Christian Lara (réalisateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Christian Lara.

Christian Lara est un réalisateur, scénariste, caméraman et producteur français né à Basse-Terre en Guadeloupe en 1939[1].

Biographie

Installé à Paris, Christian Lara travaille d'abord comme journaliste pour Le Figaro. Il fait ses débuts de réalisateur en 1973 avec Jeu de dames interprété par Georges de Caunes, Anne Dolans et Catherine Cazan et Les Infidèles avec Michèle Perello, Laure Moutoussamy et Pauline Larrieu, deux films teintés d'un érotisme bien dans l'air du temps. Il tourne ensuite trois films pornographiques sous le pseudonyme de Bart Caral[1],[2]. Au milieu de ces productions « alimentaires », il signe Un Amour de sable, une œuvre plus personnelle, avec Jacques Weber, Christine Laurent et une débutante, Anne Parillaud.

Il décide ensuite de se consacrer à la création d'un cinéma antillais qui permettra à ses compatriotes de la Caraïbe de « se voir et d'être vus ». Pour le premier de ces films « guadeloupéens », Coco la Fleur, candidat, il confie les rôles principaux aux Antillais Robert Liensol et Greg Germain auxquels il adjoint des comédiens comme Félix Marten ou Jean-Jacques Moreau. Malgré le scepticisme et toutes les difficultés qui ont accompagné sa production, le film est un succès et permet au réalisateur de poursuivre dans la voie qu'il a choisie. Il suit ainsi le conseil d'Ingmar Bergman qui lui avait dit un jour de « ne filmer que ce que tu connais parfaitement » et reprend le flambeau de son grand-père, Oruno Lara (1879-1924), qui fut le premier historien noir de Guadeloupe[3]. Il crédite d'ailleurs celui-ci pour le scénario de Vivre libre ou mourir[4].

Il tourne des films de divertissement mais aussi des films plus politiques et revendicatifs comme Mamito (1980), Sucre amer (1998) ou 1802, l'Épopée guadeloupéenne (2004) qui sort symboliquement le 10 mai, jour choisit pour célébrer l'abolition de l'esclavage. En 2009, il réalise Le Mystère Joséphine pour la télévision. Ses interprètes de prédilection sont Xavier Letourneur, Jean-Michel Martial et surtout Luc Saint-Éloy .

Auteur de la plupart de ses scénarios, Christian Lara a aussi travaillé comme cameraman et comme monteur[1]. En 1998, il fonde sa maison de production, la Caraibe Films Compagnie[5],[6].

En décembre 2011, son film Coco la Fleur, candidat est projeté à la Cinémathèque française dans le cadre du cycle Images des Outre-mer.

En 2013, lors de la 21e édition du Festival panafricain du film de Los Angeles, Christian Lara se voit décerné le « Pioneering Filmmaker Award » pour l'ensemble de sa carrière, lors de la soirée intitulée Night of Tribute, prélude à la cérémonie de remise des prix[7].

Filmographie

Réalisateur

Producteur

Autres

Récompenses et distinctions

Notes et références

  1. a, b, c, d et e http://www.imdb.com/name/nm0487897/
  2. p. 211-250-579, Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm, Serious Publishing, 2011, sous la direction de Christophe Bier.
  3. Entretien avec Christian Lara à l'occasion de la présentation de Coco la Fleur, candidat dans le cadre du cycle Images des Outre-mer à la Cinémathèque française.
  4. Oruno Lara sur IMDb
  5. www.societe.com
  6. Site de Caraibe Films Compagnie
  7. a et b (en)Article de Robin Menken : The 21st Annual Pan African Film Festival, en date du 02/07/2013, sur CinemaWithoutBorders.com
  8. a, b, c, d et e Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm, Serious Publishing, 2011
  9. Vidéo: Sucre amer au Fespaco, sur Youtube.com

Liens externes