France-Antilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
France-Antilles
Image illustrative de l'article France-Antilles

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Format Berlinois
Genre Généraliste
Diffusion Martinique :
35 000 ex.

Guadeloupe :
25 000 ex. (2003)

Date de fondation 24 mars 1964
Ville d’édition Fort-de-France
Baie-Mahault

Propriétaire France-Antilles
Directeur de publication Denis Berriat
ISSN 0755-2750
Site web www.franceantilles.fr

France-Antilles est un quotidien français diffusé en deux versions distinctes en Martinique et en Guadeloupe. Il a aussi donné son nom au premier groupe de presse régionale français qui fait partie du Groupe Hersant Média.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est à l’occasion d’une visite officielle à la Martinique du Président de la République Charles de Gaulle que sort le premier numéro de France-Antilles le mardi 24 mars 1964[1], afin de relater sur quatre pages les temps forts de la visite du général, ses discours, ainsi que le grandes œuvres de développement réalisées par la France dans l'île. Ce journal, qui n'est encore qu'un mensuel, devient quotidien en septembre 1964, puis est également diffusé en Guadeloupe en 1965. L’Etat finance avec des deniers publics le lancement de France-Antilles, en installant une imprimerie à Fort-de-France et en créant le titre que Robert Hersant rachète en 1973 dans le cadre d’une transaction dont le montant reste inconnu.

La stratégie est autant politique que géopolitique : non seulement les journaux sont largement responsables de l’écrasant succès électoral du Président de Gaulle aux élections présidentielles de décembre 1965 (55 % des voix en métropole, mais 86 % à la Martinique et 90 % à la Guadeloupe) – comme de ceux des candidats de la droite qui suivront –, mais ils mettent aussi en valeur la présence française dans les îles, ce à quoi tient particulièrement le gouvernement dirigé par Michel Debré, très préoccupé par l’Outre-mer.

Les titres ont peu à peu recentré leur orientation politique et ouvert leur ligne éditoriale à des centres d’intérêt plus régionaux. Leurs rédacteurs en chef se trouvent aujourd’hui en charge d’une « géopolitique éditoriale » qui fait de ces journaux locaux, en dépit de leurs limites et des tensions sociales et raciales dans les sociétés ultramarines, des acteurs de la vie internationale et des témoins d’un modèle de cohabitation interculturelle où s’illustrent des rapports nord-sud qui échappent à la rigueur de la mondialisation.

Le quotidien France-Antilles[modifier | modifier le code]

Les éditions locales[modifier | modifier le code]

Le quotidien France-Antilles se décline en deux versions distinctes avec des informations locales spécifiques à chaque île, seules les informations générales étant communes :

  • France-Antilles Martinique : version pour la Martinique.
    • Editeur : FRANCE ANTILLES MARTINIQUE SARL
    • Capital : 7 622,45 €
    • Siège social : Place François Mitterrand – 97200 Fort-de-France
    • Rédacteur en chef : Ruddy Rabathaly
    • Tirage : 35 000 exemplaires en semaine et 70 000 le week-end (en 2003).


  • France-Antilles Guadeloupe : version pour la Guadeloupe.
    • Editeur : FRANCE ANTILLES GUADELOUPE SNC
    • Capital : 30 704 €
    • Siège social : Zac de Moudong-Sud, 97122 Baie-Mahault
    • Rédacteur en chef : Pascal Lemoal
    • Tirage : 25 000 exemplaires en semaine et 50 000 le week-end (en 2003).


France-Antilles diffuse aussi une édition pour la Guyane française sous le titre France-Guyane.

Contenu éditorial[modifier | modifier le code]

France-Antilles étant un quotidien régional, l'actualité locale y est logiquement très présente dans ses pages, mais une place est également réservée à l'actualité métropolitaine, internationale et sportive.

Adhésion[modifier | modifier le code]

France-Antilles est membre du Syndicat de la presse quotidienne départementale.

Le groupe France-Antilles[modifier | modifier le code]

France-Antilles, deuxième pôle du Groupe Hersant Média, réunit aujourd’hui sept quotidiens aux Antilles (France-Antilles Guadeloupe, France-Antilles Martinique et France-Guyane), à la Réunion (Le Journal de l’île de la Réunion), en Polynésie française (La Dépêche de Tahiti et Les Nouvelles de Tahiti) et en Nouvelle-Calédonie (Les Nouvelles calédoniennes), le plus souvent en situation de monopole.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]