Claude Ribbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Ribbe lors de la Marche contre les discriminations envers les français d'Outre-Mer, Paris, 28 avril 2007

Claude Ribbe (Paris, 13 octobre 1954) est un écrivain, historien, philosophe et réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure (Ulm), agrégé de philosophie, originaire de la Guadeloupe par son père et de la Creuse par sa mère, Claude Ribbe s'est illustré en revisitant, d'un point de vue antiraciste et anticommunautariste, le passé esclavagiste français et en tirant de l'oubli de grandes figures issues de ce passé : notamment le général Dumas et le chevalier de Saint-George.

En février 2004, Claude Ribbe a protesté contre le départ du président haïtien Jean-Bertrand Aristide, exilé après plusieurs mois de manifestations populaires par un coup d'État américain appuyé par Dominique de Villepin.

Le spectacle que Claude Ribbe a écrit et qui a été mis en scène par Bartabas à Versailles en 2004, Le chevalier de Saint-George, un Africain à la cour, a rassemblé cinquante mille spectateurs en six représentations. Son pamphlet contre Napoléon Ier, Le Crime de Napoléon, paru en 2005, au moment du bicentenaire de la bataille d'Austerlitz, a déclenché une âpre polémique. Reprenant un thème déjà abordé de manière romanesque dans L'Expédition, Claude Ribbe y soutient qu'une politique d'extermination raciale des citoyens français de Saint-Domingue (aujourd'hui république d'Haïti) avait été engagée en 1802-1803, notamment par gazage au dioxyde de soufre.

Dans Les Nègres de la République, Claude Ribbe, s'affirmant résolument universaliste, met en doute la légitimité d'une prétendue « question noire » et, s'opposant aux analyses de Jean-Paul Sartre (L'Orphée Noir, 1948), soumet au questionnement philosophique l'idée de négritude. Son « paradoxe de James Brown » relativise toute vision de l'humanité fondée sur le préjugé de couleur.

Claude Ribbe a siégé de 2005 à 2008 à la Commission nationale consultative des droits de l’homme en tant que personnalité qualifiée.

Parallèlement à ses activités d'essayiste et de romancier, Claude Ribbe mène une carrière d'auteur dramatique (Delgrès, 2009), de scénariste et de réalisateur, et tourne de plusieurs films consacrés au chevalier de Saint-George, au général Dumas.

Depuis 2002, Claude Ribbe, notamment à travers l'association des amis du général Dumas qu'il préside, mène campagne pour que ce héros de la Révolution, figure majeure de l'humanisme, né esclave en Haïti, modèle de d'Artagnan, retrouve sa place dans la mémoire universelle. Cela lui a valu d'intervenir officiellement le 30 novembre 2002 au Sénat lors d'une allocution prononcée devant la dépouille d'Alexandre Dumas[1], juste avant son entrée au Panthéon. Claude Ribbe souhaite en particulier que la statue du général Dumas, par Alphonse de Moncel, érigée à Paris en 1913 (sur l’actuelle place du Général-Catroux dans le 17e arrondissement où se trouvent la statue du fils du général par Gustave Doré et celle de son petit-fils par René de Saint-Marceaux) abattue par les collaborateurs en 1943, soit remplacée. En novembre 2007, il a adressé dans ce sens une pétition à Bertrand Delanoë, maire de Paris, approuvée par plus de mille signatures recueillies en quelques jours. Sitôt la statue remise en place, Claude Ribbe se propose d'en offrir une copie aux Haïtiens, conformément au vœu émis par l’écrivain Alexandre Dumas en 1838. « Ce serait une manière de rappeler à la vieille Europe[réf. nécessaire] », écrivait l'auteur des Trois Mousquetaires, « si fière de son Antiquité et de sa civilisation, que les Haïtiens, avant de cesser d’être Français, ont payé leur part de gloire à la France[réf. nécessaire]. » En réponse à ces démarches, et à la suite d'un vote unanime du conseil de Paris en juin 2002, Bertrand Delanoë a désigné le plasticien Driss Sans-Arcidet pour réaliser un important monument en mémoire du général Dumas, représentant des chaînes et des fers d’esclave brisés, qui a été inauguré à Paris, place du Général-Catroux, samedi 4 avril 2009 sous l’égide de l’Association des amis du général Dumas, en présence de Bertrand Delanoë et de Yazid Sabeg commissaire à la diversité et à l’égalité des chances. L’événement avait reçu le soutien officiel de l’UNESCO (programme « La route de l’esclave »).

La publication du Crime de Napoléon en 2005 , livre dans lequel Claude Ribbe, décrivant la traite négrière, initie un parallèle entre Napoléon et Hitler, suscite de vives critiques de la plupart des historiens spécialistes de la période dénonçant ses nombreuses approximations et considèrant que le livre tient davantage du pamphlet que du livre d'histoire[2],[3].

Claude Ribbe a publié deux biographies du général Dumas dont Le Diable noir (Alphée Jean-Paul-Bertrand, décembre 2008), qu'il a lui-même adaptée en documentaire de 52 minutes avec Stany Coppet[4].

À la mort d'Aimé Césaire, le 17 avril 2008, Claude Ribbe a lancé l'idée de l'inhumer au Panthéon, même symboliquement[5]. Claude Ribbe lui rend hommage dans Le Nègre vous emmerde, le premier ouvrage paru sur Césaire depuis sa disparition ; un pamphlet mettant en cause ceux qui l'ont persécuté de son vivant ou cherché à se servir de lui au moment de sa mort.

De septembre 2008 a juillet 2011, Claude Ribbe a dirigé la collection littéraire « Ethiopica » qu'il avait fondée aux éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand.

Il est président du comité de soutien en France de Nafissatou Diallo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Cri du Centaure (2001)
  • Alexandre Dumas, le dragon de la reine (2002)
  • L'Expedition (2003)
  • Le Chevalier de Saint-George (2004)
  • Une saison en Irak (2005)
  • Le Crime de Napoléon (2005, réédition en 2013)
  • Les Nègres de la République (2007)
  • Le Nègre vous emmerde. Pour Aimé Césaire (2008)
  • Le Diable noir, biographie du général Dumas, adaptation en documentaire par Claude Ribbe (2008-2009)
  • Mémoires du chevalier de Saint-George (2010)
  • Eugene Bullard (2012)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Allocution prononcée par Claude Ribbe au Sénat lors de l'entrée d'Alexandre Dumas au Panthéon le 30 novembre 2002, sur Wikisource
  2. Jérôme Gautheret, « Quand Napoléon annonce Hitler », Le Monde (ISSN 0395-2037) daté du 1er décembre 2005 [lire en ligne]
  3. « un pamphlet sans queue ni tête » selon Pierre Nora, Le Monde, 1er décembre 2005
  4. Pproduction Ortheal-France 3 Paris Ile de France Centre, diffusion : France 3 Paris Île-de-France Centre le 18 avril 2009 à 15 h 50 et France O le 18 avril 2009 à 22 h 30, diffusion en mai 2009 sur France 2
  5. Claude Ribbe, « Césaire au Panthéon le 10 mai 2008 ! », sur son blog claude-ribbe.com, 12 avril 2008.