Coupvray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coupvray
Coupvray
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Serris
Intercommunalité Val d'Europe Agglomération
Maire
Mandat
Thierry Cerri
2014-2020
Code postal 77700
Code commune 77132
Démographie
Gentilé Cupressiens - Cupressiennes
Population
municipale
2 837 hab. (2016 en augmentation de 6,81 % par rapport à 2011)
Densité 351 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 33″ nord, 2° 47′ 38″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 132 m
Superficie 8,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Coupvray

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Coupvray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coupvray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coupvray
Liens
Site web coupvray.fr


Coupvray est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Cupressiens.

À vol d'oiseau, Coupvray est située à 45 kilomètres à l'est de Paris[1] et à 12 km au sud-ouest de Meaux. La commune fait partie du secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, appelé Val d'Europe. Elle héberge, au sud-est de son territoire, une partie du complexe Disneyland Paris (notamment les hôtels Disney et le Disney Village).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la partie nord-est du complexe Disneyland Paris. Certaines communes de l'intercommunalité Val d'Europe Agglomération et du secteur Val d'Europe sont limitrophes de Coupvray.

Communes limitrophes de Coupvray
Jablines / Lesches Lesches Esbly
Chalifert Coupvray Montry
Chessy Serris Magny-le-Hongre

Lieux-dits et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune se composera de 9 quartiers d'ici 2023 : 5 quartiers historiques et 4 nouveaux quartiers en construction[2]. Ce sont les quartiers appelés :

  • Fontaine Fleury
  • Îlot Saint-Pierre
  • Bourg ancien
  • Bonshommes
  • Parc du Chateau
  • Vignes Rouges (en construction)
  • Cents Arpents (en construction)
  • Trois Ormes (en construction)
  • Maizière (en construction)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé en bordure du plateau de Brie, son territoire est coupé par un talweg créé par un ancien bras du Morin remplacé par le seul ru de Coupvray qui mène ses eaux vers la vallée du Morin. De part et d'autre, des coteaux argileux boisés marquent un dénivelé de 80 mètres.

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 8,56 km[7].

Transports[modifier | modifier le code]

Arrêt de bus "Santa Fé" à Coupvray, avenue Robert Schuman.

Transilien[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne TransilienLigne P du Transilien en gare d'Esbly, situé à Esbly. La gare se situe sur la branche Nord. Elle effectue les liaisons entre Paris et Meaux ou La Ferté-Milon ou Château-Thierry ou Crécy-la-Chapelle (Paris ← Esbly → Meaux / La Ferté-Milon / Château-Thierry / Crécy-la-Chapelle)[8].

Au milieu du XIXe siècle, les ingénieurs ont du dévier la ligne des chemins de fer de l'Est jusqu'à Meaux à cause des grandes infrastructures du canal de Chalifert et d'une boucle de la Marne. Cela a notamment coupé le village en deux, d'est en ouest. Aujourd'hui, les voies du Transilien P suivent le même trajet que l'ancienne ligne qui reliait Paris à Strasbourg, via Meaux.

RER[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne (RER)(A) en gare de Serris - Montévrain - Val d'Europe, situé entre Chessy et Montévrain et en gare de Marne-la-Vallée - Chessy, situé à Chessy depuis le 10 juin 2000. Elles sont les deux dernières gares de la branche A4. Elle effectue les liaisons entre Saint-Germain-en-Laye ou Cergy ou Poissy à ce terminus (Marne-la-Vallée - Chessy), tout en traversant Paris d'est en ouest (Saint-Germain-en-Laye / Cergy-le-Haut / Poissy → Paris → Serris - Montévrain - Val d'EuropeMarne-la-Vallée - Chessy)[9].

Bus[modifier | modifier le code]

Le Réseau de bus PEP'S et le Réseau de bus Marne et Morin, eux deux gérés par Transdev, effectuent des relations avec 10 lignes de bus (et une navette) qui passent par Coupvray[10],[11]. Ce sont les lignes : PEP'S 23 24 34 35 43 HVDF et Marne et Morin 06 14 19 57 60.

A terme, la commune sera desservie la ligne de Bus EVE en TCSP (empruntant le modèle de bus T Zen) qui reliera la Gare d'Esbly au Centre hospitalier de Marne-la-Vallée en passant par les gares de Marne-la-Vallée - Chessy et de Val d'Europe. Elle desservira les communes d'Esbly, de Coupvray, de Chessy, de Montry, de Magny-le-Hongre, de Montévrain, de Serris et de Jossigny. La mise en service est prévu pour 2022 à 2030[12].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune compte 133 voies [Note 2], dont la RD 934 (ex RN 34) qui relie Lagny-sur-Marne à Saint-Germain-sur-Morin, la D5 en provenance de Chalifertet la D5d en provenance d'Esbly. Par ailleurs, Coupvray est aussi desservie par l'autoroute A4 et l'aqueduc de la Dhuis, qui traverse son territoire.

Lignes à grande vitesse[modifier | modifier le code]

De plus, la commune est desservie grâce aux lignes grande vitesse quotidiennes en Gare de Marne-la-Vallée - Chessy située à Chessy, en corespondance avec le RER A. Celle-ci est desservie par le TGV, l'Eurostar, le Thalys, le TGV Méditerranée et le Ouigo. La gare TGV de Chessy relie le Val d'Europe à Londres et Bruxelles. Les trains Ouigo partent notamment de la gare de Chessy.

En 1994 pour l'aménagement du plateau et l'implantation du nouveau centre urbain sur le plateau autour du Parc Disneyland, et plus tard du Parc Walt Disney Studios, il fut construit la ligne LGV Interconnexion Est qui franchit le talweg par le viaduc de Chalifert Nord-Sud à plus de 35 mètres de haut en surplomb du Canal de Meaux à Chalifert.


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 1 113 (dont 96,4 % de maisons et 3,4 % d’appartements).

Parmi ces logements, 92,3 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 6,7 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 90,5 %[13].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie, étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Curtis Prothasii au IXe siècle ; Ecclesia de Curte Prothasii en 1136 ; Coupevretum en 1353[14] ; Comperray en 1615[15] ; Coupvré en 1714[16] ; Coupevray en 1770[16],[17].

Le nom de la ville de Coupvray vient du latin curtis, le « domaine » et de l’anthroponyme Prothasius. Protais fut un nom de baptême courant dérivé du grec Prôtos (premier). Á l'école normale d'instituteurs de Melun, les élèves de première année étaient appelés les « protos »[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Île-de-France.

De multiples études et recherches ont été réalisées sur le village, rarement publiées. Sont connus les écrits vers 1880 de l'instituteur Darche également secrétaire de mairie, les écrits de Jean Roblin, qui a fait beaucoup dans les années 1950-1970 pour la maison Louis Braille et le village, les expositions de l'association « La Grangée de l'histoire » qui étudie et inventorie le patrimoine historique, artistique et coutumier des communes du Val d’Europe et environs[19] créée à Coupvray par une habitante historienne dans les années 1990, et par l'atelier d'histoire de l'association Renaissance et Culture[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[25],[26],[27]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1808 août 1815 Tourteau d'Orvilliers[28] Royaliste maitre des requêtes
         
octobre 1971 décembre 1971 Pierre Blaise - Entrepreneur
décembre 1971 décembre 1978 Bernard Castagner - Industriel
décembre 1978 mars 1989 Jacques Taberlet - Cultivateur
mars 1989 novembre 2005[30] François Bentz[29] UMP[29] Chef d'entreprise[31]
novembre 2005 mars 2014[32] Martine Dogit[32] SE[33] Vice-présidente du SAN du Val-d’Europe ( → 2014)[32]
mars 2014 En cours
(au 2 juillet 2018[34])
Thierry Cerri[35] SE Gérant du cabinet d'économie et d'étude du bâtiment[36]
1er vice-président de Val d'Europe Agglomération (2017 → )

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La topologie très accidentée, le sous-sol garni d'argiles et de marnes vertes, avec des sources, rendent ingrat la sécurité de construction, après de fréquentes déclarations de catastrophes naturelles, il est convenu de préserver les zones boisées sur de grandes surfaces. Le parc du château, site classé et boisé, longtemps peu fréquenté constitue une réserve biologique naturelle. Pour l'évacuation des eaux du plateau, le coteau traversé par le rû des pendants puis le ru de Coupvray, les zones humides en fond de vallées favorisent le développement de la flore et de la faune, où plusieurs zones sont classées en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEF).

Jumelages[modifier | modifier le code]

En septembre 2012, Coupvray était jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[39].

En 2016, la commune comptait 2 837 habitants[Note 3], en augmentation de 6,81 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
588681629612616572543575566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
512499480463452456513503513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
519505516507582521695658707
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6807691 0631 4162 2802 7132 7912 7902 607
2016 - - - - - - - -
2 837--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Coupvray est située dans l'académie de Créteil.

À la rentrée scolaire 2009, la commune administre le groupe scolaire Odette et Francis Tesseire constitué d'une école maternelle et d'une école élémentaire communale. Le département gère le collège Louis-Braille, à Esbly. La région Île-de-France gère le lycée Pierre-de-Coubertin à Meaux, lycée d'affectation lié à la carte scolaire[42].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune s'associe en 2009 avec l'ensemble des associations réunies dans le CINAL pour organiser les manifestations du bicentenaire de la naissance de Louis Braille.

Santé[modifier | modifier le code]

Ouverture du pôle médical des Tamaris comprenant des médecins généralistes, des dentistes, un psychologue, un podologue, des infirmiers, kinésithérapeutes et ostéopathes.

Sports[modifier | modifier le code]

Coupvray dispose depuis 1992 d'un complexe sportif de grande qualité, exceptionnel pour une faible population : tennis externes et couverts, gymnase avec dojo, stade de foot, piscine découverte pour l'été. Tir à l'arc.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune de Coupvray fait partie de la paroisse des Portes de la Brie dont dépend l'église Saint-Pierre de Coupvray.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 999 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 218 €[13].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 627.

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 73 % contre un taux de chômage de 6,8 % [13].

Village très dépendant de la commune riveraine d'Esbly qui s'est développée autour de la gare SNCF, Coupvray est devenue résidentielle en profitant de ses atouts paysagers et agricoles. Intégré dans l'opération de pôle touristique décidé en 1985 entre l'État et la société américaine The Walt Disney Company pour créer son parc européen, le sud du territoire partagé par la route RN 34 est dévolu à cette nouvelle activité. Cette annonce a incité au développement du plan d'occupation des sols de 1986 avec la création de zones d'urbanisation et une zone d'activité (l'Aulnoy), a favorisé le doublement de la population de 1982 à 1999, et l'arrivée d'un supermarché.

La convention, finalement signée en 1987, a entraîné la formation du syndicat d'agglomération nouvelle (dénommé SAN des Portes de la Brie puis SAN du Val d'Europe) qui inclut les cinq communes de Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny le Hongre et Serris. L'État signataire s'engage envers les communes avec la mise en place d'un projet d'intérêt général pour la répartition des zones d'influence entre Disney et les autorités locales et départementales non signataires. De nouveaux axes de communication traversent la commune et réorientent son développement avec les gares du TGV et du RER à Chessy. La commune accueille quatre des six hôtels de Disneyland ParisHotel Cheyenne, Newport Bay Club, Hotel Santa Fe, Sequoia Lodge.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 219 dont 4 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 4 dans l'industrie, 36 dans la construction, 143 dans le commerce-transports-services divers et 32 étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 17 entreprises ont été créées, dont 10 par des Auto-entrepreneurs[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église.
Ruines du château.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Armoire de Condé-Sainte-Libiaire : menhir situé au nord de la commune ayant longtemps servi de borne communale.
  • L'église Saint-Pierre, détruit en 1590, reconstruit puis agrandi au XVIe siècle et XVIIe siècle

Elle détient une statue d’une Vierge à l'Enfant[43], des boiseries avec Christ en croix[44] ainsi qu’un Banc d'œuvre[45], objets répertorié à l'inventaire des monuments historiques ;

  • La grande place de l'église ;
  • La maison natale de Louis Braille, labellisée "Maison des Illustres" en 2011[46] et inscrite aux monuments historiques ;
  • La vieille ferme de la rue Braille ;
  • Le canal de Meaux à Chalifert débouchant sur la Marne ;
  • Le fief de Maulny (La Grande ferme) ;
  • Le lavoir du haut dit le lavoir des Médisances ;
  • Le lavoir du bas ;
  • Les bornes-fontaines ;
  • Ruines du château des Rohan, construit vers 1600 par Hercule de Rohan[47] et son parc boisé ;
  • Jardin d'agrément et parc du château de Coupvray[48].


Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La salle commune de la maison natale de Louis Braille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le site officiel de la commune fait état du ru de la Fréminette.
  2. Une annulation en 1995.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance entre Coupvray et les plus grandes villes Françaises, la Mairie de Coupvray, sa commune et sa ville », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 15 août 2019)
  2. « Actuels et prochains quartiers de Coupvray »
  3. « Plan séisme consulté le 22 juillet 2017 »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de Meaux à Chalifert (F6-3102) »
  5. Site officiel de Coupvray
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - ru de Coupvray (F6601000) »
  7. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 23 août 2018
  8. « Ligne P du transilien - SNCF »
  9. « Ligne A du RER - RATP »
  10. « Accès, transports et stationnement à Coupvray »
  11. « Lignes de bus à Coupvray - Transdev »
  12. « TCSP d'Esbly à Val d'Europe. », sur https://www.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le 6 avril 2019)
  13. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE (version novembre 2016).
  14. Longnon, Pouillés de Sens, p. 469.
  15. Archives de la Seine-et-Marne, E 163.
  16. a et b Archives de la Seine-et-Marne, E 169.
  17. « Coupvray », sur http://www.genea77-shage.info/ (consulté en février 2017)
  18. Paul Bailly, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  19. « Page d'accueil », sur site de l'association « La Grangée de l'histoire » (consulté le 25 octobre 2009).
  20. « Page d'accueil », sur site de l'association « Renaissance et culture » (consulté le 25 octobre 2009).
  21. « Résultat de l'élection présidentielle de 2017 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  22. « Résultat de l'élection présidentielle de 2012 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  23. « Résultat de l'élection présidentielle de 2007 à Coupvray », sur le site du ministère de l'intérieur
  24. « Résultat de l'élection présidentielle de 2002 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  25. Les maires de Coupvray.
  26. Les maires de Coupvray.
  27. Les maires de Coupvray.
  28. Sylvie Nicolas, Les derniers maîtres des requêtes de l'Ancien Régime (1771-1789) : dictionnaire prosopographique, Librairie Droz, , 398 p. (ISBN 9782900791219, lire en ligne)
  29. a b et c J. Cl, « A l'origine de l'annulation Bentz démissionne », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 17 octobre 2018).
  30. François Bentz, maire, annonce sa démission fin août 2005[29]
  31. François Bentz, PDG de Transvet.
  32. a b et c Thomas Poupeau, « Après quatre mandats, la maire de Coupvray (UMP) passe la main », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 17 octobre 2018).
  33. « Martine Dogit n'est pas à l'UMP », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté en mars 2019).
  34. Compte rendu de la réunion du conseil municipal du 2 juillet 2018 [lire en ligne].
  35. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en mars 2019).
  36. « Présentation de la société CABINET ECONOMIE ETUDE BATIMENT (C2EB) », sur la recopie du registre du commerce (consulté le 17 octobre 2018).
  37. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté en mars 2019).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  42. « Etablissements scolaires », sur site de la commune de Coupvray (consulté le 25 octobre 2009).
  43. Notice N° PM77000457, Source Palissy, Ministère de la Culture
  44. Notice N° PM77000456, Source Palissy, Ministère de la Culture
  45. Notice N° PM77000455, Source Palissy, Ministère de la Culture
  46. Site Culture.fr
  47. Histoire de Coupvray (site officiel)
  48. Notice N° IA77000213, Source Mérimée, Ministère de la Culture
  49. http://www.coupvray.fr/coupvray/menu_principal/decouvrir_coupvray/histoire_de_coupvray/les_trevise