Fête nationale française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 14 juillet (homonymie).
Fête nationale française
Feu d'artifice du 14 juillet 2011 devant la tour Eiffel.
Feu d'artifice du 14 juillet 2011 devant la tour Eiffel.

Observé par Drapeau de la France France
Type Fête nationale
Signification Commémoration de la prise de la Bastille en 1789 et de la fête de la Fédération de 1790
Date 14 juillet
Célébrations Défilés militaires, feux d'artifice, bals
Lié à Prise de la Bastille et fête de la Fédération

La fête nationale française (le « 14 Juillet »[1]) est la fête nationale de la France. C'est un jour férié en France.

Elle a été instituée par la loi en 1880, en référence à une double date, celle du 14 juillet 1789, date de la prise de la Bastille, jour symbolique entraînant la fin de la monarchie absolue, suivi de la fin de la société d'ordres et des privilèges, et celle du 14 juillet 1790, jour d'union nationale lors de la Fête de la Fédération[2],[3].

Célébrations[modifier | modifier le code]

Défilé militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Défilé militaire du 14 juillet.

Le 14 Juillet donne lieu à un défilé des troupes sur les Champs-Élysées de Paris, dont le départ a lieu généralement à 10 heures juste après le passage de la Patrouille de France et la revue des différents corps armés par le Président de la République. D'autres défilés ou des cérémonies militaires ont lieu dans la plupart des grandes communes françaises.

Feux d'artifices[modifier | modifier le code]

Ces spectacles nocturnes prennent place autour de sites dégagés au sein des villes, comme des esplanades, des parcs ou des cours d'eau.

Bals populaires[modifier | modifier le code]

De nombreux bals sont organisés dans la quasi-totalité des villes du pays. À Paris a lieu le populaire bal des pompiers.

Instauration comme fête nationale[modifier | modifier le code]

Fête nationale du 14 juillet 1880, haut-relief en bronze de Léopold Morice, Monument à la République, place de la République, Paris, 1883
Bal populaire du 14 juillet 1912 (Paris)

En 1879, la IIIe République naissante cherche une date pour servir de support à une fête nationale et républicaine. Après que d'autres dates eurent été envisagées[4], le député Benjamin Raspail dépose le 21 mai 1880 une proposition de loi tendant à adopter le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle. Si le 14 juillet 1789 (prise de la Bastille) est jugé par certains parlementaires comme une journée trop sanglante, la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, elle, permet d'atteindre un consensus[2]. Cette date « à double acception  »[5] permet d'unir tous les républicains.

La loi, signée par 64 députés, est adoptée par l'Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle est promulguée le 6 juillet 1880 et précise simplement que « La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle »[2], sans indiquer d'année de référence.

La lecture du rapport de séance du Sénat du 29 juin 1880[6] établissant cette fête nationale éclaire le débat sous-jacent portant sur laquelle de ces deux dates est commémorée le 14 juillet :

« M. le rapporteur (Henri Martin) : - Il y a eu ensuite, au 14 juillet 1789, il y a eu du sang versé, quelques actes déplorables ; mais, hélas ! dans tous les grands événements de l’histoire, les progrès ont été jusqu’ici achetés par bien des douleurs, par bien du sang. Espérons qu’il n’en sera plus ainsi dans l’avenir (« très bien » à gauche, interruptions à droite).

À droite : - Oui, espérons !

M. Hervé de Saisy : - Nous n’en sommes pas bien sûrs !

M. le rapporteur : - Nous avons le droit de l’espérer. Mais n’oubliez pas que, derrière ce 14 juillet, où la victoire de l’ère nouvelle sur l’ancien régime fut achetée par une lutte armée, n’oubliez pas qu’après la journée du 14 juillet 1789 il y a eu la journée du 14 juillet 1790 (« très-bien ! » à gauche).

Cette journée-là, vous ne lui reprocherez pas d’avoir versé une goutte de sang, d’avoir jeté la division à un degré quelconque dans le pays, Elle a été la consécration de l’unité de la France. Oui, elle a consacré ce que l’ancienne royauté avait préparé. L’ancienne royauté avait fait pour ainsi dire le corps de la France, et nous ne l’avons pas oublié ; la Révolution, ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France – personne que Dieu n’a fait l’âme de la France – mais la Révolution a donné à la France conscience d’elle-même (« très-bien ! » sur les mêmes bancs) ; elle a révélé à elle-même l’âme de la France. »

Un peu plus loin, le rapport du Sénat, préalable à l'adoption de la proposition de loi, fait également référence au 14 juillet 1790 :

« Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. »

Les fêtes nationales et les autres fêtes organisées par les régimes avant 1880[modifier | modifier le code]

La Rue Montorgueil, fête nationale du 30 juin 1878, par Claude Monet

Le 14 juillet 1790 a lieu la Fête de la fédération. C'est l'une des nombreuses fêtes révolutionnaires.

La « fête de la fondation de la République » est célébrée le 1er vendémiaire de chaque année, de 1793 jusqu'en 1803. On cesse alors de célébrer la Saint-Louis en l'honneur du roi.

Le décret du 19 février 1806 institue la Saint-Napoléon le 15 août alors que le 14 juillet, fête subversive, n'est plus commémoré de 1800 à 1848 autrement que dans des célébrations clandestines[7].

En 1849 une fête nationale est célébrée le 4 mai, jour anniversaire de la proclamation ou ratification de la République par l'Assemblée nationale constituante[8].

À partir de 1852, Napoléon III restaure la Saint-Napoléon.

Suite à la guerre franco-allemande de 1870, la fête devient nationaliste, privilégiant le défilé militaire[7].

En 1873, Alfred Sisley peint lors des festivités du 14 juillet La Seine au Point-du-Jour, 14 juillet près de la porte de Saint-Cloud[9]. En 1875, il peint Jour de Fête à Marly-le-Roi, précédemment appelé 14 Juillet à Marly-le-Roi [10].

En 1878 une fête nationale a lieu le 30 juin, pendant l'Exposition universelle de 1878. Elle est immortalisée par plusieurs toiles de Claude Monet.

Décalage[modifier | modifier le code]

Viriat, situé dans le département de l'Ain au nord de Bourg-en-Bresse, fête le 14 juillet au mois d'août depuis un arrêté municipal de 1880, afin de ne pas perturber les fenaisons[11],[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme peut s'écrire « 14-Juillet » avec trait d'union (écriture des dates historiques selon Jean-Pierre Colignon, La majuscule, c’est capital !, Albin Michel, collection « Les Dicos d’or de Bernard Pivot », 2005, 214 pages (ISBN 2-226-14389-0), p. 84) ou « 14 Juillet » sans trait d'union (Typographie des fêtes civiles et religieuses, Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, 2007 (ISBN 978-2-7433-0482-9), p. 81). Selon Serge Aslanoff, « Dans la pratique française, le nom du mois a souvent une majuscule, que le quantième soit en chiffres ou en lettres ; les codes ne sont pas unanime sur la présence du trait d’union » (Manuel typographique du russiste, Institut d’études slaves, Paris, 1986, 255 pages (ISBN 2-7204-0225-7), p. 181).
  2. a, b et c Débats, rapports et loi du 6 juillet 1880 instituant le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle.
  3. Voir Jean Favier, audition à l'Assemblée nationale : « le 14 juillet […] n’est pas la date de la prise de la Bastille mais celle de la fête de la Fédération et donc de la monarchie constitutionnelle ». En revanche, Christian Amalvi, dans Les lieux de mémoire (article « Le 14-Juillet »), indique que « la fête nationale que l'on célèbre en 1880 ne commémore pas seulement le 14 juillet 1789 ; c'est une date bicéphale qui renvoie simultanément à la prise de la Bastille et à la fête de la Fédération : le second événement permet de conjurer, par son aspect national et œcuménique, le caractère violent et sanglant du premier, et de rassurer à bon compte les modérés. Cependant, pour les vrais républicains, c'est d'abord et avant tout au 14 juillet 1789, en dépit des excès sanglants commis par le peuple ce jour-là, que la fête nationale rend hommage ».
  4. Le 15 juillet correspondant à la saint Henri pour les partisans d'Henri d'Orléans, 5 mai pour l'ouverture des États généraux en 1789, 21 janvier pour la mort de Louis XVI, 20 juin pour le Serment du Jeu de paume, etc.
  5. La fête nationale du 14 juillet (site de l'Élysée).
  6. Le rapport de séance du Sénat du 29 juin 1880
  7. a et b Franck Ferrand, « Que fête-t-on le 14 juillet ? », émission L'ombre d'un doute sur France 3, 11 juillet 2012
  8. Maurice Agulhon, « Marianne au Combat » p.130
  9. François Daulte, Alfred Sisley, Diffusion Princesse, 1974, p. 26 : « La Seine au Point-du-Jour, 14 juillet, 1873 - Huile sur toile, 38 X 46 cm A.M. Walter H. Salomon, Londres »
  10. http://www.wikiart.org/en/alfred-sisley/fete-day-at-marly-le-roi-the-fourteenth-of-july-at-marly-le-roi-1875
  11. Patrimoine sur le site officiel de la mairie de Viriat.
  12. Bal populaire, feu d'artifice le 07 Août 2011 sur le site officiel de la mairie de Viriat.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Remi Dalisson, Célébrer la nation, les fêtes nationales en France de 1789 à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2009
  • Christian Amalvi, « Le 14-Juillet », in Pierre Nora (dir), Les lieux de mémoire, t . 1 « La République », Paris, Gallimard, 1996.
  • Jean-Pierre Bois, Histoire des 14 juillet, 1789-1919, Rennes, Ouest-France Université, 1991
  • Mona Ozouf, « Le premier 14 Juillet de la République », in l'Histoire n°25, Juillet-Aout, 1980
  • Rosemonde Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Fête nationale
  • Les feux d'artifice qui ont généralement lieu dans la soirée du 13 juillet dans les petites communes, et dans la soirée du 14 Juillet dans les grandes.

Liens externes[modifier | modifier le code]