Piscine Tournesol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Détail d'une arche d'une piscine Tournesol.

La piscine Tournesol est un modèle de piscine issu d'un programme national de construction de piscines de type industriel, qui a entraîné la construction de 183 piscines de ce type en France à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

Historique[modifier | modifier le code]

La piscine Tournesol de Fosses (Val-d'Oise).

Ce programme a été lancé dès 1969 par le secrétariat d'État chargé de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, dirigé alors par Joseph Comiti, sous le titre opération « 1 000 piscines ». Il avait pour but l'apprentissage de la natation, à la suite des mauvais résultats des nageurs français aux Jeux olympiques d'été de 1968 et accéléré par deux accidents de l'été 1969 : noyade dans la Loire de 19 enfants d'un centre aéré à Juigné-sur-Loire et noyade de 24 personnes dont 14 fillettes dans le naufrage du bateau-promenade La Fraidieu sur le lac Léman près de Thonon-les-Bains[1].

Entre 600 et 700 piscines ont ainsi été construites, de type Iris, Plein-Ciel, Plein-Soleil, Caneton et enfin Tournesol, lauréat des deux concours d'idée.

Le type Tournesol, l'un des plus caractéristiques, est l'œuvre de l'architecte Bernard Schoeller, assisté de l'ingénieur Thémis Constantinidis pour la structure, et de la société Matra pour les matériaux. 183 exemplaires ont été construits sur les 250 prévus[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Deux types étaient prévus. L'un pour un bassin de 50 mètres et[réf. nécessaire] un pour un bassin mesurant 25 mètres de long sur 10 mètres de largeur. La base est un cercle de 35 mètres de diamètre, soit une superficie de 1 000 m2. Son toit de 6 mètres de hauteur se compose d'une coupole qui s'ouvre à 120°, portée par des arches métalliques, entre lesquelles se trouvent des coques en polyester appelées tuiles, percées de hublots. Deux arches se déplacent, s'ouvrant à 60° chacune et permettant de découvrir la piscine lorsque le temps le permet (à l'instar de l'héliotropisme du tournesol, d'où son nom)[2].

Installations[modifier | modifier le code]

Le prototype est construit au cours du premier semestre 1972 à Nangis (Seine-et-Marne, aujourd'hui détruite) puis le premier exemplaire à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne, détruite aussi).

Plusieurs piscines Tournesol ont bénéficié du label « Patrimoine du XXe siècle » :

Ces structures préfabriquées sont les premières piscines largement industrialisées ; elles le sont en effet à 85 % (charpente, couverture, cloisons, vestiaires, équipements de filtration, stérilisation, chauffage, sanitaires, électricité, etc.)[7].

De nombreuses piscines Tournesol sont rénovées, transformées ou supprimées. C'est la fin d'une époque où l'État impose un modèle d'architecture industrialisée, chaque collectivité locale prenant son autonomie pour ce type d'équipement.

Liste des piscines Tournesol installées[modifier | modifier le code]

Cette liste en recense 171 en France, sur les 183 annoncées. Une centaine de celles-ci est encore en activité dont une à l'étranger au Luxembourg.

Le préinventaire du patrimoine des 30 Glorieuses des Alpes Maritimes[8], consacré à la piscine de Carros, rédigé en 2005-2006 par J.L Bonillo et R. Telese évoque la construction de "183 piscines en France, 3 au Luxembourg et 1 à Riyadh en Arabie Saoudite pour le prince Fahd Abdulaziz". Un ancien bâtisseur de ces piscines employé alors chez Ouest-Montage à Rennes indique en avoir construit[9] une en Belgique et deux au Luxembourg et ce jusqu'en 1977, le projet ayant été arrêté faute de budget.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une maquette de ce type de piscine est exposée à la Cité de l'architecture et du patrimoine, dans la galerie d'architecture moderne et contemporaine[30].

La piscine Tournesol de Beauvais a fait l'objet d'une photographie de Aurore Valade, accompagnée d'un texte humoristique de Lætitia Bianchi, publiée en 2008 dans Plein air[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Et la France se mit à nager... (1960-1970)" par Thomas Snégaroff, France Info, 17 octobre 2015.
  2. a et b Dossier sur la piscine de Carros
  3. Notice de la piscine de Bonneveine, sur le site de la DRAC de PACA.
  4. Notice de la piscine de Carros-le-Neuf, sur le site de la DRAC de PACA.
  5. Bilan 2011-2012 : Patrimoine architectural du XXe siècle, édifices « labellisés », édifices « labellisés » inscrits ou classés, sur le site du ministère de la Culture.
  6. Christine Lescoutte-Gardent, « La piscine en travaux », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  7. Marc Gaillard, Architectures des sports, Éditions du Moniteur, coll. « Architecture / Les bâtiments », (ISBN 2-281-00014-1), p. 54.
  8. « Piscine de Carros », (consulté le 9 décembre 2017)
  9. « Les piscines Tournesol de Monsieur Schoeller », sur archipostcard.blogspot.fr (consulté le 9 décembre 2017)
  10. http://www.pss-archi.eu/immeubles/FR-50129-19686.html
  11. « Ouverture du nouveau centre aquatique de Granville : encore un peu de patience », sur www.lamanchelibre.fr (consulté le 19 décembre 2018)
  12. Accès à la piscine intercommunale : modalités, Le Républicain lorrain, 18 juillet 2020
  13. « Piscine du bois du château à Lorient », sur guide-piscine.fr, (consulté le 21 août 2016)
  14. « Piscine de Baud », sur guide-piscine.fr, (consulté le 21 août 2016)
  15. a et b « La piscine Tournesol en phase de démolition », sur ouest-france.fr, Ouest France, (consulté le 21 août 2016)
  16. « Démolition de la piscine communautaire | CCB – Communauté de Communes du Bouzonvillois » (consulté le 29 août 2016)
  17. « Lille : la piscine tournesol de la rue françois coppee, c'est déjà fini », sur http://www.lavoixdunord.fr/, (consulté le 9 janvier 2017)
  18. « Fermeture définitive de la piscine Tournesol à Louvroil », sur Agglo Maubeuge-Val de Sambre, (consulté le 9 janvier 2017)
  19. Dixième anniversaire de la piscine Atlantis.
  20. « Sa démolition a débuté : la piscine à ventre ouvert ! », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 9 janvier 2017)
  21. « Adieu Tournesol », DNA (Dernières Nouvelles d'Alsace),‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2018)
  22. Emmanuel Delahaye, « La piscine Tournesol a vécu », L'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2017)
  23. « La coupole orange à terre », L'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  24. « La piscine a été démolie », L'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2017)
  25. Rapports au Conseil Municipal de la Mulatiere,
  26. pss-archi.eu
  27. CMS Anan6, « Communauté de Communes du Sud-Ouest Amiénois | Piscine communautaire », sur www.ccsoa.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  28. « La piscine municipale a déjà quarante ans », sur www.lyonne.fr, (consulté le 1er décembre 2019)
  29. Schoeller, Bernard, Piscine tournesol, plans de projet M 1:100, Archives Commune de Larochette, Paris, 1974.
  30. Galerie d'architecture moderne, sur citedechaillot.fr.
  31. [PDF] Plein air, Beauvais, Diaphane, (ISBN 978-2-9530799-1-3, lire en ligne), chap. 15 (« Jurisprudence, dénomination, botanique »), p. 40–41.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Schoeller et Secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports, Projet Tournesol : Opération 1000 piscines, dossier technique de présentation, Paris, R. Lacer, , 31 p. (OCLC 1505704, notice BnF no FRBNF35900611, LCCN 75503940)
  • Gérard Monnier (dir.), L'architecture moderne en France, vol. 3 : De la croissance à la compétition : 1967-1999, Paris, Picard, coll. « Librairie de l'architecture et de la ville », , 311 p. (ISBN 2-7084-0571-3), « Les piscines Tournesol », p. 16–18
  • Patrick Facon, « Les piscines Tournesol », dans Gérard Monnier (dir.) et Richard Klein (dir.), Les années ZUP : Architectures de la croissance, 1960-1973, Paris, Picard, , 301 p. (ISBN 2-7084-0629-9), p. 91–110
  • « Remise à neuf de la coupole d'une piscine 'Tournesol' », Les Cahiers techniques du bâtiment, no 279,‎ , p. 32–34 (ISSN 0241-6794)
  • Odile Fillion, « Volumes d'eau », D'A. D'Architectures, no 104,‎ , p. 36–51

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :