Invasion de la Guadeloupe (1759)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Invasion de la Guadeloupe.
Invasion de la Guadeloupe
Plage Feuillere.jpg
Informations générales
Date 22 janvier - 1er mai 1759
Lieu Guadeloupe, Indes occidentales
Issue Victoire britannique. La Guadeloupe est occupée par les Britanniques jusqu'en 1763.
Belligérants
Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Commandants
Peregrine Hopson (en)
John Barrington (en)
Nadeau du Treil
Maximin de Bompar
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · Fort William Henry (1757) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 16° 00′ 00″ N 61° 44′ 00″ O / 16, -61.73334 ()16° 00′ 00″ Nord 61° 44′ 00″ Ouest / 16, -61.73334 ()  

Géolocalisation sur la carte : Caraïbe

(Voir situation sur carte : Caraïbe)
 Différences entre dessin et blasonnement : Invasion de la Guadeloupe (1759).

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

(Voir situation sur carte : Guadeloupe)
 Différences entre dessin et blasonnement : Invasion de la Guadeloupe (1759).

L'invasion de la Guadeloupe est une expédition militaire britannique menée entre janvier et mai 1759 contre l'île française de la Guadeloupe, située dans les Indes occidentales, dans le cadre de la guerre de Sept Ans. Une importante flotte britannique arrive dans les Indes occidentales, avec pour mission de se saisir des possessions françaises dans la région. Après six mois de combats, la Guadeloupe finit par se rendre, quelques jours seulement avant l'arrivée de la flotte envoyée en secours depuis la France et placée sous les ordre du chef d'escadre Maximin de Bompar.

Contexte[modifier | modifier le code]

Pour contraindre la France à retirer ses troupes d'Allemagne où elles multipliaient les succès face aux alliés de la Grande-Bretagne, William Pitt décide que son pays devait profiter de la supériorité sur mer de la Royal Navy pour attaquer les possessions françaises à travers le monde.

Deux raids sont menés sur les côtes françaises en 1758, sur Saint-Malo et sur Cherbourg, avec plus ou moins de succès. Un corps expéditionnaire est envoyé en Afrique de l'Ouest sous les ordres de l'amiral Keppel pour capturer Gorée, au Sénégal, établissement français spécialisé dans la traite négrière. En Amérique du nord, une force est envoyée pour prendre Louisbourg et Québec.

En Inde, Robert Clive remporte la bataille de Plassey.

Pour l'année 1759, Pitt concentre son attention sur les possessions françaises situées dans les Antilles, et en particulier sur la Martinique et la Guadeloupe. Le Major-General Peregrine Hopson (en), qui avait été gouverneur de la Nouvelle-Écosse avant que la guerre n'éclate, est nommé à la tête de l'expédition britannique, et le colonel John Barrington (en), un jeune officier, est choisi pour le seconder.

Le 12 novembre 1758, les navires de transport de troupes, escortés par 8 vaisseaux de ligne placés sous les ordres du commodore Hughes, lèvent l'ancre et profitent d'un vent d'est pour prendre la mer.

Le 3 janvier 1759, après un mois et demi de traversée, l'expédition britannique atteint la Barbade où le commodore John Moore l'attendait avec deux vaisseaux de ligne en renfort. Ce dernier prend la tête du corps expéditionnaire, dont les forces s'élevaient désormais à 6 800 hommes.

Tentative contre la Martinique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Invasion de la Martinique (1759).

L'objectif premier de l'attaque menée par le corps expéditionnaire est la Martinique. Hopson fait débarquer ses troupes et combat contre les Français à proximité du Fort Royal, 100 de ses hommes sont tués ou blessés. Le terrain environnant est jugé trop hostile à la poursuite de l'attaque, si bien qu'il décide d'ordonner immédiatement de ré-embarquer. Un second débarquement est envisagé à Saint-Pierre mais les défenses de la ville étaient telles qu'Hopson décide d'abandonner l'attaque sur la Martinique et de prendre la direction de la Guadeloupe.

Attaque contre la Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Carte de l'archipel de la Guadeloupe

La flotte met les voiles en direction de Basse-Terre et, le 22 janvier, elle ouvre le feu sur la ville, qui est bientôt réduite à l'état de ruines[1]. À l'aube du 24 janvier, les troupes britanniques sont débarquées, et progressent sur 5 kilomètres vers l'intérieur des terres, jusqu'à ce qu'elles tombent sur une position française dans un terrain montagneux et accidenté.

Le corps expéditionnaire est, au moment de l'offensive, durement frappé par la maladie : près de 1 500 hommes — soit un quart du contingent — est affaibli. La santé d'Hopson se dégrade à son tour rapidement et il est réduit à l'inactivité. Les injonctions de Barrington, son second, ne parvenant plus à le sortir de sa léthargie. Le 27 février, Hopson décède, laissant le commandement à son second, Barrington. Le corps expéditionnaire britannique est alors menacé de destruction. Plus de 600 invalides sont envoyés à Antigua, auxquels il fallait ajouter 1 600 hommes inscrits sur la liste des malades. Les hommes restant mouraient à un tel rythme qu'il devenait de plus en plus difficile de trouver des hommes pour effectuer les tâches quotidiennes dans les campements improvisés.

Dans le même temps, John Moore, qui n'avait pas de compte à rendre à Hopson et qui dirigeait les opérations navales, envoie des vaisseaux au large de Fort Louis. Il parvient rapidement à faire taire l'artillerie du fort et installe, après sa reddition, une garnison de 300 Highlanders et Royal Marines.

Barrington parvient rapidement à mettre un terme à la période d'inaction qui avait été fatale à un grand nombre de ses soldats. Il attaque Fort Royal par trois côtés et contraint le gouverneur français Nadeau du Treil à capituler le 1er mai 1759.

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'île est conquise, mais le climat tropical de l'île auquel les Britanniques n'étaient pas habitués assombrira la victoire. À la fin de l'année 1759, soit 7 mois après la chute de l'île, près de 800 officiers et militaires du rang étaient morts de maladie en Guadeloupe. La Guadeloupe est rendue à la France après la signature du Traité de Paris en 1763.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. McLynn 2005, p. 109.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fred Anderson, Crucible of War : The Seven Years' War and the Fate of Empire in British North America, 1754-1766, Faber and Faber,‎ 2001
  • (en) Frank McLynn, 1759 : The Year Britain Became Master of the World, Pimlico,‎ 2005, 432 p. (ISBN 9780099526391)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]