Lampedusa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lampedusa (homonymie).
Lampedusa
Isola di Lampedusa (it)
Image illustrative de l'article Lampedusa
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Archipel îles Pélages
Localisation Mer Mediterranée
Coordonnées 35° 30′ N 12° 36′ E / 35.5, 12.635° 30′ N 12° 36′ E / 35.5, 12.6  
Superficie 20,2 km2
Géologie plateau calcaire
Administration
Région autonome Sicile
Province Agrigente
Commune Lampedusa e Linosa
Démographie
Plus grande ville Lampedusa
Autres informations
Fuseau horaire UTC+01:00

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Lampedusa
Lampedusa

Géolocalisation sur la carte : Sicile

(Voir situation sur carte : Sicile)
Lampedusa
Lampedusa

Géolocalisation sur la carte : Méditerranée

(Voir situation sur carte : Méditerranée)
Lampedusa
Lampedusa
Île d'Italie

L’île de Lampedusa ou Lampédouse[1] (italien : isola di Lampedusa, sicilien : isula di Lampidusa, du grec ancien : Λοπαδούσσα ou Λαπαδούσσα, Lopadoússa / Lapadoússa via le latin : Lopadusa) est une île italienne, d’une superficie de 20,2 km2 et peuplée par moins de 6 000 habitants, située à environ 200 km au sud d’Agrigente (Sicile), entre l’île de Malte et la Tunisie. Elle appartient à l’archipel des Pélages, qui comprend, outre Lampedusa, les îlots minuscules de Linosa et de Lampione. Ce dernier héberge un phare dont les fondations se trouvent immergées.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Lampedusa tire son origine du grec ancien Λοπαδούσσα ou Λαπαδούσσα, Lopadoússa / Lapadoússa via le latin Lopadusa. Ce nom pourrait lui-même dériver du nom grec λέπας (lépas), « roche », en référence au relief rocailleux de l’île. Ce mot était également utilisé par les Grecs pour désigner un type d’huître, dont l’île tirerait son nom en raison de l’abondance de cette variété dans l’île. D’autres linguistes font dériver Lampedusa de λαμπάς (lampás), « torche », en raison des lumières placées sur l’île à destination des marins.

Géographie[modifier | modifier le code]

C’est la cinquième île sicilienne par la superficie. Sur le plan administratif, la commune de Lampedusa e Linosa appartient à la province d'Agrigente.

C’est le point le plus au sud du territoire italien, et l'un des plus méridionaux de l’Europe (après Chypre et la Crète), plus proche de l’Afrique que de l’Italie. Lampedusa se situe sur le plateau continental africain face au golfe de Gabès.

Lampedusa se trouve à 205 km de la Sicile (Porto Empedocle), 167,2 km de la Tunisie (Ras Kaboudia), 220 km de Malte (Punta Delimara) et 355 km de la Libye (Tripoli).

L’île est formée d’un plateau calcaire qui culmine à 133 m d’altitude à l’« albero del sole », un calvaire en bois. Il forme sur la côte nord une impressionnante falaise, tandis qu’au sud la côte est très découpée, formant des promontoires et des anses profondes qui abritent de petites plages de sable. Il n’y a sur l’île qu’un centre habité, Lampedusa, dont les habitants vivent de pêche et de tourisme. L’intérieur de l’île, aride et caillouteux, a un aspect désertique.

Économie[modifier | modifier le code]

Lampedusa possède un aéroport (code AITA : LMP).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1254 : Louis IX de France (Saint Louis) sur le chemin de retour de la Septième croisade passe par l'île. Dans son livre Histoire de Saint Louis (présenté à Louis X le Hutin en octobre 1309) Jean de Joinville décrit son escale sur l'île "que l'on appelle Lampedouse" et y découvre les ruines d'un "hermitage ancien dans les roches"[2].
  • 22 septembre 1843 : le capitaine de frégate Bernardo Maria Sanvisente prend possession des îles de Lampedusa et de Linosa avec la charge de « gouverneur de sa majesté Ferdinand II de Bourbon (1810-1859), roi des Deux-Siciles, grand prince héritier de Toscane et duc de Parme ».
  • 1872 : le gouvernement italien implante à Lampedusa une colonie pénitentiaire.
  • 12 juin 1878 : création de la commune de Lampedusa, avec Linosa comme fraction rattachée.
  • 1887 : le premier banc d’éponges est découvert au large de Lampedusa par un pêcheur de Trapani, Leonardo Angugliaro.
  • 1940-1945 : Lampedusa se transforme en place forte militaire. Elle est durement bombardée par les Alliés lors du débarquement en Sicile.
Article détaillé : Bataille de Lampedusa.
  • 1951 : construction d’une centrale électrique.
  • 1968 : ouverture de l’aéroport civil.
  • 15 avril 1986 : à 14 heures, deux Scud de fabrication soviétique lancés par la Libye explosent en mer, le premier à 2 km au nord-ouest et le second à 2 km au sud-ouest, de part et d’autre du cap Ponente.

Migrations irrégulières[modifier | modifier le code]

La proximité de la Tunisie et de la Libye qui bordent le canal de Sicile font de l'île un point d’entrée privilégié pour les immigrés irréguliers qui veulent gagner l’Europe. Ceux-ci tentent la traversée au péril de leur vie dans des embarcations de fortune venant de Gabès, Zarzis, Sfax, Mahdia, ou de la côte libyenne.

L'île de Lampedusa a été, tout comme Porto Empedocle, le théâtre d'affaires concernant le secours de boat people en mer. Entre autres, l'affaire Zenzeri et Bayoudh (2007) dans laquelle deux capitaines de pêche ayant secouru des boat people en détresse se sont vus accusés d'aide à l'entrée irrégulière sur le territoire. Le tribunal d'Agrigente a finalement relâché les deux marins estimant qu'ils n'avaient fait que se conformer à l'obligation de prêter assistance inscrite dans l'article 98 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.

Ce phénomène a commencé en 1992 et n'a cessé de s'amplifier ; il constitue un levier de pression politique des autorités libyennes sur l'Italie et l'Union européenne 31 700 migrants sans papiers sont arrivés sur l'île en 2007, (23 000 en 2005, 13 000 en 2004 et 8 000 en 2003).

Le rapport de Migreurop d'octobre 2009 fait un point sur la situation des migrants se trouvant actuellement au centre de rétention de Lampedusa[3].

Entre les 9 et 13 février 2011, plus de 5 000 Tunisiens sans papiers sont arrivés sur l'île, profitant d'un relâchement de surveillance douanière et policière à la suite de la révolution tunisienne du 14 janvier 2011[4].

Entre les mois de février et juin 2011, de 53 000 à 55 000 migrants et réfugiés sont arrivés sur les îles de Lampedusa et Linosa[réf. nécessaire].

Le 8 juillet 2013, le pape François se rend en visite à Lampedusa pour attirer l'attention du monde sur la situation de ces migrants.

Le 3 octobre 2013, une embarcation transportant environ 500 migrants clandestins africains fait naufrage près de Lampedusa. La catastrophe fait plus de 300 morts[5].

À la suite de critiques sur les conditions d'accueil des clandestins venus par voie maritime, le gouvernement italien vide le centre pour migrants de Lampedusa, suspend ses dirigeants et envisage de le confier à la Croix-Rouge (il s'agit actuellement d'une convention entre l'État et une coopérative sociale)[6].

Personnalités liées à l'île[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Tomasi, prince de Lampedusa, est un écrivain italien, auteur du livre Le Guépard, qui fut porté à l'écran par Visconti sous le même nom.
  • Domenico Modugno (1928-1994), chanteur mort à Lampedusa
  • Claudio Baglioni, (1951-), chanteur italien qui organise tous les étés un spectacle de variétés sur l'île. Il y a aussi une résidence.
  • Filippo Pucillo (1989-), acteur italien né à Lampedusa

Œuvres en rapport avec l’île[modifier | modifier le code]

  • Le film Respiro (2002) d'Emanuele Crialese a été filmé à Lampedusa.
  • Le roman Eldorado de Laurent Gaudé paru en 2006, traite de la question de l'immigration clandestine vers l'île.
  • L'île est au cœur du roman pour la jeunesse Lampedusa de Maryline Desbiolles paru en 2012 à L'École des Loisirs.
  • Terraferma, film d'Emanuele Crialese sorti en 2011, a été filmé à Linosa, l'île voisine de Lampedusa, dans lequel joue Filippo Pucillo.
  • Mare Magnum, de Letizia Gullo, Ester Sparatore sorti en 2014, film documentaire présenté au festival du cinéma du réel en 2014 : La campagne électorale houleuse de la candidate écologiste aux municipales Giusi Nicolini sur l’île de Lampedusa, devenue malgré elle cimetière de l’immigration africaine en Europe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :