Coupvray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coupvray
Coupvray
Le château.
Image illustrative de l’article Coupvray
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité Val d'Europe Agglomération
Maire
Mandat
Thierry Cerri
2020-2026
Code postal 77700
Code commune 77132
Démographie
Gentilé Cupressiens
Population
municipale
2 860 hab. (2018 en augmentation de 10,25 % par rapport à 2013)
Densité 354 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 33″ nord, 2° 47′ 38″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 132 m
Superficie 8,09 km2
Unité urbaine Bailly-Romainvilliers
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Serris
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Coupvray
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Coupvray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coupvray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coupvray
Liens
Site web coupvray.fr

Coupvray est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. Elle fait partie du secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, appelé Val d'Europe, et de l'intercommunalité Val d'Europe Agglomération.

Elle accueille sur son territoire une partie du complexe Disneyland Paris, notamment les hôtels de Disneyland Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 43 kilomètres à l'est de la cathédrale Notre-Dame de Paris, point zéro des routes de France[Carte 1] et à 13 km au sud-ouest de Meaux.

Elle est localisée à 51 kilomètres au nord de Melun, préfecture de la Seine-et-Marne, à 13 kilomètres au nord-est de Torcy la sous-préfecture, à 5 kilomètres au nord du Parc Disneyland et à 38 kilomètres à l'est de l'échangeur de la porte de Bercy.

Elle héberge, au sud-est de son territoire, une partie du complexe Disneyland Paris, notamment une partie du Parc Disneyland, le parking, les hôtels Disney, et l’Avenue Robert Schuman menant à la gare.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, appelé Val d'Europe et de la communauté d’agglomération Val d'Europe Agglomération.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé en bordure du plateau de Brie, son territoire est coupé par un talweg créé par un ancien bras du Morin remplacé par le seul ru de Coupvray qui mène ses eaux vers la vallée du Morin. De part et d'autre, des coteaux argileux boisés marquent un dénivelé de 80 mètres. L'altitude de la commune varie de 41 à 132 m.

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Coupvray.
Ruisseau à Coupvray.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 8,56 km[5].

Son territoire est également traversé par l'aqueduc de la Dhuis.

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[6].

La commune fait partie du SAGE « Petit et Grand Morin », approuvé le . Le territoire de ce SAGE comprend les bassins du Petit Morin (630 km2) et du Grand Morin (1 185 km2)[7]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifié de « structure porteuse »[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,4 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5,1 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 729 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -1,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 1,2 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[10]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[9]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[11]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 33 km à vol d'oiseau[12], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[13] à 11,6 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Coupvray comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 3],[15], les « Les Pres » (17,94 ha), couvrant 2 communes du département[16] ; et les « prés humides de Coupvray » (17,62 ha), couvrant 2 communes du département[17] et un ZNIEFF de type 2[Note 4],[15], la « vallée de la Marne de Coupvray à Pomponne » (3 619,57 ha), couvrant 17 communes du département[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Coupvray est une commune urbaine[Note 5]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Bailly-Romainvilliers, une agglomération intra-départementale regroupant 14 communes[19] et 51 652 habitants en 2017, dont elle est la banlieue[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[22],[23].

Bourg de Coupvray.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (47,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (41,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (30,7% ), espaces verts artificialisés, non agricoles (25,8% ), zones urbanisées (17,1% ), zones agricoles hétérogènes (9,4% ), forêts (8,3% ), prairies (7,5% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,2 %)[24].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[25],[26],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[27]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

Lieux-dits et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune se composera de 10 quartiers d'ici 2023 : 6 quartiers historiques et 4 nouveaux quartiers de types ZAC :

en construction[28]. Ce sont les quartiers appelés :

  • Les Molveaux
  • Fontaine Fleury
  • Îlot Saint-Pierre
  • Bourg ancien
  • Bonshommes
  • Parc du Chateau
  • Vignes Rouges (en construction)
  • Cents Arpents (en construction)
  • Trois Ormes (en construction)
  • Maizière (en construction)

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 1 113 (dont 96,4 % de maisons et 3,4 % d’appartements).

Parmi ces logements, 92,3 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 6,7 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 90,5 %[29].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Quatre ZAC se situent actuellement sur le territoire de la commune :

  • Vignes rouges
  • Cent Arpents
  • Trois Orme
  • Maizière

Ces zones, situées pour la majorité d'entre elles au sud de la commune, seront achevées à horizon 2030[30]

Un port fluvial de 80 anneaux, accompagné de commerces et de services, est également à l'étude dans la commune sur le canal de Meaux à Chalifert[31]. La mise en chantier de ce projet est espérée pour 2020[31].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune compte 133 voies[Note 7], dont la RD 934 (ex RN 34) qui relie Lagny-sur-Marne à Saint-Germain-sur-Morin, la RD 5 en provenance de Chalifert et la RD 5d en provenance d'Esbly. Par ailleurs, Coupvray est aussi accessible depuis l'autoroute A4 (sortie 14 Val d'Europe : Marne-la-Vallée-Val d'Europe, Parcs Disney, Bailly-Romainvilliers, Centre Commercial Régional).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transilien[modifier | modifier le code]

La commune est située au sud de la gare d'Esbly, sur la ligne TransilienLigne P du Transilien, située à Esbly. La ligne effectue les liaisons entre les gares de Paris-Est et de Meaux et entre Esbly et Crécy-la-Chapelle[32].

Au milieu du XIXe siècle, les ingénieurs ont du dévier la ligne des chemins de fer de l'Est jusqu'à Meaux à cause des grandes infrastructures du canal de Chalifert et d'une boucle de la Marne. Cela a notamment coupé le village en deux, d'est en ouest. Aujourd'hui, les voies du Transilien P suivent le même trajet que la ligne Paris-Strasbourg. Historiquement, la gare d'Esbly est à l'origine de la ligne d'Esbly à Crécy-la-Chapelle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RER et TGV[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord de la gare de Marne-la-Vallée - Chessy (Marne-la-Vallée Chessy - Parcs Disneyland/Marne-la-Vallée Chessy TGV), sur la commune de Chessy.

La gare de Marne-la-Vallée Chessy - Parcs Disneyland est le terminus de la ligne (RER)(A) depuis 1992. La ligne effectue les liaisons entre Saint-Germain-en-Laye, Cergy, La Défense ou Poissy tout en traversant Paris d'est en ouest[33].

Depuis 1994, la gare de Marne-la-Vallée Chessy TGV, en correspondance avec le RER A, est également reliée aux cinq lignes à grande vitesse françaises, Atlantique vers Rennes, Nantes et Bordeaux, Sud-Est vers Lyon puis Méditerranée vers Marseille et Montpellier, Nord vers Lille, Londres et Bruxelles et Est européenne vers Strasbourg. Des trains Ouigo, TGV inOui, Eurostar et Thalys partent de cette gare.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bus et Cars[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par 10 lignes de bus[34],[35] :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Projets[modifier | modifier le code]
Bus EVE (TCSP Esbly-Val d’Europe)[modifier | modifier le code]

À terme, la commune sera desservie par la ligne de Bus EVE en TCSP (de type Bus à haut niveau de service, qui reliera la Gare d'Esbly au Centre hospitalier de Marne-la-Vallée en passant par les gares de Marne-la-Vallée - Chessy et de Val d'Europe. Elle desservira les communes d'Esbly, de Coupvray, de Chessy, de Montry, de Magny-le-Hongre, de Montévrain, de Serris et de Jossigny. La mise en service est prévue pour 2022 à 2030[37].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Curtis Prothasii au IXe siècle ; Ecclesia de Curte Prothasii en 1136 ; Coupevretum en 1353[38] ; Comperray en 1615[39] ; Coupvré en 1714[40] ; Coupevray en 1770[40],[41].

Le nom de la ville de Coupvray vient du latin curtis, le domaine et de l’anthroponyme Prothasius. Protais fut un nom de baptême courant dérivé du grec Prôtos (premier). Á l'école normale d'instituteurs de Melun, les élèves de première année étaient appelés les « protos »[42].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lavoir de Coupvray.

De multiples études et recherches ont été réalisées sur le village, rarement publiées. Sont connus les écrits vers 1880 de l'instituteur Darche également secrétaire de mairie, les écrits de Jean Roblin, qui a fait beaucoup dans les années 1950-1970 pour la maison Louis Braille et le village, les expositions de l'association « La Grangée de l'histoire » qui étudie et inventorie le patrimoine historique, artistique et coutumier des communes du Val d’Europe et environs[43] créée à Coupvray par une habitante historienne dans les années 1990, et par l'atelier d'histoire de l'association Renaissance et Culture[44].

Naissance du bourg rural et développement du château[modifier | modifier le code]

Place de l'église Saint-Pierre dans le bourg.
Le château en 1950

On retrouve aux origines de la commune la présence d'une villa gallo-romaine, située à l'emplacement de l'actuel Parc des Sports, ainsi que des traces d’habitations du Haut Moyen Âge sur le plateau. Un menhir, l'Armoire de Condé-Sainte-Libiaire est aujourd'hui toujours présent sur la commune. Il date probablement de la période du Néolithique.

Le village semble avoir été créé à partir de 2 hameaux, dont l’un se situait dans la vallée à l’intersection de 2 grands itinéraires :

Ces 2 grands itinéraires se croisaient au passage du ru de Coupvray, à l’origine un gué, puis un pont. Un château fort (gaillard) devait surveiller ce délicat passage du haut de sa motte située derrière l’actuel musée Louis Braille. Le village dépendait alors du Comte de Champagne.

Henri III de Lenoncourt, noble de lorraine, rachète la totalité de la seigneurie de Coupvray en 1571, mais les guerres de religion l’éloignent de sa seigneurie. Coupvray se trouvera pris dans cette tourmente et sera profondément ravagé et l’église quasiment détruite. La baronnie de Coupvray est transmise successivement de père en fils aîné dans la famille Rohan-Guéméné mais est laissée à l'abandon. Hercule de Rohan-Montbazon y fait construire un château aux alentours de 1600. Lors de la Révolution Française, le couvent, la grange aux dîmes, l’ancienne demeure seigneuriale, la grande ferme et la ferme des Bonshommes sont vendus comme biens nationaux. Pendant cette période, le cimetière est déménagé et un lavoir est construit : la Fontaine des Médisances[45].

Après la révolution, Jean-Louis Tourteau d'Orvilliers hérite du château qu'il agrandit. Il édifie une bergerie pour élever un troupeau de moutons. Il rachète la grande ferme des Bonshommes et l’ancien couvent des Trinitaires. Il y construit une nouvelle bergerie, improprement nommée de nos jours grange aux dîmes. Il participe activement à la vie communale en étant élu maire de 1808 à 1815. Il prend en charge le jeune fils du bourrelier du village, Louis Braille, originaire de Coupvray et devenu aveugle par accident, et le fait entrer à l’Institution Royale des Jeunes Aveugles dans le 7e arrondissement de Paris.

Le canal de Chalifert est mis en service en 1846, coupant ainsi plusieurs méandres de la Marne sur environ 12 km.

L'aqueduc de la Dhuis est implanté dans la commune entre 1863 et 1865. Il a alors pour objectif d'alimenter en eau potable l'est de l'agglomération parisienne depuis la rivière Dhuis.

Coupvray dans la ville nouvelle[modifier | modifier le code]

Logements récents dans le bourg de Coupvray.

Le destin de Coupvray a véritablement basculé avec la création en 1987 du secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée et la réalisation dans les années qui ont suivi du pôle touristique de Disneyland Paris. Passer d'un village rural au développement modéré à une ville périurbaine qui doit se construire sur 30 ans, constitue un bouleversement considérable, tant du point de vue démographique, économique, sociologique que du point de vue de l'identité et de l'image.[réf. nécessaire]

En 1992, sont implantés à l'extrémité sud-est de la commune les hôtels de Disneyland Paris, en même temps que le parc Disneyland, la zone de divertissements Disney Village et la gare de Marne-la-Vallée - Chessy, qui sont eux situés sur la commune de Chessy.

Depuis, Coupray poursuit son développement, à la fois dans le bourg avec l'implantation d'une zone commerciale à proximité du canal et d'une salle de spectacle à proximité du parc du château, ainsi que dans les ZAC localisées au sud de la commune. La commune tente de développer par ailleurs le tourisme fluvial avec la création de services portuaires le long du canal de Chalifert[46].

En 2016, le Syndicat d'agglomération nouvelle devient Val d'Europe Agglomération. Cette même année, le parc du château de Coupvray est ouvert au public[47].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Coupvray fait partie de Val d'Europe Agglomération avec 9 autres communes.

Elle est l'une des 5 communes historiques de l'intercommunalité avec Chessy, Serris, Bailly-Romainvilliers et Magny-le-Hongre.

S'en sont rajoutées en 2018 les communes de Villeneuve-le-Comte et de Villeneuve-Saint-Denis, puis en 2020 les communes d'Esbly, de Montry et de Saint-Germain-sur-Morin.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le département de la Seine-et-Marne, dont la préfecture est Melun. Elle fait partie du canton de Serris depuis 2015. De 1993 à 2015, elle avait été intégrée au canton de Thorigny-sur-Marne. De plus, elle fait partie de la huitième circonscription de Seine-et-Marne.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de Coupvray au tribunal de grande instance de Meaux, au tribunal d’instance de Lagny-sur-Marne et au tribunal administratif de Melun, tous rattachés à la cour d'appel de Paris[48].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de Coupvray sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Tendance politique Début de mandat Fin de mandat
Municipales 2020 Commune de Coupvray Maire de Coupvray Thierry Cerri SE mai 2020 mars 2026
Départementales 2015 Canton de Serris Conseillers départementaux Arnaud de Belenet et Valérie Pottiez-Husson LR mars 2014 mars 2021
Législatives 2017 8e circonscription Député Jean-Michel Fauvergue LREM

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections départementales[modifier | modifier le code]

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Résultats des deuxièmes tours ou du premier tour si dépassement de 50 % :

Référendums[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Coupvray.
Liste des maires successifs[61],[62],[63]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1808 août 1815 Jean-Louis Tourteau d'Orvilliers[64] Royaliste maitre des requêtes
         
octobre 1971 décembre 1971 Pierre Blaise - Entrepreneur
décembre 1971 décembre 1978 Bernard Castagner - Industriel
décembre 1978 mars 1989 Jacques Taberlet - Cultivateur
mars 1989 novembre 2005[66] François Bentz[65] UMP[65] Chef d'entreprise[67]
novembre 2005 mars 2014[68] Martine Dogit[68] SE[69] Vice-présidente du SAN du Val-d’Europe ( → 2014)[68]
mars 2014 En cours
(au 29 mai 2020[70])
Thierry Cerri[71] SE Gérant d'un cabinet d'économie et d'étude du bâtiment[72]
1er vice-président de Val d'Europe Agglomération (2017 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La topologie très accidentée, le sous-sol garni d'argiles et de marnes vertes, avec des sources, rendent ingrat la sécurité de construction, après de fréquentes déclarations de catastrophes naturelles, il est convenu de préserver les zones boisées sur de grandes surfaces. Le parc du château, site classé et boisé, longtemps peu fréquenté constitue une réserve biologique naturelle. Pour l'évacuation des eaux du plateau, le coteau traversé par le rû des pendants puis le ru de Coupvray, les zones humides en fond de vallées favorisent le développement de la flore et de la faune, où plusieurs zones sont classées en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEF)

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [73],[74].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Coupvray est assurée par Val d'Europe Agglomération (CAVEA) pour la collecte et . Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [75],[76],[77]. La station d'épuration Equalia est quant à elle gérée par le SIA de Marne-la-Vallée (SIAM) qui a délégué la gestion à une entreprise privée, VEOLIA, dont le contrat arrive à échéance le [75],[78].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[79]. Val d'Europe Agglomération (CAVEA) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à la SAUR, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2027[75],[80],[81].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par Val d'Europe Agglomération (CAVEA) qui en a délégué la gestion à la SAUR, dont le contrat expire le [75],[82].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[83]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[84].

En 2018, la commune comptait 2 860 habitants[Note 8], en augmentation de 10,25 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
588681629612616572543575566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
512499480463452456513503513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
519505516507582521695658707
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6807691 0631 4162 2802 7132 7912 7902 607
2017 2018 - - - - - - -
2 8642 860-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[85] puis Insee à partir de 2006[86].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Coupvray est située dans l'académie de Créteil.

La commune administre le groupe scolaire Odette-et-Francis-Tesseire constitué d'une école maternelle et d'une école élémentaire communale.

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, le collège de rattachement est Louis-Braille, situé à Esbly et le lycée d'affectation lié à la carte scolaire est Pierre-de-Coubertin[87], situé à Meaux. Pour l'enseignement supérieur, un pôle universitaire est situé au Val d'Europe et un second au Campus de Marne-la-Vallée à Champs-sur-Marne.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune s'associe en 2009 avec l'ensemble des associations réunies dans le CINAL pour organiser les manifestations du bicentenaire de la naissance de Louis Braille. Dans le cadre du Printemps des poètes en 2017, est lancé un concours sur le thème Le haiku à la lumière du braille.

Au sein du parc du château, ont souvent lieu des festivités organisées par la commune.

Santé[modifier | modifier le code]

Le pôle médical des Tamaris comprend des médecins généralistes, des dentistes, un psychologue, un podologue, des infirmiers, kinésithérapeutes et ostéopathes.

Sports[modifier | modifier le code]

Installation sportive, Parc de l'Harmonie.

Coupvray dispose depuis 1992 d'un complexe sportif de grande qualité, exceptionnel pour une faible population : tennis externes et couverts, gymnase avec dojo, stade de foot, piscine découverte pour l'été, tir à l'arc.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune de Coupvray fait partie de la paroisse des Portes de la Brie et du diocèse de Meaux, dont dépend l'église Saint-Pierre de Coupvray.

Économie[modifier | modifier le code]

Hôtels de Disneyland Paris.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 999 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 218 €[29].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d'emplois au lieu de travail était de 627.

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 73 % contre un taux de chômage de 6,8 %[29].

Village très dépendant de la commune riveraine d'Esbly qui s'est développée autour de la gare SNCF, Coupvray est devenue résidentielle en profitant de ses atouts paysagers et agricoles. Intégré dans l'opération de pôle touristique décidé en 1985 entre l'État et la société américaine The Walt Disney Company pour créer son parc européen, le sud du territoire partagé par la route RN 34 est dévolu à cette nouvelle activité. Cette annonce a incité au développement du plan d'occupation des sols de 1986 avec la création de zones d'urbanisation et une zone d'activité (l'Aulnoy), a favorisé le doublement de la population de 1982 à 1999, et l'arrivée d'un supermarché.

La convention, finalement signée en 1987, a entraîné la formation du syndicat d'agglomération nouvelle (dénommé SAN des Portes de la Brie puis SAN du Val d'Europe, puis Val d'Europe Agglomération) qui inclut les cinq communes de Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny-le-Hongre et Serris. L'État signataire s'engage envers les communes avec la mise en place d'un projet d'intérêt général pour la répartition des zones d'influence entre Disney et les autorités locales et départementales non signataires. De nouveaux axes de communication traversent la commune et réorientent son développement avec les gares du TGV et du RER à Chessy.

La commune accueille quatre des six hôtels de Disneyland ParisHotel Cheyenne, Newport Bay Club, Hotel Santa Fe, Sequoia Lodge, une partie du parking du complexe de loisirs et plusieurs zones logistiques situées du côté du land de Discoveryland.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 219, dont 4 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 4 dans l'industrie, 36 dans la construction, 143 dans le commerce-transports-services divers et 32 relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 17 entreprises ont été créées, dont 10 par des auto-entrepreneurs[29].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Coupvray est dans la petite région agricole dénommée les « Vallées de la Marne et du Morin », couvrant les vallées des deux rivières, en limite de la Brie[Carte 5]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 9] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[88].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[89]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 4 en 1988 à 1 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 77 ha en 1988 à 76 ha en 2010[88]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Coupvray, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Coupvray entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[88],[Note 10]
Nombre d’exploitations (u) 4 2 1
Travail (UTA) 4 2 1
Surface agricole utilisée (ha) 308 208 76
Cultures[90]
Terres labourables (ha) 293 s s
Céréales (ha) 215 s s
dont blé tendre (ha) 139 s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 51 s s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) s s s
Élevage[88]
Cheptel (UGBTA[Note 11]) 15 0 0

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Menhir de Condé-Sainte-Libiaire.
Ruines du château.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Jardin d'agrément et parc du château de Coupvray[96].
  • Parc de l'Harmonie dans le centre-bourg ;
  • Circuit du bois de Coupvray ;
  • Berges du Canal de Meaux à Chalifert, écluse de Lesches, passerelle en bois, bassins d’eaux pluviales ;
  • Aqueduc de la Dhuis.

Offre hôtelière[modifier | modifier le code]

Quatre des six hôtels de Disneyland Paris sont présents au sud-ouest de la commune. Ils ont été inaugurés en 1992 :

Dénomination Thème Nombre
de
Chambres
Nombre
de
Suites
Catégorie
Disney's Newport Bay Club Les décors balnéaires de la Nouvelle-Angleterre
au début du XXe siècle
1 093 13 Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg
Disney's Sequoia Lodge Les parcs nationaux américains 1 011 9 Star full.svgStar full.svgStar full.svg
Disney's Hotel Cheyenne Le « Far West » 1 000 - Star full.svgStar full.svg
Disney's Hotel Santa Fe Le Sud-Ouest américain 1 000 - Star full.svgStar full.svg

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Ferme du couvent : salle de spectacles L’Atmosphère, salle de la Ferme (expositions et conférences), atelier théâtre, salle d’arts plastiques, maison des associations

Salles d’activités dans l'école maternelle pour l'école de musique intercommunale de Val d'Europe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque située sur la maison natale de Louis Braille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Corvisier, Le Val d'Europe et ses environs, collection Mémoire en images, Tours, Nouvelles Editions Sutton, oct. 2013 (ISBN 2-8138-0705-2)
  • Margaret Davidson, Louis Braille, l'enfant de la nuit, Folio Cadet Premiers Romans, Paris 7e, Gallimard Jeunesse, mars 2018 (ISBN 2-0750-9712-7)
  • Bernard Durand-Rival et Maurice Culot, Val d'Europe, vision d'une ville, Bruxelles, Editions des Archives d'architecture moderne, juin 2016 (ISBN 2-8714-3317-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Le site de la mairie fait état du ru de la Fréminette.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Une annulation en 1995.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  9. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  10. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  11. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Localisation de Coupvray » sur Géoportail (consulté le 31 octobre 2019).
  2. « Coupvray - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021)
  5. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 22 juillet 2017 »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de Meaux à Chalifert (F6-3102) »
  3. Site de la mairie
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - ru de Coupvray (F6601000) »
  5. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 23 août 2018
  6. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021)
  7. « SAGE Petit et Grand Morin - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  8. site officiel du Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021)
  10. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  11. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  12. « Orthodromie entre Coupvray et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  13. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  14. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  15. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Coupvray », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  16. « ZNIEFF les « Les Pres » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021)
  17. « ZNIEFF les « prés humides de Coupvray » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021)
  18. « ZNIEFF la « vallée de la Marne de Coupvray à Pomponne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021)
  19. « Unité urbaine 2020 de Bailly-Romainvilliers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  25. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  26. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  27. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021)
  28. « Actuels et prochains quartiers de Coupvray »
  29. a b c et d Statistiques officielles de l’Insee (version novembre 2016).
  30. Près de 6 000 habitants à horizon 2030 à Coupvray
  31. a et b Alexandre Métivier, « Coupvray : le projet de port fluvial s’affine, les travaux espérés pour 2019 », sur Le Parisien, (consulté le 12 janvier 2018)
  32. « Ligne P du transilien - SNCF »
  33. « Ligne A du RER - RATP »
  34. « Accès, transports et stationnement à Coupvray »
  35. « Lignes de bus à Coupvray - Transdev »
  36. Site Transdev, consulté le 27 mai 2020
  37. « TCSP d'Esbly à Val d'Europe. », sur https://www.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le 6 avril 2019)
  38. Longnon, Pouillés de Sens, p. 469.
  39. Archives de la Seine-et-Marne, E 163.
  40. a et b Archives de la Seine-et-Marne, E 169.
  41. « Coupvray », sur http://www.genea77-shage.info/ (consulté en février 2017)
  42. Paul Bailly, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  43. « Page d'accueil », sur site de l'association « La Grangée de l'histoire » (consulté le 25 octobre 2009).
  44. « Page d'accueil », sur site de l'association « Renaissance et culture » (consulté le 25 octobre 2009).
  45. Histoire de Coupvray, histoire de la commune
  46. Le port fluvial prévu pour début 2021
  47. Coupvray ouvre grand les portes du parc du château
  48. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 15/03/2020.
  49. « Résultat de l'élection présidentielle de 2012 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  50. « Résultat de l'élection présidentielle de 2017 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  51. « Résultat de l'élection législative de 2012 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  52. « Résultat de l'élection législative de 2017 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  53. « Résultat de l'élection européenne de 2014 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  54. « Résultat de l'élection européenne de 2019 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  55. « Résultat de l'élection régionale de 2015 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  56. « Résultat de l'élection départementale de 2015 à Coupvray », sur le site du ministère de l’intérieur
  57. « Résultat de l'élection municipale de 2014 à Coupvray », sur le Monde
  58. « Résultat de l'élection municipale de 2020 à Coupvray », sur le Monde
  59. « Résultat du référendum de 1992 à Coupvray », sur Ministère de l'intérieur
  60. « Résultat du référendum de 2005 à Coupvray », sur Ministère de l'intérieur
  61. Les maires de Coupvray.
  62. Les maires de Coupvray.
  63. Les maires de Coupvray.
  64. Sylvie Nicolas, Les derniers maîtres des requêtes de l'Ancien Régime (1771-1789) : dictionnaire prosopographique, Librairie Droz, , 398 p. (ISBN 978-2-900791-21-9, lire en ligne)
  65. a b et c J. Cl, « A l'origine de l'annulation Bentz démissionne », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 17 octobre 2018).
  66. François Bentz, maire, annonce sa démission fin août 2005[65]
  67. François Bentz, PDG de Transvet.
  68. a b et c Thomas Poupeau, « Après quatre mandats, la maire de Coupvray (UMP) passe la main », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 17 octobre 2018).
  69. « Martine Dogit n'est pas à l'UMP », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté en mars 2019).
  70. Compte rendu de la réunion du conseil municipal du 25 mai 2020 [lire en ligne].
  71. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en mars 2019).
  72. « Présentation de la société CABINET ECONOMIE ETUDE BATIMENT (C2EB) », sur la recopie du registre du commerce (consulté le 17 octobre 2018).
  73. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021)
  74. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021)
  75. a b c et d « Commune de Coupvray - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  76. « CA Val d'Europe Agglomération (CAVEA) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  77. « CA Val d'Europe Agglomération (CAVEA) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  78. « SIA de Marne-la-Vallée (SIAM) », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  79. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020)
  80. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  81. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  82. « CA Val d'Europe Agglomération (CAVEA) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021)
  83. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  84. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  85. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  86. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  87. « Etablissements scolaires », sur site de la commune de Coupvray (consulté le 29 mai 2020).
  88. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Coupvray », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 janvier 2021)
  89. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021)
  90. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Coupvray », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 26 janvier 2021)
  91. Notice N° PM77000457, Source Palissy, Ministère de la Culture
  92. Notice N° PM77000456, Source Palissy, Ministère de la Culture
  93. Notice N° PM77000455, Source Palissy, Ministère de la Culture
  94. Histoire de Coupvray (site officiel)
  95. Site Culture.fr
  96. Notice N° IA77000213, Source Mérimée, Ministère de la Culture
  97. http://www.coupvray.fr/coupvray/menu_principal/decouvrir_coupvray/histoire_de_coupvray/les_trevise