Saint-Christophe (île)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Christophe.
Saint-Christophe
Saint Kitts (en)
Image satellite de Saint-Christophe-et-Niévès avec Saint-Christophe en haut à gauche.
Image satellite de Saint-Christophe-et-Niévès avec Saint-Christophe en haut à gauche.
Géographie
Pays Saint-Christophe-et-Niévès Saint-Christophe-et-Niévès
Archipel Petites Antilles
Localisation Mer des Caraïbes (océan Atlantique)
Coordonnées 17° 18′ 31″ N 62° 45′ 25″ O / 17.3086, -62.7569 ()17° 18′ 31″ N 62° 45′ 25″ O / 17.3086, -62.7569 ()  
Superficie 170,8 km2
Côtes 74,5 km
Point culminant Mont Liamuiga (1 156 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Paroisse Christ Church Nichola Town, Saint-Anne Sandy Point, Saint-George Basseterre, Saint-John Capisterre, Saint-Mary Cayon, Saint-Paul Capisterre, Saint-Peter Basseterre, Saint-Thomas Middle Island, Trinity Palmetto Point
Démographie
Population 35 000 hab.
Densité 204,92 hab./km2
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-4

Géolocalisation sur la carte : Saint-Christophe-et-Niévès (relief)

(Voir situation sur carte : Saint-Christophe-et-Niévès (relief))
Saint-Christophe
Saint-Christophe

Géolocalisation sur la carte : Petites Antilles

(Voir situation sur carte : Petites Antilles)
Saint-Christophe
Saint-Christophe
Îles de Saint-Christophe-et-Niévès

Saint-Christophe, en anglais Saint Kitts, est une île des petites Antilles qui est la plus grande partie de la fédération qu'elle forme avec Niévès pour constituer l'État de Saint-Christophe-et-Niévès.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Saint-Christophe.

Période pré-coloniale[modifier | modifier le code]

Premiers Européens[modifier | modifier le code]

Saint-Christophe fut découverte en 1493 par Christophe Colomb lors de son deuxième voyage et il la baptisa en son honneur « San Cristóbal ». Les colons français la nommèrent alors « Saint-Christophe » et les Anglais « Saint-Christopher » ou plus récemment sous le diminutif de « Saint-Kitts ».

Période coloniale française (1625 à 1713)[modifier | modifier le code]

Saint-Christophe est le berceau de la colonisation des Antilles par la France et l'Angleterre, voire des Pays-Bas. Lorsque le flibustier Pierre Belain d'Esnambuc se voit dans l'obligation de se retirer à Saint-Christophe en 1625, il rencontre sur place une communauté de planteurs huguenots français qui le secourent. Ceux-ci partagent l'île avec des Anglais sous la gouverne de Thomas Warner. Un traité de partition de l'île est ratifié avant que Belain d'Esnambuc ne retourne en France afin de solliciter l'attention de la monarchie française. L'île est donc divisée en trois : les deux extrémités sont françaises alors que la section au milieu est anglaise. Pendant l'occupation binationale de l'île, les uns les autres doivent constamment passer d'un quartier à l'autre pour se déplacer puisque le milieu, montagneux et couvert d'une dense forêt tropicale est inaccessible. Afin de commercer avec les colons français et anglais qui cultivent le tabac, les Zélandais jettent les bases d'une colonie-entrepôt sur l'île voisine de Saint-Eustache. Les Néerlandais monopoliseront ainsi le commerce des Antilles françaises jusque dans les années 1660-1670.

Période coloniale britannique (1713 à 1900)[modifier | modifier le code]

Bataille navale de Saint-Christophe, le 26 janvier 1782. De Grasse affronte Hood après avoir mis à terre les troupes du marquis de Bouillé qui s'empare de l'île le 12 février. (Tableau de Thomas Maynard, 1783.)


La France cède Saint-Christophe à la Grande-Bretagne par le traité d'Utrecht en 1713 qui met fin à la guerre de Succession d'Espagne... En janvier 1782 l'île est attaquée par les Français. L'escadre de De Grasse débarque une forte troupe qui contraint la garnison anglaise à la capitulation malgré une contre-attaque de la Royal Navy.

Période contemporaine, XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • En 1967 les trois îles Saint-Christophe, Niévès et Anguilla forment un État associé à la couronne britannique avec une totale autonomie interne, mais en 1971 Anguilla se rebella et obtint le droit de faire sécession.
  • En 1983, Saint-Christophe conjointement avec Nevis obtient l'indépendance et un siège à l'ONU en tant que fédération de Saint-Christophe-et-Niévès.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de Basseterre
Article détaillé : Géographie de Saint-Christophe.

Topographie[modifier | modifier le code]

  • Relief : L'île est montagneuse, d'origine volcanique et son plus haut sommet est le volcan Liamuiga (actuellement endormi).
  • Hydrographie :
  • Villes principales : Basseterre, Cayon, Sadlers, Sandy point town[réf. souhaitée].

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

  • De type inter-tropical de convergence avec une saison dite « sèche » (décembre à juin) et une saison dite « humide » plus ou moins marquées. L'île subit le passage des cyclones atlantiques.

Faune[modifier | modifier le code]

La forteresse de Brimstone Hill, la plus puissante des Caraïbes, a valu à Saint-Christophe le titre de « Gibraltar des Antilles ». Mais l'île possède un autre point commun avec le rocher méditerranéen : une importante colonie de singes en liberté. Originaires d'Afrique, ces vervets ou singes verts sont arrivés ici au début de l'esclavage, il y a trois cents ans, embarqués comme « animaux de compagnie » à bord des navires négriers. Profitant des conflits militaires entre Français et Anglais, ils se sont échappés, trouvant refuge dans les montagnes. Longtemps, ils furent cantonnés et chassés pour leur viande puis utilisés pour la recherche scientifique dans les années 1970-1980. Ces pratiques ayant été abandonnées, leur population a explosé pour atteindre quelque 40 000 individus, au grand dam des autorités de l'île. Car s'ils séduisent les touristes, ces primates saccagent aussi les cultures et les nids d'oiseaux.

Population[modifier | modifier le code]

Drapeau de Saint-Christophe

Ressources, économie[modifier | modifier le code]

Les ressources de Saint-Christophe proviennent de l'agriculture, surtout la canne à sucre et ses dérivés (sucre, mélasse, rhum). Depuis peu du tourisme, des banques offshore et de casinos virtuels via Internet.

Visites touristiques[modifier | modifier le code]

  • La forteresse de Brimstone Hill, bâtie en 1690 par des esclaves noirs, est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO et classée parc national. Ses ruines offrent un splendide panorama sur le nord de Saint-Christophe et les îles voisines. Les casernes de la citadelle sont transformées en musée historique.
  • Espaces naturels protégés : forêt et cratère du « Mont Liamuiga » (1 131 mètres) avec ses singes vervets d'Afrique.
  • Plages : 16.
  • Pétroglyphes amérindiens.
  • Curiosité : train à voie étroite (récolte de la canne, tourisme), 50 km.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Martineau, Trois siècles d'histoire antillaise : Martinique et Guadeloupe de 1635 à nos jours, Paris, Société de l'histoire des Colonies françaises,‎ 1935, 282 p. (lire en ligne), p. 15 à 33