Îles Malouines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Îles Malouines (fr)
Falkland Islands (en)
Islas Malvinas (es)
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Îles Malouines
Administration
Statut politique Territoire d'outre-mer du Royaume-Uni.
Revendiqué par l'Argentine.
Capitale Port Stanley
Gouvernement
- Chef de l'État
- Gouverneur

 - Chef de l'exécutif
Monarchie
Élisabeth II
Colin Roberts

Keith Padgett
Démographie
Population 3 140 hab. (2008[1])
Densité 0,26 hab./km2
Langue(s) Anglais
Géographie
Coordonnées 51° 45′ S 59° 00′ O / -51.75, -5951° 45′ Sud 59° 00′ Ouest / -51.75, -59  
Superficie 12 173 km2
Divers
Monnaie Livre des Îles Malouines (FKP). La livre malouine est fixée à parité avec la livre sterling.
Fuseau horaire UTC - 4
Domaine internet .fk
Indicatif téléphonique 500

Les îles Malouines[2] (Falkland Islands en anglais, Islas Malvinas espagnol et Ilhas Malvinas en portugais) sont un archipel de l'Atlantique Sud situé à 480 km des côtes de l'Argentine et à 940 km du nord de l'Antarctique. Elles forment un territoire britannique d'outre-mer. Elles sont revendiquées par l'Argentine et ont été l'enjeu d'un affrontement militaire, la guerre des Malouines, entre les deux pays en 1982.

L'archipel est composé de deux îles principales, la Grande Malouine et la Malouine orientale séparées par un large chenal, le détroit des Falkland, ainsi que de plus de 750 îles et îlots. La superficie de l'archipel est 12 173 km2 (superficie équivalente à celle de l'Irlande du Nord), pour une population d'environ 3 000 habitants, dont les deux tiers résident dans la capitale Port Stanley.

Les îles Malouines et la Guyane française sont les seuls territoires d'Amérique du Sud appartenant à des pays de l'Union européenne.

Nom[modifier | modifier le code]

Découvertes par Amerigo Vespucci au début du XVIe siècle, puis visitées par Esteban Gómez (1520), Simón de Alcazaba y Sotomayor et Alonso de Camargo (avant 1540), les îles Malouines sont baptisées en 1592 par les Anglais « îles méridionales de Davis », nom que leur donna le navigateur anglais John Davis. Deux ans plus tard, en 1594, le navigateur anglais Richard Hawkins les nomme « Hawkins’s Maiden-Land »[3]. En 1600, le navigateur hollandais Sebald Van Weert y accoste à son tour et leur donne le nom d'« îles Sebald »[4].

Lors d'une nouvelle exploration en 1690, John Strong, qui dirige l'expédition, les baptise à son tour Falkland Islands, d'après son seigneur, Anthony Cary, 5e vicomte de Falkland (une petite ville du sud-est de l'Écosse dans le Fife). Le Français Louis Antoine de Bougainville les visite à son tour en 1764, et leur donne le nom d'« îles Malouines », d'après les marins et pêcheurs de Saint-Malo, qui furent les premiers colons permanents connus de ces îles. Les Malouins pratiquaient beaucoup au XVIIIe siècle le commerce interlope avec la côte ouest de l'Amérique du Sud.

S'inspirant de cette dénomination, les Espagnols nomment quant à eux l'archipel Islas Malvinas. Mais en raison du désaccord sur la souveraineté sur l'archipel, l'usage de noms espagnols est considéré comme agressif sur l'archipel, particulièrement par ceux qui sont associés à la tentative de récupération des îles par des troupes argentines en 1982 alors qu'elles étaient occupées par les Britanniques depuis 1833[5]. Ainsi, le général britannique Sir Jeremy Moore n'autorisa pas l'usage d'Islas Malvinas dans le document de reddition des Argentins, le considérant comme un nom de propagande[6].

Aujourd'hui, la désignation officielle ISO est « Falkland Islands (Malvinas) », les Argentins revendiquant quant à eux la dénomination internationale de « Malvinas ».

Les îles Malouines ont pour code SF, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des îles Malouines.

Désertes jusqu'à leur découverte par les Européens au XVIe siècle, les îles Malouines sont colonisées en 1764 sous la direction de Louis Antoine de Bougainville. Elles font ensuite l'objet de revendications territoriales de l'Espagne et du Royaume-Uni, ce qui conduit à une crise diplomatique, la crise des Malouines de 1770, conclue par un compromis entre les deux États. Après son indépendance de l'Espagne en 1816, l'Argentine réclame à son tour la souveraineté sur les îles Malouines, situées au large de ses côtes. Le Royaume-Uni contrôle cependant l'archipel à partir de 1833, et y installe progressivement des colons d'origine britannique. Il maintient sa domination pendant la Première Guerre mondiale, en remportant la bataille des Falklands contre la marine allemande. L'Argentine conteste la souveraineté britannique sur les îles Malouines, et un conflit armé a lieu en 1982, la guerre des Malouines, dont le Royaume-Uni sort vainqueur. Le gouvernement argentin maintient ses revendications territoriales sur l'archipel. Un référendum d'auto-détermination a lieu en mars 2013 pour permettre aux habitants de choisir leur statut, une consultation par laquelle ceux-ci choisissent à 98,8 % de conserver le statut de territoire britannique d'outre-mer, mais ce référendum n'est pas reconnu par les autorités argentines, qui le jugent illégitime.

Politique[modifier | modifier le code]

L'Assemblée législative des îles Malouines

Le pouvoir exécutif est exercé par le gouverneur, au nom du souverain. La défense, et toutes les activités extérieures, sont assurées par le Royaume-Uni. Il existe une constitution, promulguée en 1985, prévoyant huit conseillers législatifs élus pour quatre ans : cinq représentant Port Stanley et trois pour le Camp (nom du reste de l'archipel hors Port Stanley).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique de l'archipel des îles Malouines
Une vue de l'intérieur des terres.
Manchots royaux avec leurs petits présents sur l'île.

Il existe deux îles principales, Malouine orientale (Soledad) et Grande Malouine (Gran Malvina ou Grande Malouine) et environ 776 plus petites îles ou îlots. L'ensemble représente une surface de 12 173 km2.

Les îles sont situées à 343 km de l'île argentine de los Estados et 463 km de la côte continentale de l'Argentine, 489 km du Chili, 1 078 km à l'ouest des Shag Rocks de la Géorgie du Sud et 928 km de l'Antarctique. La Géorgie du Sud et les Îles Sandwich du Sud sont sous la même juridiction que les îles Malouines.

La côte a une longueur estimée de 1 288 km.

Les deux îles principales se trouvent de chaque côté du détroit des Malouines . East Falkland abrite la capitale et la grande majorité de la population. Les deux îles ont des chaînes de montagnes, le plus haut point de l'archipel étant le mont Usborne, 705 mètres, sur East Falkland. Il y aussi des plaines marécageuses, principalement en Lafonia, dans la moitié sud d'East Falkland. Pratiquement l'intégralité du territoire sert de zone de pâturage pour les moutons.

Plusieurs plus petites îles entourent l'île principale dont Barren, Beaver, Bleaker, Carcass, George, Keppel, Lively, New, Pebble, Saunders, Île des Lions de mer, Speedwell, Staats, Weddell (la troisième plus grande île de l'archipel) et West Point. Les îles Jason se trouvent au nord-ouest de l'archipel et l'île Beauchêne plus au sud. Speedwell Island et l'île George sont séparées d'East Falkland par le passage Eagle.

L'archipel revendique des eaux territoriales à 12 milles nautiques (22,2 km) et une zone économique exclusive de 200 milles nautiques (370,4 km), qui est une source de désaccord avec l'Argentine.

Quelques toponymes sont d'origine francophone et hispanique comme : Cape Bougainville, Sound Choiseul, Chartres, Port Louis, Malo River, San Carlos, Port San Carlos, Salvador

Climat[modifier | modifier le code]

Entourées des eaux froides de l'Atlantique Sud, les îles Malouines ont un climat océanique sub-arctique (classification de Köppen : Cfc) qui est très influencé par l'océan comme le montre la faible étendue des températures annuelles. La température maximale moyenne est 13 °C en janvier et °C en juillet. La pluviométrie annuelle moyenne est 573,6 millimètres, la partie Est des îles Malouines étant généralement plus humide que la partie Ouest[7]. L'humidité et les vents sont constamment forts. La neige est rare mais peut survenir à presque tout moment de l'année. Les tempêtes sont fréquentes, particulièrement en hiver[8]. Le climat est similaire à celui des Îles Shetland au Royaume-Uni, mais avec moins de pluie et des hivers plus longs et légèrement plus rudes[8].

Port Stanley, Îles Malouines
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6 5 4 3 1 −1 −1 −1 1 2 3 4 2,2
Température maximale moyenne (°C) 13 13 12 9 7 5 4 5 7 9 11 12 8,9
Record de froid (°C) −1 −1 −3 −6 −7 −11 −9 −11 −11 −6 −3 −2
Record de chaleur (°C) 24 23 21 17 14 11 10 11 15 18 22 22
Ensoleillement (h) 7 6 5 3 2 2 2 3 4 5 7 7
Précipitations (mm) 71 58 64 66 66 53 51 51 38 41 51 71 681
Humidité relative (%) 78 79 82 86 88 89 89 87 84 80 75 77
Source : [9]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
13
6
71
 
 
 
13
5
58
 
 
 
12
4
64
 
 
 
9
3
66
 
 
 
7
1
66
 
 
 
5
−1
53
 
 
 
4
−1
51
 
 
 
5
−1
51
 
 
 
7
1
38
 
 
 
9
2
41
 
 
 
11
3
51
 
 
 
12
4
71
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Économie[modifier | modifier le code]

La capitale des îles, Port Stanley/Puerto Argentino
Ferme isolée dans le Camp

Les principales activités sont la pêche et l'agriculture. Il existerait des réserves substantielles, mais encore inexploitées, de matières premières.

Activités[modifier | modifier le code]

Depuis la guerre de 1982, au cours de laquelle l'archipel a déclaré une zone de pêche exclusive, la pêche (notamment des calamars) constitue la principale activité économique des îles Malouines[10].

Le gouvernement vend des licences de pêche à des navires européens, qui rapportent plus de 140 millions de livres par an de revenus. Il existe aussi une pêche locale. Plus de 75 % des prises sont du calmar, principalement exporté vers l'Espagne[11].

L'élevage de moutons est la principale activité des habitants de l'île (en 2002, on recensait 583 000 moutons sur l'archipel)[12] apportant une importante source de revenus avec l'exportation de laine de haute qualité vers la Grande-Bretagne.

Le tourisme a fortement progressé, avec 60 000 visiteurs en 2009[11]. Les îles sont devenues un port régulier des paquebots dans le marché croissant des croisières australes. Mais, l'Argentine fermant toujours son espace aérien au transport vers les Malouines[11], le tourisme est limité aux arrivées par bateaux. Il comprend des visites de l'île, de sa faune sauvage (principalement manchots, oiseaux marins, otaries et lions de mer), des champs de bataille de la guerre des Malouines, du golf, de la pêche et de la plongée sur épaves. Le tourisme est la seconde activité économique de l''île, générant 7 millions de livres par an[11].

La plus grande compagnie de l'île est la Falkland Islands Company (FIC), une société cotée au London Stock Exchange. Elle est responsable de la majorité de l'activité économique de l'archipel, bien que ses fermes aient été vendues en 1991 au Gouvernement des îles Falkland. La FIC opère maintenant dans le commerce à Port Stanley et dans les services portuaires et les activités de transport maritime[réf. nécessaire].

Monnaie[modifier | modifier le code]

La monnaie utilisée est la livre des Îles Malouines, qui a la même valeur que la livre sterling. Les billets et pièces en livres sterling circulent et s'échangent sur l'archipel avec la monnaie locale. Les Malouines frappent également leurs propres pièces et émettent leurs propres timbres, constituant une petite source de revenus supplémentaires.

Pétrole[modifier | modifier le code]

L'aéroport principal et la base militaire, RAF Mont Plaisant

Vers 2009-2010, de petites compagnies pétrolières, le trio britannique Desire Petroleum, Rockhopper et Falkland Oil & Gas[13],[14], ont envisagé d'explorer les possibles ressources pétrolières de l'île et ont entamé à partir de février une campagne de forage. Ceci a suscité l'attention de la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, qui demandait en janvier 2010 à son ambassade des informations supplémentaires à ce sujet, et notamment concernant l'attitude du gouvernement argentin[14]. La résolution 407 (2007) du gouvernement Kirchner menaçait toute compagnie explorant les lieux sans son accord d'être interdite d'activité en Argentine[14].

Un accord est ensuite intervenu avec les Argentins pour l'exploitation des ressources off-shore, dont on estimait jusqu'en fin 2010 qu'il y avait d'importantes réserves de pétrole, mais les conditions climatiques des mers australes rendent cette exploitation difficile et les désaccords persistant sur la souveraineté de l'archipel entravent ce développement. La défense de l'archipel est assurée par le Royaume-Uni et les dépenses militaires sur l'archipel contribuent à l'économie locale. Les îles sont auto-suffisantes, sauf pour leur défense ; les exportations [Quoi ?] rapportent plus de 125 millions de livres par an[réf. nécessaire]. La première vraie découverte de pétrole dans les eaux de l'archipel a été enregistrée le 6 mai 2010 dans un bloc d'exploration détenu par la compagnie Rockhopper[15].

Le 6 décembre 2010, Desire Petroleum a confirmé que « l'examen des données du forage effectué au nord des Îles Malouines démontrait que le forage était de mauvaise qualité » et donc inexploitable, celui-ci étant le seul estimé potentiellement exploitable. L'entreprise déclare qu'elle a les moyens de financer le forage de deux autres puits et des études sismiques[16].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Durant l'occupation argentine d'avril 1982 au 14 juin 1982, les timbres d'Argentine (en) furent utilisés sans surcharge.

Avec la victoire britannique, en juin 1982, la colonie utilisa son stock de timbres précédents (qui datait d'avant avril 1982) et continua à émettre ses propres timbres dès juillet 1982.

Habitants[modifier | modifier le code]

La cathédrale Cristo Rey, à Port Stanley

L'île était peuplée de 3 140 habitants en 2008[1], essentiellement d'origine européenne (britannique et scandinave), mais on compte aussi une petite minorité chilienne. Les deux tiers des résidents vivent dans la capitale, Port Stanley. Les autres vivent dans ce qui est appelé le Camp (les 12 173 km2 de l'archipel, hors Port Stanley). De plus, 1 700 soldats britanniques sont stationnés dans la base aéronavale de RAF Mount Pleasant (en)[17].

Les habitants des Malouines sont appelés en anglais les Kelpers (de l’anglais kelp (varech), localement surnommés Klepartz, très abondant autour de l'île [Laquelle ?]) mais les habitants se nomment les Islanders (les habitants des îles), trouvant le nom Kelper péjoratif.

Faune[modifier | modifier le code]

Parmi les oiseaux nicheurs se rencontre notamment le puffin majeur (Puffinus gravis) sur l'île Kidney qui ne se reproduit que sur ce site et trois îles de l'archipel Tristan da Cunha[18]. Les Malouines abritent également l'albatros à sourcils noirs et 5 des 18 espèces de manchot existant au monde, dont des colonies de manchots royaux[11].

Un programme de dératisation a été mené sur une quarantaine de petites îles. [réf. souhaitée] [pourquoi ?]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon le World Factbook de la CIA de 2008.
  2. Commission de toponymie de l'IGN - Institut national de la statistique et des études économiques, Pays indépendants et capitales du monde : Entité géopolitiques dépendantes au 01.09.2007, Paris,‎ 16 septembre 2007, 10 p. (lire en ligne), p. 4
  3. Voyage autour du monde par M. Lesson, Revue des Deux Mondes
  4. Pièces de monnaie d'Argentine
  5. « Agreement of 14th July 1999 », www.falklands.info (consulté le 23 juillet 2007)
  6. « PSYOP of the Falkland Islands War », www.psywar.org (consulté le 23 juillet 2007).
  7. « http://www.visitorfalklands.com/assets/documents/falklands-factsheet.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01
  8. a et b (en) « Weather Centre - World Weather - Country Guides - Falkland Islands », BBC (consulté le 2011-01-30).
  9. (en) « BBC Weather: Stanley, Falkland Islands », BBC (consulté le 30 janvier 2010).
  10. « Le pétrole des Malouines relance la guerre froide entre Londres et Buenos-Aires », Le Monde
  11. a, b, c, d et e Les Malouines, documentaire de la série 360° d'Arte, septembre 2010.
  12. « http://www.falklands-meat.com/statement.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01
  13. AFP, « La britannique Desire en quête d'or noir dans les Malouines », L'Express,‎ 22 février 2010 (consulté le 12 décembre 2010).
  14. a, b et c Voir les câbles publiés par WikiLeaks en décembre 2010 : « 10STATE9565, publié le 29 janvier 2010 à 21 h 09, diffusé le 1er décembre 2010 à 21 h 09, SECRET, Secretary of State » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01 ; « 10BUENOSAIRES71 ; publié le 4 février 2010 à 16 h 04, diffusé le 1er décembre 2010 à 21 h 09, CONFIDENTIAL Embassy Buenos Aires » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01 ; « 10BUENOSAIRES95 publié le 17 février 2010 à 22 h 10, diffusé le 1er décembre 2010 à 21 h 09, CONFIDENTIAL//NOFORN Embassy Buenos Aires » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01 ; « 10LONDON439 publié le 24 février 2010 à 19 h 07, diffusé le 1er décembre 2010 à 21 h 09 CONFIDENTIAL//NOFORN Embassy London » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01.
  15. Rockhopper Finds First Falkland Basin Oil, by SubseaIQ, mardi 6 mai 2010
  16. AFP, « Prospection pétrolière aux Malouines: Desire essuie une nouvelle déconvenue », Le Matin,‎ 6 décembre 2010 (consulté le 12 décembre 2010).
  17. (en) « Prince William deployed to Falkland Islands », sur CNN,‎ 2 février 2012
  18. Del Hoyo J., Elliott A. & Sargatal J. (1992) Handbook of the Birds of the World, vol. 1 : « Ostrich to Ducks ». ICBP, Lynx Edicions, Barcelone, 696 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Îles Malouines.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]