Dagny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dagny
Dagny
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Jean-Raymond Patin
2020-2026
Code postal 77320
Code commune 77151
Démographie
Population
municipale
278 hab. (2019 en diminution de 16,52 % par rapport à 2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 00″ nord, 3° 10′ 00″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 159 m
Superficie 7,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Coulommiers
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dagny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dagny
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Dagny
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Dagny

Dagny (prononcé [a.ˈɲi]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Localisation dans le département de Seine-et-Marne.
Localisation dans le département de Seine-et-Marne.
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : localisation dans le département de Seine-et-Marne. ; 2 : avec les communes environnantes.

Dagny est située à environ 14 kilomètres par la route[1],[Note 1] au sud-ouest de La Ferté-Gaucher[Carte 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 112 mètres à 159 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 128 mètres d'altitude (mairie)[2]. Elle est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau référencés :

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 7,16 km[8].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 2 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Dagny comprend un ZNIEFF de type 2[Note 2],[9],[Carte 2], la « Basse vallée de l'Aubetin » (2 376,41 ha), couvrant 8 communes du département[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dagny est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[16], le territoire de la commune se répartit en 79,9 % de terres arables, 11,8 % de forêts et 8,2 % de zones agricoles hétérogènes[8].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte 42 lieux-dits administratifs[Note 5] répertoriés consultables ici[17] (source : le fichier Fantoir) dont Fontaine Ramée, la Vigne Tiersot, la Malgagne, le Bois Éluis et Moneuse.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 148 dont 97,2 % de maisons et 2,8 % d’appartements.

Parmi ces logements, 85,4 % étaient des résidences principales, 5,3 % des résidences secondaires et 9,3 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 86 % contre 11,6 % de locataires et 2,5 % logés gratuitement[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Daignis en 1274[19],[20] ; Doignys en 1276[21] ; Decima de Daignis et Danis au XIIIe siècle[22] ; Daignis en 1410[23] ; Dagnys en 1647[24] ; Agny en 1766[25].

L'étymologie de ce toponyme provient de l'agglutination du nom de personne gallo-romain danius et du suffixe acum qui signifie : la « terre de danno (courageux en gaulois) »[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces d’occupation romaine ont été retrouvées[27].

Le moulin de la Bouchère, sur l’Aubertin est mentionné dès 1165[27].

La paroisse apparaît en 1274[27].

Dans la ferme de l'Aubetin, au XVIIIe siècle, Henri-Alexandre Tessier, agronome et docteur en médecine, croisa le premier les moutons de Brie avec les mérinos espagnols. Il s'ensuivit une amélioration sensible de la laine et une viande d'excellente qualité en boucherie[28].

Le moulin de l'Aubetin qui n'existe plus était le seul moulin à huile de noix de cette vallée[28].

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Intendance : Paris • Élection : Coulommiers • Subdélégation : Coulommiers • Grenier à sel : Provins • Coutume : Paris • Parlement : Paris • Bailliage : Meaux • Gouvernement : Champagne • Diocèse : Meaux - Archidiaconé : Brie • Doyenné : Coulommiers[27].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune était intégrée à l'arrondissement de Provins du département de Seine-et-Marne.

Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Meaux[29].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de La Ferté-Gaucher[30]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Coulommiers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Avenir et développement du secteur des Trois Rivières, créée fin 1993.

Le , celle-ci fusionne avec la communauté de communes de la Brie des Templiers pour former la communauté de communes du Pays de Coulommiers.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de Seine-et-Marne prescrit sa fusion avec la communauté de communes de la Brie des moulins.

La communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie est ainsi créée le , dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[31],[27]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1848 1871 Henry Nottin   Propriétaire
1871   Isidore Anatole Camus    
1873   Alexandre Defer    
1876   Baptiste Alexandre Defer   Cultivateur
1879   Anatole Remy   Cultivateur
1881   Michel Hyacinthe Miquet   Cultivateur
1884   Louis Honoré Médard Darras   Propriétaire
1887   Louis Michel Miquet   Propriétaire
1888   Louis Anatole Rémy   Propriétaire
1896   Paul Chevrier   Fermier
1912   Ernest Nottin   Notaire
1924   Henri Victor Couturier   Rentier
1925   Aimé Marie Barotte   Retraité
1929   Marcel Picard   Agriculteur
1932 1937 Marcel Picard   Agriculteur
1947 1971 Gustave Pron    
1971 1995 Claude Delavaux   Conducteur TPE
juin 1995   Rémond Moyat   Ingénieur
septembre 2003 En cours
(au 23 mai 2017)
Bernard Delavaux   Mécanicien agricole
Réélu pour le mandat 2014-2020

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2019, la commune comptait 278 habitants[Note 6], en diminution de 16,52 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
174209195194217247233270247
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
267276284281265292272269237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
260253244200242231209196201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
211179200229272322338340334
2017 2019 - - - - - - -
294278-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 121, représentant 308 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 24 120 euros[35].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total d’emplois dans la zone était de 42, occupant 146 actifs résidants (dont 17,5 % dans la commune de résidence et 82,5 % dans une commune autre que la commune de résidence).

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 77,3 % contre un taux de chômage de 3,2 %. Les 19,5 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 8,8 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,4 % de retraités ou préretraités et 5,2 % pour les autres inactifs[36].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , le nombre d’unités légales et d’établissements (activités marchandes hors agriculture) par secteur d'activité était de 17 dont 2 dans la construction, 7 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 2 dans les activités immobilières, 4 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien et 2 étaient relatifs aux autres activités de services[37].

En 2020, 2 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 1 individuelle.

Au , la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

L'église, placée sous le patronage de saint Géroche du XIIe siècle renferme notamment une Vierge à l'Enfant polychrome du XIIIe siècle[40], un buste de saint Géroche, et un christ en croix, en bois du XVe siècle[41].

À la sortie du village, un monument aux morts en forme de lanterne fut édifié un peu après 1918 en hommage aux combattants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Légendes[modifier | modifier le code]

La légende veut que saint Géroche ait placé un boulet (situé près de l'autel dans l'église) pour creuser un ruisseau reliant l'ancien étang du hameau de Moneuse à l'Aubetin, donnant ainsi naissance au ru de Saint-Géroche.

Il aurait planté un bâton sur le chemin se trouvant à droite après la première maison en venant de Jouy-le-Chatel. Une épine noire aurait pris racines. Elle existe toujours à cet endroit où elle fleurit deux fois par an, dont une fois à Noël. Saint Géroche est fêté le 5 juillet[28].

Une croyance locale voulait qu’une jeune fille désirant se marier dans l'année invoque le nom de saint Géroche pour obtenir de meilleures chances de réussir son mariage. Elle mettait autour du cou du saint un ruban symbolisant l'attachement à son futur époux[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées par la voie routière à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Localisation de La Ferté-Gaucher » sur Géoportail (consulté le 13 août 2018)..
  2. « Zones ZNIEFF de Dagny » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..

Références[modifier | modifier le code]

  1. fr.distance.to, consulté le 7décembre 2021
  2. « Dagny » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. « Plan séisme consulté le 8 décembre 2021 ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’ Aubetin (F65-0410) » (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru Saint-Géroche (F6568000) » (consulté le ).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de l'Étang de Beuvron (F4705000) » (consulté le ).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Grands Sillons (F4705100) » (consulté le ).
  8. a et b Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 13 août 2018
  9. « Liste des ZNIEFF de la commune de Dagny », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF la « Basse vallée de l'Aubetin » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  17. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb, (consulté en ).
  18. Statistiques officielles de l'Insee.
  19. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 177.
  20. Actes commune Provins, p. 13.
  21. Longnon, II, p. 84.
  22. Bull. hist. dioc. Meaux, III, 1903, p. 180 et 181.
  23. Archives nationales, S 361, n° 23.
  24. Archives nationales, S 5182b.
  25. Archives nationales, S 2001.
  26. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  27. a b c d et e « Dagny », Société d(histoire, d'art, de généalogie et d'échange - SHAGE 77 (consulté le ).
  28. a b et c « Fiche signalétique de Dagny », sur Atome77 (consulté le ).
  29. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  30. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. « Les maires de Dagny », sur http://www.francegenweb.org/mairesgenweb/resultcommune.php?id=15243 (consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  35. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2018», consultée le 8 décembre 2021.
  36. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2018», consultée le 8 décembre 2021.
  37. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2020», consultée le 8 décembre 2021.
  38. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2021», consultée le 8 décembre 2021.
  39. Notice no IA77000234, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM77000527, base Palissy, ministère français de la Culture.
  41. « Statue : Christ en croix », notice no PM77000526, base Palissy, ministère français de la Culture.