Conseil départemental de Seine-et-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Conseil départemental de Seine-et-Marne
{{{alternative textuelle}}}
Logotype du Département de Seine-et-Marne
Situation
Pays France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Siège Melun
Exécutif
Président Patrick Septiers
Groupes politiques
Budget
Budget total 1,35 milliard d’euros (budget primitif 2017)
Budget d'investissement
Budget de fonctionnement
Site internet http://www.seine-et-marne.fr

Le Conseil départemental de Seine-et-Marne est l'assemblée délibérante du département français de Seine-et-Marne, collectivité territoriale décentralisée agissant sur le territoire départemental. Son siège se trouve à Melun.

Ses principales compétences, définies par le code général des collectivités territoriales, sont l'aide sociale, les routes départementales et la gestion des collèges (à l'exception de leur fonctionnement pédagogique, qui relève de l'État).

Présidence[modifier | modifier le code]

Le président du conseil départemental est élu par les conseillers départementaux en leur sein. Ils sont eux-mêmes élus pas les habitants du département.

Au terme des élections départementales françaises de 2015 et de son changement de majorité, Jean-Jacques Barbaux est élu en avril 2015 président du conseil départemental. Il décède en février 2018[1] et son successeur, Jean-Louis Thieriot (LR), est élu par le conseil départemental du [2]. Toutefois, à la suite de la démission d'Yves Jégo de ses fonctions politiques, Jean-Louis Thieriot, son suppléant, devient député de la troisième circonscription de Seine-et-Marne en juillet 2018, ce qui l'oblige à démissionner de la présidence du conseil départemental en exécution de la loi limitant le cumul des mandats en France.

Patrick Septiers (UDI), maire de Moret-Loing-et-Orvanne et conseiller départemental de Montereau-Fault-Yonne, après avoir été pressenti par les groupes majoritaires[3], est élu président du conseil départemental le 13 juillet 2018[4].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents du conseil général puis départemental[5]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1791   Arnail François de Jaucourt    
avril 1791 juin 1791 Vincent-Marie de Vaublanc    
septembre 1791 septembre 1792 Jean François
Fontaine de Cramayel
   
1800   Achille Étienne Marie
Gigault de Crisenoy
   
1817   François de Jaucourt    
1821 1823 Abel Prouharam    
Le conseil général est présidé
par le préfet de département
1967 1979 Étienne Dailly[6],[7] Rad. puis
UDF-Rad.
Juriste, chef d'entreprise
Sénateur de Seine-et-Marne (1959 → 1995)
Conseiller général de Nemours (1961 → 1979)
Maire de Montcourt-Fromonville (1957 → 1965)
1979 1982 Jacques Roynette PS Haut fonctionnaire
haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie (1982 → 1984)
Conseiller général de Savigny-le-Temple (1976 → 1982)
Maire de Vert-Saint-Denis (1971 → 1983)
1982 1992 Paul Séramy[8] RGR puis
Centriste puis
CD puis UDF
Professeur d'allemand
Député de Seine-et-Marne (5e circ.) (1962 → 1967)
Sénateur de Seine-et-Marne (1977 → 1992)
Conseiller général de Fontainebleau (1958 → 1992)
Maire de Fontainebleau (1959 → 1992)
1992 janvier 2004[9] Jacques Larché[10] RPR
puis
UMP
Avocat, énarque
Sénateur de Seine-et-Marne (1977 → 2004)
Conseiller général de Rebais (1973 → 2004)
Démissionnaire
janvier 2004[11],[12] mars 2004 Jean-Jacques Hyest[13] UMP Administrateur territorial
Sénateur de Seine-et-Marne (1995 → 2015)
Conseiller général de Château-Landon (1982 → 2015)
Maire de La Madeleine-sur-Loing (2001 → 2015)
2004 2015[14] Vincent Éblé[15] PS Fonctionnaire territorial
Sénateur de Seine-et-Marne (2011 → )
Conseiller général de Noisiel (1997 → 2015)
Conseiller départemental de Champs-sur-Marne (2015 → )
2015[16] février 2018[1] Jean-Jacques Barbaux LR Juriste, proviseur retraité
Conseiller départemental de Fontenay-Trésigny (2015 → 2018)
Maire de Neufmoutiers-en-Brie (1989 → 2015)
Décédé en fonction
mars 2018[17],[2] juillet 2018 [18] Jean-Louis Thiériot LR Avocat
Maire de Beauvoir (2008 → )
Conseiller départemental de Nangis (2015 → )
Démissionnaire afin de siéger comme député.
juillet 2018[4] En cours
(au 13 juillet 2018)
Patrick Septiers UDI Enseignant en économie et gestion des entreprises
Maire de Moret-sur-Loing (1989 → 2014) puis d'Orvanne (2015) puis de Moret-Loing-et-Orvanne (2016 → )
Conseiller général de Moret-sur-Loing (1992 → 2004)
Conseiller départemental de Montereau-Fault-Yonne (2015 → )
Président de la CC Moret Seine et Loing (2001 → )

Les vice-présidents[modifier | modifier le code]

Les vice-présidents élus le pour la mandature 2015-2021 étaient[16] :

  1. Jean-François Parigi, chargé des finances (démissionnaire après son élection comme député, il est remplacé en octobre 2017 par Jean-Louis Thiériot[19] ;
  2. Laurence Picard, chargée des solidarités ;
  3. Geneviève Sert, chargée des collèges et de l’enseignement ;
  4. Jean-François Oneto, chargé des routes, des transports et des mobilités ;
  5. Arnaud de Belenet, chargé du développement économique ;
  6. Olivier Lavenka, chargé de l’aménagement du territoire, de la politique contractuelle et de l’agriculture ;
  7. Nathalie Beaulnes-Sereni, chargée de l’administration générale ;
  8. Isoline Millot, chargée de l’environnement et du cadre de vie. ;
  9. Martine Bullot, chargée de la jeunesse, des sports, de la vie associative et du volontariat ;
  10. Franck Vernin, chargé du tourisme.
  11. Patrick Septiers, chargé de la culture et du patrimoine
    Le conseil départemental avait également élu son questeur, Olivier Morin.


Le conseil départemental du qui a élu a sa tête Patrick Septiers a également élu ses 13 vice-présidents, qui sont[4] :

  1. Olivier Lavenka, chargé de l’aménagement du territoire, des politiques contractuelles et de l’agriculture ;
  2. Daisy Luczak, chargée des finances, de l’éducation et des collèges ;
  3. Xavier Vanderbise, chargé des routes, des transports et des mobilités ;
  4. Geneviève Sert, chargée de la formation supérieure, de la formation professionnelle et de la présence médicale ;
  5. Bernard Cozic, chargé des solidarités ;
  6. Martine Bullot, chargée des sports et de la jeunesse ;
  7. Yves Jaunaux, chargé de l’environnement et du cadre de vie ;
  8. Anne-Laure Fontbonne, chargée des bâtiments départementaux ;
  9. Denis Jullemier, chargé de l’habitat, du logement, du renouvellement urbain et de la politique de la ville ;
  10. Andrée Zaïdi, chargée des ressources humaines ;
  11. Sarah Lacroix, chargée de la réussite éducative et de l’innovation pédagogique ;
  12. Isoline Millot, chargée de l'administration générale ;
  13. Olivier Morin, chargé de la culture et du patrimoine, délégué au Grand Roissy.

Les conseillers départementaux[modifier | modifier le code]

Le conseil départemental de Seine-et-Marne comprend 46 conseillers départementaux issus des 23 cantons de Seine-et-Marne.

Les cantons de Seine-et-Marne (2015)
Parti Élus
Majorité départementale
Groupe Les Républicains - UDI 38
Opposition
Groupe socialistes et républicains 6
Gauche républicaine et communiste 2
Président du conseil départemental

Budget[modifier | modifier le code]

Le Conseil Départemental de Seine-et-Marne a voté pour l'année 2017 un budget primitif de 1,35 milliard d’euros.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • 1 429 392 habitants au 1er janvier 2018, 41 % ont moins de 30 ans.
  • 5 915 km2, soit 49 % de l'Île-de-France.
  • 241 hab/km2, contre 890 hab/km2 pour l'Île-de-France.
  • 60 % des communes ont moins de 1 000 habitants.
  • 2 villes nouvelles : Sénart & Marne-la-Vallée
  • 602 888 emplois (2018) et 76 320 entreprises (2018).
  • Un taux de chômage à 11,7 % (fin 2015).
  • 59 % d'espaces agricoles

Logotypes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Faustine Léo, « La Seine-et-Marne pleure son président Jean-Jacques Barbaux (LR) : Le conseiller départemental de Fontenay-Trésigny est décédé brutalement, ce dimanche matin, dans le Jura. Les élus seine-et-marnais rendent un hommage unanime à celui qui voulait donner de la grandeur au département », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  2. a et b Faustine Léo, « Seine-et-Marne : Jean-Louis Thiériot (LR), élu président mais Laurence Picard (Agir) claque la porte : Le président par intérim a été élu à la majorité de 31 voix sur 45, ce jeudi matin. Mais Laurence Picard, jusqu’ici deuxième vice-présidente chargée des solidarités, a préféré se retirer en réaction à la promotion d’un homme, Olivier Lavenka (LR), comme premier vice-président », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2018).
  3. Faustine Léo, « Seine-et-Marne : Patrick Septiers prendra les commandes du département : La majorité, pourtant divisée, s’est mise d’accord sur cette candidature unique lors d’un conciliabule organisé ce lundi après-midi », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2018).
  4. a b et c Sébastien Blondé, « Seine-et-Marne : Patrick Septiers élu sans surprise à la tête du département : Le maire (UDI) de Moret-Loing-et-Orvanne a pris ce vendredi matin la succession de Jean-Louis Thiériot (LR) à la présidence du conseil départemental », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2018) « Sur 44 votants, le nouveau président l’emporte avec 30 voix en sa faveur, contre 6 pour Virginie Thobor (PS), l’autre candidate à cette élection, 2 pour Laurence Picard (LR), 1 pour Yves Jaunaux (LR) et 5 abstentions. Comme Jean-Louis Thiériot, Patrick Septiers se veut lui aussi dans la continuité de Jean-Jacques Barbaux (LR), décédé en février ».
  5. Présidents du Conseil général : liste chronologique sur le site des Archives départementales de Seine-et-Marne.
  6. « DAILLY Etienne », Ancien sénateur de la Ve République, Sénat (consulté le 26 février 2018).
  7. Nicole Gauthier, « Mort d'Etienne Dailly, membre du Conseil constitutionnel », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  8. « Hommage au sénateur-maire Paul Séramy », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  9. « Jacques Larché sur le départ », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018) « Patron » de l'exécutif départemental depuis 1992 et élu du canton de Rebais depuis 1973, il choisit d'anticiper et de provoquer une transition à la présidence avant le scrutin de mars »
  10. « Le président Larché s'est éteint : Résistant, haut fonctionnaire et figure politique de droite, le sénateur Jacques Larché a dirigé le département de 1992 à 2004 », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018) « Homme de droite, il fut sénateur, RPR puis UMP, de Seine-et-Marne dès 1977, conseiller général du canton de Rebais dès 1973 et président du conseil général dès 1992. Il avait mis un terme à ses trois mandats et quitté la vie publique en 2004 ».
  11. Cécile Chevallier, « L'élection du président reportée à jeudi », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  12. « Conseil général : Jean-Jacques Hyest nouveau président », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018) « Entré au conseil général en 1979 comme directeur des services administratifs, Jean-Jacques Hyest est ensuite élu conseiller général du canton de Château-Landon en 1982 avant de devenir sénateur depuis 1995 ».
  13. « Hyest proposé au Conseil constitutionnel, Chain-Larché pour le remplacer au Sénat : Le sénateur Jean-Jacques Hyest devrait être nommé au Conseil constitutionnel. Il devrait être remplacé par Anne-Chain Larché », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  14. Emmanuèle Bailly, « Qui seront, jeudi, les présidents des conseils départementaux en Ile-de-France : L'Essonne et la Seine-et-Marne ont basculé à droite à l'issue du second tour des élections départementales. Jeudi 2 avril, la nouvelle assemblée départementale doit désigner le président à la majorité absolue, à l'occasion du "troisième tour". Tour d'horizon en Ile-de-France », France 3 Paris Île-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018) « Dès le soir du premier tour, le parti socialiste était assuré de perdre sa majorité au conseil général de Seine-et-Marne, qu'il avait conquis en 2004. Au soir du deuxième tour, l’UMP et ses alliés ont obtenu 38 des 46 sièges à pourvoir ».
  15. Carine Babec, « Conseil général : Vincent Eblé reste président jusqu’en 2015 : Vincent Eblé ne démissionnera pas de la présidence du Conseil général et ira donc jusqu’au bout de son mandat en 2015. », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  16. a et b M-L.C., « SEINE-ET-MARNE • Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil départemental : La première séance du nouveau conseil départemental élu, s'est tenue jeudi 2 avril. Sans surprise, Jean-Jacques Barbaux a été élu à la présidence du département », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  17. Faustine Léo, « Seine-et-Marne : Jean-Louis Thiériot (LR) prêt à diriger le conseil départemental : Le maire de Beauvoir, premier vice-président et président par intérim du conseil départemental, est le seul candidat en lice pour succéder ce jeudi à Jean-Jacques Barbaux, décédé il y a un mois d’une crise cardiaque », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2018).
  18. Faustine Léo, « Melun : Jean-Louis Thiériot assure « qu’il n’abandonnera pas la Seine-et-Marne » : Jean-Louis Thiériot (LR) a quitté la présidence du conseil départemental. Il a préféré siéger au Palais Bourbon, après la démission d’Yves Jégo (UDI) dont il est le suppléant. Son successeur doit être élu ce vendredi matin à Melun », Le Parisien], édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2018).
  19. F. Lé., « Conseil départemental de Seine-et-Marne : Jean-Louis Thiériot (LR) à la tête des finances », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2018).

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]