Dynaste Hercule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dynaste, Hercule (homonymie) et Scieur de long.

Le dynaste Hercule (Dynastes hercules) est un insecte de la famille des Scarabaeidae, de la sous-famille des Dynastinae, de la tribu des Dynastini et du genre Dynastes.

C'est le plus long scarabée rhinocéros du monde.

Il peut être considéré comme l'un des plus grands coléoptères, voire un des plus gros insectes au monde, en première place (ex-aequo cependant avec Titanus giganteus — un cérambycidé ou longicorne), ou nettement plus loin dans le classement si on considère que seuls les mâles, grâce à leur « corne » thoracique, ont une taille remarquable.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le dynaste Hercule a été décrit par Carl von Linné en 1758, sous le nom de Dynastes hercules.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Scarabaeus hercules (Linné, 1758)

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Dynaste Hercule en français.
  • Scieur de long en Guadeloupe, région française où on le trouve.

Description[modifier | modifier le code]

Chez le mâle, le prothorax et la tête sont noir luisant, la couleur des élytres varie du jaune au rouge ou du vert-brun au bleuâtre. On connaît des mâles aux élytres tachetés et d'autres sans taches. La femelle est de couleur plus sombre et plus terne.

L'envergure ailes déployées atteint les vingt deux centimètres. La taille du mâle varie de 6 cm à 17,50 cm mais il dépasse rarement les 15 cm[1].On ne connaît qu'un seul individu de 17,50 cm de long, appartenant à un collectionneur de Nara (Japon).

Les cornes[modifier | modifier le code]

Le mâle est muni de deux cornes - l'une est le prolongement thoracique, l'autre, plus petite et articulée, le prolongement céphalique - qui forment une « pince ».

La grande corne prothoracique est presque droite, avec une courbure apicale dirigée vers le bas ; elle est munie de poils courts et serrés sur sa face inférieure, et de deux « dents » latérales post-basales : celles-ci sont de taille variable, leur emplacement dépend de la sous-espèce à laquelle se rattache l'individu. La corne céphalique est incurvée vers le haut à son extrémité. Lors des combats que se livrent les mâles, leur « pince » leur sert d'arme. Le but est de sectionner la membrane pronoto-abdominale de l'adversaire.

Le dimorphisme sexuel est accentué, comme chez de très nombreux Dynastinae.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Le Dynastes hercules est répandu en Amérique centrale, dans les régions nord de l'Amérique du Sud, ainsi qu'en Martinique, Guadeloupe et Dominique (Antilles). L'espèce se subdivise en un certain nombre de sous-espèces.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces :

  • Dynastes hercules baudrii (Pinchon, 1976)
(synonyme de Dynastes alcides Olivier de Martinique et Sainte-Lucie, Antilles)
Martinique, Sainte-Lucie
  • Dynastes hercules bleuzeni (Silvestre & Dechambre, 1995)
(synonyme de Dynastes trinidadensis Chalumeau)
Venezuela, Amazonie
  • Dynastes hercules ecuatorianus (Ohaus, 1913)
Colombie, Pérou, Équateur, Brésil
  • Dynastes hercules hercules (Linnaeus, 1753)
Guadeloupe (Basse-Terre) et Dominique
  • Dynastes hercules lichyi (Lachaume, 1985)
Colombie, Venezuela, Pérou, Équateur, Bolivie, Brésil
  • Dynastes hercules morishimai (Nagai, 2002)
Bolivie
  • Dynastes hercules occidentalis (Lachaume, 1985)
Panama, Colombie, Équateur
  • Dynastes hercules paschoali( Grossi & Arnaud, 1993)
Brésil
  • Dynastes hercules reidi (Chalumeau, 1977)
Sainte-Lucie
  • Dynastes hercules septentrionalis (Lachaume, 1985)
Mexique, Belize, Salvador, Honduras, Guatemala, Nicaragua, Costa Rica, Panama
  • Dynastes hercules takakuwai (Nagai, 2002)
Brésil
  • Dynastes hercules trinidadensis (Chalumeau & Reid, 1995)
Trinité-et-Tobago, Morne Bleu et Amazonie
  • Dynastes hercules tuxtlaensis (Moron, 1993)
Mexique

(certaines sous-espèces ci-nommées sont discutées)

Biologie[modifier | modifier le code]

Les larves[modifier | modifier le code]

Larve de dynaste Hercule

Les larves de Dynastinae se nourrissent de racines, de bois ou de matière végétale en décomposition dans le sol. La larve de Dynastes hercules mesure dix centimètres de long et pèse jusqu'à près de cent vingt grammes. Après la période larvaire, qui dure plusieurs années, elle se transforme en nymphe de laquelle un adulte (ou imago) émerge.

Les Indiens sud-américains récoltent les larves pour les manger crues ou rôties, car elles sont riches en protéines. Elles sont dénommées au Brésil « pão-de-galinha » (« pain de poule ») ou « torresmo ».

Les adultes[modifier | modifier le code]

Dynastes hercules

Le mâle est bicolore, la femelle marron plus ou moins foncé. Invisibles le jour (tous deux sont homochromes), les adultes restent accrochés aux branches de la canopée. La nuit, ils sont attirés par les lumières, jamais en nombre. Grâce à leur « cuirasse » chitineuse épaisse et résistante, ils sont à l'abri des prédateurs tels que les rats.

Ils peuvent soulever et porter jusqu'à 200 grammes[2].

Élevage[modifier | modifier le code]

Le dynaste Hercule est parfois élevé en captivité. Il est recommandé d'ajouter du fumier de cheval au substrat de nourrissage des larves pour en augmenter la taille. Plus une larve est grosse, plus elle donnera un adulte de grande taille.

Pour les Dynastes hercules, les terrariums doivent être de l'ordre de 40*40*60 pour un couple. Les adultes pondent dans un substrat, qui est un mélange de bois mort broyé (80 %), de feuilles broyées (15 %), et de terreau (5 %). Dans les terrariums, la hauteur de substrat se situe entre 20 et 40 cm. Plus la hauteur de substrat est grande, plus l'on optimise les pontes.

Les larves seront alors disposées dans des boites d'un litre. Plus la larve grandira, plus il faudra un bac de grande taille pour l'accueillir. La larve effectuera deux mues : passages en stade 2 et stade 3, où la taille de la capsule céphalique, c'est-à-dire la tête, grandira. Les troisièmes stades de Dynastes hercules peuvent arriver à 120-130 grammes environ, et seront mises dans des bacs de 10-20 litres.

Les larves jauniront ensuite de plus en plus, couleur synonyme de nymphose assez proche. Elle créera une loge nymphale (sorte de cylindre) dans le substrat, et s'y nymphosera. Après 3 à 5 mois passés en coque, un adulte en sortira.

Voir[modifier | modifier le code]

Dimorphisme sexuel: à gauche le mâle, à droite la femelle (spécimens du musée zoologique de Saint-Pétersbourg)

Des insectes adultes sont exposition dans les vivariums du parc zoologique, sous une lumière tamisée reproduisant la nuit. Ils se nourrissent de tranches de fruits.

Protection[modifier | modifier le code]

De par le marché qu'il entraîne sous forme d'insectes vivants exportés pour l'élevage ou sous forme d'insectes naturalisés pour les collectionneurs, le dynaste Hercule peut devenir une espèce menacée.
Les autorités scientifiques slovaques ont préparé en 1999 une proposition d'amendement visant à inscrire le dynaste Hercule (ainsi que le dynaste Neptune) à l'Annexe II des espèces menacées de la convention de Washington.

Divers[modifier | modifier le code]

Dynaste hercule naturalisé

Insectes naturalisés[modifier | modifier le code]

  • Collections de la « maison des insectes et des papillons », dépendant de la « Maison du Rhum », à Sainte-Rose sur l'île de Basse-Terre en Guadeloupe : belles collections montrant toutes les tailles atteintes par cet insecte, ainsi que toutes les malformations pouvant atteindre les cornes des mâles.

En philatélie[modifier | modifier le code]

Cet insecte figure sur :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie des insectes / Coléoptères par le Dr V.J. Stanek
  2. Sciences et Vie junior, Hors-série n°67 « 200 questions insolites à la science », janvier 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :