Serris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Serris
Serris
La place d'Ariane face à la gare du Val d'Europe.
Image illustrative de l’article Serris
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Serris
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Val d'Europe Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Descrouet
2014-2020
Code postal 77700
Code commune 77449
Démographie
Gentilé Serrissiens
Population
municipale
8 843 hab. (2016 en augmentation de 12,42 % par rapport à 2011)
Densité 1 579 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 44″ nord, 2° 47′ 16″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 133 m
Superficie 5,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Serris

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Serris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serris
Liens
Site web serris.fr

Serris est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne de la région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Serrissiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 21 km au sud-ouest de Meaux.

Le parc à thèmes Disneyland Paris touche la commune par le nord.

Communes limitrophes de Serris
Montévrain
Chessy
Coupvray Magny-le-Hongre
Jossigny Serris Bailly-Romainvilliers
Villeneuve-Saint-Denis

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief de Serris est principalement un relief de plaine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de cinq cours d'eau référencés :

  • le ru de la Folie, 9,8 km[1], qui conflue avec le ru de la Hotte ;
    • le ru du Gibet, 3 km[2], qui conflue avec le ru de la Folie ;
      • le fossé 01 du Bois Ripault, 1,4 km[3], qui conflue avec le ru du Gibet ;
  • le ru des Gassets, long de 5,4 km[4], affluent de la Gondoire ;
    • le ru des Longuiolles, 2,1 km[5], qui conflue avec le ru des Gassets.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 5,76 km[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie :

  • Par l'A4 à la sortie No 12.1 située au sud de la ville où une partie de la D 345 sert d'ailleurs de connexion entre l'autoroute et le centre-ville de Serris.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Urbanisation importante depuis le XXIe siècle.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose de 50,4 % de terres arables, 25,9 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 19,2 % de zones urbanisées, 4 % de prairies, <0,5 % de forêts et <0,5 % d’espaces verts artificialisés non agricoles[6].

Quartiers[modifier | modifier le code]

Bourg de Serris

Site le plus anciennement occupé, traversé par la rue Emile-Cloud.

Quartier de la Gare

Quartier situé autour du centre commercial Val d'Europe ainsi que de la gare RER Val d'Europe (nord de la commune).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

Son ancien nom est Saria.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques au site des Ruelles ont permis de mettre au jour des vestiges mérovingiens, avec un village, la ferme seigneuriale, le cimetière et la chapelle[7].

Au début du XVe siècle le village est totalement abandonné, suite aux mouvements de guerre dans la région, et très certainement aussi suite aux effets de la Peste noire de 1348 et de ses reccurences[8].

La première mairie-école, située au coin de la rue du Pont (Rue Camille Cloud) et la rue du Puits (rue de l’École) est acquise par la commune le . Elle ne comprenait que 2 pièces assez vétustes, couvertes de paille, un cellier, une grange et un jardin. Revendue à un particulier en 1856, elle est remplacée en 1865 par un édifice neuf comprenant l'école au rez-de-chaussée et au 1er étage, la salle des réunions municipales. Ce bâtiment a été intégré en 1994 dans le bâtiment actuel[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville (quartier de la Gare).
La mairie annexe (bourg de Serris).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1994 dans l'arrondissement de Torcy du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie de 1793 à 1993 du canton de Crécy-la-Chapelle, année où elle intègre le canton de Thorigny-sur-Marne[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle devient le bureau centralisateur du canton de Serris.

Serris fait partie du secteur 4 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée appelé Val d'Europe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Val d'Europe est administré par Val d'Europe Agglomération, dont Serris est membre.

Cette communauté d'agglomération créée le succède au syndicat d'agglomération nouvelle du Val d'Europe, créé le à la suite de la signature du contrat entre les pouvoirs publics et la Walt Disney Company. .

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1791   Antoine Mauny    
1792   Georges Boutillier    
An II   Jean Nottaire    
An III   Louis Bigot    
1807 1808 Théodore Hardy    
1809 1816 Pierre Sainte Beuve    
1816 1821 Jean Michel Cottin    
1822 1842 Louis Bruno Papillon    
1843 1849 Honoré Ferdinand Coquelet    
1849 1850 Jean Pierre Morville    
1851 1858 Louis Quillard    
1858 1870 Louis Joseph Richė    
1871 1874 Louis Bourette    
1874 1896 Clotaire Thierry    
1896   Pierre Chambaux    
1897 1903 Alexandre Lamber    
1904 1919 Albert Benard    
1919 1944 Léon Bourette    
octobre 1944 avril 1945 Marcel Gosset    
1945 1965 Bertin Benard    
1965 1968 Émile Cloud    
novembre 1968 1977 Réjane Wroniak    
mars 1977 1979 Jacques Métivier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Martin Steffen    
mars 1989 juin 1995 Philippe Mancel    
juin 1995 avril 2014[10] Denis Gayaudon UDF puis
UDI-NC
Enseignant
avril 2014[11] En cours
(au 20 février 2019)
Philippe Descrouet UDI Chef d'entreprise
Président d'EpaFrance (2017 → )
Vice-président de Val d'Europe Agglomération (2014 → )

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La ville a été récompensée en 2019 par trois @@@ pour sa première participation au concours du label national Territoires, Villes et Villages Internet, pour avoir, selon le maire, « mis en place les services en ligne sur serris.fr, l’accès Internet en Wifi dans les équipements communaux ou encore la mise à disposition de Chromebook (des ordinateurs connectés) dans les écoles »[12].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 8 843 habitants[Note 1], en augmentation de 12,42 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
339347329309308300304298283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
308318295286268264308297267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280261225196209209195160179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2072323044228982 3206 0616 5927 123
2013 2016 - - - - - - -
8 3698 843-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Une zone touristique internationale (ZTI), où les commerces de détail peuvent déroger au repos dominical des salariés, a été délimitée sur une partie du territoire de la commune par un arrêté du 5 février 2016[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La médiathèque.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Geneviève, construite en 1891[7].
  • Ferme des Communes, des XIXe et XXe siècles[7].
  • Vestiges mérovingiens.
  • Lavoir reconstruit en brique en 1877[7], rue de l'Église.
  • Pôle de l'enfance, architecture contemporaine (architectes : Philippe Ameller et Jacques Dubois).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Osmont (1655-1731) seigneur d'Amilly et du Tillet, propriétaire des terres du Grand Couternois et de la Commune, fermier général des carrosses et messageries royales de Normandie, Picardie et Flandres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Folie (F4774700) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Gibet (F4774720) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Bois Ripault (F4774730) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Gassets (F6631000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Longuiolles (F6631500) »
  6. a et b Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 25 juin 2018
  7. a b c d e et f « Serris », Listes des mairies de Seine et Marne, Société d’Histoire, d’Art, de Généalogie et d’Echange - SHAGE 77 (consulté le 26 février 2019).
  8. La peste Noire emporte de 30 à 50 % de la population européenne, selon les endroits, entre 1348 et la fin du Moyen Âge. "Les grands événements de l'histoire de France", éditions "France Loisirs" 1994, page 92 et 93
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Le maire (UDI) laisse la tête de liste à son ancien adjoint à Serris », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 décembre 2017) « Il repart… Mais pas en pôle position. Denis Gayaudon, le maire (UDI) de Serris depuis 1995, sera de la bataille des élections municipales de mars prochain, mais en simple colistier. C'est Philippe Descrouet (UDI), son adjoint pendant treize ans, qui sera le candidat de la majorité sortante ».
  11. « A Serris, Philippe Descrouet remporte les élections au terme d’une campagne folle : À Serris on ne fait jamais rien comme les autres communes. Tout est plus compliqué », lance cet électeur avec un sourire fataliste. Il ne fait pas si bien dire. Après un premier tour palpitant où il a fallu compter à deux reprises les bulletins, le candidat UDI Philippe Descrouet est arrivé en tête », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 décembre 2017).
  12. « A. M. : Pour sa première participation à l’obtention du label national Territoires, villes et villages Internet, la ville a été récompensée », Serris : la ville décroche trois @@@ pour ses efforts numériques, vol. Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2019).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Arrêté du 5 février 2016 délimitant une Zone touristique internationale Serris, « Val d'Europe », sur le site www.legifrance.gouv.fr.