Grenade (pays)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenade.

Grenade

Grenada (en)

Drapeau
Drapeau de la Grenade
alt=Description de l'image Grenada in its region.svg.
Devise nationale ever conscious of God, we aspire,
build and advance as one people
Hymne national Hail Grenada
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle
Reine Elisabeth II
Gouverneur Cecile La Grenade[1]
Premier ministre Keith Mitchell
Langues officielles Anglais
Capitale Saint-Georges

12°03′N, 61°45′O

Géographie
Plus grande ville Saint-Georges
Superficie totale 350 km2
(classé 182e)
Superficie en eau 1,6 %
Fuseau horaire UTC -4
Histoire
Indépendance Royaume-Uni
Date 7 février 1974
Démographie
Gentilé Grenadin, Grenadine
Grenadien, Grenadienne
Population totale (2008) 90 343 hab.
(classé 181e)
Densité 258 hab./km2
Économie
Monnaie Dollar de la Caraïbe orientale (XCD​)
Divers
Code ISO 3166-1 GRD, GD​
Domaine Internet .gd
Indicatif téléphonique +1473

La Grenade (anglais: Grenada) est un pays des Antilles. Sa capitale est Saint-Georges.

Cet État insulaire de la mer des Caraïbes comprend l'île de la Grenade, l'ile de Carriacou et l'île de Petite Martinique, toutes situées dans la partie méridionale de l'archipel des Grenadines. En y incluant les îles désertes, le pays possède une superficie de 350 km2. En 2012, on comptait 109 011 Grenadiens. La langue officielle est l'anglais.

L'île de la Grenade est située à moins de 150 kilomètres au nord des côtes du Venezuela et de Trinité-et-Tobago. L'ile de Carriacou est à quelques kilomètres au sud de l'île d'Union de Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Peuplée par les Caraïbes avant l'arrivée des Européens, la Grenade est d'abord une colonie du Royaume de France de 1649 à 1763. À la suite de la guerre de Sept Ans, elle est léguée au Royaume de Grande-Bretagne par le Traité de Paris. Reconquise par la France durant la Révolution américaine, elle redevient britannique grâce au Traité de Versailles de 1783. Le pays accède à son indépendance du Royaume-Uni le 7 février 1974. La Grenade devient le Gouvernement révolutionnaire populaire de la Grenade, un état communiste, de 1979 jusqu'à l'invasion américaine de 1983. En 2004, l'ouragan Ivan cause d'importants dommages dans le pays.

La Grenade est surnommée « l'île aux épices » (Island of Spice) pour sa cannelle, ses clous de girofle, son curcuma et surtout le macis et la noix de muscade.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Grenade.
Montagnes de l'île de la Grenade vues de la mer

La Grenade est un pays des Antilles. La Grenade est située au nord de Trinité-et-Tobago. D'une superficie de 340 km2, ce pays compte environ 90 343 habitants (2008) et est composé de l'île principale, la Grenade, et de quelques îles parmi les Grenadines, Carriacou et Petite Martinique. Saint-Georges est la capitale de la Grenade.

La Grenade est située à 200 km au nord du Venezuela.

Le mont Sainte-Catherine est le point culminant avec 840 m. Son littoral mesure 121 km de long.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Grenade.

Avant l'arrivée de Christophe Colomb, en 1492, l'île était habitée par les Caraïbes. Christophe Colomb baptisa cette île Concepción. Une compagnie fondée par le cardinal français Richelieu acheta l'île aux Anglais en 1650. Grenade resta sous domination française jusqu'en 1762. Grenade devint officiellement britannique en 1763 par le traité de Paris qui met fin à la guerre de Sept Ans. Les Français se réemparèrent de l'île en 1779, mais les Britanniques la reprirent peu après. La paix fut rétablie lors de la signature par les deux camps du traité de Versailles en 1783. Provoquée par Victor Hugues une révolte pro-française éclata en 1795 mais fut matée par les troupes britanniques.

De 1958 à 1962, la Grenade devint une province de la Fédération des Indes occidentales qui éclata rapidement.

L'île accéda à l'indépendance le 7 février 1974, devenant un Royaume du Commonwealth, avec Eric Gairy comme premier ministre. Mais le gouvernement de celui-ci devint progressivement autoritaire, déclenchant un coup d'État en 1979 par le populaire et charismatique leader populiste Maurice Bishop, qui mit en place le Gouvernement révolutionnaire populaire de la Grenade (People's Revolutionary Government of Grenada, PRG). Bishop n'organisa pas d'élections et sa politique socialiste le rapprocha considérablement du régime de Cuba. Ceci était dérangeant pour les pays voisins, comme Trinité-et-Tobago, la Barbade, la Dominique et surtout les États-Unis. Au sein du gouvernement socialiste, des dissensions entre une section pro-soviétique loyale à Moscou et les partisans de Bishop conduisirent à l'arrestation de ce dernier. Il fut exécuté le 19 octobre 1983, l'armée (dominée par les éléments pro-soviétiques) prenant le pouvoir.

Six jours après la prise de pouvoir par l'armée en octobre 1983, la Grenade était envahie par une coalition menée par les États-Unis. Cette intervention fut demandée par l'Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO). La requête fut rédigée à Washington[2]. L'opération fut le plus grand déploiement américain depuis la guerre du Viêt Nam.

La guerre fut rapide et la coalition américaine (7 000 soldats américains et 300 hommes d'Antigua, la Barbade, la Dominique, la Jamaïque, Sainte-Lucie et Saint-Vincent, qui n'ont pas participé aux combats) vint rapidement à bout des forces grenadiennes (1 200 soldats, assistés par 784 Cubains et quelques instructeurs provenant d'URSS et d'autres pays communistes). Après la chute du PRG, des élections sont tenues en 1984, et voient la victoire du Nouveau Parti national.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique à la Grenade.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Subdivisions de la Grenade.
Carte administrative des six paroisses

La Grenade est divisé en six paroisses (parishes) et une dépendance (dependency).

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de la Grenade.
Séchage de la noix de muscade à Gouyave

L'agriculture représente environ 24 % du produit national brut (PNB).

La noix de muscade, qui orne le drapeau national, a fait la fortune de l'archipel : jusqu'en 2004, la Grenade en était le deuxième producteur mondial derrière l'Indonésie et l'ensemble de ses épices faisait vivre plus de 3 000 exploitants. Mais cette année-là, l'ouragan Ivan, dit « le terrible » a ravagé 60 % des plantations. Si bien que la noix de la Grenade ne devrait pas retrouver son rang avant 2012, le temps que les milliers de muscadiers replantés arrivent à maturité.

Le 7 septembre 2004, l'ouragan Ivan a dévasté la Grenade. 90 % des habitations ou immeubles ont été détruits. Plus de 90 % des bateaux ancrés régulièrement ou réfugiés à la Grenade pour échapper à Ivan ont été coulés ou endommagés. Ivan, cyclone de force 5 (« catastrophique », maximum sur l'échelle de Saffir-Simpson) a fait 37 morts, 500 blessés et laissé 60 000 personnes sans abri. Il fut l'ouragan le plus redoutable ayant frappé les Caraïbes en un demi-siècle. Le 14 septembre 2004, la Commission européenne a accordé une aide de 1,5 million d'euros en faveur des victimes de la Grenade.

La Grenade utilise comme sept autres pays de la région la même banque centrale et la même devise.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Grenade.
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

La plupart des habitants sont d'ascendance africaine. Les indigènes, Caraïbes et Arawaks, ne constituent qu'une minorité. Environ 50 % des habitants ont moins de 30 ans (2000).

L'anglais est la langue nationale, mais quelques personnes connaissent encore le créole à base lexicale française proche de celui de la Martinique.

La population de Grenade est de 90 343 habitants en 2008. Sa densité est de 258 hab./km². Elle est composée à 37,05 % de personnes de 0 à 14 ans, à 59,03 % de personnes de 15-64 ans et de 3,92 % de personnes de 65 ans ou plus.

En 2001, l'espérance de vie des hommes est 63 ans et celle des femmes est de 66 ans. La même année, le taux de croissance de la population est - 0,06 %, avec un taux de natalité de 23,12 ‰, un taux de mortalité de 7,82 ‰, un taux de mortalité infantile de 14,63 ‰, un taux de fécondité de 2,5 enfants/femme et un taux de migration de - 15,86 ‰.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de la Grenade.
Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques

Sports[modifier | modifier le code]

La Grenade remporte son premier titre olympique le 6 août 2012 grâce à Kirani James, qui obtient à 19 ans la médaille d'or au 400 mètres monsieur des Jeux olympiques de Londres[3].

Codes[modifier | modifier le code]

La Grenade a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Grenada Names First Female Governor General, Cecile La Grenade", Caribbean Journal, 10 avril 2013
  2. Reagan and the World: Imperial Policy and the New Cold War, Jeff MacMahan, 1985, p. 206.
  3. Le Monde.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Catégorie Grenade de l’annuaire DMOZ