • Demeure dite fondation Raspail, inscrite le 6 mars 1933[72]
  • Aqueduc des Eaux de Rungis, classé le 26 février 1991[73],[74]
  • Les regards X, XI, XII, de l'ancien aqueduc des eaux de Rungis ou aqueduc Médicis,inscrits à l'inventaire le 26 février 1988[73]
  • Maison Eyrolles, inscrite le 6 janvier 1997[75]
  • École supérieure dite école spéciale des Travaux publics, inscrite en 1997[76]
  • Hôtel de ville de Cachan, inscrit le 11 mars 2002[77]
  • Le pont-aqueduc de la Vanne inscrit à l'inventaire en 1998
  • Les restes de l'aqueduc gallo-romain classés en 1862

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière municipal abritant plusieurs tombes notables ;
  • Les 3 Pont-aqueducs ;
  • Le conservatoire départemental de musique, de danse, et d'art dramatique.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle
Au XXe siècle
Né le 21 septembre 1919 à Paris, enfant d'une famille modeste venue de Lituanie qui s’installe à Cachan en 1934, il est passionné de littérature et de théâtre. Mobilisé en 1940, prisonnier de guerre en Allemagne, il adhère à La section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) à son retour de captivité, en 1945. Jacques Carat devient secrétaire de rédaction puis rédacteur en chef de la revue littéraire « Preuves ». Son activité journalistique ne prendra fin qu'en 1969, lorsque ses mandats de sénateur, maire et conseiller général ne lui en laisseront plus la disponibilité. Militant socialiste et européen convaincu, Jacques Carat se voulait proche de ceux qui l'avaient élu. Les projets menés pour la ville témoignent d'une vision éclairée et humaniste de sa ville. Jacques Carat s'est éteint le 19 mars 2009, onze ans après avoir quitté ses fonctions municipales[79]. Le théâtre de Cachan porte son nom.

Cachan dans les arts[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Cachan

Les armes de Cachan se blasonnent ainsi :

Ecartelé : au premier et au quatrième d'azur semé de fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième d'argent à l'aigle bicéphale au vol abaissé de sable, becquée, membrée et armée de gueules, au bâton du même brochant sur le tout[80].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • État des communes à la fin du XIXe siècle : Arcueil-Cachan, notice historique & renseignements administratifs, Paris, Montévrain, 1901
  • André Desguines, Histoire d'Arcueil-Cachan
  • Andrè Desguine, Recherches sur la Bièvre à Cachan, Arcueil et Gentilly, Edt Puyraimond, 1976
  • Louis Léon Veyssière, Arcueil et Cachan, Les Amis du Vieil Arcueil, 1947
  • Les Ateliers du Val de Bièvre, Les "Chroniques du Val de Bièvre", 1993 à 2016

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

[81]• Site du comité de quartier centre ville

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) L.L. Veyssière,, Un village et un hameau du Hurepoix, Arcueil et Cachan. 1947,, Cachan, Litavis, , 208 p..
  2. « Calcul de l'orthodromie entre Cachan et Paris » (consulté le 5 avril 2010)
  3. LL Veyssière, Arcueil et Cachan, Cachan, Les Amis du vieil Arcueil, , 212 p., p. 10.
  4. a et b La Bièvre Tome II La banlieue de Paris, Alan Sutton, , 128 p. (ISBN 2 84253 946 X), p. 63.
  5. « Climat de l'Île-de-France ».
  6. « Aménagement de la route départementale 920 », sur site spécifique créé par le conseil général des Hauts-de-Seine (consulté le 18 septembre 2009)
  7. http://www.metrograndparis.com/Un-reseau-en-rocade.html
  8. Marie Jo Sader, « La ville de Cachan accueille une première mondiale en matière de géothermie », sur actu-environnement.com, (consulté le 16 mars 2018).
  9. www.klekoon.com, « Appels d'offres : aménagement paysager de la dalle de la Plaine et requalification du parking souterrain, à Cachan. », sur www.klekoon.com (consulté le 26 janvier 2016).
  10. Desguine André, Cachan, Annuaire municipal officiel 1994, Cachan, Comité d'expansion et de promotion de la ville, , 98 p., p. 10 à 17.
  11. jean Yves Le Bouillonnec, Guide de Cachan, Cachan, Ville de Cachan, , 130 p., p. 13-14.
  12. Breillot Marcel, Les blanchisseries de Cachan, Cachan, AGAESCC, , 48 p., p. 5.
  13. Le syndrome de Cachan, Jacques Attali, L'Express, .
  14. 81 ex-squatters de Cachan invités pour France-Italie, polémique ; Libération ; (article en ligne)
  15. Le Monde du 04-10-06
  16. Le Figaro du 04-10-06
  17. Squat de Cachan : un an après, le bilan est positif | Politique | Actualité
  18. France Terre d Asile - Cachan, la vérité : le défi migratoire
  19. Art Of Graffiti Bougez avec la poste / 3D Graffiti.keusta.net
  20. http://julbordier.free.fr/papiers/express/Scans/La%20poste%20mise%20au%20rose.jpg
  21. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  22. « Maison de la justice et du droit », Prévention médiation sécurité, sur http://www.ville-cachan.fr (consulté le 15 mars 2018).
  23. « Médiation », Prévention médiation sécurité, sur http://www.ville-cachan.fr (consulté le 15 mars 2018).
  24. « Justice », Prévention médiation sécurité, sur http://www.ville-cachan.fr/ (consulté le 15 mars 2018).
  25. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  26. Décret no 2015-1665 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Vitry-sur-Seine.
  27. Anne-Laure Abraham, « Municipales à Cachan : la gauche divisée, la droite unie : trois candidats sont en lice pour remporter la mairie : Jean-Yves Le Bouillonnec (PS), maire sortant, Thierry Didier (DVG), Alfred Spehner (UMP). », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  28. « Pas de fusion entre les listes DVG et PS à Cachan pour le 2nd tour », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  29. Résultats officiels pour la commune Cachan
  30. Ville de Cachan, Guide de Cachan, Cachan, ville de Cachan, 2016; 2016, 130 p. (lire en ligne), p. 5.
  31. « Les maires », Histoire et patrimoine, sur http://www.ville-cachan.fr (consulté le 14 mars 2018).
  32. « Carat Jacques, ancien sénateur du Val-de-Marne », Ancien sénateur de la Ve Républiquer, sur http://www.senat.fr (consulté le 14 mars 2018).
  33. Benoît Willot, « Disparition de Jacques Carat, ancien sénateur du Val de Marne », Joinville-le-Pont au jour le jour, (consulté le 15 mars 2018).
  34. Anne-Laure Abraham (avec Agnès Vives), « Val-de-Marne : le maire de Cachan serait sur le départ : Maire depuis près de vingt ans, Jean-Yves Le Bouillonnec (PS) devrait annoncer sa démission lors du prochain conseil municipal », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne) « Avocat de profession, Jean-Yves Le Bouillonnec avait rejoint l’équipe municipale de Jacques Carat en 1983, pour en gravir tous les échelons, maire-adjoint, puis 1er adjoint en 1992. Il avait pris la succession de Jacques Carat, lors de la démission de ce dernier en 1998. Plusieurs fois député, conseiller général de 1998 à 2002, il est aujourd’hui président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris ».
  35. Anne-Laure Abraham, « Cachan : Jean-Yves Le Bouillonnec annonce sa démission : Le socialiste était à la tête de la ville où il est né depuis presque vingt ans. L’élection du prochain maire devrait avoir lieu le 8 avril », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  36. « Législatives : Le Bouillonnec se retire « en conscience et en responsabilité », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  37. « Jean-Yves Le Bouillonnec, élu président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris », Les gens, MobiliCités, (consulté le 15 mars 2018).
  38. Denis Courtine, « Val-de-Marne : « Honorée d’être la première femme maire de Cachan » : L’ancienne première adjointe Hélène de Comarmond (PS) a succédé ce dimanche à Jean-Yves Le Bouillonnec », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne) « Elle est élue au conseil municipal en 2008 avant de devenir première adjointe en 2014. Elle revendique d’être nommée l’année d’après au conseil départemental. Elle en est du reste une des vice-présidentes. Une fonction qu’elle va abandonner, a-t-elle annoncé ce dimanche, même si elle conserve la présidence du groupe socialiste ».
  39. Nathalie Holec, « Création d’un syndicat intercommunal à Arcueil, Cachan, Fresnes, L’Hay-les-Roses », Appel à contributions, DPH - dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale, (consulté le 15 mars 2018).
  40. « accueil », sur CRIJ de Cachan (consulté le 6 septembre 2016).
  41. a et b « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 5 avril 2010).
  42. « Le Jumelage avec le district de Wolfenbüttel », Cachan Relations Internationales (consulté le 15 mars 2018).
  43. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  46. Ville de Cachan,, Cachan, Annuaire municipal officiel, 1994,, Cachan, Comité d'expansion et de promotion de la ville, , 100 p., p. 17.
  47. « Les collèges », sur site de l'académie de Créteil, (consulté le 5 avril 2010)
  48. « Les lycées », sur site de l'académie de Créteil, (consulté le 5 avril 2010)
  49. « Le lycée Gustave Eiffel », sur site de l'académie de Créteil (consulté le 6 avril 2010)
  50. « page d'accueil », sur site de l'enc Cachan (consulté le 6 avril 2010)
  51. esitc
  52. « Vie associative ».
  53. « Les Ateliers du Val de Bièvre ».
  54. « Afrique sur Bièvre - Ciné Regards africains ».
  55. « Solidarité Normalienne (SoNo) ».
  56. Les activités culturelles des normaliens
  57. Le festival Les sENS de l'art
  58. Afrique sur Bièvre, association organisatrice d'un festival de cinéma africain dans le Val-de-Bièvre
  59. « L'Église catholique du Val-de-Bièvre vous accueille... », sur le site du secteur Val-de-Bièvre (consulté le 30 octobre 2011).
  60. « Synagogue de Cachan », sur le site des oratoires du Val-de-marne (consulté le 30 octobre 2011).
  61. « Mosquée de Cachan », sur le site du guide musulman (consulté le 30 octobre 2011).
  62. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009).
  63. ville de Cachan, Guide de Cachan, Cachan, Ville de Cachan, , 80 p., p. 6.
  64. Revue des Chantiers du Cardinal, no 118, juin 1992, p. 17
  65. Revue des Chantiers du Cardinal, no 118, juin 1992, p. 18
  66. Père Louveau, Pierre Pierrard, Histoire et architecture de l'église Saint-Jean l'Évangéliste de Cachan
  67. Voir
  68. Cachan Municipal, n°121, octobre 2003, p.7.
  69. Modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant. Ville de Cachan, « Label 2015 des Villes et Villages fleuris », , p. 15-17.
  70. Notice no IA94000383, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. Notice no PA00079856, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. Notice no IA94000382, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. a et b Notice no PA00079845, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. Notice no IA94000310, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. Notice no PA94000004, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. Notice no IA94000347, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. Notice no PA94000015, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. « André Desguine, un humaniste », Archives départementales des Hauts-de-Seine (consulté le 14 mars 2018).
  79. « Décès de l'ancien maire, Jacques Carat », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  80. Banque du Blason
  81. « cqcvcachan », sur cqcvcachan (consulté le 12 septembre 2016).