Saint-Aignan (Sarthe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aignan.

Saint-Aignan
Saint-Aignan (Sarthe)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Mamers
Intercommunalité communauté de communes Maine Saosnois
Maire
Mandat
Éric Moullart de Vilmarest
2014-2020
Code postal 72110
Code commune 72265
Démographie
Gentilé Saint-Aignanais
Population
municipale
263 hab. (2016 en augmentation de 3,54 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 00″ nord, 0° 21′ 00″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 79 m
Superficie 15,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aignan

Saint-Aignan (Sarthe) est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 263 habitants[Note 1], les Saint-Aignanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Aignan
Dissé-sous-Ballon Marolles-les-Braults Courcival
Saint-Aignan Jauzé
Mézières-sur-Ponthouin Courcemont Briosne-lès-Sables

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 513 hectares ; son altitude varie entre 58 et 79 mètres[1].

La commune est délimitée au nord par l'Orne saosnoise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Scevola-Aignan[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tyronneau - une abbaye cistercienne disparue[modifier | modifier le code]

En 1098, peu de temps après le début de la première croisade en Terre sainte, Robert, abbé du monastère de Molesmes, voulant rendre à la règle de saint Benoît toute sa rigueur des origines, se retira dans la région de Beaune au désert de Cîteaux pour fonder une nouvelle communauté : celle des moines de Cîteaux ou « cisterciens ». Prise sous la protection du Saint-Siège dès 1100, elle put « essaimer » en d'autres contrées en fondant notamment de 1113 à 1115 quatre nouveaux établissements, appelés les « quatre filles de Cîteaux » : Clairvaux, dont saint Bernard fut le premier abbé, la Ferté, Pontigny et Morimond. Sous l'impulsion de Bernard de Clairvaux (mort en 1153) le mouvement des fondations s'accélère. Le Maine ne devait pas rester en marge de ce vaste mouvement de rénovation à la fois du travail manuel, de la vie intellectuelle et de la vie spirituelle : on peut y dénombrer au début du XIIIe siècle pas moins de sept abbayes cisterciennes : Perseigne, la plus ancienne, fondée en 1145, abbaye de Bellebranche et abbaye de l'Épau de la filiation de Cîteaux ; abbaye de Clermont, abbaye de Fontaine-Daniel, Champagne et... Tyronneau (la deuxième), de celle de Clairvaux[3],[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de onze[5] dont le maire et deux adjoints[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1989 Harold de Milleville - -
1989 juin 1995 Maurice Lefebvre DVD -
juin 1995 mars 2008 Paul Cosme - -
mars 2008 mars 2014 Fernand Lépinay SE Gestionnaire approvisionneur
mars 2014 En cours Éric Moullart de Vilmarest[7] SE Commercial

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 263 habitants[Note 2], en augmentation de 3,54 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9099401 0461 012973967953900852
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
832805784749736740724707703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
677635609538547486459494448
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
390337284239218196235241246
2013 2016 - - - - - - -
268263-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est l'essentiel des activités économiques de la commune, avec diverses cultures et l'élevage bovin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Saint-Aignan, construit du XVe au XVIIIe siècle sur les fondations d'un château fort médiéval incendié lors des guerres de religion. Il a été partiellement inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du , puis partiellement classé (le château et les terrains compris à l'intérieur des douves) par arrêté du [11].
  • Église romane Saint-Aignan, du XIIe siècle. Le clocher est octogonal. Durant la Révolution, l'église est un des rares lieux dans lequel sont célébrées les fêtes en l'honneur de la déesse Raison en 1793[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jürgen Klötgen, "L'Abbaye de Tyronneau - Notice historique pour servir à la mémoire des cisterciens dans le Maine", in Revue historique et archéologique du Maine, Le Mans, 1990, 3e série T.10, tome CXLI de la Collection p.289 - 304 (ill. ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016, légale en 2019.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Extrait de Jürgen Klötgen, "L'Abbaye de Tyronneau", in Revue historique et archéologique du Maine, Le Mans, 1990
  4. « Saint-Aignan », sur le site saosnois.com de Didier van der Haeghen (consulté le 18 novembre 2013).
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. « Saint-Aignan (72110) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 juin 2014)
  7. « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le 13 avril 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Château de Saint-Aignan », notice no PA00109927, base Mérimée, ministère français de la Culture