Marchémoret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marchémoret
Marchémoret
Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité communauté de communes Plaines et monts de France
Maire
Mandat
Jean-Louis Durand
2014-2020
Code postal 77230
Code commune 77273
Démographie
Gentilé Marchois
Population
municipale
564 hab. (2017 en augmentation de 2,17 % par rapport à 2012)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ nord, 2° 46′ est
Altitude Min. 98 m
Max. 152 m
Superficie 7,04 km2
Élections
Départementales Canton de Mitry-Mory
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Marchémoret
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Marchémoret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marchémoret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marchémoret

Marchémoret est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Marchois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 8 kilomètres à l’est de Dammartin-en-Goële[1].

Elle est proche de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle (environ 18,8 kilomètres).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marchémoret
Rouvres Lagny-le-Sec (Oise) Saint-Pathus
Saint-Mard Marchémoret Oissery
Montgé-en-Goële Saint-Soupplets

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 1,32 km[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Marchémoret, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 36 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[6] dont Lessart.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[7], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 96,2 % de terres arables et 3,8 % de forêts[5],[8].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 200 dont 85 % de maisons et 14,5 % d'appartements.

Parmi ces logements, 94 % étaient des résidences principales, 2,5 % des résidences secondaires et 3,5 % des logements vacants[Note 3].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 75 % contre 25 % de locataires[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Marchemoret en 1189[10] ; Marchiemoretum en 1203[11] ; Marchié Moret en 1252[12] ; « Villa Marchesi Moreti subtus Noam fortem » en 1266[13] ; Marchiemoret, Marchemouret en 1274[14] ; La seigneurie de Marché Marais en 1668[15] ; Marchemorel en 1757 (Cassini)[16].

Toponyme composé de Marche (« région frontière »)[Note 4] et du radical Moret, du celtique mora, de l'ancien français morée (« marécage, marais »)[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionné au 12e. Seigneurie de Lessart relevant du comté de Dammartin.

Au Moyen Âge, Marchémoret est une paroisse faisant partie du doyenné d'Acy situé dans l'ancien pays de Multien.

En 1521, le chancelier Antoine Duprat, 1463-1535, est seigneur de Nantouillet, de Marchémoret[18] et de Rosoy-en-Multien.

Le , le Tiers État de Lessart rédige son cahier de doléances pour les états généraux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 En cours Jean-Louis Durand LR Président de la Communauté de communes

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2017, la commune comptait 564 habitants[Note 5], en augmentation de 2,17 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
236228235221225210199264235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
201170174141126131165130125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11010887105186175139112132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
137110214258307332455548565
2017 - - - - - - - -
564--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption - cloche de l'église sonnant 18 h :

Église Notre-Dame-de-l'Assomption (XVIIIe siècle), intégrée dans une habitation : clocheton XVIIIe, mobilier XVIIIe et XIXe siècles, autel de bois sculpté XVIIIe, cimetière alentour.

Croix de Lessart.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le sculpteur italien Gaetano Di Martino (1922-2006), installé en 1977 dans une ancienne bergerie rénovée en atelier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  4. « Du début du XIe siècle à 1285, année où la Champagne fut réunie en fait aux domaines de la couronne par l’accession au trône de France de Philippe le Bel, comte palatin de Champagne depuis son mariage avec Jeanne de Navarre, la frontière occidentale du comté de Champagne et de Brie séparait du sud au nord le territoire qui forme aujourd’hui le département de Seine-et-Marne en deux moitiés sensiblement égales ».
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation de Marchémoret » sur Géoportail (consulté le 4 novembre 2018).
  2. « Plan séisme consulté le 2 mai 2020 »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Launette (H2218000) » (consulté le 2 mai 2020)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Avernes (F6411000) » (consulté le 2 mai 2020)
  5. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 30 octobre 2018
  6. Site territoires-fr.fr consulté le 4 novembre 2018 sous le code commune 77273
  7. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  8. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  9. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 2 mai 2020
  10. Du Plessis, II, p. 77.
  11. Cartulaire de l'Abbaye de Chaalis, fol. 240.
  12. Longnon, I, 193.
  13. Archives nationales, S 5173.
  14. Bibl. nat., ms. français 19835, fol. 6.
  15. Archives nationales, Q1 1403.
  16. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 345.
  17. Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  18. Voir Albert Buisson, Le chancelier Antoine Duprat, Paris, Hachette, , p. 379.
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.