Châtenay-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtenay.
Châtenay-sur-Seine
Image illustrative de l'article Châtenay-sur-Seine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes Bassée-Montois
Maire
Mandat
Jean-Yves Bigot
2014-2020
Code postal 77126
Code commune 77101
Démographie
Gentilé Châtenaisiens
Population
municipale
964 hab. (2012)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 15″ N 3° 06′ 00″ E / 48.4208, 3.148° 25′ 15″ Nord 3° 06′ 00″ Est / 48.4208, 3.1
Altitude Min. 55 m – Max. 118 m
Superficie 13,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine
Liens
Site web chatenay-sur-seine.fr

Châtenay-sur-Seine prononciation est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Châtenaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 12 km au nord-est de Montereau-Fault-Yonne.

Communes limitrophes de Châtenay-sur-Seine
Montigny-Lencoup Egligny
Courcelles-en-Bassée Châtenay-sur-Seine
La Tombe Balloy
Gravon

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Chaupry, la Chapelle.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le nord-ouest de la commune fait partie de la plaine cultivée du Montois, le sud-est de la plaine alluviale boisée et marécageuse de la Bassée.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau.

La ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau réhabilitée en 2011 pour le passage de trains de fret (granulats et éventuellement céréales) passe par Châtenay-sur-Seine. Le bâtiment de la gare, construit en 1848, a été détruit.

Châtenay est desservie par la ligne no 7 du réseau Procars[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs explications sur les origines du nom du village sont données dans les ouvrages spécialisés :

  • pour certains, Chatenay doit son nom à un castrum, fortifications aujourd'hui disparues[2],
  • d'autres font référence à une châtaigneraie, castanea[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces de bâtiments circulaires de l'époque de la Civilisation de Hallstatt (Ier millénaire av. J.-C.) ont été découvertes à Chatenay[4]. En 263, un gallo-romain enterre un trésor de plus de 2 000 pièces à proximité d'une villa. Le trésor est découvert en 1963[5].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1831 1834 Edmé Lapotie    
1834 1846 Jean Boucard    
1846 1870 Jean-Claude Siméon    
1870 1880 Gualbert Pare    
1880 1884 Louis Lhermey    
1884 1884 Auguste Picard    
1884 1912 Étienne Macquin    
1912 1919 Désiré Guyard    
1919 1925 Adrien Bergeron    
1925 1935 Léon Macquin    
1935 1947 Maxime Bonnard    
1947 1953 Léopold Hautin    
1953 1965 Charles Simon    
1965 1983 Marcel Guerard    
1983 1989 Robert Brissot    
1989 2001 Anthony Weber    
2001 2008 Daniel Lanneau   Agriculteur
2008 2014 René Delaune   Maçon retraité
2014 en cours Jean-Yves Bigot [6]   Retraité métallurgie

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 964 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552 651 612 642 610 647 624 647 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
680 743 736 687 705 708 687 701 680
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666 623 621 535 502 509 522 534 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
517 526 506 711 838 950 895 955 964
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • « Camp néolithique de Maran », Groupe de Cerny
  • « Necropole néolithique des Gobillons », Groupe de Cerny dont on peut retrouver des objets au musée de la préhistoire d'île de France à Nemours
  • L'église Saint-Étienne, XIIIe et XVIIIe siècles[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]