Côte de Malabar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

12° 01′ 00″ N 75° 17′ 00″ E / 12.016667, 75.283333

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malabar.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec les districts de l'État du Kerala situés au nord de la rivière Ponnanî et appelés Malabar.
Carte des districts de l'Inde formant la côte de Malabar.

La côte de Malabar est une portion du littoral de l'Inde. Elle est située dans le Sud-Ouest de la péninsule indienne, entre le Territoire de Goa au nord et le cap Comorin au sud[1],[2],[3], et forme essentiellement le rivage des États du Kerala et du Karnataka.

Géographie[modifier | modifier le code]

La côte est baignée par la mer des Laquedives. L'intérieur des terres est formée d'une plaine côtière allongée entre la mer et les Ghâts occidentaux. Dans le Sud du Kerala, un ensemble de lagunes, les Backwaters, s'étendent en arrière de la côte de Malabar.

La côte de Malabar, et particulièrement le versant occidental des Ghâts, qui font obstacle à la mousson, est la région la plus humide de l'Inde du Sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du temps du Raj britannique, la région était une partie de la présidence de Madras jusqu'à la formation du Kerala en 1956 par sa réunion avec la principauté de Thiru-Kochi (Travancore-Cochin).

Avant le Raj britannique, le Malabar fut sous la domination de Pandya jusqu'en 600 sous le nom de Malâkotta – ou Mâlâyâ ou Mâlâkuta – puis éclata en plusieurs principautés comme celles des Kolathiri de Kasargod, des Zamorins de Calicut ou des Valluvokonathiri de Walluvanad.

Démographie[modifier | modifier le code]

On trouve sur la côte de Malabar un certain nombre de villes portuaires historiques, notamment Kozhikode (Calicut), Cochin, Mahé, Quilon et Cranganore, la Muziris de l'Antiquité, qui ont été des centres commerciaux importants de l'océan Indien durant des siècles, fréquentés par les Phéniciens, les Romains, les Chinois, les Arabes. Du fait de leur ouverture vers la mer et le commerce maritime, les villes de la côte de Malabar sont très cosmopolites et ont accueilli très tôt des communautés chrétiennes, juives et musulmanes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sélection du Reader's Digest, Atlas, cartes, photos satellite du monde, Gütersloh, Munich, Wissen Media Verlag,‎ septembre 2007, 485 p. (ISBN 978-2-7098-1890-2), p. 306-307
  2. Institut cartographique Bertelsmann, Gütersloh, Le grand atlas du monde, Paris, France Loisirs,‎ septembre 1987 (ISBN 978-2-7242-3530-2), p. 74
  3. Istituto geographico de Agostini, Atlas géographique, Paris, Éditions Atlas,‎ 1978, p. 42-43

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :