Saba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saba (homonymie).
Saba
Héraldique
Héraldique
drapeau de Saba
drapeau de Saba
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Démographie
Population 1 424 hab. (2004)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 17° 37′ 47″ N 63° 14′ 08″ O / 17.6297, -63.235617° 37′ 47″ Nord 63° 14′ 08″ Ouest / 17.6297, -63.2356  
Superficie 1 300 ha = 13 km2
Divers
Langue néerlandais (officielle)
anglais (locale)
Monnaie Dollar américain
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif téléphonique 599-5
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Antilles néerlandaises

Voir sur la carte administrative de la zone Antilles néerlandaises (Îles du Vent)
City locator 14.svg
Saba

Géolocalisation sur la carte : Petites Antilles

Voir la carte administrative des Petites Antilles
City locator 14.svg
Saba

Géolocalisation sur la carte : Petites Antilles

Voir la carte topographique des Petites Antilles
City locator 14.svg
Saba

Saba est une île néerlandaise qui se situe dans le nord des petites Antilles, à l’est de Porto Rico. Elle est surnommée la Reine immaculée (anglais : The Unspoiled Queen). Le chef-lieu est The Bottom.

Elle forme une commune néerlandaise à statut particulier depuis le 10 octobre 2010 (Îles BES) suite à la dissolution de l’ancien État autonome de la fédération des Antilles néerlandaises dont elle faisait partie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Christophe Colomb aurait aperçu Saba le 13 novembre 1493 un samedi, d'où le nom de l'île (de l'italien sabato) mais il n'y a pas débarqué.

Histoire coloniale[modifier | modifier le code]

La ville de The Bottom sur l'île de Saba

En 1632, des Anglais débarquent sur l'île après avoir fait naufrage et racontent, après avoir été secourus, que l'île était inhabitée.

Un Français prend possession de l'île au nom de Louis XIII[réf. nécessaire], jusqu'en novembre 1639, mais en privilégiant la colonisation de l'île de Tobago, plus à l'est. Mais les Néerlandais colonisent l'île à partir de mars 1640, et sans résistance, lorsque la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales débarque sur la côte occidentale de Saba des colons venant de l'île voisine de Saint Eustache. Les campements d'origine sont toujours visibles à Tent Bay. Les Pays-Bas prennent définitivement Saba pour colonie avec l'aide des Anglais lors de l'occupation de la métropole par Napoléon Ier.

L'île sert occasionnellement de refuge pour des pirates Anglophones jamaïcains au cours du XVIIe siècle.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les principales ressources de l'île furent la production de sucre et de rhum à partir de la canne à sucre et plus tard la pêche.

L'Ile de Saba est occupée par la Grande-Bretagne de 1803 à septembre 1816. Les Néerlandais ne retrouvent la pleine souveraineté de l'île qu'au début de 1817.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, la principale exportation de Saba était la dentelle confectionnée par les femmes. En effet, dans les années 1870, une jeune fille, Mary Gertrude Hassell Johnson, fut envoyée dans un couvent de Caracas pour étudier. Elle revint à Saba avec l'art de la dentelle qu'elle enseigna aux autres femmes. Aujourd'hui, les motifs traditionnels ont laissé la place aux confections basées sur des commandes venant des États-Unis d'Amérique.

Saba devient majoritairement Anglophone en 1912.

Le 10 octobre 2010, l'État des Antilles néerlandaises a été dissous suite à une réorganisation du statut politique des anciennes colonies néerlandaises. Saba, comme Saint-Eustache et Bonaire, devient une municipalité à statut particulier des Pays-Bas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saba vue depuis l'ISS.

Saba est la plus petite des îles des Antilles néerlandaises mais c'est aussi le sommet le plus élevé des Pays-Bas avec 887 mètres d'altitude au mont Scenery[1].

L'île est très montagneuse et volcanique. Les côtes sont constituées de falaises et de rochers et les plages y sont inexistantes. La végétation est formée d'une forêt humide composée d'arbres tropicaux et de fougères. Des acajous poussaient sur l'île jusqu'à ce qu'un cyclone ne casse presque tous les arbres dans les années 1960. Les acajous sont depuis en voie de disparition sur Saba. De nombreux visiteurs comparent la forêt de Saba à une forêt féerique à cause de l'humidité et des nombreuses mousses qui poussent sur les arbres. En référence à cette appellation, une réserve forestière porte le nom de Elfin Forest Reserve.

Au sud-ouest de l'île se trouve un récif corallien long de 4,3 kilomètres inclus dans le parc marin de Saba qui fait le tour de l'île. Saba a récemment postulé pour être inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco pour l'incroyable variété de ses plantes.

Population[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement de 2004, l'île comptait 1 424 habitants qui se répartissent dans quatre villes : la capitale The Bottom (Le Fond), Windwardside (Côté venteux), Hell's Gate (La porte de l'Enfer) et Saint Johns (Saint-Jean).

Centre-ville de Windwardside

Bien que la langue officielle soit le néerlandais, l'anglais est enseigné à l'école depuis 1986 et est couramment parlé par les habitants qui vivent principalement du tourisme.

Les origines des habitants sont très variées : outre des Néerlandais qui y sont en minorité, on trouve des descendants de nombreux pays européens et d'esclaves venant d'Afrique. Le faible nombre d'habitants fait que beaucoup de gens ont des liens de parenté assez proche avec une grande partie de la population qui ne comporte que peu de noms de famille.

La religion catholique est la plus représentée.

Saba accueille l'école universitaire de médecine de Saba qui fut fondée en accord avec les Pays-Bas par des Américains expatriés. En période scolaire, 300 élèves étudient dans cette école (la plus grande de Saba) qui constitue aussi le premier centre de soin de l'île.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Drapeau de Saba.

Les couleurs rouge, blanc et bleu du drapeau font référence aux couleurs des drapeaux des Antilles néerlandaises et des Pays-Bas. Le blanc symbolise la paix, l'amitié, la pureté et la tranquillité, le rouge symbolise le courage, l'unité et la promptitude et le bleu symbolise la mer et le paradis. L'étoile jaune représente Saba.

Transports[modifier | modifier le code]

Au cours du XXe siècle, un escalier de 800 marches est taillé dans la montagne pour relier le seul port de l'île (Ladder Bay) à The Bottom.

En 1938, Josephus Lambert Hassell, un ingénieur, construit la seule route de l'île avec l'aide des habitants. Après cinq ans de travaux, la première section de la route est ouverte. Le dernier tronçon fut achevé en 1958. En 1972, une jetée est construite à Ladder Bay qui permet désormais aux traversiers d'accoster et notamment la liaison par bac avec Saint-Martin. Ces aménagements permettent à Saba d'accueillir plus facilement des touristes venant faire de la plongée sous-marine. Le tourisme et l'écotourisme constituent l'unique activité économique d'importance à Saba de nos jours. Le nombre de touristes qui visitent l'île annuellement est estimé à 25 000.

Aéroport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport Juancho E. Yrausquin.

L'aéroport de Saba, qui porte le nom de Juancho E. Yrausquin, est célèbre chez les amateurs d'aviation. L'approche de sa piste, courte et entourée par la montagne et des falaises, est particulièrement délicate et seuls trois modèles d'avion y sont autorisés. On ne rapporte cependant aucun incident depuis sa construction en 1959 et sa mise en service en 1963. Depuis 2006, des vols quotidiens opérés par Winair relient Saba à Saint-Eustache et Saint-Martin.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Global Volcanism Program - Saba » (consulté le 15 janvier 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]