Roucou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le roucou (Bixa orellana L., 1753) est une espèce d'arbres ou d'arbustes des régions d'Amérique tropicale. On l'appelle aussi urucum (au Brésil) Achiote (en Bolivie et au Nicaragua), rocouyer ou arbre rouge à lèvre. Il tire son nom de la langue des Tupis qui le nomment urucu ; en anglais et en espagnol il se nomme achiote (nom tiré du nahuatl). Il est aussi cultivé dans le sud-est asiatique, où il a été introduit à travers Acapulco au XVIIe siècle.

Ses fleurs sont roses et il donne des fruits rouges à épines remplis de graines, rouges elles aussi.

Son fruit, le rocou (ou roucou, annatto, achiote) n'est pas comestible. Il est récolté puis séché pour en extraire la cire qui entoure les graines, très riche en caroténoïdes.

Composition[modifier | modifier le code]

Principes actifs en mg pour 100 g de roucou :

·         Provitamine A (bêta-carotène) : 3200 mg

·         Calcium : 206 mg

·         Soufre : 87 mg

·         Magnésium : 70 mg

·         Sélénium : 0,41mg

·         Zinc : 2,6 mg

·         Cuivre : 1.3 mg

·         Manganèse : 0,49 mg

·         Cellulose

Il est 100 fois plus riche en bêta-carotène que les carottes.

Le roucou possède une très forte teneur en vitamine E (environ 3,2 g pour 100 g), et contient beaucoup de sélénium, magnésium et calcium.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les autochtones d'Amérique du Sud et des îles Caraïbes s'en servent comme pigment pour leurs peintures corporelles ou comme aromate.

La médecine traditionnelle lui prête de nombreuses vertus curatives. Le rocou sert aussi de crème solaire naturelle et permet d'éviter les piqûres d'insectes.

Il fait partie des ingrédients du Tascalate.

Il est actuellement utilisé comme colorant alimentaire (code européen E160b). Certains fromages comme la boulette d'Avesnes, la mimolette, le cheddar, l'edam, le Rouy ou le Red Leicester, lui doivent leur couleur orangée, de même que les biscuits à l'orange Chamonix. La croûte de certains livarots est également lavée avec du roucou. Traditionnellement, il sert aussi à teindre les filets de haddock. C'est aussi un des ingrédients du recado rojo, une sauce pimentée mexicaine.

Propriété biochimiques et pharmacologiques[modifier | modifier le code]

Il pourrait avoir des propriétés :

... tout en présentant une certaine toxicité[3]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Júnior AC, Asad LM, Oliveira EB, Kovary K, Asad NR & Felzenszwalb I (2005) 'Antigenotoxic and antimutagenic potential of an annatto pigment (norbixin) against oxidative stress Genet Mol Res, 4(1), 94-9
  2. (en) Agner AR, Bazo AP, Ribeiro LR & Salvadori DM (2005) DNA damage and aberrant crypt foci as putative biomarkers to evaluate the chemopreventive effect of annatto (Bixa orellana L.) in rat colon carcinogenesis. Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis, 582(1), 146-154.
  3. Bautist ARPL, Moreira ELT, Batista MS, Miranda MS & Gomes ICS (2004) Subacute toxicity assessment of annatto in rat. Food and chemical toxicology, 42(4), 625-629 (résumé).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) * Bouvier F, Dogbo O & Camara B (2003) Biosynthesis of the food and cosmetic plant pigment bixin (annatto). Science, 300(5628), 2089-2091 (résumé)

  • Giuliano G, Rosati C & Bramley PM (2003) To dye or not to dye: biochemistry of annatto unveiled. TRENDS in Biotechnology, 21(12), 513-516 (résumé)
  • Irobi ON, Moo-Young M & Anderson WA (1996) Antimicrobial activity of Annatto (Bixa orellana) extract. Pharmaceutical Biology, 34(2), 87-90 (résumé).
  • Mikkelsen H, Larsen JC & Tarding F (1978) Hypersensitivity reactions to food colours with special reference to the natural colour annatto extract (butter colour). In Toxicological Aspects of Food Safety (pp. 141-143). Springer Berlin Heidelberg (résumé).
  • Nish WA, Whisman BA, Goetz DW & Ramirez DA (1991) Anaphylaxis to annatto dye: a case report. Annals of allergy, 66(2), 129-131.* Preston HD & Rickard MD (1980) Extraction and chemistry of annatto. Food Chemistry, 5(1), 47-56 (résumé)
  • Reith JF & Gielen JW (1971) Properties of bixin and norbixin and the composition of annatto extracts. Journal of Food Science, 36(6), 861-864 (résumé).