Jean-Baptiste Raymond de Lacrosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jean-Baptiste Raymond.
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Raymond.
Jean-Baptiste Raymond de Lacrosse
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste Raymond de Lacrosse

Naissance 6 septembre 1760
à Meilhan
Décès 10 septembre 1829 (à 59 ans)
à Meilhan
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Marine républicaine et impériale
Grade Contre-amiral
Années de service 17791815
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres de la Révolution et de l'Empire
Faits d'armes Naufrage du Droits de l'Homme
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Autres fonctions Préfet maritime
Famille Théobald de Lacrosse (son fils)

Jean-Baptiste Raymond de Lacrosse (1760 - 1829), est un officier de marine français. Il soumet en décembre 1792 la Martinique et la Guadeloupe révoltées mais est victime en 1802 d'une sédition et tombe aux mains des rebelles. Il termine sa carrière au grade de contre-amiral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait le 6 septembre 1760 à Meilhan. Il débute sa carrière en 1779 comme garde-marine. Lacrosse est promu au grade d'enseigne de vaisseau en 1782 puis à celui de lieutenant de vaisseau en 1786, avant de recevoir un brevet de capitaine de vaisseau en 1792.

De janvier à mars 1793, il devient gouverneur provisoire de la Guadeloupe [1]. En 1795, il est envoyé en Martinique et en Guadeloupe pour réprimer les révoltes d'esclaves. De retour en France, Lacrosse est emprisonné. Rendu à la liberté, il est affecté au projet d'invasion de l'Irlande en 1796. Sur le chemin du retour vers Brest, le navire qu'il commande les Droits de l'Homme (74) est attaqué par deux frégates britanniques, le HMS Indefatigable et l'HMS Amazon, et s'échoue par mer forte en baie d'Audierne.

Article détaillé : Naufrage du Droits de l'Homme.

Lacrosse est nommé contre-amiral. En 1799, il est envoyé comme ambassadeur auprès de la cour d'Espagne. À son retour d'Espagne, le ministère de la marine lui est offert, mais il le refuse.

En 1801, suite à la mort du général de Béthencourt, il refuse que l'intérim soit exercé par un officier mulâtre et le premier Consul le nomme capitaine général de la Guadeloupe. Le 1er novembre 1801, il est capturé pendant une reconnaissance qu'il faisait en dehors de la ville de la Pointe-à-Pitre. L'officier mulâtre Magloire Pelage le force à s'embarquer sur un bâtiment danois. Son aide de camp Louis Delgrès rejoint les rebelles.

Le contre-amiral Lacrosse se fait conduire à la Dominique, y attend l'expédition commandée par le général Richepanse - chargé par le premier consul Napoléon Bonaparte de rétablir l'esclavage et rentre avec elle à la Guadeloupe. À la mort du général, il reprend le commandement en chef et parvient, non sans dureté, à soumettre les révoltés et à rétablir l'ordre. Il s'embarque pour revenir en France sur la frégate la Didon.

Ignorant que le traité d'Amiens est rompu, il tombe aux environs de Brest sur une escadre anglaise, composée de douze vaisseaux de ligne. Il force le blocus, capturant au passage la corvette Laurier qui servait de mouche à cette flotte. Il gagne les côtes d'Espagne avec sa prise, et la reconduit dans le port de Santander, où il débarque.

Napoléon Ier, dès son retour, le nomme préfet maritime, et lui confie l'inspection de la flottille qui se réunit dans le deuxième arrondissement maritime. En peu de jours, la flottille est prête à transporter les armées françaises sur le sol britannique.

À la mort de l'amiral Bruix, il prend le commandement en chef de l'armée navale. Lacrosse est créé commandeur de la Légion d'honneur en 1804, dès la fondation de l'Ordre. En 1815, le contre-amiral Lacrosse cesse de faire partie de l'armée navale. Il se retire alors à Meilhan, où il meurt le 10 septembre 1829. Il laisse un fils : Théobald de Lacrosse.

Références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Lacrosse (Jean-Baptiste-Raymond, baron) », dans Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Tallandier,‎ 2002 (ISBN 2-84734-008-4), p. 288.
  • Magloire Pélage, Précis des événemens qui ont donné lieu au renvoi, en France, du contre-amiral Lacrosse, capitaine-général de la Guadeloupe et dépendances, Port Louis,‎ Années 1800 (OCLC 42420114).
  • Alfred Veilhon, Le contre-amiral Lacrosse, gouverneur général de la Guadeloupe 1792-1793 et 1801-1802, p. 61-101, Revue de l'Agenais, 1933, tome 60 ( lire en ligne )