Diodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le genre Diodon regroupe des espèces de poissons ayant la capacité de gonfler. Une autre de leurs caractéristiques est d'avoir des piquants, ce qui les distingue des Tetraodontidae qui eux n'en ont pas.

Dans le langage courant, on utilise souvent le mot "Diodon" pour parler d'un membre de la famille Diodontidae sans qu'il appartienne obligatoirement au genre Diodon. Poisson des eaux salées. Les espèces du genre Diodon sont souvent appelées « Poissons-hérissons », « poissons porc-épic » ou encore « hérisson des mers ».

Moyens de défense[modifier | modifier le code]

Lorsqu'ils se sentent en danger, les diodons se gonflent pour effrayer leur agresseur. En fait ils gonflent en accumulant de l’air ou de l’eau dans leur œsophage jusqu'à prendre une forme sphérique.

Les Diodons accumulent une toxine, appelée tétrodotoxine, dans tous leurs organes, à l'exception de leurs muscles et du sang, qui les rendent mortellement venimeux. Comme leur cousins les Fugus, c'est surtout la peau, le foie, les intestins et les gonades qui sont très toxiques, mais chez les diodons, le poison est surtout très concentrée dans la pointe des piquants, notamment chez les femelles en période de reproduction. Cette toxine est donc une arme supplémentaire, pour décourager d'éventuels prédateurs.

La tétrodotoxine est synthétisée par des bactéries ingérées par les poissons en même temps que des algues avec lesquelles elles vivent en association. Le poisson y est insensible. Cette toxine n'est détruite qu'après plusieurs heures d'ébullition à haute température, ainsi, même cuits, les poissons restent potentiellement toxiques pour l'homme qui montre alors les premiers symptômes d'empoisonnement dans l'heure[1].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Une variété de diodon

Synonymie[modifier | modifier le code]

Usage[modifier | modifier le code]

Diodon naturalisé

Les diodons séchés ont été commercialisés en tant que curiosités ou comme souvenirs pour les touristes, parfois montés en luminaires ou présentés en inclusion dans de la résine, comme presse-papier.

En France, les produits de la pêche de ces poissons sont interdits à la vente depuis un décret du 02/11/2006[1].

Le venin de diodon entrait dans la composition de certains curares[3].

Le diodon dans la culture[modifier | modifier le code]

Le diodon est la mascotte d'OpenBSD, un système d'exploitation réputé pour sa grande sécurité. Celui-ci a été choisi afin d'afficher métaphoriquement la volonté de créer un système d'exploitation inattaquable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Massal Fall et al., Technical note on the health risks associated with consumption of fish Tetraodontidae, Diodontidae and Molidae in Senegal, toxycology, page 64. Dans American Journal of Research Communication, 2013: Vol 1(3).
  2. a et b Leis, J. M. 2006 Nomenclature and distribution of the species of the Porcupinefish family Diodontidae (Pisces, Teleostei). Lien
  3. J. Vellard, Les curares : leur préparation par les Indiens sud-américains. In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 44, 1955. pp. 67-80. doi : 10.3406/jsa.1955.2601. Consulté le 22 août 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :